Déficit : Bruxelles accroît la pression sur Paris

 |   |  373  mots
Bruxelles attend notamment un déficit public:  de 4,0% du PIB en 2015, au lieu des 4,1% promis par le gouvernement français.
Bruxelles attend notamment un déficit public: de 4,0% du PIB en 2015, au lieu des 4,1% promis par le gouvernement français. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)
La Commission européenne a fixé vendredi à la France de nouveaux objectifs de réduction budgétaire plus ambitieux que ceux prévus par Paris.

Deux jours après avoir accordé un nouveau délai à la France, la Commission européenne montre son intention de maintenir une forte pression sur le gouvernement. Une recommandation qu'elle a rendue publique vendredi 27 février fixe en effet de nouveaux objectifs de réduction budgétaire à Paris, exigeant qu'il réduise son déficit public plus que prévu en 2016 avant d'atteindre 2,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2017, via des mesures d'économies supplémentaires.

Bruxelles attend notamment un déficit public:

  • de 4,0% du PIB en 2015, au lieu des 4,1% promis par le gouvernement français;
  • de 3,4% en 2016, là où Paris prévoit 3,6%;
  • puis de 2,8% en 2017, année où le pays est censé repasser sous la barre des 3%.

En termes structurels (hors effet de la conjoncture), Bruxelles souhaite que la France réduise son déficit de 0,8 point de PIB en 2016 puis de 0,9 point en 2017.

4 milliards d'euros manquent encore pour 2015

Pour 2015, les chiffres étaient déjà connus: la Commission a fixé à la France un effort structurel de 0,5 point de PIB. Pour l'instant, le compte n'y est pas. Dans ses calculs, la Commission considère que les plans soumis par Paris ne permettent qu'une réduction de 0,3 point de PIB cette année. Il manque donc 0,2 point, soit l'équivalent de 4 milliards d'euros.

Ce trou (de 0,2 point de PIB) a poussé Bruxelles à demander formellement à la France de lui donner très rapidement des gages de rigueur budgétaire. Bruxelles attend de nouvelles mesures d'ici l'été et pourrait, si elle n'obtient pas gain de cause, ouvrir une procédure de sanctions à l'encontre du pays, ce qui serait du jamais vu.

La France respectera la trajectoire fixée, promet Sapin

Le ministre des Finances, Michel Sapin, en visite à Ljubljana en Slovénie, s'est néanmoins empressé de déclarer à l'AFP que la France est "en capacité" de respecter cette trajectoire "exigeante" et "réaliste". Jeudi à Vienne, il avait assuré que des "mesures supplémentaires" seraient prises pour remplir les engagements européens de la France en la matière si celles-ci s'avéraient nécessaires

"Nous ferons ce que nous avons à faire pour que la France respecte ses engagements de diminuer son déficit structurel de 0,5 point de PIB en 2015", a affirmé le ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2015 à 3:37 :
La réduction du déficit est une chose, seulement quid de la réduction du chômage ? Alors qu’on n’indemnise pas le travail précaire, on empêche nombre de diplômés d’accéder à la vie active à qui on propose comme publié dans la presse des emplois non qualifiés comme laveur de carreaux ou taille haies à l’heure… Alors que la croissance est nulle, nombre d’emplois non pourvus par l’incapacité de la fonction publique et qu’on emploie les gens en dépit du bon sens, que le niveau de vie baisse comme publié depuis plusieurs années, à quand une révision de la politique d’emploi ? Ce régime est-il un modèle avec un niveau de chômage double de nombreux pays alors que l’Allemagne a depuis 2008 baissé son chômage de 8 à 5, la France l’a augmenté à un niveau record. On propose des cdd perpétuels alors que des fonctionnaires sont dénoncés comme ne faisant pas leur temps de travail. Notre système économique est improductif avec une croissance inférieure au G7… nous avons des dysfonctionnements. On parle réduction du déficit, suppression d’emplois publics, compte-t-on euthanasier les chômeurs en particulier les jeunes ? Pour le financement des retraites, on entend dire que l’Etat n’a rien prévu… on entend dire 2500 milliards hors bilan. Les boomers ne veulent pas que les jeunes aient une retraite ? Pour les calculs du COR, aura-t-on des coupes alors que les calculs ne sont jamais corrects sur les prévisions? Alors qu’on parle d’une confiance réduite dans les sondages, y aura-t-il des indemnités pour les poilus poussés à la mutilation de guerre, pour le travail non rémunéré alors que certaines organisations ne payent pas les salaires ? Pour la politique d’offre, où sont les baisses d’impôts ? Pour la réduction du déficit, aura-t-on des suppressions d’emplois, donc une augmentation du chômage par l’Etat alors ou 85 d’impôts ? On fait des promotions ancienneté mais le point d’indice pénalise les jeunes qui perdent en niveau de vie alors qu’on ne tient pas compte de l’indice de la construction dans l’inflation. Les boomers européistes sont de bons bourreaux de jeunes… Ne devrait-on pas se poser des question sur l’incapacité à faire de la croissance et des emplois, à quand 6 millions de pré-retraites ou de fonctionnaires ? Avec un chômage record, ne doit-on pas remettre en cause le système alors que l’on nous sert l’Etat momie : on entend les salariés sont moins payés que les fonctionnaires, on ne tient pas compte du temps de travail dans les impôts ?
Réponse de le 02/03/2015 à 16:12 :
Albert Einstein disait ,« La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi ! »
a écrit le 01/03/2015 à 23:06 :
L’Europe c’est la lose, le niveau de vie est inférieur aux usa et au japon. L’Europe des boomers c’est l’exclusion des jeunes générations, un système immoral et contre-performant. C’est l’incurie face au chômage, il commence à exister des protestations, seulement rien n’est fait après plusieurs années alors qu’aux usa on compte 6% de chômeurs et une proportion faible dans de nombreux pays. Nous avons des administrations de la destruction sociale. On parle de confiance à 6/10 à contre… il existe du potentiel de protestation.
Il faudrait revoir le système qui est improductif.
On parle paiement d'indemnités, à quand des indemnités sur les morts de la chose sur les champs de bataille ou pour le travail non rémunéré?
a écrit le 01/03/2015 à 17:54 :
Si on parle du déficit, c’est quoi des impôts et emplois en moins ? N’est-on pas dans une société de type boomer nazzie anti jeune dont le but est de se débarrasser des gens ? Des Etats type Ferguson qui agressent les citoyens ?
a écrit le 01/03/2015 à 11:19 :
Rien qu'en supprimant l'évasion fiscale, on récupère largement ce qui nous manque. C'est la première réforme à effectuer en France et pourtant cela ne bouge pas vite. Rien ne sert de réformer un pays si la richesse produite s'évade... C'est surprenant de la part de la commission de ne pas tenir compte de ce fait objectif, et d'agiter le bâton inutilement. Les journalistes pourraient-ils nous dire ce qui se cache derrière cette gesticulation ?
Réponse de le 01/03/2015 à 12:05 :
C'est mort ceux qui font le plus d'évasion fiscales sont les plus riches. Composé forcément des grands patrons et des politiciens qui votent les lois pour les grands patrons...
Réponse de le 01/03/2015 à 14:09 :
C'est pour cela que ce gouvernement fera un semblant de reformes sur la fonction publique puis augmentera la TVA, les cotisations et tout le reste.......
a écrit le 01/03/2015 à 10:40 :
Mettre la pression c'est , en fait , donner une bière!
Explication: mettre la pression peut conduire à un stresse exagéré, conduisant à la mise en bière!
Cette idéologie est nécrophage...
a écrit le 01/03/2015 à 8:14 :
la France est comme la Grece: elle ne remboursera pas sa dette. La construction Euro n est pas faite pour avoir un remboursement de dette. Il faut une unification des lois fiscales et un seul gouvernement. Comme ce n est pas le cas, il ne reste que le démantèlement de l Euro. Les refrains du remboursement énervent.
a écrit le 28/02/2015 à 23:50 :
Nous parlons du déficit ou bien des revenus vers le bas ? Pourtant si on regarde les données Eurostat, on nous publie pour la France des dépenses administratives à 24,1% contre RU 20,1, Espagne 19,5 Italie 19,4 Allemagne 19,3… seulement en terme de consommation, les ménages français sont au niveau des espagnols et des italiens… donc une perte par ménage français de 5% du PIB soit 100 milliards ou 300 euros net par ménage par mois. Olé! vive les palais sur le dos des français!
a écrit le 28/02/2015 à 19:00 :
Nous parlons du déficit, de la croissance et emplois ? Si on examine les données fournies par la Banque Mondiale du PIB en ppa 2013, nous constatons un relatif bon chiffre pour la France. Cependant, le PIB se décompose en investissement, consommation des ménages et des administrations avec le résultat de la balance. Si on considère seulement la consommation des ménages, le correctif 2013 est de 55,3% pour la France (55,3% du PIB vient de la consommation des ménages) et 24,1 pour l’administration. Les USA ont 68,5 et 15,2 pour l’administration. Les Allemands ont 55,9 et 19,3. Les Anglais ont 64,9 et 20,1 en administration. Les Italiens ont 60,5 et 19,4 en administration. Les Espagnols ont 58,2 et 19,5. Si on applique le taux de consommation des ménages au pib, on peut reclasser les ménages : pour la France on calcule 33820*0,553=18702. De la même manière pour les autres, ce qui donne le classement suivant : USA 32331, RU 23302, Allemagne 20828, Italie 19091, France 18702, Espagne 18665. Ainsi les ménages français sont dépassés par les italiens et talonnés par les espagnols. Les ménages français se situent à -2,1% des italiens, +0,2% des espagnols, -24,6% des anglais, -11,4% des allemands, -72,9% des américains… La quelle est la définition pour richesse d’un pays ? On note que l’Europe est à 55% de consommation, 21% d’administration… la France fait un record dans la brimade des foyers et la dépense administrative et la croissance de long terme est sous le G7… on roule en deuche alors qu’avant 1980, la France avait une croissance supérieure aux américains. On rabaisse les ménages français et on rend la croissance improductive !
a écrit le 28/02/2015 à 18:51 :
Qu'ils commencent à mettre de l'ordre dans les fraudes fiscales orchestrées par le Luxembourg avec le LuxLeaks... Des milliards de pertes fiscales pour les états, dont la France... A cause du gouvernement Junker au Luxembourg...
Réponse de le 01/03/2015 à 9:27 :
quand l'etat consomme 57% du pib avec les resultats que l'on connait ce n'EST PLUS une fraude fiscale c'est une protection contre l'ENFER FISCAL d'un gouvernement devenu totalitaire
a écrit le 28/02/2015 à 15:09 :
Bon; c'est pas très difficile : il y a 27 milliards dans la compensation des 35h, il faut couper au moins 7 milliards là dedans. Ce n'est absolument plus justifié que cela coûte aussi cher au budget de l'Etat. Pour le reste, Bruxelles se fout de nous, car la "modération" française a sauvé la zone euro. Si la France était tombé en récession en raison d'une politique trop restrictive pour ramener le déficit budgétaire dans les clous, la zone euro n'aurait pas tenu. C'est aussi simple que cela et Bruxelles le sait bien (comme moi...)
Réponse de le 28/02/2015 à 15:24 :
A Oui vous pensez que notre record du monde de prélèvements est justifié et indispensable ???
Vous êtes bien le seul

Réponse de le 01/03/2015 à 9:42 :
Vous n'avez rien compris !!!!
a écrit le 28/02/2015 à 12:58 :
sortir de l' U.E. pour être libéré de la tutelle fascisante de Bruxelles
Réponse de le 28/02/2015 à 15:11 :
l'UE ne fait qu'indiquer ce que nécessite une bonne gestion de ses finances. La vôtre également... On ne peut pas s'endetter au delà de certaines limites, c'est tout.
Réponse de le 28/02/2015 à 23:15 :
Ca ne réglerait pas nos deficits de sortir de l'euro
Bien au contraire
Réponse de le 01/03/2015 à 9:47 :
Pas de problème, en perdant 40% de pouvoir d'achat, je vois que vous êtes d'accord... Alors, faites des provision, du sucre, de l'huile, et achetez un vélo... Moi, cela ne me convient pas, les euros que j'ai gagné, c'est mon travail et ma compétence, qu'est-ce qui vous permet de me retirer cela ,et de me faire perdre 40% de pouvoir d'achat ? Partez pour le Venezuela, Chavez est un bon exemple pour vous....
Réponse de le 01/03/2015 à 12:10 :
Ca dépend, on fait une grosse dette énorme, on sort de l'euro en décidant de ne plus la rembourser... On repart à zéro et SURTOUT on devient autonome pour les produits de vie comme nourriture... On ne pourra plus s'acheter le dernier Iphone, l'internet sera cher aussi, les ordi, TV... augmenteront aussi mais la vie deviendra comme avant ou nos grands parents étaient largement moins malheureux que nous avec toutes cette technologie...
Réponse de le 04/03/2015 à 19:19 :
Et on s'éclaire a la bougie....
a écrit le 28/02/2015 à 12:01 :
en tout cas , 1.06 le gasole ce matin a LUXEMBOURG pas percé du tout!!
a écrit le 28/02/2015 à 11:47 :
Inutile de mettre en pression tant qu'on n'a pas réparé les fuites. Il serait temps de s'occuper du Luxembourg percé!
a écrit le 28/02/2015 à 11:33 :
Bruxelles donne certes des recommandations mais c'est les banques et les financiers qui décident si l'on peut poursuivre à emprunter autant aujourd'hui. Pour le moment, les taux d'emprunts sont bas mais lorsqu'ils siffleront la fin de la fête, on sera au pied du mur avec une obligation de réformer ce pays. Quand je vois le tollé pour une réformette comme celle de Macron, qu'est ce que ça va être lorsqu'il faudra tailler à la hache dans les dépenses publiques ... Qui aura le courage de dire que notre système est intenable ? que l'Etat Providence c'est fini?
a écrit le 28/02/2015 à 11:10 :
Il ne faut pas supprimer les fonctionnaires,mais les armer les peindres en kaki et hop direction ,iIRAK et la SYRIE protéger les chefs œuvres UNESCO
a écrit le 28/02/2015 à 10:43 :
Pas de souçi ! HOLLANDE a son arme secrète : c'est l'effet 11 janvier qui va nous amener les milliards qui manquent.
Réponse de le 28/02/2015 à 11:15 :
bravo clap clap bravo elie vous etes musulman par hasard? C est juste une precision
Réponse de le 28/02/2015 à 14:58 :
+1clap clap bravo il ne s occupe que des choses qui ne le concernent pas c est un dilletant de metier un vrai socialaud
a écrit le 28/02/2015 à 10:35 :
4 milliards, si on regarde bien du coté des multinationales qui défiscalisent à qui mieux mieux, on doit pouvoir récupérer au moins le double... et ce chaque année, pas un redressement sur une année fiscale.
Vous faites des affaires en France, vous payez les impôts équivalents en France, et de même partout en Europe.
Après cela les instances Européenne pourront peut-être se permettent de sermonner.
Mais avec un Juncker, roi du système pourrit, au sommet de l'Europe, on peut encore voir passer les déficits par les fenêtres et les ponts (image passoire de l'Europe imprimée sur ces billets!)
a écrit le 28/02/2015 à 9:31 :
Qui est le mieux placé, pour voir ses intérêts, pour être désireux de faire des réformes? Le pays concerné ou une entité extérieure qui applique un dogme?
a écrit le 28/02/2015 à 9:10 :
en 2012 ils avaient annoncé 0% en 2017
quant on est incapable de tenir son engagement alors on laisse sa place à plus compétent
a écrit le 28/02/2015 à 7:46 :
Quand on voit certains se réjouir qu'on a deux ans de plus pour faire du déficit, creuser la dette et se rapprocher encore des grecs, ils n'ont rien compris !!
Quand et avec quel parti aurons nous de vrais réformes sur les dépenses publiques ?????
Réponse de le 28/02/2015 à 9:04 :
Il n'y a pas que les dépenses à réformer ; il y a aussi les recettes. Recettes et dépenses n'ayant aucun lien les unes avec les autres, il n'y a strictement aucune raison qu'on maîtrise un jour le déficit. Le déficit a deux causes : la première est que certaines fonctions publiques sont mal gérées (santé, enseignement secondaire, aides au logement...) et pourraient donner un résultat équivalent avec des dépenses moindres, et la deuxième est que les français, comme tous les européens du sud, considèrent qu'un service public doit être gratuit tout en cherchant par ailleurs à échapper à l'impôt.
a écrit le 28/02/2015 à 6:56 :
Si on réduit le déficit, va-t-on baisser le point d'indice, faire sauter des échelons, réévaluer les échelons pour les jeunes instituteurs qui ont perdu 40% de pouvoir d'achat, sans tenir compte du coût de la construction...
Va-t-on vers des coupes dans les retraites, des baisses de prestations sociales?
a écrit le 28/02/2015 à 6:49 :
Il peuvent mettre toute la pression qu'ils veulent, ils ne prendrons pas de décision avant 2017 car ils ont trop peur de la montée du FN . Profitons en au maximum avant le grand choc car l'euro est un navire qui n'a plus de capitaine.
a écrit le 28/02/2015 à 6:11 :
Pour baisser le déficit et faire de la croissance, il serait utile de favoriser la consommation des ménages au pib au lieu des consommations administratives plus élevées qu’ailleurs, d’où la faible croissance française chroniquement sous la moyenne G7 et Europe à 5. Une politique d’offre est utile, quelles baisses d’impôts ? Ou bien fera-t-on payer 85 milliards d’impôts alors qu’on parle équilibre budgétaire ? Pour la croissance les américains depuis 2012, on plus de 2, que fait l’Europe ? Notre déficit produit trop peu de croissance… Concernant les dépenses publiques, la France dépense 38 points de déficit entre 95 et 07 (13 ans) pour produire 28,1 points de croissance. Entre 08 et 14 (7 ans), il dépense 35,6 points pour... 0,7 de croissance cumulée sur la période.
Réponse de le 28/02/2015 à 9:09 :
La part des consommations qualifiables "d'administratives" dans les dépenses publiques est non seulement minoritaire mais de plus en légère décroissance. Ce qui croît ce sont les dépenses de transfert ou liées au fait que l'administration est aussi opérateur sur les rares secteurs d'activité en croissance dans le monde (sécurité, santé, enseignement).
a écrit le 28/02/2015 à 5:32 :
Le gouvernement tarde trop à prendre des mesures sur les appartements de fonctions qui ne sont plus nécessaires dans la fonction publique, puis c'est exceptionnel un fonctionnaire devant intervenir en moins d'une demi-heure sur un problème lié à son travail. Grace à l'informatique et à l'aménagement ou la création de nouveaux services cela lisse les interventions urgentes..
Mais quand même il vient de donner un signe en revoyant le parc des véhicules de fonction.
Maintenant il faut revoir également les grilles indiciaires avec l'allongement de l'âge de la retraite en augmentant les années pour franchir un indice ou un grade. Sinon on payera des retraites trop avantageuses de fonctionnaires.
a écrit le 28/02/2015 à 0:53 :
mais bruxelles s'en fiche du déficit de la france...les seuls qui commandent c'est les banques , qui veulent que la france paye les interets sur une dettes imaginaire...
a écrit le 27/02/2015 à 23:53 :
Heureusement que la BCE nous surveille de pret sinon on serrait déjà comme les grecs

Notre clique politique d'énarques ne vaut pas mieux que les papanouteurs grecs

Un jour sera t on capable de comprendre qu'il faut vivre avec ce qu'on gagne ????
a écrit le 27/02/2015 à 23:20 :
C'est une chance d'avoir l'Union européenne comme garde-fous car sinon nous aurions déposé le bilan depuis longtemps par le jeu habituel des intérêts politiques.
a écrit le 27/02/2015 à 19:51 :
La France s'est condamnée en votant socialiste. Ce gouvernement veut protéger les fonctionnaires le plus longtemps possible. C'est sont objectif premier. Le privé paiera comme toujours. A la fin, le privé moribond ne pourra plus nourrir le système et la France sera en faillite. Tout tombera. La BCE ne pourra pas sauver ce pays.
Réponse de le 27/02/2015 à 20:45 :
Une analyse terriblement lucide
Réponse de le 27/02/2015 à 23:22 :
Les socialistes ont pourtant mieux géré les déficits pendant leur gouvernance, que ce soit Jospin ou Hollande. Les chiffres sont têtus face aux partisans !
Réponse de le 28/02/2015 à 9:03 :
Répéter en boucle un mensonge n'en fera jamais une vérité.
Réponse de le 28/02/2015 à 9:16 :
"Le privé" ça ne veut rien dire. Les services publics seront toujours régulés en contenu et en tarif. Après peu importe le statut de l'opérateur, ce n'est qu'une affaire de gestion. Dans les services non régulés comme dans les services publics, il y a des bons et des mauvais gestionnaires...par contre il est vrai que dans les services où la concurrence est possible (pour certains services publics elle est possible même en respectant une régulation tarifaire) un opérateur mal géré disparaît, c'est ça la seule différence.
Réponse de le 28/02/2015 à 9:31 :
"A la fin, le privé moribond ne pourra plus nourrir le système"?????il :me semble que le CICE c'est le contraire,le "système" nourrit les entreprises de 41 milliards.parlez en aux citoyens honnetes qui financent ces entrepreneurs toujours en pertes!
a écrit le 27/02/2015 à 19:18 :
Je vais certainement choquer mais devant des politiques occupés essentiellement par ce mot maudit POLITIQUE qui en France comme dans les républiques bannières est synonyme de mensonges magouilles d’irrespect pour le pays et ses citoyens n’est-il pas temps que notre pays passe pour un temps sous une tutelle européenne pour enfin être réformé, géré pour son propre bien et surtout pour les générations à venir qui sont celles qui vont payer l’incurie politique avec un grand symbole de l’immobilisme de la magouille la chiraquie dont certains parlementaires peu scrupuleux et peu respectueux de ce pays osent faire référence et pour les plus médiocres faire allégeance. Alors Bruxelles n’est-il pas le salut pour l’avenir de la France. Que cela déplaise au FN et son clone le Front de Gauche est assez comique car leur programme économique est encore plus destructeur que ceux qui nous gouvernent dans le déclin depuis plus de 40 ans. Le fait que Syrisa pendant sa période de montée en puissance expliquait qu’il sortirait de l’Euro puis de Bruxelles qu’il refusait de discuter avec la troïka montre que le réalisme l’emporte sur la doctrine électorale aujourd’hui plus question de sortir de l’Euro ni de l’Union et la troïka est devenue les Institutions.
Réponse de le 27/02/2015 à 20:48 :
Allez vous établir au Benelux, soyez fidèle à votre idéal. La France, on l'aime ou on la quitte!
Réponse de le 27/02/2015 à 21:58 :
@fiscalix, bonsoir, mes sorties frontières depuis des décennies m'ont toujours permis de mieux apprécier notre pays, avec à la clé une attache à ce merveilleux pays depuis au moins les Etats Généraux les archives n'ont pas permis de remonter plus loin. Votre commentaire est assez mal venu, vous confondez les valeurs de ce pays et sa médiocre classe politique qui dévalorise l'hexagone. Un petit œil fiscalix dans la serrure pas une vision.
Réponse de le 28/02/2015 à 9:28 :
Je ne pense pas que la classe politique européenne soit plus vertueuse que la classe politique française. La classe politique européenne comme les fonctionnaires qui travaillent pour elle ont été construits pour une large part à partir des savoir faire politique et administratif français. C'est d'ailleurs la France qui a voulu l'UE. Les autres n'y tenaient pas tant que ça. On a isolé UK qui était contre, en vendant à l'Allemagne la possibilité d'organiser sans problème sa réunification et l'affaire a été entendue et ratifiée à coup de propagande débridée totalement inédite en démocratie française. La France a en réalité besoin d'un vent à la fois libéral et souverainiste comme le souhaitent les anglais et les scandinaves en abandonnant cette pesanteur administrative carolingienne héritée de l'oeuvre de François Mittérand. Et cette transformation n'a rien à voir avec ce que veut le FN : elle est ouverte sur le monde entier.
a écrit le 27/02/2015 à 18:59 :
Les dossiers retraite carsat sont bloques volontairement depuis un ans, les demandes passent en flux limites , pour les autorites manque de personnel, la realite autres le systeme est en rupture de liquidite ,le gouvernement freine pour annoncer une reduction des pensions carsat de 35 a 43 %, apres les echeances electorales les annonces seront faites , idem pour les retraites complementaires, les deputes ps proposent egalement en complement un abattement de 256 euros pour tous retraite etant proprietaire de son habitation
a écrit le 27/02/2015 à 18:53 :
Sans la pression de Bruxelles il n'y aurait aucune réforme.Contrairement à ce que clame stupidement le FN, cette pression est notre chance à condition que la France fasse les économies de train de vie, en revanche si nos socialos en profitent pour accentuer la pression fiscale, alors ce sera une preuve supplémentaire qu'ils n'ont rien compris et qu'il faut les virer, mais pour les remplacer par qui ? Certainement par par le FN ou la gauche anti démocratique qui proposent des programmes délirants, mais ceux qui sont au pouvoir en alternance depuis 50 ans (politiques et syndicats) nous ont tellement menti que nous ne savons plus à qui faire confiance.
a écrit le 27/02/2015 à 18:23 :
baisse du nombre de fonctionnaires, et diminution ou suppression de l'AME et CMU
a écrit le 27/02/2015 à 17:48 :
touchez aux impôts ,impôts locaux,et le reste, DANGER , fermeture de SOLFERINO quel bonheur,depuis que notre CURATELLE, avance vous avez du mourrons a vous faire,la socialie depuis 1981 vas s’éteindre ADIEU
a écrit le 27/02/2015 à 17:26 :
il est urgent de dexindexe de 8 points tous les avoirs des francais,
a écrit le 27/02/2015 à 16:55 :
Facile, il suffit d'augmenter les impôts de quelques milliards !
Réponse de le 27/02/2015 à 16:58 :
Mais seulement après les élections !
a écrit le 27/02/2015 à 16:22 :
Ils feront comme d'habitude à savoir taper sur les salariés du privés et les fonctionnaires d'état et des hôpitaux via des hausses d'impôt, de CSG, des gels de prestations, un gel des retraites tandis que les nantis de la république (régimes spéciaux, politiques, collectivités locales) ne perdront pas une miette de leurs plantureux avantages.
a écrit le 27/02/2015 à 14:43 :
Méchante commission qui veut nous empêcher de nous endetter jusqu'à la fin des temps....
a écrit le 27/02/2015 à 14:09 :
Bruxelles, certainement le meilleur argument pour le FN, Marine doit se frotter les mains.
Réponse de le 27/02/2015 à 14:22 :
A moins que les députés Allemands votent ,pour nous soutenir dans la mauvaise passe que nous traversons , comme pour les Grecs !!!!!. Espérons que la loi Macron y sera aussi votée après les amendements du sénat ?
Réponse de le 27/02/2015 à 15:44 :
Bruxelles tient sans doute à voir le FN et le sentiment anti UE propulsé au 1er plan !!
Des objectifs difficilement atteignables sauf aux prix de sacrifices engendrant colère et frustrations .
Réponse de le 27/02/2015 à 17:00 :
Des réformes d'envergure
Et un vrai changement redonnerait le moral aux francais

On nous a Taxé pour rien on n a vu aucun changement
Et on voit un classe politique menteuse corrompus voila la vrai raison de la monte du FN
Réponse de le 27/02/2015 à 17:00 :
la commission de Bruxelles vote front National, il y a le feu partout et ils jettent de l'huile, pas sur que les feux s'éteignent.

rien pour relancer un peu d'inflation, c'est aussi dans les conditions de l'euro d'être vers 2 %. bizarre ils oublient
Réponse de le 27/02/2015 à 18:50 :
Les 2% ne se trouvent pas dans les traités, c'est une pure définition de la BCE pour indiquer où on quitte la stabilité. La peur d'une déflation amène certains à pousser vers les 2%, pour d'autres c'est plutôt un pretexte pour camoufler une politique inflationiste. Il est a espérer que la BCE s'engagera pour la stabilité dès que les prix de l'energie remonteront et une déflation peut être écartée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :