Quel crédit accorder aux propositions de Nicolas Sarkozy ?

 |   |  2931  mots
Pourtant, si l'on examine de près les propositions de Nicolas Sarkozy, il s'avère qu'elles ne sont pas non plus spécialement modernes.
Pourtant, si l'on examine de près les propositions de Nicolas Sarkozy, il s'avère qu'elles ne sont pas non plus spécialement modernes. (Crédits : reuters.com)
Dans un entretien accordé au Figaro, l'ancien chef de l'Etat dévoile ses propositions économiques "alternatives" à la politique menée par François Hollande. Suppression de l'ISF, non remplacement des fonctionnaires, négociation sur la durée du travail, défiscalisation des "heures sup", limitation des dépenses publiques... On retrouve de "vieilles" recettes de 2007 et 2012, aménagées.

On l'attendait ! Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy a enfin dévoilé un condensé de ses « nouvelles » idées dans le domaine économique dans un long entretien au quotidien Le Figaro. Pour l'ancien chef de l'Etat, il n'y a qu'un seul mot d'ordre : "Il nous faudra engager ni plus ni moins une révolution des esprits, débarrassée de tous les dogmes, afin de mettre l'entreprise [...] au centre de toutes les décisions économiques du gouvernement".
Et de reprocher en la matière à son successeur à l'Elysée François Hollande d'être un « homme prisonnier des idéologies du siècle dernier ».

Pourtant, si l'on examine de près les propositions de Nicolas Sarkozy, il s'avère qu'elles ne sont pas non plus spécialement modernes. Au contraire, l'ancien chef de l'Etat donne plutôt l'impression de recycler son projet de la campagne de 2012, voire même celui de 2007. Tour d'horizon.


Durée du travail, aux entreprises de négocier

Pour Nicolas Sarkozy :

" Les entreprises qui souhaitent sortir des 35 heures doivent pouvoir le faire par la négociation. Comprendre les besoins de l'économie française, c'est oser dire qu'il faut faire confiance aux entreprises, aux entrepreneurs et aux salariés pour négocier à leur niveau le temps de travail ".


L'ancien chef de l'Etat, à la différence de son ancien Premier ministre François Fillon, ne plaide donc pas pour une suppression pure et simple de la référence à une durée légale du travail, en l'occurrence 35 heures hebdomadaires. Il souhaite juste que les entreprises qui désirent fixer une autre durée hebdomadaire puissent le faire via la négociation... Or, c'est exactement ce que prévoit déjà le code du Travail : la durée effective de travail dans l'entreprise peut être négociée, elle peut même être unilatéralement fixée par l'employeur (dans les limites européennes de 44 ou 48 heures) à la condition qu'il respecte les règles en vigueur en matière d'heures supplémentaires qui se déclenchent à compter de la trente-sixième heure de travail. Pour preuve, actuellement, la durée effective du travail frôle les 40 heures hebdomadaires, soit près de cinq heures de plus que la durée légale qui n'est qu'une référence servant de seuil de déclenchement des « heures sup ».

En réalité, Nicolas Sarkozy a davantage l'air de suggérer que s'il revenait aux commandes, il laisserait la possibilité aux entreprises de fixer par accord leur propre seuil de déclenchement des heures supplémentaires qui pourrait donc ne plus être fixé unilatéralement à 35 heures  mais à 36 ou 37 heures...

Mais, curieusement, toujours s'agissant de la durée du travail, Nicolas Sarkozy ajoute : "Et, bien entendu, je propose de rétablir dans les entreprises le principe des heures supplémentaires défiscalisées". Une suggestion un peu paradoxale avec son idée précédente. Quel serait l'intérêt pour des syndicats de signer un accord relevant le seuil de déclenchement du mécanisme des « heures sup », si celles-ci sont fiscalement exonérées ? Concrètement, chaque salarié préférera que « les heures sup » continuent de se déclencher au-delà de la 35e heure plutôt que de la 37e pour avoir un maximum de revenus exonérés. Tout ceci n'est pas très incitatif pour les syndicats à conclure des accords.

Par ailleurs, sur le fond de la proposition, rien de plus normal, dans l'absolu, pour un président de l'UMP,  alors que le pouvoir d'achat est en berne et que le sentiment de « ras-le-bol fiscal » n'a jamais été aussi prégnant, que de proposer un retour du double mécanisme de défiscalisation et d'exonération de cotisations sociales de sécurité sociale des heures supplémentaires qui fût en vigueur entre 2007 et 2012.

En réalité, ceci n'aurait aucun sens, alors que la France connaît des records en matière de chômage et que les finances publiques doivent être plus que jamais tenues.
De fait, s'agissant de l'emploi, il est certain que le recours facilité aux heures supplémentaires n'incitera pas les entreprises à embaucher. Une fois que le chômage aura retrouvé un niveau satisfaisant, il sera peut-être utile pour stimuler la production d'accroître la durée du travail en incitant à effectuer des heures supplémentaires. Mais il convient sans doute d'attendre le retour à ce quasi plein emploi.

Pour autant, il n'existe pas de statistiques ou de simulations sur le nombre d'emplois perdus ou non créés depuis que la loi Tepa (comme Travail, Emploi et Pouvoir d'achat) de 2007 a institué la défiscalisation et l'exonération de cotisations sociales sur les heures sup, supprimées par François Hollande fin 2012. En revanche, selon des données de la Dares (service des statistiques du ministère du Travail), le nombre moyen d'heures supplémentaires effectuées par un salarié est passé de 7 heures au troisième trimestre 2007 à 11,3 heures à son apogée fin 2010 et 2011 pour redescendre à 9,7 heures au premier trimestre 2013

D'un point de vue budgétaire, la proposition de l'ancien chef de l'Etat est également étonnante, lui qui, par ailleurs, se fait le chantre de la réduction des dépenses publiques. Il convient en effet de rappeler quelques données consécutives à la loi Tepa. Selon l'Institut Montaigne, le coût des exonérations de charges sociales sur les heures sup s'élevait à 3,1 milliards d'euros en 2011 dont 2,4 milliards pour les exonérations salariales et 700 millions pour les exonérations patronales. Quant au coût de la défiscalisation des heures sup au titre de l'impôt sur le revenu, il s'élevait, lui, à 1,4 milliard d'euros. Au total, donc la mesure Tepa « coûtait » à l'Etat (et donc au contribuable) et à la Sécurité sociale environ 4,5 milliards d'euros en année pleine.

Aux entreprises de négocier le droit du travail


Nicolas Sarkozy estime que «  nous devons repenser tout notre Code du travail. Je propose en la matière une règle simple: ne garder que les droits fondamentaux des salariés dans le Code du travail et renvoyer le reste à la négociation d'entreprise ».

Une fois encore, l'idée de simplifier les règles est louable. Mais la piste proposée n'est peut-être pas la meilleure. Il faut d'abord rappeler que les règles de droit du travail ont également pour fonction d'assurer une certaine égalité concurrentielle entre les entreprises. Or, ce principe sera mis à mal entre une entreprise qui aura conclu un accord avec ses syndicats et une autre qui n'y sera pas parvenue. Par ailleurs, il n'est pas certain que la simplification soit au rendez-vous si chaque entreprise est libre de fixer son propre droit du travail, en dehors des règles fondamentales à respecter. Il n'y aura alors pas un droit du travail universel... mais des milliers de droit du travail différents. Cela fera certainement la joie des avocats mais pas forcément des tribunaux en cas de contentieux...


Haro sur la fonction publique.

Afin de revenir à un niveau de dépense publique équivalent à 50% du PIB (contre 57% environ aujourd'hui), l'ancien chef de l'Etat veut remettre au goût du jour sa vieille idée du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux. Mais il souhaite l'élargir "à la fonction publique territoriale, notamment en changeant la Constitution pour rendre cette règle compatible avec l'autonomie de gestion des collectivités territoriales".
Il propose alors une recette : "Il faut recruter prioritairement dans la fonction publique avec des contrats de cinq ans quand le poste le justifie. Il faut cesser de penser que pour un besoin qui peut être ponctuel, par exemple un informaticien sur un projet, on doit continuer à recruter pour trente ans"...
Une idée pleine de bon sens... mais déjà en vigueur. Actuellement, les non-titulaires (c'est-à-dire les salariés non fonctionnaires embauchés par une admiration avec un contrat de droit privé) et les contrats aidés sont au nombre de 1,4 million, soit un quart des 5,5 millions de salariés de la fonction publique. Ces non-titulaires ne sont pas embauchés « à vie », ils peuvent être licenciés ou leur contrat peut se terminer à la fin de leur mission.
Quant aux embauches de « vrais » fonctionnaires », Nicolas Sarkozy fait semblant d'oublier que les recrutements dans la fonction publique s'effectuent par concours et que le nombre de postes ouverts dépend des besoins estimés pour l'avenir. Par ailleurs, une fois recruté, un fonctionnaire n'est pas titulaire de son poste. Il peut être amené à se réorienter en fonction des besoins.
Par ailleurs, Nicolas Sarkozy juge "impératif d'augmenter le temps de travail des fonctionnaires". "Sur ce point, je souhaite que l'on renégocie les accords sur le temps de travail dans la fonction publique, il y aurait moins de jours de RTT mais en contrepartie je propose de rétablir les heures supplémentaires défiscalisées, pour inciter les fonctionnaires à travailler plus. Il faut aussi bien évidemment rétablir le jour de carence en cas de maladie dans la fonction publique que François Hollande a supprimé dès son arrivée".


Remonter rapidement l'âge de la retraite à 63 ans

Autre idée de Nicolas Sarkozy : remonter rapidement l'âge de départ à la retraite : « Il faudra à nouveau augmenter l'âge de départ et de manière très rapide. C'est en effet la rapidité avec laquelle on atteint le nouvel âge qui produit un maximum d'économies très vite, beaucoup plus que la borne d'âge elle-même. Concrètement, je préfère passer l'âge légal de départ à 63 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein, mais le faire à raison d'une augmentation de quatre mois par an. C'est-à-dire repousser l'âge de départ à 63 ans (et à 68 ans, sans décote), en trois ans. »

L'âge légal de départ à la retraite était de 65 ans avant d'être abaissé à 60 ans en 1982 au début du premier septennat de François Mitterrand. La réforme des retraites de 2010 (sous Nicolas Sarkozy donc) a depuis fixé cet âge légal à 62 ans, à partir de la génération née en 1955 (2017). L'an dernier, l'UMP avait proposé de le reculer à 65 ans en 2023. Par ailleurs, avec la dernière réforme des retraites adoptée par le gouvernement Ayrault en janvier 2014, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein augmentera d'un trimestre tous les 3 ans, jusqu'à 43 ans en 2035 (41,5 ans avant la réforme). Concrètement, cela signifie, sauf pour les  "carrières longues" qui seront de moins en moins nombreuses, que la réforme prônait par Nicolas Sarkozy entre déjà dans les faits. Il va être en effet difficile avec 42 ou 43 années nécessaires de cotisation de liquider une retraite à taux plein avant l'âge de 63 ans.

 Inscrire dans la constitution une limite à la dépense publique: 50% du PIB

Que feriez-vous sur la question des déficits? demande le Figaro à Nicolas Sarkozy. "Il faut baisser le montant des dépenses publiques, qui auront augmenté de 100 milliards d'euros sur cinq ans à la fin du mandat de François Hollande" répond le président de l'UMP. "Nous devons revenir à un niveau de dépenses publiques équivalent à 50 % du PIB et inscrire ce chiffre dans la Constitution, pour qu'il ne puisse plus être dépassé."

L'objectif de ramener à 50% du PIB le niveau des dépenses publiques n'est pas vraiment nouveau chez Nicolas Sarkozy, et il est aussi celui de plusieurs économistes (dont Patrick Artus, chez Natixis). Le président de l'UMP innove en souhaitant l'inscrire dans la constitution. Cette proposition soulève deux problèmes principaux.
Premièrement, l'idée qu'il faut revenir à 50%, pour rejoindre la moyenne européenne, pose un certain nombre de questions, dont, au premier chef, celle de la comparabilité des systèmes de finances publiques. La question se pose surtout s'agissant de la protection sociale (c'est du reste elle qui explique la différence de dépenses publiques entre la France et les autres pays européens, sachant que les assurances - vieillesse, maladie - sont plus largement publiques dans l'Hexagone).
Sait-on que, pour comparer valablement la France à l'Allemagne, il faudrait retirer 3,5 points de PIB de dépenses côté français, correspondant aux retraites complémentaires ? En effet, ces pensions, qui représentent en France 70 milliards d'euros par an (soit 3,5% du PIB) existent aussi outre-Rhin. Mais elles n'y sont pas comptabilisées en dépenses publiques ! Tout simplement parce qu'elles sont gérées par les partenaires sociaux, sans que l'Etat ait son droit de regard. En France, elles sont également supervisées par les partenaires sociaux, mais l'Etat a décidé dans les années 1960 d'y apporter son imprimatur, leur donnant un statut légal. Les retraites complémentaires ont alors basculé dans le domaine des dépenses publiques (à l'époque, personne ne s'en préoccupait).
Il ne s'agit là que d'un exemple de la difficulté de comparer des systèmes sociaux conçus différemment, au cours de l'histoire. L'assurance maladie est, aussi, difficilement comparable, avec un système hospitalier allemand dominé par les religieux, qui explique pour une bonne part la différence d'emplois publics entre les deux pays.
Vouloir rejoindre la moyenne européenne, certes, mais encore faudrait-il que cela ait lieu sur des bases de calculs comparables...
Deuxièmement, vouloir constitutionnaliser ce seuil est encore plus curieux... Comment faire si la France se situe à 49,5% du PIB et qu'une récession a lieu ? Couper immédiatement dans les dépenses sociales, alors que le chômage augmente ? En outre, d'un point de vue simplement arithmétique, ce ratio dépenses/PIB peut s'accroître alors que la dépense est stable : il suffit que le PIB diminue.

Réciproquement, c'est grâce à une forte progression du PIB que certains pays sont parvenus à diminuer le poids des dépenses : la Suède l'a réduit, alors que les crédits publics étaient stabilisés - mesurés en milliards de couronnes -, mais que la croissance du PIB atteignait des chiffres élevés, à la fin des années 1990.

Des propositions d'économies insuffisantes

Comment faire concrètement pour réussir une baisse de sept points des dépenses publiques? Réponse de Nicolas Sarkozy:

"Il faut d'abord s'attaquer résolument à ce qui pèse le plus lourd dans le budget de l'État et des collectivités locales: le nombre de nos fonctionnaires, car ce seul poste de dépenses représente 45 % du budget national et 60 % de celui des collectivités locales. Il faudra revenir à la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et surtout l'imposer à la fonction publique territoriale, notamment en changeant la Constitution pour rendre cette règle compatible avec l'autonomie de gestion des collectivités territoriales.

En contrepartie, les collectivités doivent avoir la possibilité de négocier directement les rémunérations et le temps de travail avec leurs agents, sans être totalement soumises à des règles imposées par l'État."

Dans l'hypothèse où l'objectif de ramener les dépenses publiques à 50% du PIB serait avalisé, les économies avancées par Nicolas Sarkozy sont, de loin, insuffisantes. Revenir à ce niveau en cinq ans supposerait une centaines de milliards d'euros d'économies (compte tenu d'une petite hausse attendue du PIB). Or, revenir au non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite rapporte peu, en regard de cet objectif. Au maximum, selon les estimations officielles du ministère du Budget publiées en 2011 - sous Sarkozy, donc -, le gain sur le long terme serait un peu supérieur à un milliard d'euros par an. Le président de l'UMP veut étendre cette proposition à la fonction publique territoriale. Le gain supplémentaire serait de 500 millions par an.
Au total, les administrations publiques économiseraient donc 1,5 milliard par an. A cela s'ajouterait le recul de l'âge de départ à la retraite. Mais le passage à 63 ans sera progressif, et les économies le seront aussi.
Les propositions d'économies formulées par Nicolas Sarkozy sont donc bien loin de tangenter les 100 milliards d'euros nécessaires, pour atteindre l'objectif d'un ratio dépenses/PIB de 50%


Supprimer l'ISF : quel effet ?


Le président de l'UMP est prêt à oser. Ce qu'il ne voulait pas proposer en 2007, il l'avance désormais : la suppression de l'ISF. La preuve d'une maturation des esprits, de son point de vue ?
En tous cas, l'argumentaire selon lequel la France est le seul pays en Europe à disposer d'un ISF ne tient pas vraiment la route. Aucun pays, Espagne exceptée, ne prévoit un ISF sur le modèle français. Mais la taxation du patrimoine a lieu sous d'autres formes, peu ou prou équivalentes. En Italie, il existe une taxation élevée de la détention des biens immobiliers, bien supérieure à notre taxe foncière. De même en Grande-Bretagne, ou les « property taxes » constituent une ressource essentielle pour le Trésor public. La propriété d'un appartement y est bien plus taxée qu'en France.
Aux Pays Bas, il existe une taxe de 30% sur un revenu théorique du capital, qui équivaut à une taxation du patrimoine à hauteur de 1,2%, or l'ISF va de 0 à 1,8%.
La suppression de l'ISF priverait en outre l'Etat de recettes fiscales, à hauteur de 5,1 milliards d'euros (estimation officielle pour 2015), à moins que cette disparition de l'impôt symbole fasse revenir des exilés fiscaux qui investiraient massivement en France...
Pour certains secteurs - fondations, associations, philanthropiques, qui bénéficient à plein des mesures d'incitation en leur faveur, à destination des contribuables soumis à l'ISF -, la disparition de cet impôt serait catastrophique. Mais ce ne peut être l'argument dirimant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2015 à 0:29 :
C'est l'UMPalais on se paye les palais a vampiriser la population, vive l'européisme statolâtre et les 1 € cotisé 3 € de retraite, mais pas pour les français. On appelle cela modèle mondial.
a écrit le 05/03/2015 à 0:25 :
Pas de réforme des 35h, pas de réforme de l'Etat. Pas de croissance mais l'apparatchisme confortable de palais européiste contre les citoyens.
Y aura-t-il ralliement?
a écrit le 04/03/2015 à 19:54 :
Vous avez raison .Notre dieu Hollande est là pou faire la leçon ! D'ailleurs n'est ce pas lui le meilleur avec l'appui de nos journalistes ?!
Tous les scandales socialistes sont discrètement étouffés ..voilà la réalité !!!!!
a écrit le 04/03/2015 à 18:30 :
Ma réaction a la vue de tout ce dechainement de commentaires (sic) anti-Sarko primaires:

"Tout ce qui est excessif est insignifiant"
a écrit le 04/03/2015 à 17:57 :
Vous parlez du président précédent, on trouve des accusations pour 600 milliards de dettes, seulement, la crise vient des usa. Pour les départementales, sur les circonscriptions au cours des 11 dernières cantonales depuis 1979 inclus, les départements qui ont voté plutôt à gauche ont un pib plus faible que la moyenne et un chômage supérieur alors que pour les administrations à droite ont moins de chômage que la moyenne et un pib plus élevé. Une dizaine de départements avec un pib inférieur à la moyenne et qui ont voté à droite ont un taux de chômage plus faible que la moyenne. Pour les départementales, y aura-t-il protestation ? On entend dire qu’il y aurait une droite, c’est une droite molle ou bien dure ? C’est comme avec Raoul, on chante joyeux anniversaire comme dans les tontons flingueurs. Il y aurait un bobo aux dents ? On entend dire on fait des fusées et pourtant il existe des pauvres ou encore pour le cumul des mandats, s’agit-il des mandats postaux ? On nous sert plus y a d’impôts, plus y a de fonctionnaires, plus y a de relance… Pourquoi ne pas inventer des salmigondis du type plus y a de monnaie, plus y a de pouvoir d’achat ! C’est comme pour la relance par ordonnances, c’est une ordonnance médicale ?
a écrit le 04/03/2015 à 12:01 :
Les électeurs sont les mêmes UMPS .
a écrit le 04/03/2015 à 8:15 :
Cela conforte encore dans l'idée que seul le FN est aujourd'hui la seule alternative. Il est grand temps, réveillons nous.
a écrit le 04/03/2015 à 8:14 :
Bah, si ce programme suffit pour mettre Hollande dehors alors ce sera l'essentiel.
a écrit le 04/03/2015 à 8:05 :
On ne peut pas s'en défaire... ;-)
a écrit le 04/03/2015 à 7:48 :
Quel crédit accordé ; le même qu au fameux FNPS .
a écrit le 04/03/2015 à 5:29 :
Je n'accorde aucune crédibilité au personnage.
a écrit le 04/03/2015 à 2:44 :
quelle que soit l'analyse, et le peu d'empathie envers le personnage, cet article est dans le droit fil de la tendance éditoriale de la TRIBUNE, tendance marquée à gauche qui se confirme mois après mois faisant le pendant à une droite décomplexée, et devenant "les Echos de gauche" tout aussi décomplexé que son ancêtre patronal. A l'aune de ces articles , nous nous enrichissons mais nous ne saurions être dupe de la couleur sociale ou politique des journalistes et pigistes y intervenant.
Réponse de le 04/03/2015 à 6:30 :
Ah bon? Je ne les trouvent pas tendre avec le parti de Hollande. Mais bon ce doit être normal vu qu'il a la même politique que Sarkozy.
a écrit le 04/03/2015 à 1:42 :
Internautes mefiez vous du censeur, surtout ne défendez pas NS, tapez dessus si vous voulez voir vos commentaires paraitre, mieux crachez dessus vous aurez un bon point,
Et une belle imgage,plus un sucre d'orge. Ce qui prouve que la droite roule pour.......et oui vous avez gagné un bonus, un beau bouquet de tulipe pour belle maman.
Chapeau la tribune, chapeau les tribuns de l'ombre....
a écrit le 03/03/2015 à 20:58 :
On peut parler d'un vrai hasbeen
a écrit le 03/03/2015 à 20:34 :
La poudre blanche, elle coute très chère...
a écrit le 03/03/2015 à 19:50 :
Cet homme du passé est usé par toutes les turpitudes qu'il a lui même créée. Rien de nouveau rien que du rafistolage, tout ce qu'il sait faire c'est de critiquer tout ceux qui ne dise pas comme lui, même ceux de son propre parti. Il sclérose l'UMP afin que l'on ne parle que de lui-même. Mais à cause de cela il rejette la sympathie de la majorité silencieuse et face à cela il n'arrive plus à contrer cette hostilité du plus d'un quart de la population. Il est allé trop loin, le bling bling ressortira toujours quoiqu'il fasse.
Réponse de le 03/03/2015 à 20:07 :
C'est le principe de l'avocat : la "meilleure" défense est l'attaque. Sauf que parfois, la réalité existe... Bon, sinon, je condoléance tous les amoureux de la magouille dans notre cher pays : en pleine crise économique, ça le fait moins...
a écrit le 03/03/2015 à 19:44 :
A la question en titre : Aucun.
a écrit le 03/03/2015 à 18:58 :
Que ce soit de la part de Sarkozy ou de quelque autre candidat de gauche ou de droite, les Français ne doivent pas s'attendre à la moindre proposition innovante. Vu qu'aucune réforme de fond, à part des réformes démago comme les 35 h, n'a été engagée depuis 30 à 40 ans dans ce pays, ce sont toujours les mêmes qui restent à faire. Chômage, dette... : il n'y a pas 36 000 remèdes aux mêmes maux. Tout le reste ce sont des mensonges dans lesquels les Français tombent à chaque fois à pied joint. C'est désespérant !
a écrit le 03/03/2015 à 18:33 :
on attend un vrai meneur qui renverse la table et rende la France aux français ! Cela se paye mais cela vaut la peine .
a écrit le 03/03/2015 à 17:38 :
De vieilles recettes dans un pot félé!...
a écrit le 03/03/2015 à 17:13 :
toujours pareil avec l'UMP on supprime L'isf et avec ce manque à gagné on fait partir les gens plus tard à la retraite double peine . bande d'incapable!!! ils n'ont rien prouvé en 15 ans de pouvoir bande de nul!!
Réponse de le 03/03/2015 à 18:32 :
Les partis et tous quel-qu’ils soient, c'est:
- "moi si j'étais au pouvoir"
- "maintenant que je suis au pouvoir, vous comprenez je ne peux rien faire , c'est pas ma faute c'est celle de l’Europe..."
- "Vous avez voté pour les autres pourtant si j'étais au pouvoir..."
a écrit le 03/03/2015 à 17:13 :
tous les quinze jours il sauvait la france ..!
et tous les trois mois il sauvait l'euro ..et l'europe.
toute les semaine il y avait des vole de pain au chocolat...! ect..
a écrit le 03/03/2015 à 16:56 :
Semble assez informè et objectif. Merci
a écrit le 03/03/2015 à 16:31 :
Vu ce qu'il nous coûte il devrait se la jouer modeste. La vraie réforme serait d'abolir les extravagants privilégiés des anciens présidents.
Réponse de le 03/03/2015 à 18:34 :
Oui retraite à combien annuité pour eux? 20 trimestres voir même moins pour ceux qui démissionnent (même si ça ne c'est jamais fait) c'est bien ça.... Leur travail doit être vachement pénible par rapport aux trois huit...
a écrit le 03/03/2015 à 16:21 :
je pose a la question a tous les "Sarko-basher" ici présent : pourquoi tant de haine?
Réponse de le 03/03/2015 à 16:35 :
Réponse : pourquoi tant de mépris. ?
Pourquoi tant de prétentions alliées à tant d'incompétences.?
Pourquoi tant d'irresponsabilité.?
Pourquoi tant de bêtise ?
Pourquoi tant de connerie ?
Pourquoi tant de scandales ?
Pourquoi tant de temps perdu pour la France ?
Pourquoi tant d'Inculture ?
T'en veux encore ?
Réponse de le 03/03/2015 à 17:00 :
Quel Bashing, sinon la vérité assez bien démontrée !
Réponse de le 03/03/2015 à 17:18 :
Oui comment peux t on encore croire ce super menteur qui n a fait que du vent et des dettes
J'oubliais quelques affaires
La meilleur étant ces comptes de campagne
Réponse de le 03/03/2015 à 17:39 :
pfff....!
Réponse de le 03/03/2015 à 18:46 :
Parce que là , y'a que 3 % de la Liste de Sarko .
Réponse de le 03/03/2015 à 23:26 :
Je ferai le parallèle avec Ségo.l election de 2002 a été tellement intense que Sarko a tué tout espoir, d ou la détestation bien justifiée.
Réponse de le 03/03/2015 à 23:31 :
Mais comment peut il y avoir des électeurs prets a voter pour lui plutôt que pour quelqu un d autre a droite??? Ça relève de l addiction ou d'une forme de trouble du jugement a mon avis. J espère pour vous que n aurez pas a vivre une nouvelle défaite pour guérir.
a écrit le 03/03/2015 à 16:13 :
Le titre devrait être: Quel crédit accorder à Nicolas Sarkozy ?
Réponse de le 03/03/2015 à 16:31 :
et quel crédit peux-t-on accorder aux politiques de tous bords actuellement ?
a écrit le 03/03/2015 à 15:52 :
Réponse à la question-titre : aucun
a écrit le 03/03/2015 à 15:45 :
pauvre M.Sarkozy.
Faut plaindre,ces gens,qui formés à la langue de bois,en font métier ,et prennent des indemnités disproportionnées par rapport à l'efficacité que le terrain en charge des applications en fera.
Alors Chomage,Revenus,Secusociale,Logement,pouvoir d'achat etc etc de l’obscurantisme;qui fait le lit du FN ou de l'abstention,résultat nous avons des élus que nous méritons et dans le meilleur style 3 ou 4eme république.
Pas belle l'Europe????
a écrit le 03/03/2015 à 14:43 :
Moi je trouverai normal que les Socialistes déçus votent pour Sarko rien que pour voir ce qu'ils ont loupé de 2012 à 2017 .
Réponse de le 03/03/2015 à 14:59 :
Les histoires de pain au chocolat ou de viande hallal, c'est bon on a donné pendant 5 ans. Et le brassage de vent sur le front économique on en a soupé. Au moins dans l'opposition NS et son parti alimente la chronique judiciaire ce qui les rend un peu intéressant, car côté idée c'est toujours le vide intersidéral.
Moi je trouverai normal que les libéraux de droite et les centristes votent pour Hollande/Valls vu qu'ils font une politique plus libérale que l'UMP en matière économique et sont plus libéraux en matière sociétale, ce serait plus cohérent.
Réponse de le 03/03/2015 à 15:26 :
vu les annonces de Sarko faut garder les pieds sur terre ! sa politique a échoué hélas et il repropose les mêmes choses qu'en 2007 et 2012 ? faudrait du NEUF ?
Réponse de le 03/03/2015 à 19:03 :
Du neuf ? Mais vous me faites bidonner !!! Quand on est endetté comme la France et que l'on n'a pas du pétrole ou de l'or sous ses pieds, on se serre la ceinture et on optimise au maximum sa dépense publique comme l'ont fait les allemands. Il n'y a pas de secret, pas de solution miracle ! A moins d'opter pour des solutions radicales, comme l'extraction de gaz de schistes à l'image des américains... mais le prix à payer à long terme semble exorbitant.
a écrit le 03/03/2015 à 14:34 :
Je crois que le taux marginal qui s'applique à l'isf est de 1.5 et pas 1.8%, ça fait quand meme sa difference lol
a écrit le 03/03/2015 à 14:29 :
A partir de commentaires toujours très bien écrits et aussi bien motivés, la Tribune est en mesure d'apprécier le niveau de compétence en économie des visiteurs de son site. Etonnant !
Réponse de le 03/03/2015 à 19:41 :
Merci pour cette contribution qui nous le confirme.
a écrit le 03/03/2015 à 14:25 :
J'ai l'impression que tous le monde rejete ce triste sir

Il reste que les adeptes de l'UMP qui sont devenue non voyants
Réponse de le 03/03/2015 à 16:29 :
il faut reconnaitre qu'à ce jour ce n'est guère mieux sous la gauche
a écrit le 03/03/2015 à 14:02 :
Il va nous faire aussi des sacs plastiques a l édifie de pôle emploi ?👹
a écrit le 03/03/2015 à 13:58 :
Il n'est plus crédible, ni audible, ni fiable. Il nous ressort des propositions datant de quelques années. Sauf qu'entre temps, il a été au pouvoir. Bref, entre ce qu'il dit et ce qu'il fait, il y a un décalage certain. Être un showman, un bon-parleur ne suffit pas. De plus, Il est l'homme du passé. Au suivant !
a écrit le 03/03/2015 à 13:31 :
Manque le bouton jaune comme sur d'autres quotidiens, on/off Sarkozy.
a écrit le 03/03/2015 à 13:23 :
Un bien long article alors que la réponse est si simple ! Regardez le 2 minutes et vous verrez un gars rempli de rictus et qui n`a pas été faire pipi depuis longtemps......
Si il était commercial il n`aurait plus de client et c`est bien pour cela qu`il fait de la politique
Réponse de le 03/03/2015 à 16:33 :
soyez poli : les photos prises à n'importe quel moment et "faire pipi" ne sont pas de mise
a écrit le 03/03/2015 à 13:22 :
Chez moi, on appelle ça, un rigolo de kermesse.
Réussir à faire entre 500 et 700 milliards de dette en plus, n'importe qui peut le faire......mais faut être bien mégalo pour vouloir le refaire.
Réponse de le 03/03/2015 à 13:55 :
sans oublier qu'il a vendu un important stock d'or de la banque de France afin d’atténuer la dette qu'il a contracté
a écrit le 03/03/2015 à 13:20 :
Sarko s'est fait beaucoup d'ennemis chez les petites entreprises a cause de la CFE:une mauvaise manière qu'on saura lui retourner
a écrit le 03/03/2015 à 13:17 :
Il est de plus en plus nul le Bismuth !
a écrit le 03/03/2015 à 13:09 :
Il était petito.
Il est redevenu petito.
Il faut qu'il reste petito.
a écrit le 03/03/2015 à 12:56 :
Et combien va t-il dépenser pour sa campagne pour essayer d'être en tête et d'avoir encore une fois une place au soleil ? encore des sommes exorbitantes, dépassant le plafond, mais il s'en fout puisque ses chers(es) militants rembourseront une partie en faisant une quête.
En tout cas, il n'aura pas mon vote, je l'ai voté en 2007 et je n'aime pas les pantins.
JE VOTE FN par conviction.
Réponse de le 03/03/2015 à 15:02 :
Le problème est que l'on ne connaît pas le "comment mettre en œuvre les convictions". Du peu qu'on en sache, nous avons Une garantie, celle d'aller de Charybde en Scylla et manifestement avec beaucoup d'enthousiasme.
a écrit le 03/03/2015 à 12:46 :
La seule nouveauté de Sarkozy par rapport à 2007, c'est FNPS inspiré par le FN. Tout un programme pour redresser le pays !...
a écrit le 03/03/2015 à 12:44 :
Joe Dalton n a aucune crédibilité, 10 affaires judiciaires en cours (sans compter celles en cours sur ses collaborateurs), Bygmalion, un FN qui a explosé, une droite ex républicaine atomisé par sa "decomplexion", un chômage et un endettement massif après son départ, une société clivée (et il recommence avec le public contre le privé) etc etc

Ce type n a aucune vision, je me souviens, juste avant les subpimes, de ses discours ou pour lui les Français devait s engager dans le credit hypothécaire ahah que de bonne idée.
Réponse de le 03/03/2015 à 13:22 :
Il n'y a que les adeptes de l'UMP qui le voit en sauveur

J'espère quand même qu'on aura un autre choix que Hollande ou sarkosy sinon ça risque de mal finir
a écrit le 03/03/2015 à 12:38 :
je connais des gens qui croient encore en lui. d'ailleurs ils pensent et sont comme lui :
- ils aiment l'argent, le pouvoir.
-ils n'ont aucune culture
-ils n'ont aucune vision sur la société.
-ils n'aiment pas les fonctionnaires, les chômeurs et les arabes....
La France mérite mieux.
Réponse de le 03/03/2015 à 16:35 :
tout comme l'actuel en place
Réponse de le 03/03/2015 à 19:13 :
Tout à fait d'accord avec vous... Le seul souci, c'est que les électeurs du PS ont dans 99% des cas exactement les mêmes goûts, mais ne l'assument pas. Ils tiennent juste de jolis discours plein de compassion pour les autres, mais font systématiquement le contraire de ce qu'ils disent. Sérieux ! Regardez Hollande, c'est l'archétype du socialiste qui traite les autres comme des moins que rien dès qu'il n'en n'a plus l'usage, surtout son entourage, qui se comporte comme un notable de Province, qui applique les réformes qu'il honnissait hier... Alors entre les deux, mon coeur balance. Au moins, il y a une forme d'authenticité chez les supporters de Sarkozy. Ils veulent te bouffer et ils te le disent. Pas comme les socialistes qui en plus te prennent en traitre par derrière...
a écrit le 03/03/2015 à 12:37 :
Pas grand chose de nouveau par rapport à son programme de 2007.
Il veut faire une loi pour limiter la dépense publique, alors que la dette de l'Etat a augmenté de 600 milliards pendant ses 5 ans de présidence. Il prend vraiment les français pour des imbéciles. Cela ne me donne pas envie de voter pour lui.
a écrit le 03/03/2015 à 12:35 :
Vous critiquez, comme d'habitude.
Ca sent l'électeur qui a voté Flambie / Super Menteur et qui a besoin d'évacuer sa frustration.
Faites du sport ou allez voir un psy et arrêtez de donner des leçons que ne vous appliquez pas à vous même!
A bon entendeur...
a écrit le 03/03/2015 à 12:27 :
pourquoi demain alors que tout était possible hier!
a écrit le 03/03/2015 à 12:26 :
Ce mec n'a rien fait pendant 5 ans, tout comme Fillon. Toujours étonnant de voir ces gens plein de courage dans l'opposition mais incapables de faire quoique ce soit au pouvoir. A part placer leurs amis dans des fauteuils dorés bien sûr!
Réponse de le 03/03/2015 à 16:37 :
idem pour ceux au pouvoir actuellemnt
a écrit le 03/03/2015 à 12:15 :
Après ses 700 milliards de déficits laissé en 5 années de présidence.... Et en face y a aucun credit non plus. On est dans une impasse politique
a écrit le 03/03/2015 à 12:05 :
Quel crédit ? Mais AUCUN !
C'est une blague que vous nous faites , là ?
Ce type n'a jamais été capable de respecter un seul de ses engagements, à commencer par celui de disparaitre du paysage politique en cas de défaite à la présidentielle 2012.
a écrit le 03/03/2015 à 11:49 :
Recyclera t-il Lang, Kouchner, Amara, Yade, Dati, Boutin... ?

Ce serait dommage Nicolas de ne pas les recycler ceux là.
a écrit le 03/03/2015 à 11:44 :
simpliste pour plaire au plus grand nombre on tire: feu sur les fonctionnaires dans un autre registre on monte les jeunes contre les vieux et si on parlait de ses rentrées d'argent
Réponse de le 03/03/2015 à 14:05 :
Si au moins il proposait comme Xavier Kemlin de supprimer 1 million de fonctionnaires ! Il serait pas encore crédible
a écrit le 03/03/2015 à 11:43 :
D'après LE FIGARO"Ainsi, selon le rapport de l'IGF, les effectifs des opérateurs, une des sous-catégories d'agence, ont augmenté de 6,1% entre 2007 et 2012. Dans le même temps, ceux des ministères baissaient de 6%. De quoi laisser soupçonner un jeu de vases communicants… Le tout alors que le personnel des agences est payé 5% de plus en moyenne que les agents de l'État. Le rapport pointe d'ailleurs les rémunérations élevées des dirigeants: près de 123.000 euros par an sur un échantillon de 250 agences."Tout est dans le "entre 200 et 2012"
a écrit le 03/03/2015 à 11:36 :
pauvre nicolas
ça devient lassant de toujours mentir à la justice , alors que l'on vous croit toujours sur paroles et c'est dur dur d'être coupable , on me prend la main dans le sac , me voilà blanchi faute de preuves
Réponse de le 03/03/2015 à 11:46 :
@fagot ..Vous voulez dire que la justice sous François Hollande n est pas compétente? grave votre accusation !
a écrit le 03/03/2015 à 11:35 :
pourquoi il ne l a pas appliquer quand il était au pouvoir au lieu de faire plaisir a ces copains du cac40.
il ne dit rein de plus qu'en 2012 qu'il laisse la place au autre, c'est un gonfleur d'hélice
( brasseur de vent )
quand aura t on un politiciens avec des C.....
a écrit le 03/03/2015 à 11:33 :
Sarko ,l'homme qui a dégagé des fonctionnaires pour les remplacer par encore plus d'employés dans les agences d'état!
a écrit le 03/03/2015 à 11:31 :
"c'est grâce à une forte progression du PIB que certains pays sont parvenus à diminuer le poids des dépenses : la Suède l'a réduit, alors que les crédits publics étaient stabilisés - mesurés en milliards de couronnes -, mais que la croissance du PIB atteignait des chiffres élevés, à la fin des années 1990."
Plutôt inquiétant pour l'avenir ce constat, quelque soit son orientation politique.
a écrit le 03/03/2015 à 11:29 :
Il parle comme Coluche et cela séduit.
Pas de convictions comme 99% des politiciens, juste un tournesol.
Pour le reste, les électeurs ont déjà tranché en 2012.
a écrit le 03/03/2015 à 11:29 :
Moi, je me met a ca place, je sais que ci aux premier tour de 2017, je suis en deuxième place, derrière Marine Lepen, aux second tour, le peuple votera obliiiiiigatoirement pour moi, alors je rigolerais d'avance, en disant , ces abr..... mon critiqué, et regarde , maintenant ils votent pour moi, C'est pas merveilleux ça ....
En fait avant de critiquer, projeter vous aux second tour, et la , vous faites koi ?
il y auras deux option ...
En 1 Marine Lepen, Sarkozy, vous faite koi ?
En 2 Marine Lepen, Walls, vous faite koi ?
C'est a ça, qu'il faut répondre, c'est la que vous devez depuis maintenant, vous intéresser a la politique de la France, et j'en resterais la .....
Réponse de le 03/03/2015 à 11:48 :
ne pas oublier :
En 3 : Marine Lepen, Hollande, vous faites quoi? :-)
Euh pardon, cela reste très peu probable... heureusement pour nous!
Réponse de le 03/03/2015 à 13:02 :
en 1) Marine - Sarko = je vote MARINE
en 2) Valls - Marine = Je vote MARINE
en 3) Hollande - Marine = je vote MARINE
Je ne change pas d'avis comme de chemise, je sais ce que je fais au 1er tour et donc je revote la même chose au second tour.
UMP - PS et le reste, on a déjà gouté, alors terminé les magouilles......
Réponse de le 03/03/2015 à 16:58 :
je vote marine et encorre marine
Réponse de le 03/03/2015 à 19:47 :
Et bien comme Marine a largement assez de voie, moi ce sera pour le quatrième quel-qu’il soit pour qui je voterait au premier tour, j'espère qu'on sera nombreux à le faire histoire d'éliminer le PS et l'UMP du second tour. Autrement on sera reparti bêtement pour le PS ou l'UMP pour encore 5 ans et en 2022 on aura toujours pas de choix politique; et dans 5 ans on verra encore ce genre de commentaire de personnes désespérés mais qui ne réflichissent pas comment se sortir de ce genre de galère.
a écrit le 03/03/2015 à 11:22 :
Des lieux communs... qui ne résoudront rien, comme d'habitude
a écrit le 03/03/2015 à 11:22 :
Surement beaucoup plus que l'horibilis hollandis ....................
a écrit le 03/03/2015 à 11:21 :
La question est finalement posée.
On connaît la réponse quelque part en formulant la question ainsi.

Quel crédit accordé ?
Aucun. Aucun crédit.
a écrit le 03/03/2015 à 11:19 :
ce type et un illuminé ,il fonctionne a l'emotion (la raison c'est pas son truc... ) une nouvelle loi pour chaque fait divers...
partant du principe que les français son des feneants ,et que de la decoule tous les problemes .. et qu'il suffit pour que la france aille mieux ..de les mettre au boulot.cqfd.
d'ou son slogan travaillé plus pour gagner plus..!
mais il a oublier que produire et une chose ,..etre competitif et vendre et une autre chose.
a son epoque areva etait en concurence avec une entreprise coréenne pour la constrution d'une centrale nucleaire dans les pays du golf..areva etait 3 fois plus chere que les coréens..
ont voie aujourd'hui dans quelle situation se trouve areva ( en faillite.!).
pour le meme prix les coréens construise 3 centrale avec technologie americaine.
inutile de preciser qu'il ont remporter le marcher ..ect...
a écrit le 03/03/2015 à 11:16 :
la retraite a 63 ans facile pour lui , la noblesse qui écrase les sans dents c est un etre méprisant ce gars la et celui qui croie ces mensonges est de la même trempe.
ce gars la ne sert que la noblesse pas ceux de l étage en dessous , ne l oublier pas
je ne suis pas pour l ump mais si je devais votez ce serai b lemaire et non un gesticulateur a vent
a écrit le 03/03/2015 à 11:11 :
Quand je lis les commentaries de haine ci dessous,j ai la nausée...
Et surtout ,je me dis- comme tant d autres- que j ai bien fait de quitter la Framce ,il y a 9 ans....et que je ne suis pas pret d y revenir!
Tant de clichès ,de mediocrité,de non connaissances,et d inepties ,me fait seulement conseiller à NS de laisser tomber la France ,car elle ne le mérite pas!
Qu elle reste avec les menteurs médiocres ,comme F Hollande ,cela lui va très bien...
Ce pays est décidément définitivement condamné à diminuer puis sombrer...
Et bientôt il n y restera plus que des fonctionnaires ,ou des BOBOS de gauche ,tout le tissu économique aura fui.
Réponse de le 03/03/2015 à 11:29 :
NS favorise son électorat en usurpant morale et économie. La France ne le mérite pas ? Tant-mieux car je le renvoie dos-à-dos avec l'actuel président. Il n'a d'autre solution que la démagogie et les cadeaux improductifs. A part découper nos services publics en parts juteuses pour nous plonger plus dans un dirigisme européen de copinage et d'intérêts privés, à part pressurer la jeunesse pour faire durer la fête des 30 glorieuses pour son électorat qui croit à une ligne d'arrivée dans la vie après laquelle on profite, à part enlever toute dignité à ceux qui travaillent au profit d'héritiers, je ne vois rien qui change le visage de la France. Ah et une personne qui est droit dans ses bottes pour fiche le camp quand son pays a besoin de lui et qui n'a pas envie de se battre ne peut pas parler de courage, il est plus français qu'il le croit, voire même... socialo qui s'ignore !
Réponse de le 03/03/2015 à 11:42 :
Vous avez quitté la France depuis 9 ans vous dites, alors de quel droit émettez-vous une opinion, qui est essentiellement une critique négative sur la gestion de celle-ci, puisque cela ne vous concerne plus ?
Réponse de le 03/03/2015 à 11:43 :
Bonjour
Pourquoi s'intéresser encore à la France puisque vous l'avez quitter ?
Vous êtes hors du système à moins que vous venez une fois par an profiter du système de santé et de quelques autres avantages des "exilés fiscaux"
Bonne journée dans votre nouveau pays...
Réponse de le 03/03/2015 à 15:35 :
Expat a raison. Je suis resté 8 ans en expat et j'avais et ai toujours la nausée de voir ce comportement médiocre, pour ne pas dire pire, des français.
Les prèsidents que nous avons eu ces 35 dernières annèes, et que nous avons toujours, sont à la hauteur de ce que nous méritons... Des bonimenteurs, des incompétents, et des personnes sans courage.
Réponse de le 03/03/2015 à 19:16 :
Laissez moi deviner ? Vous êtes de gauche ! Votre réaction typique. Même drôle aurait quitter la France il y a 50 ans, il aurait le droit de s'exprimer !
Réponse de le 03/03/2015 à 23:25 :
@EXPAT
Lorsque le système financier mondial effondrer, qui reviendra en France où un minimum vital aura été sauvegardé? Monsieur l'Expat l'opportuniste.
Réponse de le 03/03/2015 à 23:34 :
@Ceux qui ont quitté la France
La France vous a laissé la liberté de quitter votre pays, elle vous a certainement instruit dans ses écoles laïques, vous avez bénéficié de son service de santé publique. Vos parents ont bénéficié de prestations sociales et de la sécurité d'un pays républicain et démocratique. Alors, faites votre argent ailleurs si ça vous convient, mais épargnez -nous votre "French bashing" et vos commentaires désobligeants de personnes aigries.
a écrit le 03/03/2015 à 11:07 :
aucuns crédits il vendrait des frigos aux gens du pole nord , quand t on a toutes les cartes en mains et que l on joue si mal il ne faut pas s étonner de perdre et lui , est un mauvais joueur .pourquoi il fera maintenant ce qu il na pas fait avant tout comme notre président il avait les carte en mais et , elle lui brules les mains . feu m Seguin disait dans une interviewe , l argent est jeter par les fenêtres et le président ne dit rien il le dit mais dans l oreille des sourds .
a écrit le 03/03/2015 à 11:05 :
Aucune, il a passé 5 ans à le tête de l'Etat, si changement devait avoir lieu, il aurait du les réaliser en son temps ...
le dignité implique de ne pas revenir lorsque l'on a perdu ... mais la dignité ... en politique ...
a écrit le 03/03/2015 à 11:02 :
Les propositions de Sarkozy correspondent à ce qu'il faut pour le pays, car elles sont favorables aux entreprises qui sont les seules créatrices de développement. Il n'y a pas besoin d'idées nouvelles, il suffit de bonnes idées, même si elles sont anciennes. La politique n'est pas un défilé de mode, d'ailleurs le socialisme est une idée très ancienne. Malheureusement, les Français sont profondément socialistes, ils aiment plumer le bourgeois, ponctionner les entreprises, travailler le moins possible dans la semaine, partir en retraite très tôt, ils aiment aussi leurs services publics obèses et et la distribution d'allocations de toutes sortes. Donc que les bien pensants se rassurent, les propositions de Sarkozy n'ont aucune chance de passer en France.
Réponse de le 03/03/2015 à 11:08 :
Il aurait du le faire en 2007 quand il avait tous les pouvoirs
Il n'est plus crédible.
Bye bye
il a rendez vous avec les juges pour quelques embrouilles
Réponse de le 03/03/2015 à 11:22 :
Les entreprises françaises sont les plus subventionnées au monde. Nous sommes dans un pays d'héritiers. Et elles se croient capable de donner des leçons. Les propositions de NS ? Du socialisme, pour les entreprises. Et bizarrement ça serait l'opposé de l'assistanat, positif ? Pourquoi ? Ce qui par miracle n'ira pas dans des paradis fiscaux ou des fonds de pension étrangers servira d'aumône à ceux qui ont fait cette croissance par leur travail ? Aucune chance car le chômage et la prospérité des gens est mise de côté, entre les mains de l'Etat tout juste bon à prendre les coups et l'addition sociale de l'économie moderne. Pratique... Subventionner les entreprises c'est jeter aussi l'argent par les fenêtres car une entreprise efficace est mécanisée et aime le chômage de masse qui fait baisser les revenus, et se fiche de la prospérité des gens et du bon fonctionnement de la société. Mais tout argent est bon à prendre. Les entreprises seules créatrices de développement ? Par l'intermédiaire de qui ? Les dirigeants seuls ? L'optimisation des ressources humaines ? Le détricotage du droit du travail et la volonté de faire travailler plus ceux qui ont un emploi sans jamais embaucher ? Et avec des cadeaux ça changerait ? Ce logiciel "vieille morale" est aussi dépassé que celui des socialos ! Après avoir mécanisé et licencié pendant des dizaines d'années car les conséquences ne sont pas leur problème mais celui de l'Etat il faudrait subventionner sans contrepartie ceux qui donnent des leçons ? Ça n'est pas du socialisme de faire ce que l'on veut dans son coin et de mettre les problèmes et les coûts sur le dos de la communauté et réclamer un argent qui n'existe pas en plus ? NS favorise son électorat comme un président de gauche le ferait avec le sien, mais bien plus efficacement, en usurpant l'idée de reprise économique. Mais là il faudrait la morale avec soi en plus, et l'inscrire dans la constitution, ha ha ha !
a écrit le 03/03/2015 à 10:54 :
Et tous ces pauvres gens qui disent AMEN à tout ce que les médias leur balance.
Vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous même si ce FH est un nul, mais bon on re-tente l'expérience avec MLP? Soyons fous.
C'est vrai qu'on a rien à perdre au point où on en est. 5 ans de plus 5 ans de moins, on n'est plus à ça près.
a écrit le 03/03/2015 à 10:42 :
Un amour déçu se transforme souvent en haine.
A méditer par tous ceux qui n'ont pas été fidèle.
a écrit le 03/03/2015 à 10:38 :
Si on se base sur son quinquennat, aucun.
a écrit le 03/03/2015 à 10:34 :
Hollande est plus à droite que Sarkosy sur l'économie et l'inverse pour le sociétal.Alors mieux vaut un socialiste lucide qu'un démagogue de "droite" qui augmente les impôts tout en disant qu'il les baisse.
a écrit le 03/03/2015 à 10:32 :
j ai voter pour lui en 2007 depuis tterminer....lui et son entourage donne veritablement l'impression de prendre les gens pour des simples d"esprit...pour le dire gentiment
a écrit le 03/03/2015 à 10:28 :
Sarkosy c'est la droite Canada dry ,ça ressemble à la droite ,ça à le goût de la droite mais en définitive c'est du socialisme .
a écrit le 03/03/2015 à 10:23 :
Supprimer l'ISF promesse intenable donc non tenue,s'il avait dit taux à 0,2% il aurait pu être crédible .Il n'a fait qu'augmenter les taxes et les impôts mais personne s'en souvient,moi si,
alors non merci .
a écrit le 03/03/2015 à 10:11 :
Et voici le pack 2015 "Promesses en tout genre - Votez pour Moi". Qui peut encore croire cet individu ?
a écrit le 03/03/2015 à 10:11 :
La simple suppression de l'ISF rapporterait au pays près de 20 milliards par an ! Et l'investissement en France repartirait. Et aussi l'emploi.......
Réponse de le 03/03/2015 à 11:00 :
Et là, la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu
a écrit le 03/03/2015 à 9:53 :
Mais non, il n'a pas changé
Toujours les memes rengaines électorales, comme si les français pouvaient encore y croire, tout comme celles d'en face.
Et puis quelle crédibilité accorder à un parti politique qui ne se debarasse pas de ses fraudeurs, au contraire c'est plutôt ceux qui denoncent les magouilles et dérives qui sont menacés d'expulsion.
a écrit le 03/03/2015 à 9:53 :
Il est bien gentil, Sarko, mais il a déjà été élu une fois pour faire tout çà, et il ne l'a pas fait.
Et il s'est bien gardé de faire un deuxième mandat.
Tant mieux, parce que ce n'est pas un bon gestionnaire de toutes façons : il a fait déraper le budget quand il était ministre du budget, et il explosé l'endettement public quand il était président.
A part çà, il n'est pas pire que les autres, finalement.
a écrit le 03/03/2015 à 9:52 :
On va faire simple et vite - là rengaine des nuls "commentaristes" c' est une nouvelle profession. De puis des lunes on tire sur NS, donc les jeux sont truqués dès le départ.
Je me demande d ' ailleurs si les journaux ne devraient pas arrêter leur section commentaires.A lire certains on demande si on rêve, non c'est plutôt un cauchemar .
Dire que NS n' à rien fait ce n'est pas de la mauvaise foi, mais des conneries monumentales.Arrêter votre haine d'inculte volontaire, soyez juste, analyser, non! C'est trop demander -esprits tordus, manque d'intelligence, et on se demande comment il se fait que la France est divisée? (Il y aurait beaucoup à dire sur ces mouvements de division) -Et ce titre accrocheur: Quel crédit accorder au propos de NS? Outre de relater l'article du "figuier" on a compris d'avance - voyez vous, fanfan à été, comme vous le savez élu sur des mensonges.
il n'avait tout simplement pas de programme, aujourd'hui, on voit la marinière se positionner, fanfan qui croit encore que les tulipes poussent à Noël, rêve d'un autre quiquenat, pour augmenter son cheptel, filion qui la joue cool et qui est sans envergure, jupe
Qui vire tantôt à gauche tantôt au centre, à droite le moins possible matelot, jupe / beyroux
représentent bien une certaine france celle de la confusion annoncée et etablie.
Pour revenir au sujet, la critique et les partisans du déni de la réalité veulent du neuf ? Mais du neuf en quoi...un état c'est comme un commerce, il y a les recettes et les dépenses.Il faut conjuguer les deux , point final- celui qui ne comprends pas ,faute de mieux qu'il aille demander à son boulanger. Alors du neuf? Mais que voulez vous inventer? -sinon de faire balancer les comptes -Pour le reste, innover ou? Si ce n'est dans de nouvelles structures, l'énergie, le commerce interieur et international, le droit au petits commerce et à quiconque de travailler comme et quand il le veut, le dimanche? Pourquoi pas,la recherche dans tous les domaines, la réforme des syndicats, de la magistragure, des soins hospitalier,etc etc.
L'innovation, oui mais aujourd'hui tout le monde veut faire star,on gueule après les riches, mais tout les gaucho rêves d'avoir une ferari , qui soutiendra que l'ouvrier ne rêve pas de gagner au loto. Certe j'oubli beaucoup de points qui seraient à developper , l'urbanisme, l'agriculture, les manufactures en tout genre, pour ce qu'il en reste...- mais innover ça passe d'abord dans la tête -Pour arriver enfin à ceci, la France n'à pas besoin d'un prince mais d'un manager, et actuellement je n'en voit qu'un ,soyez assuré que si je pouvais l'engager des mon entreprise, je ne le laisserai pas filer . Voyez vous pour être juste il faut avoir les yeux ouvert et un esprit libre. Les français feront encore le mauvais choix c'est certains, et si j'étais NS, je consolidera le parti et je fouterais le camp.La politiques française ne vaut pas le coup -Comme le disait le General: comment voulez vous gouverner un pays qui a autant de,etc,etc,
Réponse de le 03/03/2015 à 10:28 :
Ouf, heureusement que vous avez fait simple et vite... on l'a échappé juste à temps!!!
Réponse de le 03/03/2015 à 11:41 :
Mais dîtes moi, NS n'a t'il pas été à la tête de l'état pendant 5 ans (avez-vous vécu en France entre 2007 et 2012) ? Pour qu'elles résultats ? NS a généré autant de déception que d'espoir qu'il avait donné aux Français... La sanction a été à la hauteur de cette déception !
Réponse de le 03/03/2015 à 11:57 :
On va te plumer Bourgeois !
(Et un patron qui sait écrire le Français c'est mieux aussi)
a écrit le 03/03/2015 à 9:35 :
Les emplois créateurs de richesse sont essentiellement dans l'industrie, et l'agriculture, pas dans la fonction publique. La priorité des priorité doit donc porter sur ces secteurs qui n'ont cessé de décliner en France. On en connaît les raisons (de nombreux rapports français (Attali, etc) ou étrangers (OCDE, etc) en ont décrit les raisons).
Pour financer cette remise à niveau de compétitivité qui va coûter de l'argent (par exemple via la baisse du coût du travail), et pour en même temps stabiliser notre endettement, l'Etat n'a pas d'autres choix que de baisser ses dépenses, son train de vie. Ça va faire mal, très mal. Je ne pense pas que les français soient capables actuellement de l'encaisser. Il va falloir que nous sombrions comme la Grèce, le Portugal et autre pour que nous soyons "obligés" de le faire.
C'est pour cela que les propositions de Sarko ou tout autre politique ne me font ni chaud ni froid. Je ne crois pas qu'un homme politique actuel, dans le contexte actuel, soit capable de remettre le pays sur pied. Nous sommes un pays bloqué!
a écrit le 03/03/2015 à 9:34 :
il vaut effectivement mieux qu'il se concentre sur l'économie plutôt que la politique étrangère. Mais bon, même en économie il n'est bon à rien. Avant il donnait les arguments au FN, maintenant il reprend les arguments au FN. Inutile et dangereux, donc.
Réponse de le 03/03/2015 à 11:41 :
Et FH rue du cirque
a écrit le 03/03/2015 à 9:29 :
Qui a encore envie d'écouter $arkozy? Rien que l'annonce de son nom crée le rejet chez la majorité des Français.
a écrit le 03/03/2015 à 9:28 :
revient à générer des centaines de milliers de chômeurs en plus, les postes se libérant plus tard que ce qu'ils auraient dû. Je veux bien, mais Sarkozy a-t-il un plan pour compenser ces centaines de milliers de désœuvrés en plus ? Plan qu'il n'avait de toute évidence pas lors des 5 années de sa présidence.
a écrit le 03/03/2015 à 9:23 :
Le résultat de près de 3 ans de réflexion n'est pas glorieux. Finalement, c'est du réchauffé pas très convaincant.
a écrit le 03/03/2015 à 9:21 :
c'est homme n'a jamais su ce qu'était l'économie.... la France souffre d'un petit problème 57 % du PIB passe par le public nous sommes donc un état communiste... le bricolage de sarko ne sert à rien... les 35 Heures a faire sauter sans négociation.... l'isf est nécessaire mais il devrait étre déduit des droits d'enregistrement en succession...supprimer les fonctionnaires d'état ca été le brodel aux finances et ca continue par contre les fonction dépar mairie région et autres ont récrutés plein pot..la retraite ....la c'est le vrai foutoir des fonctionnaires des hommes politiques des ceci cela...tout le monde a 66 ans....idée éviter que des hommes politiques genre Villepin reviennent dans leurs corps d'origine un jour pour une prime et la retraite de leur grade - je cite juppe jospin martine aubry Hollande... macron continue a étre a l'inspection des finances détaché....
a écrit le 03/03/2015 à 9:09 :
Si Sarkozy etait capable de faire quelque chose, ca aurait ete fait durant son quinquenat. Tout ce qu il veut c est revenir au pouvoir pour ne pas finir comme Giscard. Pour le reste, ses mesures sont totalement inefficaces. Remplacement d un fonctionnaire sur 2 : il n y est pas arrive comme president, et en plus c est pas assez rapide s il faut attendre 20 ans pour baisser leur nombre. Recruter sur contrat de 5 ans. Pourquoi pas ? Mais ca se fait deja : les informaticiens sont achetes en gros a des SSII (dit marchand de viandes) pour des contrat en general d un an. donc pas de nouveaute.
Supprimer l ISF sans reelement baisser les depenses = hausse du deficit ou nouveaux impots. Franchement, la priorite est de detaxer le travail, pas la rente. Mais je reconnais que c est pas tres porteur pour le gros de l electorat UMP, en particulier les vieux
a écrit le 03/03/2015 à 8:35 :
Les Français d'en bas n'accordent plus aucun crédit à Sarkozy et ses équipes spécialistes des mensonges et des manigances, leurs stratagèmes pour servir leur cupidité et celle sans limite de leurs proches voyous de la finance.

Cela dit, c'est du pareil au même pour HollandeValls et leurs "amis".
Réponse de le 03/03/2015 à 9:27 :
je vous sais gré de parler uniquement en votre nom; ne mélangez votre avis au nôtre, svp. de plus avant l'insulte veuillez argumenter même si apparemment vous êtes limité, essayez. merci
Réponse de le 03/03/2015 à 9:53 :
Je suis d'accord
C'est le sentiment qui règne dans le pays et qui explique la montée du FN

Il faut changer la tete de l'UMP et proposer des hommes neuf sans casserole et sans un historique de mensonge a faire rougire n'importe qui
a écrit le 03/03/2015 à 8:30 :
Que ne ferait il pas pour contrôler ou échapper a la justice ! Il doit quitter la politique !
a écrit le 03/03/2015 à 8:16 :
Il nous ressort son programme de café du commerce, et on sait qu'en plus il ne le fera pas, puisqu'il ne l'a pas déjà fait en 2007. Je souhaite ne plus jamais voir la gueule des Guéant, Hortefeux, Morano & co, au pouvoir. Et si Hollande a été élu c'est bien "grâce" à la personnalité insupportable de son prédécesseur qu'on devait se farcir à la télé 4 ou 5 fois par semaine.
a écrit le 03/03/2015 à 8:04 :
Aucun credit....il a juste envie de pouvoir et pognon....et est pret à se parjurer
a écrit le 03/03/2015 à 8:03 :
Ce type , c'est pas que du vent et du creux.
Ce type , c'est des dizaines d' années et de milliards à récupérer.
A récupérer avec VOS impôts.
Le Bling -Bling , c'est lui qui fait et c'est toi qui payes.
Réponse de le 03/03/2015 à 9:29 :
encore un propos au ras des pâquerettes. Au lieu de dire des ânerisà la sauce FNPS ou PSFN de grâce vérifiez les chiffres d'avant mai 2012 vs Allemagne, GB puis après si vous avez un peu compris venez dire votre """pensée"""".
a écrit le 03/03/2015 à 8:00 :
Il doit partir
Il est grillé il a trop menti
On n'en veux plus

Du neuf avant que lepen arrive !!
Réponse de le 03/03/2015 à 9:27 :
la le pen?? hips
a écrit le 03/03/2015 à 7:59 :
Pour retrouver un peu de croissance, il faut basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. Il devrait pour cela revoir la transition énergétique. Qu'en pense NKM?
a écrit le 03/03/2015 à 7:47 :
La retraite a 62 ans OK la seule condition que Sarkozy ne dit pas :quelle soit appliquée a tous les FRANÇAIS sans exception (régime spéciaux, fonctionnaire ,armée ,députés ,sénateurs etc...)toute cette catégorie sont déjà très avantagés ,mais a chaque fois ont ne parle que des Francais travaillant dans le privé ,et qui bouche par leurs impôts le déficit des caisses du public QUELLE JUSTICE
a écrit le 03/03/2015 à 7:46 :
je ne suis pas prêt de digérer les220 millions de COPPE,avec sa clique!!
a écrit le 03/03/2015 à 7:37 :
très bon article , pédagogie et réalisme, dont sur la hausse du temps de travail et les heures sup !
a écrit le 03/03/2015 à 7:33 :
Ce type c'est du vent, c'est du flan. On a toujours en mémoire sa liste de promesses pratiquement toutes non tenues !
a écrit le 03/03/2015 à 7:27 :
Nicolas Sarkozy avait TOUS les pouvoirs en début de mandat : l'assemblée nationale et le sénat. Il pouvait lancer toutes les réformes qu'il voulait. Il n' en n' a faite AUCUNE. Sa stratégie était d'emprunter sur les marchés financiers pour ne pas réformer la France et pouvoir se faire réélire ni vu, ni connu (sans douleur pour les Français). Il a emprunté 600 milliards d'euros en 5 ans dont seulement 200 milliards son dus à la crise. Les 400 autres milliards sont dus à sa mauvaise gestion des affaires et à ses non réformes. Ce type : c'est du vent, c'est du flan !
Réponse de le 03/03/2015 à 8:42 :
A la solde des américains, il ne pouvait que saboter le travail pour nous retarder!
a écrit le 03/03/2015 à 7:23 :
Aucon credit a accorder au petit bonhomme a talonettes !!!
Réponse de le 03/03/2015 à 9:30 :
dites bel argument. ENA, Science Po, HEC sans doute. PTDR
Réponse de le 03/03/2015 à 16:22 :
Il faut bien se metre au niveau du petit bonhomme a talonettes ce n'est pas un niveau difficile a atteindre meme s'il a mis ses talonettes..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :