L'édito de La Tribune : Dégel historique

 |   |  338  mots
L'éditorial d'Eric Benhamou, rédacteur en chef adjoint à La Tribune.

La visite à Taipei de Chen Yunlin, le négociateur en chef chinois chargé des relations avec Taiwan, concrétisée par une série d'accords commerciaux, marque un tournant. Les plus blasés s'attarderont sans doute sur la reprise d'un dialogue interrompu depuis dix ans. Et qu'importe sa profondeur, l'important est de parler, surtout, de savoir se parler entre frères ennemis. Et depuis que le vieux parti taiwanais du Kouomingtang est revenu au pouvoir en mars, chacun prend soin en effet d'éviter les provocations ou les surenchères nationalistes.

Les plus sceptiques n'y verront qu'une énième tentative de rapprochement sous couvert de « business» qui se brisera fatalement, comme auparavant, sur la question de la souveraineté. Mais les plus optimistes tableront sur un vrai dégel historique. Il est bien sûr trop tôt pour mesurer la portée réelle de ces échanges, mais il existe aujourd'hui incontestablement un climat favorable pour que se nouent des liens entre les deux gouvernements.

Tout d'abord, les nouvelles générations au pouvoir, tant à Pékin qu'à Taipei, souhaitent tourner la page d'une histoire parfois trop lourde à porter. Laissons l'histoire aux historiens, et aux politiques le soin de construire l'avenir sur l'examen des intérêts mutuels. Ensuite, la place de la Chine dans le monde a beaucoup changé : elle est de facto un acteur de premier plan du système multilatéral et pourrait enfin assumer toutes ses responsabilités de grande puissance commerciale.

Pour preuve d'apaisement, elle n'a pas opposé de veto de principe aux demandes de Taiwan de rejoindre certaines organisations internationales, comme l'OMS. Une petite révolution en soi. Enfin, les Etats-Unis aussi ont modifié leur regard sur la Chine, devenue l'un des ses principaux partenaire commercial et surtout son premier créancier. L'Amérique ne fait plus de Taiwan un point de crispation mais un enjeu de stabilité et de prospérité économique dans la région. Pour Barrack Obama, c'est clair: c'est aussi en Asie que se joue la stabilité mondiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Complement d'information sur d'autres raisons a ce rapprochement entre la Chine et Taiwan:D
epuis deux ans, pres de 10% des Taiwanais (2millions de personnes)vivent et travaillent regulierement en Chine, suivant ainsi la delocalisation de leur propre production. La situation economique a Taiwan s'est beaucoup degradee suite a cette delocalisation vers la Chine et la Coree du Sud. La derniere serie de tremblement de terre (En 1999, je crois), qui avait compromis la disponibilite de nombreux composants electroniques avait ainsi incite Intel et consorts a quitter Taiwan pour la Coree du sud.
Enfin, les USA jouaient un role preponderant dans les frictions entre Chine et Taiwan, avec beaucoup de desinformation sur la Chine, dans la presse anglo-saxone et taiwanaise. Depuis que les USA et Taiwan ont besoin de la Chine comme terre d'investissements et de revenus, tout s'arrange. Enfin, les Taiwanais ont ete decus par le parti independantiste au pouvoir pendant 5 ans, d'ou le retour d'un parti nationaliste plus consensuel dont la vision officielle a toujours ete: une Chine, deux systemes. VOila.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et puis j'ai oublie de dire que le president independantiste, Xiao Bian, avaient ete elu avec seulement 34 ou 37% des voix. Et oui, a Taiwan, ils ont de multiples candidats (une vraie democratie, ce qui est rare en Asie, meme le Japon avec ses vieux partis commis d'office est moins democratique), mais avec un seul tour, ca coince. Lors d'un potentiel second tour, le meilleur des deux candidats pro-rapprochement avec la Chine de l'epoque (Song du Xin Tang devant Lian du Kuo Ming Tang) aurait eu, au cumule des electeurs anti-independance, plus de voix que le seul Xiao Bian. Comme quoi, le droit de se presenter et de voter ne suffit pas a une democratie... Taiwan a ainsi passe 5 difficiles annees a tenter de s'isoler de la Chine, contre la volonte d'une majorite de sa population. Finalement, ces 5 annees ont ete utiles. Taiwan se devait d'essayer cette voix pour n'avoir aucun regret a revenir au Statu quo du "Une Chine, 2 systeme." VOila.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@eurocameraman:

En 2000, ill y avait 3 principaux candidats:
- Chen Shui-Bian, du DPP
- James Song, sans étiquette mais proche du KMT
- Lien Chan, candidat du KMT
Le président Chen Shui-Bian a recu 39,3% des votes, 36.8 % pour Song et 23.1 % pour Chan.
Si Song et Chan s'était rassemblé, Chen ne serait pas passé. Mais il est passé avec quand même 4,977,737 votes.

En 2004, il a été élu avec 50.11% (6,446,900 ) contre 49.89% (6,423,906) pour le ticket Lien-Chan. Certes la marge est super faible, mais les bulletins ont été recompté et pas d'irrégularités ont été mise à jour par la commission des elections.
Avant de balancer des trucs comme ca, soyez un peu au courant.

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais ici la situation est très chaude. Il n'y a pas un jour sans manifestation.
Y 'a un site d'infos en ligne sur Taiwan, en francais, et ils en parlent dans leur forum, allez y faire un tour, vous y apprendrez pas mal de choses.
L'adresse: http://www.taiwanmag.net
J'espère ne pas avoir enfreint les règles du site en donnant l'adresse internet, ce n'est que pour notre information :)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Merci pour les precisions. J'ai ecrit de memoire, avec la premiere election de Xiao Bian (Chen Shui Bian) en references, pas la suivante. Ce qui m'avait vraiment choque a l'epoque, c'est une election a un seul tour avec de multiples candidats. c'est quand meme limite de diriger un pays avec seulement 39% des voix... Song aurait pu etre elu, car sa position "sans etiquette" etait due a son depart du KMT (mine par des scandales financiers), mais son message etait identique: Une Chine 2 systemes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis un taiwanais ayant fait mes études en France, et vivant actuellement à Taiwan. Je travail dans le domaine de l'édition et des beaux arts. J'aimerais simplement aider les lecteurs français à mieux comprendre ce qui se passe ici, en apportant mon point de vue. A savoir que cette série d'accords économiques (et la visite de l'envoyé de Pékin) est en réalité un cadeau empoisonné de la part de la Chine pour Taiwan. Sous prétexte d'améliorer les échanges économiques, c'est en fait la souveraineté nationale de Taiwan qui est visée. Voici quelques faits :

1/ Pour obtenir d'ouvrir ces négociations, Taiwan devait au préalable reconnaître le principe d'une seule Chine, ce que le Président Ma (pro chinois et né à Hong Kong), s'est empressé de faire sans rien obtenir en contrepartie, comme le retrait des 1300 missiles chinois visant Taiwan, par exemple. D'ailleurs, il n'a même pas obtenu d'être appelé par son titre de Président par l'envoyé de Pékin.
2/ Pour contenter l'envoyé de Pékin, le gouvernement actuel a déployé un dispositif policier digne de l'époque de la loi martiale : 7000 policiers et CRS (équivalent) venus de tout le pays, et aucune manifestation autorisée dans les endroits où devait passé l'envoyé de Pékin, les barbelés, lances à eau et fumigènes ont été ressortis, fait inouie depuis au mois 20 ans, alors qu'en face les manifestants étaient des civils non-armés comme vous et moi.
3/ Toujours pour plaire à Pékin et dans un souci de "politesse" envers les invités chinois, les drapeaux taiwanais ont été confisqués, alors que les drapeaux chinois volaient au vent, un comble sur le sol taiwanais (imaginer le cas en France : drapeau tricolore interdit au profit du drapeau chinois !? Quel scandale !), les manifestants ont été tabassés sans pitié, bref les droits de l'homme et la démocratie a reculé de 20 ans ... en 5 jours !
4/ Et tout ça pourquoi ? Pour des accords économiques considérés comme une panacée, une bouée de sauvetage par un président qui n'a plus que 20% de soutien aux derniers sondages. Moi qui ai appris les valeurs démocratiques en France et qui suis fier de la transformation démocratique de mon pays, j'en ai le coeur brisé...

Lecteurs français et communauté internationale ! resteriez-vous les bras croisé devant cette catastrophe ?

Notre demande est pourtant modeste : un peu d'attention (médiatique ou personnelle) sur les problèmes de cette partie du monde (très lointaines pour vous, je sais) et du discernement quand vous verrais les articles qui vont certainement venir, condamnant la violence des manifestants soi-disant "pro-indépendantistes", mais en fait pro-démocratie à Taiwan.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Autre précision par rapport à l'article de M.Benhamou :
Le Kouomintang et le PCC ne sont plus des frères ennemis depuis longtemps (l'an 2000 pour être précis), ils se sont ligués contre les pro-indépendantistes et l'auto-détermination des taiwanais, et oeuvrent dans un seul but : l'unification avec la Chine. Pourquoi ? Parce que finalement, ces deux partis se ressemblent énormément : ce sont des partis autoritariste, anti-démocrates et avant tout chinois. Ce sont des frères tout simplement. Ironie de l'histoire : le KMT qui a maintenu la loi martiale avec son cortège de morts, d'emprisonnements et de non-libertés, durant 40 ans à Taiwan, sous prétexte d'anti-communisme est maintenant le premier à les accueillir à bras ouverts...tant pis pour les anciens opposants exécutés accusés à tort de communisme. D'autre part, les taiwanais ont sans doute été déçu par les indépendantistes, mais 5 mois de gouvernement KMT et il ne reste plus au Président Ma que 20% au dernier sondage : c'est de loin pire que tout ce à quoi on pouvait s'attendre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :