La grippe A "en recul" au Mexique : notre dossier complet

L'épidémie de grippe porcine est "en recul" au Mexique, mais la prudence doit rester de mise, a annoncé ce dimanche le ministre de la Santé. Le nombre de victimes reste de 19 sur un total de 560 cas confirmés.

Les autorités mexicaines estiment que l'épidémie de grippe porcine est "en recul", a indiqué ce dimanche José Angel Cordoba, le ministre de la Santé du Mexique, considéré comme l'épicentre mondial du virus. Le dernier bilan s'élève à 19 morts, sur 560 cas confirmés. "Chaque jour nous observons une diminution des cas graves et de fait, la mortalité a diminué", a-t-il poursuivi. Autre motif d'espoir, le dernier décès remonte au 28 avril.

Un peu plus tôt, le ministre avait assuré que l'épidémie paraissait en "phase de stabilisation", mais qu'il était "trop tôt" pour dire si le pays avait surmonté le pire de la crise. Les autorités mexicaines avaient fait état il y a quelques jours de 159 décès "probablement" dus à la grippe porcine, mais des tests plus rigoureux effectués dans des laboratoires américains et canadiens ont exclu la plupart des cas.

Prudente, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué samedi "ne pas savoir à quel point la pandémie peut être grave ou bénigne", estimant que l'évolution de la situation des "prochains jours en Europe" serait déterminante. "Nous n'avons pas encore constaté une transmission soutenue" en dehors du continent américain, a observé le Dr Michael Ryan, directeur du Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie (GOARN) de l'OMS.

Aux Etats-Unis, le bilan a été relevé à 160 cas confirmés (contre 143 précédemment), la plupart bénins. La grippe a fait un mort dans ce pays, un bébé mexicain. Plus d'un millier de personnes ont probablement été infectées à New York - dont 63 cas ont été confirmés par des tests en laboratoire, et toutes sont guéries ou en voie de l'être. Une trentaine de nouveaux cas ont été signalés samedi au Canada, portant le total à 85.

L'épidémie s'est étendue à 18 pays sur quatre continents. Hormis le Mexique, les Etats-Unis, le Canada et le Costa Rica, la maladie a été détectée également en Europe (Allemagne, Autriche, Danemark, Espagne, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse), au Moyen-Orient (Israël), en Asie (Hong Kong, Corée du Sud) et en Nouvelle-Zélande.

Par ailleurs, le virus H1N1 a été détecté au sein d'un troupeau de porcs de l'Alberta (ouest du Canada). Selon les autorités canadiennes, il est "fort probable" que les porcs aient été exposés au virus par un agriculteur s'étant rendu récemment au Mexique. L'homme est guéri et tous les porcs sont également guéris ou en voie de l'être. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a affirmé que la sécurité alimentaire n'était pas affectée.

Cette annonce pourrait pourtant avoir des répercussions sur le commerce alors qu'une quinzaine de pays, dont la Chine et la Russie, des marchés considérables, ont interdit ou restreint l'importation de porcs ou de leurs produits dérivés provenant des Etats-Unis, du Canada et du Mexique. Ces trois pays ont appelé samedi dans une déclaration commune "à ne pas se servir de l'apparition de la grippe porcine pour limiter inutilement le commerce".

Alors que l'Egypte a commencé samedi l'abattage massif des porcs, quatre organisations internationales ont dénoncé samedi dans un communiqué conjoint le boycott du porc. L'OMS, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) affirment que la viande de porc "n'est pas source d'infection" dès lors qu'elle est préparée selon les règles d'hygiène de base.

La réaction la plus vigoureuse est venue de la Chine qui, après l'apparition du virus, détecté vendredi sur un Mexicain arrivé à Hong Kong, a placé à l'isolement 41 Mexicains, sans avoir de symptômes de la grippe porcine, selon l'ambassade mexicaine à Pékin. En représailles, le Mexique recommande à ses ressortissants de "ne pas voyager en Chine". Quant aux clients et membres du personnel de l'hôtel Metropark de Hong Kong - 300 personnes au total -, ils restaient confinés dans l'établissement pour sept jours car le Mexicain porteur de la grippe porcine y était resté quelques heures.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
la grippe terminée ou presque, normal roche a écoulé ses stocks. Quelle arnaque. en pleine crise

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Quel temps de cochon . Eh ! pourtant, ils les ont abattus ... . Mais bon, il reste mon vieux cochon tirelire, qui lui ne risque rien, car il est à sec .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.