Etats-Unis : l'activité manufacturière ralentit, l'immobilier souffre toujours

 |   |  352  mots
L'indice ISM de l'activité manufacturière a reculé en juin pour atteindre son plus bas niveau depuis décembre 2009. Côté immobilier, les promesses de vente ont chuté de 30% en mai, tandis que les dépenses de construction reculaient de 0,2%.

Mauvais indicateurs économiques ce jeudi outre-Atlantique. La croissance de l'activité manufacturière a ralenti en juin, pour tomber à son plus bas niveau depuis décembre 2009, le secteur affichant toutefois son onzième mois de croissance d'affilée. L'indice de l'Institut for Supply Management (ISM) est ressorti à 56,2 le mois dernier contre 59,7 en mai et un consensus le donnant à 59.

Le sous-indice de l'emploi est tombé à 57,8 après 59,8 en mai, ce qui constituait alors son niveau le plus élevé depuis mai 2004. La composante des commandes nouvelles a reculé à 58,5, son plus bas niveau depuis octobre 2009, contre 65,7 le mois précédent, tandis que celle des prix acquittés a chuté à 57, contre 77,5 en mai et 71,0 attendus.

Côté immobilier, les dépenses de construction ont enregistré une baisse mais moins importante que prévu, en mai. Le département du Commerce a fait état d'un recul de 0,2% des dépenses globales de construction en mai, à 841,9 milliards de dollars en rythme annualisé, après une hausse de 2,3% (révisée) en avril, qui était la plus forte progression mensuelle depuis près de dix ans.

Les économistes anticipaient en moyenne une baisse de 0,8% de ces dépenses. Les dépenses privées, elles, ont reculé en mai de 0,4% après deux mois de progression, après l'arrêt d'un crédit d'impôt sur l'immobilier.

Enfin, les promesses de vente dans l'immobilier ancien ont chuté de 30% en mai, nettement plus que prévu, après l'expiration fin avril d'un crédit d'impôt très populaire, a annoncé jeudi l'Association nationale des agents immobiliers (NAR). Son indice, calculé sur la base de contrats signés en mai, est tombé à un point bas record de 77,6 contre 110,9 en avril.

Côté emploi, les nouvelles inscriptions au chômage ont rebondi lors de la semaine achevée le 26 juin, pour repartir à un niveau bien supérieur à la moyenne depuis le début de l'année. En données corrigées des variations saisonnières, le nombre de demandes d'allocations de chômage est monté à 472.000, contre 459.000 la semaine précédente et 476.000 deux semaines auparavant, alors que les analystes attendaient une baisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :