Obama défend la Fed

 |   |  539  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
"Le mandat de la Fed, de même que le mon propre mandat, est de faire croître notre économie. Et ce n'est pas uniquement bon pour les Etats-Unis, mais également pour le monde entier", a déclaré le président des Etats-Unis en visite en Inde ce lundi.

Le président Barack Obama a défendu lundi la politique monétaire de la Fed à l'occasion d'une visite en Inde, répondant ainsi à la Chine qui a intensifié ses critiques à trois jours du sommet du G20 à Séoul.

L'ambition du sommet de jeudi et vendredi de trouver un terrain d'entente entre les 20 principales économies de la planète pour d'éviter une "guerre des monnaies" et les protectionnismes, est mise à mal par le vif débat suscité par le programme d'assouplissement monétaire quantitatif supplémentaire annoncé mercredi dernier par la Réserve fédérale des Etats-Unis.
"Le mandat de la Fed, de même que le mon propre mandat, est de faire croître notre économie . Et ce n'est pas uniquement bon pour les Etats-Unis, mais également pour le monde entier", a déclaré le président des Etats-Unis.

"Et la pire chose qui pourrait arriver à l' économie mondiale, pas seulement à la nôtre, c'est que nous nous retrouvions sans croissance ou avec une croissance très limitée."
Les Etats-Unis ont de manière répétée reproché à la Chine de ne pas laisser le yuan s'apprécier librement afin de soutenir ses exportations. Lundi, Pékin a à son tour accusé Washington de manipuler indirectement son taux de change, sous couvert d'un soutien affiché à un "dollar fort".

"Pour les Etats-Unis, émetteurs d'une monnaie de réserve, lancer une deuxième vague d'assouplissement quantitatif en ce moment, cela veut dire à notre avis qu'ils ne se montrent pas à la hauteur de leurs responsabilités concernant la stabilité des marchés mondiaux et ne pensent pas à l'impact des excès de liquidité sur les marchés émergents", a déclaré le vice-ministre des Finances Zhu Guangyao, lors d'un point de presse à Pékin.

Plusieurs pays émergents d'Amérique latine et d'Asie ont également critiqué la décision de la Fed (voir [ID:nLDE6A326R]).
La Russie s'est jointe à ce concert en déclarant lundi que les membres du G20 auraient dû être consultés avant que la Fed ne prenne sa décision.
"Le président russe va insister sur le fait que de telles décisions doivent être soumises à une consultation préliminaire des autres membres de l' économie mondiale", a déclaré Arkadi Dvorkovitch, un des "sherpas" russes pour le sommet du G20.

La mesure de la Fed a suscité des craintes de tensions inflationnistes et les pays émergents font valoir les risques d'un afflux de capitaux vers leurs économies . L'or, traditionnel refuge contre la montée des prix, a brièvement atteint un nouveau record lundi au-dessus de 1.398 dollar l'once.

Pour Barack Obama, affaibli par la défaite du camp démocrate aux élections de mi-mandat, l'Inde est la première étape d'une tournée de dix jours en Asie, au cours de laquelle le chef de la Maison blanche se rendra entre autres en Indonésie et au Japon. Il sera à Séoul les 11 et 12 novembre pour le G20.

Pour apaiser les tensions avant le sommet, les Etats-Unis ont déjà cédé sur la question d'un objectif chiffré plafonnant les excédents ou déficits des comptes courants, une idée rejetée par la Chine, l'Allemagne et le Japon notamment.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :