Le plan irlandais ne convainc ni la Bourse, ni l'euro, qui plongent

 |   |  223  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les risques de contagion de la crise de la dette dans la zone euro font chuter le CAC 40 qui a cédé 2,46% ce lundi, et l'euro qui est passé sous 1,31 dollar.

La Bourse de Paris a plongé ce lundi, le CAC ayant cédé 2,46% à 3620,96 points dans un marché assailli par les craintes de contagion de la crise de la dette à d'autres pays de la zone euro. Même Wall Street est mal orienté.

L'euro a accentué ses pertes par rapport au dollar ce lundi, passant à la fois sous la barre de 1,31 dollar et sous celle de sa moyenne mobile sur 200 jours, une évolution généralement annonciatrice de nouvelles baisses à venir. L'euro s'était brièvement apprécié dans les premiers échanges en Asie au lendemain de l'annonce du plan d'aide européen à l'Irlande.

Preuve que le plan trouvé durant le week-end pour juguler les crises peine à convaincre, sur le front des dettes à long terme, la situation continue de se dégrader. A 16h30, le taux espagnol à 10 ans se tendait à nouveau de 25 points de base par rapport à son niveau de vendredi soir, à 5,43%. Celui de l'Italie a grimpé de 25 points de base pour s'établir à 4,67%.

Le Trésor italien, qui a procédé ce lundi à des émissions à diverses échéances (2013, 2017, 2021) pour un montant total de 6,83 milliards d'euros, ne peut que constater la hausse des taux, d'une opération sur l'autre (50 points de base depuis la dernière opération). Quant aux taux irlandais et portugais, ils sont remontés de respectivement 8 et 5 points de base.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2010 à 8:05 :
Le problème de l'euro est l'endettement excessif de certains Etats dont la France et la disparité des performances économiques entre les différents Etats. L'endettement astronomique ne pourra pas se régler sans une dévaluation. La disparité économique est historique et ne cessera jamais. Conclusion : les problèmes de l'euro ne sont pas solubles et l'euro disparapitra !
a écrit le 29/11/2010 à 20:44 :
Les français pourraient travailler jusqu'à 80 ans pour pouvoir les aider les capitalistes irlandais et anglais. Je suis prêt à leur envoyer nos riches qui nous servent à rien.
a écrit le 29/11/2010 à 20:25 :
Serions nous en train de payer avec quelques années de retard notre absence d'Europe? Les marchés sont comme les loups, ils sentent le sang frais à des km à la ronde. Une monnaie sans état fort, cela ne marche pas, pour preuve. Nous essayons de calmer les marchés et cela ne marche pas. l'euro survivra seulement si l'EU , du moins l'eurozone, se fédéralise sur un mode plus intégré, sinon, l'euro finira par disparaitre, dans un, deux ou trois ans. Il est triste de voir à quel point nos politiques , surtout les français, ont été aveugles. Quand L'Allemagne à proposer du temps d'Helmut le saut politique, la France a dit non....nous en payons le prix. Si l'euro disparait, certes l'Union Européenne disparait aussi, mais cela va au delà..certes les pays les plus faibles seront dans la chienlit la plus profonde, mais la France aussi paiera très cher, très très cher son absence de vision. La seule bonne nouvelle et que la fin de l'euro et de l'EU signera la fin de la candidature turque. Car pour voir des points positifs dans cette fin ( voir le journal anglais the Independent.co.uk sur la fin de l'euro) a de quoi donner des sueurs froides au plus européen que je suis/ nous sommes. Le retour à l'Europe d'avant? suûrement pas car cet arrêt sera irrémédiable, la fin d'un rêve qui aura mis tout simplement trop de temps à exister à cause de l'incurie des uns et l'absence de volonté des autres, français en tête... j'oublie presque le jusque boutisme pro Turc des uns et l'absence d'Europe des autres, Anglais en tête.
Réponse de le 29/11/2010 à 20:56 :
Même constat, l'europe ne fait plus rêver. Plus de jeux ss frontières, l'eurovision est moquée en France. Plus rien ne nous rassemble avec les autres pays européens. Une belle Utopie qui se transforme en gros marasme voire peut être en enfer. (4 ans après 29 hitler arrivait au pouvoir)
a écrit le 29/11/2010 à 20:11 :
Parfait ! La fin de l'Europe fédérale est ce qu'il peut arriver de mieux à la démocratie. Retirez vos espèces des banques, bientôt, il n'y en aura plus.
a écrit le 29/11/2010 à 20:04 :
Bon, la fed fait tourner la planche et le dollar monte, les sociétés sortent des bénéfices et le CAC plonge, tout le monde s'accorde pour dire que ce sera une reprise lente, mais une reprise qd même et l'or explose tout les scores... Ah, j'oubliais, ont a même un baril de brut en sens inverse du reste, c'est bien connu, quand l'économie va mal ont consomme plus.... Ca devient coton là qd même...
a écrit le 29/11/2010 à 18:01 :
Quand les européens auront-ils enfin compris que leur union est une aberration. Il faut créer une véritable entité et en être fier. Hors à la tête de l'Europe nous n'avons que des "collabos"de Wall-Street. Il ne devrait plus y avoir un seul soldat US en Europe, plus aucune base militaire ou d'espionnage comme <Echelon> qui sont là pour s'assurer que ce que j'avais lu en 1970 dans un journal de Seattle est toujours exact: <Europe will be americanized or will never be>.
On doit avoir en Europe un système social homogène, un cours du travail qui élimine les inégalités et oblige les plus démunis de s'expatrier. Les systèmes éducatifs doivent aussi s'harmoniser ainsi d'ailleurs que notre défense. Cet amalgame de républiques royales, de républiques mafieuses et de monarchies décadente avec ses milliers de sangsues et d'inutiles doit disparaitre.
Comme pour la France actuelle, des changements radicaux s'imposent. Malheureusement, aucun responsable politique ou médiatique a le courage d'aborder la simple vérité et exposer les faits.
Comme disent mes amis américains: It will get worse before it gets better ! Désolé, futures générations; c'est ainsi et je n'y peux rien !
Sincèrement... Jean-Claude Meslin
Réponse de le 29/11/2010 à 20:13 :
Oui, c'était précisément ce que proposait le FN ... il y a 25 ans !
a écrit le 29/11/2010 à 17:31 :
Les difficultés ne font que réellement commencer, l'effort pour endiguer la crise financière avec les milliards donnés aux banques n'a rien produit. Bien au contraire, les banques n'ont pas redistribué l'argent dans l'économie réelle et ont fermé les robinets pour mieux se consacrer aux marchés financiers, le casino n'était pas fermé.
Qu'en est il également de SPPE et des milliards injectés pour rien dans des sociétés au bord du gouffre.
Le malade est mort, enterrons le et repartons sur des bases saines.
Réinventons la croissance avec d'autres valeurs que celles du marché
La vraie crise ne fait que commencer
a écrit le 29/11/2010 à 17:27 :
Bonne nouvelle !
Une bonne chute de l'euro aurait la vertu de faire fuir les spéculateurs de notre "pauvre" marché immobilier car il ne serait plus rentable.
Du coup, les bonnes familles françaises pourraient à nouveau se loger.
Cela obligerait aussi nos états à faire une cure d'amaigrissement de leur dépenses.
Ce serait pas si mal, si vous n'êtes pas banquier ou fonctionnaire !
Réponse de le 29/11/2010 à 18:17 :
@ zalexparis: sauf qu'une chute de l'euro relancerait l'inflation et permettrait donc, entre autres, une remontée des taux hypothécaires !!! Attention au retour de manivelle pour ceux qui ont emprunté, parce qu'en raison de la démographie (vieux déjà logés et jeunes sans empli pour s'acheter un logement), il devrait y avoir plus de vendeurs (les héritiers des anciens) que d'achetuers (les cômeurs ou chômeurs potentiels). Ce qui me fait dire que le marché de l'immobilier est une bulle en attente d'éclatement :-)
a écrit le 29/11/2010 à 17:07 :
Comment explique-t-on que les pays du Nord, qui ne sont pas dans la zone euro ont une croissance comparable à la Chine?
La Suède fait 6,9% de croissance au dernier trimestre et la couronne, devise nationale ne cesse de grimper...
Réponse de le 29/11/2010 à 20:47 :
Tout simplement parce qu'ils n'ont pas tout vendu aux capitalistes, ils n'ont pas fait comme la france. Un autre argument, il y a 100 fois plus d'arbres que d'habitants
a écrit le 29/11/2010 à 16:17 :
Alors que les difficultés qui touchent certains pays de la zone euro, viennent des USA et de la crise des subprimes, la chute de lehman brothers...et le dollar lui n'est pa attaqué.Quand les investisseurs se rangeront-ils à l'évidence et lacheront le dollar/monnaie de réserve, au détriment d'autres devises. pendant ce temps, le gouvernement américain vient de faire tourner la planche à billets ) à hauteur de 600 Mds de dollards.Nos décideurs européens sont-ils si inefficaces......
a écrit le 29/11/2010 à 16:03 :
Avant de vous faire goûter à un biscuit craquant venu de Suède, la webradio indépendante AWI ne pouvait passer sous silence un événement qui est dernièrement venu alimenter l?actualité économique et financière la plus chaude.

En effet, ce pays nordique, non membre de la zone euro, a émis le souhait d?apporter un prêt bilatéral de 5 à 10 milliards de couronnes (530 millions à 1,06 milliard d'euros) à l'Irlande en plus de l'aide financière que l'Europe et le FMI vont procurer à Dublin. Il est vrai que la Suède avait déjà accordé des aides du même niveau à l'Islande et à la Lettonie, ce pays pouvant se vanter d?avoir les finances publiques parmi les plus saines d'Europe, avec une forte croissance de près de 5%, cette année.

Du même coup, l?essai en live de la nouvelle 9-5 de marque SAAB arrive à point nommé, cette ex-filiale de General Motors, étant devenue propriété du Néerlandais Spyker Cars, début 2010 .

Réponse de le 30/11/2010 à 8:00 :
La Suéde qui a un ratio de charges sociales comparable à la France se porte bien grâce à une bone gestion. La France pourrait aussi bien faire sans l'euro avec de bons gestionnaires
Réponse de le 30/11/2010 à 11:30 :
Ce qui manque sont les bons gestionnaires et il faut aussi se débarasser de tout ce qui coute et qui ne rapporte rien: DOM/TOM et anciennes colonies.
a écrit le 29/11/2010 à 15:37 :
Tout se conjugue. L'euro a perdu sa virginité et cherche sa crédibilité; Wall Street a les Feds sur le dos; et les pruneaux tombent sur Yeonpyeong! Remarque pénétrante vue sur un site US: comme rien ne se passe à Pyongyang sans l'assentiment de Beijing, ce sont les Chinois qui provoquent les Américains... Dans ce brouillard qui s'épaissit, il est difficile d'espérer une réelle résolution à court terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :