Le fonds d'aide européen devrait pouvoir racheter de la dette, selon Jean-Claude Trichet

 |   |  351  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le rachat de dette souveraine par le Fonds de stabilité financière européen (FESF) serait "utile", selon le président de la Banque centrale européenne (BCE). Ce dernier a également précisé que la résolution de la crise budgétaire est "en cours".

Il serait utile de conférer au Fonds de stabilité financière européen (FESF) le droit de racheter de la dette souveraine, a déclaré mercredi le président la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet. Interrogé sur une telle hypothèse, il a répondu: "Je ne l'écarterais certainement pas et je considère que cela pourrait être utile dans certaines circonstances" a-t-il déclaré à Bloomberg TV.

Jean-Claude Trichet a donc de nouveau appelé à renforcer le FESF et à lui donner plus de flexibilité en lui permettant notamment de racheter de la dette souveraine, tout en précisant qu'il ne voulait pas "dicter des mesures aux gouvernements." Ces propos font échos à ceux tenus un peu plus tôt par Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

La résolution de la crise budgétaire européenne est en cours, a également assuré Jean-Claude Trichet. "Nous y travaillons bien sûr et nous appelons tous nos partenaires à faire ce qu'il faut", a-t-il déclaré à l'agence Reuters lors du Forum économique mondial de Davos. "Il faut qu'ils aient un temps d'avance pour prouver aux investisseurs, aux épargnants, aux ménages et aux entrepreneurs qu'ils font ce qu'il faut."

La crainte d'une propagation de la crise et d'un éclatement de l'euro s'est estompée depuis le début de l'année, grâce à des adjudications réussies de titres de dette portugais, espagnols ou encore italiens et à la perspective d'un nouveau plan anti-crise qui devrait être dévoilé lors du sommet européen des 24 et 25 mars.

Jean-Claude Trichet a déclaré que les taux d'intérêt actuels se situaient à un niveau approprié. La BCE a décidé en début de mois de maintenir ces taux à un plus bas historique à 1%.

Un sondage effectué par l'agence Reuters auprès de 82 économistes, publié mercredi, a montré qu'un relèvement des taux est attendu en moyenne au dernier trimestre 2011 ou en début d'année 2012. Le mois dernier, l'inflation au sein de la zone euro a dépassé l'objectif de la BCE à 2% pour la première fois en deux ans.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2011 à 19:53 :
On paie pour sauver les banques et on rachete leurs invendables : que la finance est belle . Pourquoi les journalistes ,les syndicats restent muets ?
a écrit le 27/01/2011 à 11:43 :
c'est la pire des choses, dans le privé, on appelle cela faire de la cavalerie; on fait un trou, que l'on bouche en en créant un autre plus grand à côté (avec les intérêts) et ainsi de suite... que ce soit ce monsieur qui nous préconise cela n'est guère surprenant, il avait bien validé les comptes du crédit lyonnais alors que cette banque était en déconfiture; il est le reflet de la dégénérescence des règles, des états et de leur incompétence, en général. La reproduction de "pseudos élites" gagnées par la consanguinité, qui sont infoutues de pouvoir gérer quoi que ce soit sainement, à savoir : elles ne savent que dépenser, et en cas de problème ne savent que dire et faire une chose : "créons une taxe..." (dixit Chirac sur les avions et Sarkozy sur les transactions financières...)
Réponse de le 14/02/2011 à 4:45 :
L'Europe fait comme les Etats Unis pour éviter de voir l'Euro trop monter face au dollar.
Du coup il va falloir se préparer a vivre avec une inflation mondiale forte ...
Mais pour faire baisser le poids des dettes et pour faire baisser les salaires sans le dire , l'inflation c'est peut être bien .... du moment qu'on ne revit pas les années 1923 / 1933 allemandes ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :