Une fois encore, la BCE opte pour le statu quo

Le taux de refinancement est maintenu à 1%. Les commentaires de Jean-Claude Trichet ont tempéré les anticipations d'une prochaine hausse des taux.
Copyright Reuters

Sans surprise, la Banque centrale européenne (BCE) a laissé inchangés ses taux directeurs à l'issue de la deuxième réunion de politique monétaire de l'année. Le taux de refinancement a en effet été maintenu à 1%, niveau auquel il est coincé depuis le mois de mai 2009.

Et pourtant, les pressions inflationnistes se font plus présentes. En janvier, les prix à la consommation ont progressé de 2,4% dans la zone euro, au dessus de l'objectif de 2% maximum de la BCE pour le deuxième mois consécutif.

De fait, la surprise aurait pu davantage venir du degré de fermeté adopté par Jean-Claude Trichet, lors de la conférence de presse (à partir de 14h30). Le président de la BCE et plusieurs membres du conseil des gouverneurs ont déjà haussé le ton ces derniers jours, soulignant la flambée des prix alimentaires et de l'énergie et leurs craintes de voir surgir des effets de second tour (dans les salaires).

Mais le banquier central est resté très prudent, contribuant à dégonfler les anticipations de hausse des taux. "Nous sommes tout à fait en conformité avec l'appréciation que nous avions le mois dernier", a-t-il indiqué. "Nous continuons à voir des manifestation de pressions inflationnistes, principalement à cause des prix de l'énergie et des matières premières". Mais pour le patron de la BCE, si "l'inflation va probablement rester au-dessus de 2% la plus grande partie de 2011", elle devrait redescendre vers la fin de l'année. "Ce qui compte, ce n'est pas l'inflation immédiate mais le moyen terme", a-t-il martelé.

Des propos qui vont donc à l'encontre d'une hausse des taux dans un avenir rapproché. Sur le marché des changes, l'euro, qui s'était hissé jusqu'à 1,3860 au cours des derniers jours, a quelque peu perdu de sa fermeté. A 16h, la monnaie unique s'échangeait à 1,3630 dollar. Sur le marché obligataire, le taux à deux ans allemand se détendait de près de 15 points de base, à 1,37%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 06/02/2011 à 0:31
Signaler
SORTIR DE L EURO VITE

à écrit le 03/02/2011 à 21:17
Signaler
Une fois de plus les banques centrales trouvent une excuse pour ne pas agir contre l'inflation. Alors que le maintien de pouvoir d'achat de la monnaie leur rôle officiel. Les prix alimentaires flambent, le pétrole flambe, les prix immobiliers sont à ...

le 03/02/2011 à 23:49
Signaler
De quelles banques centrlales voulez-vous parler ? Si nous ne les avions pas eu en 2008 avec la garantie des états ,c'était 1929 pour monde entier. J'ai beaucoup de mal à comprendre votre commentaire très contracdictoire ! N'oubliez pas que l'éc...

à écrit le 03/02/2011 à 21:07
Signaler
Etonnant. Avec une crise finit depuis Mme Lagarde et des bourses qui regrimpent à des sommets, tout cela semble de moins en moins crédible.

le 04/02/2011 à 10:14
Signaler
La bourse a des sommets ! Vous vivez dans un monde parallèle. Pour le seul CAC40 le sommet était à 7000 et il n'est qu'à 4000. Votre perspective doit êt(re complètement faussée, il faut consulter ! Il est vrai que quand on veut argumenter à sens uniq...

à écrit le 03/02/2011 à 17:03
Signaler
et dans le même temps, les banquiers annoncent une hausse des taux des prêts immobiliers ! donc de leur marge... pour se verser des bonus ?

à écrit le 03/02/2011 à 15:00
Signaler
trichet devient le complice d'un gouvernement qui souhaite l'inflation pour éponger sa dette!!!!!!!!!!! heureusement qu'il sera bientot en retraite

le 03/02/2011 à 16:34
Signaler
Et ca ne sera pas trop tot.

à écrit le 03/02/2011 à 14:52
Signaler
Stagflation : Situation d'un pays qui connait un niveau élevé d'inflation(importée ou non) avec une croissance faible et avec un fort taux de chômage! Si les taux de base remontent, ça casse le peu de croissance récurrente et la récession menace. C'e...

le 04/02/2011 à 9:57
Signaler
Si il mange de la pierre !

à écrit le 03/02/2011 à 13:53
Signaler
Et voila, Très prompts à sauver les banques, assez peu à protéger les populations de cette spéculation outrancière sur les matières premières et l'énergie en limitant les flots d'argents mis à disposition non pas de l'économie mais de la finance...

le 04/02/2011 à 7:46
Signaler
Que ceux qui connaissent les moyens de limiter la hausse des matières premières (pétroles, produits alimentaires...) fassent connaître rapidement leurs solutions....à court terme bien sur..la régulation de la finance qu'appelle de ses voeux le présid...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.