Berlin a réussi à contenir son déficit public à 3,3% du PIB

 |   |  462  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Au quatrième trimestre, les exportations ont une nouvelle fois soutenu la croissance outre-Rhin. Le déficit public sur l'ensemble de l'année 2010 a finalement atteint 3,3% du PIB.

La reprise s'est poursuivie en Allemagne au quatrième trimestre 2010, les exportations ayant compensé la faiblesse du secteur de la construction, affecté par un hiver rigoureux, et une forte baisse des stocks, ce qui place la locomotive européenne en position de force pour 2011.

Et le déficit public, selon les critères du pacte de stabilité européen, a atteint l'an dernier 3,3% du PIB, a annoncé Destatis. L'Office a ainsi corrigé en baisse une première estimation datant du 12 janvier, qui faisait état d'un déficit de 3,5% du PIB.

Les chiffres détaillés de l'Office fédéral de la statistique ont confirmé ce jeudi que le PIB du pays avait augmenté de 0,4% au quatrième trimestre, soit le septième trimestre de croissance consécutif, mais qu'il avait toutefois marqué le pas par rapport aux trois trimestres précédents.

L' Allemagne a connu une reprise plus rapide qu'attendu et a fait mieux que ses voisins européens après sa pire récession enregistrée depuis la Seconde Guerre mondiale. Sur un an, la croissance allemande ressort en hausse de 4% par rapport à la même période de 2009.

Les échanges commerciaux ont apporté 0,7 point de pourcentage de croissance, a indiqué l'office, qui a décomposé jeudi des données trimestrielles publiées une première fois le 15 février dernier. Le secteur de la construction a en revanche ôté 0,4 point de pourcentage au PIB, de même que les stocks.

"Comme prévu, le secteur de la construction a considérablement ralenti la croissance à la fin de 2010. Mais cela devrait être compensé au premier trimestre", commente Ulrike Kastens chez Sal. Oppenheim, citée par Reuters. "Les commandes solides et les indicateurs positifs du sentiment suggèrent une croissance comprise entre 0,8% et 1% au premier trimestre", ajoute-t-elle.

Les indicateurs prévisionnels ont grimpé à des plus haut de plusieurs années. C'est ainsi que le moral des entrepreneurs allemands a atteint un nouveau record en février, en dépit d'une réduction des dépenses et du ralentissement de la croissance à l'étranger, a révélé l'indice Ifo lundi. Les enquêtes auprès des directeurs d'achat ont également montré que la croissance record de l'industrie avait soutenu la solide progression de l'activité dans le secteur privé.

Pour 2011, l'économie devrait vraisemblablement croître de quelque 2,5%, a déclaré mercredi Axel Weber, président de la Bundesbank, laissant ainsi entendre que la banque centrale du pays avait revu à la hausse ses prévisions. La croissance de cette année devrait ramener le PIB de la première économie de la zone euro à son niveau d'avant la crise de 2008-2009, selon Axel Weber, dont l'estimation de PIB est supérieure à celle de 2% fournie en décembre dernier par la Bundesbank.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2011 à 8:35 :
C le fruit des sacrifices des allemands et d'une économie dynamique et compétitive de l'économie allemande

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :