L'inflation en zone euro au plus haut de 28 mois met la pression sur la BCE

Jean-Claude Trichet, président de la BCE, avait dit que la hausse des prix à la consommation allait se poursuivre pendant une grande partie de l'année dans la zone euro, tout en assurant que cette évolution ne menaçait pas pour autant la stabilité des prix à moyen terme.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

La hausse des prix à la consommation dans la zone euro s'est accélérée en février, le taux d'inflation s'installant nettement au-dessus de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) et atteignant un plus haut depuis octobre 2008. Selon les chiffres provisoires publiés mardi par Eurostat, ce taux dans les 17 pays utilisant l'euro s'est établi à 2,4% le mois dernier sur un an, un niveau conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters, après un taux de 2,3% en janvier.

La BCE souhaite maintenir l'inflation à un niveau très légèrement au-dessous de 2%. La Banque centrale européenne procède jeudi à sa réunion de politique monétaire à l'issue de laquelle aucun des 82 économistes interrogés par Reuters ne prévoit un relèvement des taux d'intérêt, qui sont à un plus bas historique de 1% depuis mai 2009. Ces économistes ne voient pas le resserrement monétaire commencer avant le quatrième trimestre 2011, même si le nombre d'entre eux qui voient un premier tour de vis dès le troisième trimestre a légèrement augmenté, à 21 sur 81 contre 16 sur 79 lors d'une précédente enquête Reuters.

Eurostat n'a pas fourni les détails qui l'ont conduit à calculer ce chiffre de 2,4%, mais, sans surprise, les économistes attribuent cette hausse essentiellement à la flambée des cours du pétrole et des prix alimentaires. Jeudi dernier, le cours du Brent a atteint un pic de deux ans et demi à 119,79 dollars le baril à la suite des craintes des investisseurs de voir les violentes tensions politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient se traduire par des perturbations dans l'approvisionnement d'or noir.

LA BCE PREVOIT UNE POURSUITE DE LA HAUSSE DES PRIX

Christoph Weil, économiste chez Commerzbank, voit le taux d'inflation s'inscrire à 2,5% en mars. Lors de la conférence de presse suivant la réunion de comité de politique monétaire du mois de février, Jean-Claude Trichet, président de la BCE, avait dit que la hausse des prix à la consommation allait se poursuivre pendant une grande partie de l'année dans la zone euro, tout en assurant que cette évolution ne menaçait pas pour autant la stabilité des prix à moyen terme.

Les intervenants sur le marché seront donc très attentifs à tout écart entre l'appréciation de la situation que Jean-Claude Trichet donnera jeudi et celle qu'il a présentée le mois dernier. "La BCE a réagi verbalement (aux tendances inflationnistes). Il faudra encore quelques mois avant une hausse des taux", estime Christoph Weil. Martin Van Vliet (ING) fait le parallèle entre la situation actuelle et celle de la période 2004-2005, époque où la BCE avait entamé un cycle haussier à partir d'un taux de 2,0%, à l'époque le plus bas historique. "C'est une répétition de 2005 (...) J'ai toujours tendance à croire que les taux seront relevés d'ici la fin de l'automne", a ajoute l'économiste.

Eurostat a également annoncé mardi que le taux de chômage dans la zone euro était repassé en janvier sous la barre des 10% pour la première fois depuis décembre 2009, à 9,9% de la population active.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 28/04/2011 à 17:34
Signaler
Ne pas oublier que l'inflation équivaut à une forme d'impôt puisque la dette astronomique des Etats s'érode en volume de la valeur de l'érosion des placements des épargnants. Et qui a le plus pour les épargnants perd la plus. Impôt juste ?

à écrit le 09/03/2011 à 13:58
Signaler
Trichet réclame sa hausse, comme EDF, GDF,les collectivités locales...etc.

à écrit le 04/03/2011 à 15:24
Signaler
Pas d'inquiétude. L'inflation ne dépassera pas les 2% en France. Ce serait contre productif.

à écrit le 02/03/2011 à 17:34
Signaler
les gros actionnaires ne senrichissent pas assez sur le court terme achatde produit manufacturé insufisant en quantité . d ou une inflation des prix pour amortir l investissement a peu prés dans les délais ...investissement excessif sur le court term...

à écrit le 02/03/2011 à 17:03
Signaler
Certes l'inflation est surtout dûe à l'envolée des prix des carburants mais je ne vois pas en quoi une hausse des taux de la BCE ferait effrondrer la misérable croissance que nous connaissons...Si vous allez demander un prêt auprès de votre banque ( ...

à écrit le 02/03/2011 à 16:54
Signaler
Comme à son habitude la BCE oublie sa feuille de route. L'inflation est le mettrre mot de la BCE aujourd'hui cette inflation est due pour l'essentiel à la famblée des prix des matières premières. La BCE à permis aux banques grâce à des taux à 1% de s...

à écrit le 02/03/2011 à 10:54
Signaler
Cette inflation est essentiellement exogène (Matières premières) et pèse sur les consommateurs qui la subissent de plein fouet. Si les taux augmentent, la (faible)croissance s'effondre, au choix !

le 02/03/2011 à 15:05
Signaler
@ gerardc27: les Américains ont essayé la dévaluation à grande échelle de leur monnaie. Apparemment, cela n'a pas fonctionné ou n'a pas suffi. La seule carte qui leur reste est donc l'inflation massive.

à écrit le 02/03/2011 à 10:10
Signaler
Attention ! Le statut de la BCE est explicite ! PAS D'INFLATION !

le 02/03/2011 à 15:07
Signaler
@ GG: ouais, tout comme le plafond de déficit fixé pour les pays de l'UE. Au fait, plus personne ne parle des pénalités prévues :-) Il y a toujours l'exception qui confirme la règle, et le jour où les politiques ne mentiront pas, les poules auront de...

à écrit le 02/03/2011 à 8:30
Signaler
puisqu'il a voulu se méler des salaires,que mr trichet se penche sur l'augmentation du gaz. LE PRIX d'approvisionnement du gaz a baissé de 30 % alors pourquoi cette augementation de 5% ,,,,????????????. LES TAUX TROP BAS favorise la spéculation.

le 02/03/2011 à 20:34
Signaler
aucun rapport avec les taux... le prix du gaz est fixé par une équation dépendant notamment du prix du fioul... et ce, sur des contrats de 25 ans imposés par le cartel gazier.

le 06/03/2011 à 0:44
Signaler
Si ce n'est que le gaz augmente de 5%, l'électricité de 5% (5% par an pdt 5ans , loi NOME) pour que le privé puisse s'insérer dans le marché, l'essence le fioul de xx% (pas possible de suivre), l'immobilier de 5 à 10% , l'alimentaire va augmenter fo...

le 06/03/2011 à 0:44
Signaler
Si ce n'est que le gaz augmente de 5%, l'électricité de 5% (5% par an pdt 5ans , loi NOME) pour que le privé puisse s'insérer dans le marché, l'essence le fioul de xx% (pas possible de suivre), l'immobilier de 5 à 10% , l'alimentaire va augmenter fo...

le 06/03/2011 à 0:44
Signaler
Si ce n'est que le gaz augmente de 5%, l'électricité de 5% (5% par an pdt 5ans , loi NOME) pour que le privé puisse s'insérer dans le marché, l'essence le fioul de xx% (pas possible de suivre), l'immobilier de 5 à 10% , l'alimentaire va augmenter fo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.