Les Portugais appelés aux urnes sur fond de crise économique

 |   |  350  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Portugais voteront le 5 juin pour renouveler leur parlement, alors que le pays s'enfonce dans la crise économique.

Le président portugais Anibal Cavaco Silva a dissous le parlement jeudi et appelé à des élections législatives anticipées, parlant de grave crise économique, un peu plus d'une semaine après la démission du gouvernement socialiste minoritaire de José Socrates. La date du scrutin est fixée au 5 juin.

La démission de José Socrates mercredi dernier, après le rejet par l'opposition de son plan d'austérité, avait suscité un abaissement de la note du pays par des agences de notation.

La décision du président Anibal Cavaco Silva intervient alors que le pays est en proie à de graves difficultés économiques qui pourraient le contraindre à demander, à l'instar de la Grèce et de l'Irlande, un sauvetage auprès de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.

"J'ai pris la décision d'appeler à des élections compte tenu de la nette détérioration de la situation politique, comme le montre la difficulté croissante du gouvernement minoritaire et de l'opposition à se mettre d'accord sur des mesures pour surmonter les problèmes économiques et sociaux auxquels le Portugal fait face", a déclaré le président Silva.

L'annonce jeudi d'un déficit budgétaire plus fort que prévu a accru la pression sur les rendements obligataires portugais, qui ont une nouvelle fois atteint des plus hauts historiques depuis la création de l'euro. Le déficit est ressorti à 8,6% du produit intérieur brut (PIB) en 2010, alors que le gouvernement visait 7,3%.

"Le prochain gouvernement devra faire face à une crise économique et financière sans précédent", a déclaré le président. "Les difficultés du pays sont si profondes que personne ne peut avoir l'illusion qu'elle disparaîtront d'un jour à l'autre."

Tous les partis d'opposition ainsi que les socialistes ont demandé une convocation des électeurs le plus tôt possible, a déclaré le chef de l'Etat. L'opposition de droite a rejeté l'idée d'un gouvernement de coalition pour éviter des élections. Elle exclut aussi des alliances pré-électorales.

Le gouvernement sortant restera en fonction jusqu'aux élections pour expédier les affaires courantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2011 à 9:10 :
Le parlement Portugais a été irresponsable de ne pas accepter la proposition de leur premier ministre et en agissant ainsi n?ont eu besoin d?être déclassé par les agences de notation. Ainsi, par défiance les taux d?intérêts monte encore à plus de 8 % ce qui est une folie !.Il ya 32 M d?euros de dettes, il faut donc en emprunter au moins 39.Il n?ya que la BCE et le FMI qui puissent le faire, car les banques portugaises ne les ont pas.
Quand ont voit le Brésil pointer son nez c?est assez savoureux
Réponse de le 01/04/2011 à 12:30 :
Peut-être ne le savez-vous pas, mais, le Portugal est dans le marché global depuis plus de cinq siècles (Chine, Inde, Brésil, etc)... Et il a des liens fraternels avec le Brésil, pays dont la base démographique est essentiellement de racine portugaise...En effet, ce fut plutôt une vrai colonisation de peuplement que de prédation...Maintenant, quant aux alliances «de facto» ou «de jure» qui ne savent ou ne peuvent évoluer, d'autres se feront ou se renforceront... C'est la Vie!
Réponse de le 03/04/2011 à 8:51 :
Merci car je ne le savais pas pour le Portugal.(mise à jour donc,car j'en étais resté
aux autres pays).
Le ministre des finances Mantega a dit qu'il ne rachèterais pas la dette Portugaise.
a écrit le 01/04/2011 à 8:25 :
"LE PAYS S'ENFONCE DANS LA CRISE ECONOMIQUE". Dans un article de la Tribune du 30/3/2011, le grand economiste Van Rompuy affirmait pourtant toute sa confiance envers le Portugal pour faire face a ses dettes. Selon lui, tout allait bien dans le meilleur des mondes. et Van Rompuy il s'y connait!
Réponse de le 01/04/2011 à 18:32 :
En effet il s´y connait.
Mais personne ne s´attendait que un PSD irresponsable , pour avoir des problèmes intérieurs, lancerait le Portugal dans un tourbillon politique avec des conséquences imprévisibles. Il n´y pas autre politique alternative.
Il y a eu un dégât du PS, naturel dans la conjoncture, mais pas alternative meilleur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :