Côte d'Ivoire : Gbagbo cesse le feu et négocie son départ

 |   |  651  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Compte à rebours pour le régime de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire. De plus en plus prises à la gorge, les forces du président sortant ont annoncé avoir stoppé les combats. Alain Juppé a confirmé que Gbagbo négociait son départ.

Quelques heures après l'intervention à Abidjan en Côte d'Ivoire des hélicoptères de la force française Licorne aux côtés de la force de l'Onu dans le pays (Onuci), le chef d'état major de l'armée fidèle au président sortant Laurent Gbagbo a annoncé appeler à un cessez-le-feu. "Suite au bombardement par les forces françaises de certaines de nos positions et de certains points stratégiques de la ville d'Abidjan, nous avons nous-mêmes arrêté les combats et nous avons demandé au général commandant l'Onuci un cessez-le-feu", a indiqué le général Mangou. "Nous demandons à l'Onuci de faire en sorte qu'il n'y ait pas de pillages et de chasse aux sorcières".

Dans la matinée, Ally Coulibaly, ambassadeur ivoirien en France et proche d'Alassane Ouattara, indiquait que Laurent Gbagbo "est en vie actuellement" et "serait en négociations pour se rendre". "On est au courant", a déclaré Alain Juppé, interrogé sur ces négociations. "S'il y a des possibilités de le voir quitter le pouvoir, nous sommes prêts", a ajouté le ministre français des Affaires étrangères lors d'un point de presse. "Deux généraux proches de l'ancien président Gbagbo sont en train de négocier les conditions d'une reddition" a affirmé François Fillon à l'Assemblée nationale lors de la séance des questions d'actualité. Pour Paris, il est impératif que le président sorti s'engage par écrit à renoncer au pouvoir.

"Tout peut se dénouer dans les quelques heures qui viennent" avance de son côté Gérard Longuet, le ministre français de la Défense. "La France peut être aujourd'hui fière d'avoir participé à la défense et à l'expression de la démocratie en Côte d'Ivoire" a conclu le Premier ministre.

Pour justifier l'intervention de l'armée française, l'Elysée indiquait dans un communiqué avoir répondu à une requête du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, qui a sollicité l'aide de la France dans une lettre à Nicolas Sarkozy. "Le président de la république a répondu positivement à cette demande et autorisé les forces françaises, agissant conformément au mandat que leur a donné le Conseil de sécurité, à participer aux opérations conduites par l'Onuci en vue de la protection des civils", lit-on dans le communiqué. L'Elysée publie le texte des lettres échangées entre Ban Ki-moon et Nicolas Sarkozy, le secrétaire général de l'Onu déclarant qu'il était "urgent" de lancer des opérations pour mettre hors d'état de nuire des armes lourdes utilisées contre la population civile et l'Onuci qui lui vient en aide.

Ce sont ainsi 150 soldats supplémentaires qui ont été envoyés en Côte d'Ivoire pour protéger les civils, portant à quelque 1.650 hommes l'effectif de son dispositifs Licorne sur place. A Abidjan, des témoins ont rapporté que deux hélicoptères de l'Onu avaient tiré lundi des missiles sur le camp militaire d'Akouédo, qui abrite trois bataillons de l'armée ivoirienne fidèle à Laurent Gbagbo.

La violence des affrontements préoccupe fortement les organisations humanitaires; en particulier l'ONU aux droits de l'homme qui dénonce une une situation humanitaire "absolument dramatique". L'inquiètude est d'autant plus forte que "des armes lourdes sont utilisées dans des quartiers (d'Abidjan, ndr) ayant une très forte densité de population, et auraient conduit à des dizaines de morts ces derniers jours", a souligné Rupert Colville, porte parole du Haut commisariat aux droits de l'homme lors d'une conférence de presse ce mardi.

La porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU, Elisabeth Byrs, a quant à elle expliqué que "la plupart des hôpitaux ne marchent pas, ils manquent d'oxygène... quant aux ambulances, elles ne fonctionnent pas non plus et quand elles roulent, on leur tire dessus".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2011 à 6:47 :
Il faut traduire Gbagbo et ses sbires devant La Cour pénale internationale (juridiction permanente chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l?humanité et de crime de guerre)
a écrit le 06/04/2011 à 16:56 :
quitter le bagbo avant qu'il nous coule, il a bien naviguer, qu'il se debrouille avec les pourboires qu'il a amassé
a écrit le 06/04/2011 à 7:33 :
vous voyez bien que la "démocratie" c'est de la m.......!!!
a écrit le 05/04/2011 à 20:52 :
il y'en n'a marre de cette propagande sarkosyste.
demain on verra qui dit la vérité,car Mr GAGBO n'à pas encore démissionné et n'a pas l'intention de le faire pour le moment selon son conseiller.
a écrit le 05/04/2011 à 15:06 :
Il est normal que les pays occidentaux chassent tous les dictateurs du pouvoir afin d'instaurer la vraie démocratie en Afrique.
Tous ces présidents africains sont des égoïstes qui passent tout leur temps à piller le patrimoine de l'état pour s'enrichir et enrichir leur famille.
Le moment est venu de leur imposer un système d'élection à deux tours et un mandat limiter de gouvernance.
Réponse de le 05/04/2011 à 16:03 :
les présidents africains sont donc des voleurs! et les occidentaux alors qui se cachent derrière le mot "démocratie"pour mieux succer et piller les ressources del'Afrique! De qui se moque-t-on à la fin?
Mais Seul l'Eternel Dieu a le dernier mot. Pauvre vermiceau!
Réponse de le 05/04/2011 à 16:08 :
comment dit-on déjà ? ... "chacun chez soi et les vaches seront bien gardées" ?
peut être cela signifie -t-il qu'avant de vouloir apprendre de nouvelles techniques à son voisin il vaudrait peut être mieux vérifiez que tout fonctionne chez soi ...

De plus, si un pays au monde doit donner des leçons je pense qu'il ne s'agit surement pas de la France ( rappelez vous : M.AM , Claude Guéant , etc ... ceux sont nos ministres !)
a écrit le 05/04/2011 à 14:46 :
Mais que font Roland Dumas et l'avocat du diable ?!
a écrit le 05/04/2011 à 14:42 :
Bravo!!!!! La France a réussi a "participé à la défense et à l'expression de la démocratie en Côte d'Ivoire" quelle victoire !
La France qui est un pays aussi bon samaritain (ce dont je doute fort étant donné les enjeux économique qui se trament derrière cette aide généreuse) ne pourrait-elle pas s'occuper pour une fois de ce qui la regarde ?
Aider des populations qui n'ont rien demandé en y amenant la guerre sous prétexte de démocratie et de protéger ses ressortissant. laissez moi rire.

Pendant ce temps des réformes passent sous le nez des français trop occupés à se targuer de leur réussite au niveau internationale...
a écrit le 05/04/2011 à 14:28 :
Personne ne joue mieux contre la montre que Gbagbo
a écrit le 05/04/2011 à 14:25 :
C'est en ne faisant RIEN que ca ne peut qu'empirer.... quand il faut taper.... il faut taper ! Sinon, toute crédibilité est perdue pour de bon.
a écrit le 05/04/2011 à 14:18 :
Et pourquoi les habitants de Gaza n'ont-ils pas droit à la même protection de l'ONU ?
a écrit le 05/04/2011 à 14:17 :
pourquoi le president BAGBO a voulu le dernier moment pour renoncer?
a écrit le 05/04/2011 à 14:17 :
eh bien , il en a fallu du temps pour faire respecter le résultat d'élection !!! pourqoi avoir fait verser tout ce sang de ses compatriotes pour garder une place qui ne lui revenait plais !!!quel gâchis !!! quand je pense qu'il avait le soutien des socialistes , ça laisse rêveur !!!!
a écrit le 05/04/2011 à 13:36 :
Obama donne l'ordre, Sarkozy obéit, l'ONU sert de petit télégraphiste. Les Français résidents locaux qui seront assassinés en représailles les remercient.
Réponse de le 05/04/2011 à 14:37 :
ouais c'est pitoyable... et nous devons nous réjouir pour la paix mais quelle paix....? je suis expat dans un autre pays d'Afrique et le retour de flamme est déjà sensible...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :