Côte d'Ivoire : le clan Ouattara marche sur Abidjan

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les combattants pro-Ouattara sont à une centaine de kilomètres de la capitale ivoirienne après avoir pris le contrôle depuis mercredi de villes stratégiques. Le chef d'état-major de l'armée a choisi de se réfugier à l'ambassade d'Afrique du Sud.

Après quatre jours d'offensive, Alassane Ouattara, le président ivoirien reconnu par la communauté internationale, marque des points. Il a affirmé ce jeudi que ses forces étaient "aux portes" d'Abidjan, où siège le gouvernement du président sortant de Côte d' Ivoire, Laurent Gbagbo. "Aujourd'hui, (les forces républicaines de Côte d' Ivoire ) sont aux portes d'Abidjan", a déclaré Ouattara dans une allocution prononcée sur une chaîne de télévision qui lui est favorable.

ll a également appelé les derniers partisans de Laurent Gbagbo à se rallier à lui pour éviter, selon lui, "de nouvelles souffrances aux populations". Laurent Gbagbo "a encore quelques heures pour partir, sinon ce sera la marche sur Abidjan. Et ce sera beaucoup plus compliqué pour lui", a averti pour sa part mercredi Guillaume Soro, Premier ministre d'Alassane Ouattara.

Plus tôt dans la journée, ses troupes ont pris le contrôle de San Pedro (nord-ouest du pays), le premier port d'exploitationde du cacao au monde. A l'inverse de son rival, le camp Ouattara réclame depuis deux mois l'arrêt de l'exportation de la production nationale de cacao. Or, d'un arrêt des exportations découlerait un afflux de stocks de fèves brunes sur le marché, un scénario de plus en plus proche compte tenu de l'avancée des troupes de Ouattara. De quoi accentuer depuis le début de la semaine la chute des cours du cacao. Ce jeudi, la tonne de cacao s'échange sur le marché londonien Liffe pour livraison en mai à 1.915 livres, un plus bas depuis le 10 janvier.

La situation en Côte d'Ivoire doit faire l'objet d'une réunion en France à l'Elysée vendredi avec le président Nicolas Sarkozy, le Premier ministre François Fillon, les ministres des Affaires étrangères Alain Juppé et de la Défense Gérard Longuet. Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) "est particulièrement préoccupé par tous les conflits en cours dans les principaux centres urbains du pays, en particulier avec ce qui se passe à Abidjan", a déclaré Pierre Krähenbühl, directeur des opérations lors d'une conférence de presse. Il exhorte les forces en présence à respecter les civils à Abidjan. L'organisme demande 15 millions de francs suisses supplémentaires (11,5 millions d'euros) pour les victimes à l'intérieur du pays et 5,5 millions (4,2 millions d'euros) pour les Ivoiriens réfugiés au Liberia.

Par ailleurs, le gouvernement sud-africain a fait savoir que le chef d'état major de l'armée ivoirienne, Philippe Mangou, avait trouvé refuge la nuit dernière dans son ambassade à Abidjan, démentant en revanche les rumeurs selon lesquelles Laurent Gbagbo aurait fait de même.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :