Pourquoi la réforme de la gouvernance économique en Europe est en panne

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Ministres et députés européens sont divisés sur certains aspects du projet de réforme visant à renforcer le pacte de stabilité, en particulier sur les points qui touchent à la souveraineté des Etats membres.

La négociation qui s'éternise au sujet de la gouvernance économique n'est pas de nature à rassurer les marchés financiers sur la capacité des Européens à fixer des règles de vivre ensemble. Mardi soir, lors de la réunion exceptionnelle des ministres de l'Economie et des Finances européens à Bruxelles, le ministre hongrois, György Matolcsy, qui préside l'Ecofin, devait explorer la voie d'un nouveau compromis sur ce paquet de six textes qui réforme en profondeur le Pacte de stabilité et de croissance.

Jusqu'à présent, les députés européens, qui sont colégislateurs du paquet, refusent ce qu'ils considèrent comme un accord a minima. "Nous ne sommes pas dans une logique du marchandage", explique la parlementaire Sylvie Goulard. Mais "il faut que tout le monde comprenne qu'il s'agit de règles d'intérêt commun... Une des leçons de la crise [de la zone euro] est que, sur le volet de la discipline budgétaire, les Etats n'ont pas fait leur travail dans le passé. Il faut en tirer les conséquences", dit-elle.

Un des points de frictions entre le parlement et le Conseil concerne le vote dit à la "majorité qualifiée inversée" qui prévoit une adoption quasi-automatique des sanctions proposées par la Commission en cas de violation des règles budgétaires ou de politique inadéquate en matière de compétitivité. Les deux institutions s'opposent également sur la faculté du parlement à auditionner les ministres des Finances nationaux, sur l'étendue des pouvoirs de surveillance de la Commission européenne ou encore sur la mention explicite des Eurobonds dans le texte. Autant de sujets qui touchent à la souveraineté budgétaire des Etats, estiment une majorité de ministres.

De source proche des négociations, on considère que, dans le meilleur des cas, le paquet pourrait être adopté en juillet. "Si les négociations s'éternisent, ce serait la preuve que l'Europe est flagellante sur ces questions. Ce serait un très mauvais signal pour les marchés", dit le député Jean-Paul Gauzès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2011 à 9:21 :
Moi elle me fait toujours rever l'europe. C'est une première dans l'histoire de l'humanité. Un continent en guerre depuis toujours qui s'unit... On aurait pas du accepter les anglais, c'est le ver dans le fruit...
De toute façon avec l'ordre mondial qui s'instaure, c'est l'Europe ou la mort de l'occident. Car Grand frere ricains vont bientôt sombrer, et il faudra qu'on se debrouille tout seul.
a écrit le 16/06/2011 à 9:19 :
Comment tu cause la France toi !
Tu dis "'Europe est flagellante" , t'es sûr que tu veux dire ça "Qui frappe, meurtrit à la manière d'un fouet" http://www.cnrtl.fr/definition/flagellante,
c'est pas plutôt flageolante qu' tu veux dire ?
Y a pas de relecteur dans ton journal, c'est la crise à ce point ?
a écrit le 15/06/2011 à 23:24 :
Et oui, malheureusement, les ministres et les états ne veulent pas donner ce qu'ils considèrent comme leur prérogatives, sauf en cas de problèmes, et dans ce cas, ils tappent allègrement sur l"Europe". Tout à fait d'accord avec eurofederal. Ensemble, on est fort. Mais la force veut aussi une transparence et un autre niveau de gestion et de vision, pour outre-passer l'adoration de notre nombril national (et ceci est malheureusement valable pour trop de pays). L'Europe s'est construite pour éviter la guerre. Je pris pour que nos dirigeants comprennet que nous ne voulons pas une autre guerre e que cette crise est suffisante pour progresser dans l'integration européenne...
a écrit le 15/06/2011 à 15:31 :
Et cela vous surprend? depuis maintenant 20 nas, les européens sont d'accord pour ne plus faire grand chose.... il est loin du temps de Delors qui permettait à l'EU d'avancer. Le choix est clair. devenir un acteur majeur en se fédérant, ou garder notre souveraineté et fiereté mal placées et disparaître.....il est vrai que certains partis prônent la fin de l'UE mais pour faire quoi? Voilà le problème.... hors de l'UE, il n'y a rien... mais le problème est que cette UE ne fait plus rêver personne... sauf les Turcs qui voudraient y entrer.... et la GB qui voudrait en sortir mais n'ose pas tant les conséquences sur son économie seraient dévastatrices....ah la France.... j'espère que le nouveau président ou la nouvelle présidente de 2012 saura proposer une voie et une voix claires.... et faire avec notre partenaire de plus de 50 ans le saut politique à 2, 3 ou 12... mais il sera maybe trop tard...
a écrit le 15/06/2011 à 11:48 :
il ne faut pas oublier ce qui s'est produit il y a deux ans, afin d'éviter que l'on mette des personnes compétentes avec beaucoup de caractère, mon a nommé des minables qui sont incapables de trancher quoi que ce soit . Il est évident qu'ils sont incapables d'avoir des idées importantes, de les soutenir et dans certains cas de les imposer... Cherchez l'erreur
les ministres ne sont que ministres, il faut donc ce qu'on leur demande de faire sans trop savoir ce dont il s'agit.. Et comme les responsables de cabinet sont les mêmes depuis 15 ans on ne risque pas de changer grand-chose...
Dommage
il faut donc mettre en place des gens compétents, dans la durée, et que les cabinets des responsables changent totalement, lorsque le responsable est nouveau. Se pratique aux États-Unis depuis fort longtemps. En France on garde l'équipe, si bien que le ministre fait vraiment pas ce qu'il veut parce que le frein est trop lourd.
À mon avis il faut un vrai responsable de l'ensemble de tous les problèmes européens pour une durée cinq ou six ans. Les doublons, les faux-fuyants et les minables n'ont rien à faire dans un tel organisme. Il va y avoir du boulot si on vire les mauvais et les nuls. Bon courage l'Europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :