La Commission européenne veut réguler les agences de notation

 |   |  964  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Critiquées entre autres pour leur sévérité envers la Grèce et le Portugal, les agences de notation comme Standard and Poor's ou Moody's, sont au centre des discussions en Europe. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, annonce de nouvelles régulations pour l'automne.

Que faire des agences de notation ? C'est désormais l'une des questions qui se pose en Europe après le feu nourri de critiques qu'elles subissent depuis plusieurs jours.

La réponse de Bruxelles reste encore imprécise. A l'automne, de nouvelles régulations seront décidées, a seulement déclaré le président de la Commission européenne. Il avait déjà évoqué des contrôles renforcés mercredi. "Nous envisageons des mesures pour améliorer la méthodologie et la transparence des notes souveraines, réduire la dépendance excessive des institutions financières vis à vis des notes", a ainsi déclaré le président de la Commission lors d'une conférence de presse à Strasbourg.

La création d'une ou plusieurs agences européennes fait partie des solutions envisagées. Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe, qui réunit l'ensemble des ministres des Finances des dix-sept pays de l'Union européenne, l'avait déjà évoquée jeudi. " Ceci serait évidemment utile parce que plus il y aura de concurrence, mieux ce sera", a estimé José Manuel Barroso lors d'une conférence de presse à Varsovie ce vendredi.

La France aussi compte sur une limitation de leur influence. Jeudi, Valérie Pécresse, la porte-parole du gouvernement,  affirmait que  "la France considère que l'effort de régulation des agences de notation, qui a démarré en 2008, doit se poursuivre".

Moody's met le feu aux poudres

Mardi, la décision de Moody's de dégrader la note du Portugal par crainte d'un défaut de paiement de sa dette et malgré des mesures d'austérité  avait mis le feu aux poudres.

Le ministre grec des finances avait  dénoncé la "folie"de ces institutions chargées d'évaluer des entreprises ou des Etats quand son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, demandait de "briser l'oligopole des agences de notation".

Camouflet pour Moody's, le président de la Banque centrale européenne a annoncé un assouplissement des règles de prêt pour les banques portuguaises ce jeudi alors que l'agence dégradait la note de quatre établissement du pays le même jour. Caixa Geral de Depositos et Bed passent de Baa1  à Ba1 alors que Millennium BCP et Banif perdent quatre niveaux et passent à Ba2. Les notes de Lisbonne et Sintra ont aussi été abaissées.

Risque de défaut de paiement de la Grèce

Avant la dégradation de la note du Portugal, le rôle des agences était déjà remis en cause. Les menaces de Standard and Poor's de prononcer un défaut de paiement au cas où les créanciers privés prolongeraient leur prêt à la Grèce, puis la décision de la BCE de reconnaître ce défaut de paiement au cas où il ferait l'objet d'un consensus de la part des agences de notation avaient déjà suscité des critiques.

Sur ce point, Jean-claude Trichet est resté ferme ce jeudi. "Nous disons non aux défauts de paiement" a-t-il martelé.

Concernant la Grèce, le nouveau ministre des Affaires européennes, Jean Leonnetti affirmait mercredi:  "ce n'est pas les agences de notation qui décident de la façon dont on aide la Grèce et l'euro".

La sévérité de les notations, en particulier, fait partie des sujets "d'incompréhension" sources des reproches adressés aux agences. Le membre du conseil de gouverneurs de la Banque centrale européenne, Ewald Nowotny avait ainsi déclaré lundi que "les agences de notation sont sur ce dossier européen beaucoup plus strictes et beaucoup plus agressives que par exemple dans des cas similaires en Amérique du Sud", sur une chaîne de télévision autrichienne.

Quand Standard & Poor's se défend

Le patron de Standard & Poor's en Allemagne a tenté de défendre son travail. Pour Torsten Hinrichs, les propos d'Ewald Nowotny "n'ont aucun fondement et sont factuellement fausses. Elles reposent soit sur la méconnaissance des faits, soit sur des motivations politiques qui négligent ces faits".

Selon Torsten Hinrichs, les reports de remboursement proposés pour aider la Grèce ne sont "pas conformes à la promesse originelle paiement en temps et en heure des intérêts et du principal. En ce sens, ce plan constituerait donc un défaut ".

Moody's énonce une mise en garde similaire. Selon une note publiée lundi, une participation des créanciers privés suivant le plan français serait forcément coûteuse. En effet, selon des règles comptables internationales, rappelle l'agence, les prêteurs seraient contraints de constater la baisse de la valeur de leurs actifs et de passer des provisions lors de leur clôture en cas de "preuve objective que ces actifs ont perdu de leur valeur".

Or, cette preuve serait "liée aux difficultés financières de l'emprunteur", dans ce cas précis la Grèce, et " rares sont ceux qui contesteront que la Grèce est en difficulté financière significative".

Condamnation

Standard & Poor's n'est pas seulement critiquée, elle est aussi condamnée par la justice. Ce mercredi, le tribunal de Milan imposé à MCGraw-Hill Companies, qui appartient à S and P, le versement de 784.000 euros et de payer des frais de justice à Parmalat. Le groupe alimentaire avait été noté dans la catégorie "investissement" alors qu'elles connaissait de graves difficultés financières jusqu'en 200. Les sommes à verser représentent l'équivalent de ce qui avait été perçu par l'agence au moment de cette notation. Cette dernière avance que l'entreprise Italienne ne transmettaient que des comptes falsfiés, ce pourquoi son ancien patron, Calisto Tanzi a d'ailleurs été condamné en 2010. Une demande de dédommagement de 4 milliards d'euros formulée par Parmalat contre l'agence de notation a par ailleurs été rejetée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2011 à 7:43 :
une agence sous la tutelle des politiques n'aura aucune crédibilité<<<<<; les marches ne sont pas idiots ils prendront d'autre points pour repére.d'ailleurs elles ne sont déja plus crédibles tout le monde semble s'accorder pour dire que la france n'a plus de triple a les taux d'intérêt se sont déja envolés
a écrit le 09/07/2011 à 20:58 :
Eh bien que Bruxelles crée son Agence propre ? en 2008 Sarko s'était même fâché et rien n'a été décidé ! aucune régulation !
Réponse de le 11/07/2011 à 8:59 :
Mimosa, Sarkosy n'a pas crié bien fort il est pourtant l'homme fort depuis bien longtemps, il faut dire qu'avec les dettes de la France + 1 700 Milliards d'euros (nous sommes à 90 % du PIB soit une augmentation de 10 points ) . Il préfère ne pas en parler à part vous naturellement !
a écrit le 09/07/2011 à 19:01 :
Trève de plaisanteries SVP... cette même commission qui file du pognon pour soutenir une campagne anti-avortement sans le savoir... voudrait réguler ???


Mais elle n'est n'est bonne à rien hormis assurément à mettre à la poubelle !

incurie dehors !!
a écrit le 09/07/2011 à 15:26 :
Pourquoi le guise Michelin qui tiend des décennies ? Parce que il est fiable, des lecteurs avaient la confiance à ce guide. Si Barroso tente à intervenir l'agence de la notation comme à la manière européenne, manque la transparence et le mensonge, le résultat est-il crédible ???
a écrit le 09/07/2011 à 6:36 :
décidement il faut prendre des mesures POLITIQUES pour que l'arbre puisse cacher la FORET !!!! vraiment minables on n'est sur un volcan qui risque d'exploser à la face de europe et on ne veut pas que cela se sache surtout pour 2012 quel exemple" d' incompétencessssssssssssssss" !!!!!
a écrit le 09/07/2011 à 4:18 :
régulation effectivement nécessaire de cette économie, qui a perdu sa boussole, mais "réguler" le thermomètre ..????
a écrit le 09/07/2011 à 2:41 :
Faire sauter (au sens propre, pas figuré) ces agences, et supprimé l'article 123 du traité de Lisbonne.

Cela serait déjà un bon début.
a écrit le 08/07/2011 à 22:15 :
Il faut dégrader la note de ces agences fantoches qui n'ont aucune crédibilité a présent.
Elles ne font que de la spéculation sur l'économie Européenne pour le compte
d'actionnaires qui se cachent derrière elles.
Réponse de le 09/07/2011 à 5:17 :
Qu'est-ce que vous pouvez écrire comme âneries, c'est stupéfiant ! Que les agences de notation n'aient pas fait leur boulot à partir de 2007 aux USA et encore maintenant, c'est évident. Mais les mettre au pilori alors que les CDS sur les PIGS vont de 10,63 à 29,69 % pour la Grèce sur deux ans, c'est d'une bêtise sans nom. Les agences ne sont que des thermomètres. Elles ne sont simplement pas crédibles lorsqu'elles parlent de leur propre pays comme Dagong par exemple alors que celle-ci fait un boulot remarquable sur les autres places internationales. S&P et Moody ont le même travers. Que croyez-vous que ferait une inutile agence de notation européenne sur l'Europe ?
Réponse de le 09/07/2011 à 11:09 :
Bastien
, qu'elles fassent leur boulot honnêtement d'accord. Vous le dites si bien.
Elles ne sont actuellement ni plus ni moins que des vautours.
Pendant que l'Europe dépensait sans compter pourquoi ils n'ont rien dit?
Réponse de le 11/07/2011 à 9:02 :
Toute la crise financière actuelle vient de la spéculation mondiale causée par des
financiers malhonnêtes. En termes simplifiés; C'est faire un maximum de profit
à très court terme et placer ce profit immédiatement à l'abri, ce que les non
initiés ne savent pas faire. Je me trompe?
Réponse de le 11/07/2011 à 9:32 :
Bien dit, Dada.
a écrit le 08/07/2011 à 21:28 :
Je me demande pourquoi on ne règle pas le problème à la source...
Le système financier est trop instable car les spéculateurs prennent en compte n'importe quelle information même si cette dernière est fausse.
Alors pourquoi vouloir réguler les agences de notation ? Demain il faudra réguler les journaux, les emails, les sms ???
Où va-t-on ? Je me le demande...
Réponse de le 09/07/2011 à 4:20 :
... et oui le monde prend conscience que les organismes financiers privés (a but lucratif) ne sont pas toujours particulièrement "honnêtes" ... que les organismes publiques sont soit décriés parce que publiques soit récupérés d'une façon ou d'une autre ... bref plus rien ne marche dans la finance mondiale .... 2012 .... le crack .... et en 2013 les investisseurs vont peut être recommencer à s'intéresser à l'économie réelle sur des bases factuelles et en acceptant un facteur de risque propre à l'investissement ? peut être ...
a écrit le 08/07/2011 à 18:06 :
Agence de Notation Europeenne : President : Baroso, Vice President Juncker , Directeur General : Trichet, Directeur Financier : Ministre des Finances de la Grece, Membres du comite : Lagarde, Merkel. Sarkho, Von Rompuy, Berlusconi. Premiere decision : Grece , Potugal et Irelande sont des pays en pleines expensions NOTES AAA+
Réponse de le 08/07/2011 à 21:49 :
incroyable si vrai !!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 09/07/2011 à 4:15 :
et Notes pour USA, UK AAAAAAA+ ... lol n'importe quoi ... Barroso indépendant des Anglos-Saxons ...la bonne blague ...
Réponse de le 09/07/2011 à 5:20 :
Ah ah ah, j'adore vos commentaires Alan John. Pleins de bon sens.
Réponse de le 09/07/2011 à 7:24 :
Oui vous avez raison ... faisons uniquement confiance aux agences anglo-saxonnes , c'est bien connu : si c'est ricain c'est forcement bien !
Réponse de le 09/07/2011 à 8:13 :
Ahbon et Tonio,Pourquoi, selon vous, les financiers internationaux font confiance aux agences et ignorent les avis de Baroso en pariculier et ceux des politiques plus generalement ? Les USA beneficient pour l'instant de la monnaie internationale qu'est le $ et les agences, avec raison, en tiennent compte meme si ca ne durera pas eternellement.
Réponse de le 09/07/2011 à 9:41 :
La véritable question est de savoir si les agences de notation reflètent une réalité par leurs notes ; où si elles créent une réalité imaginée par le suivi aveugle des investisseurs. Je pense que le FMI aurait autorité et légitimité à noter les dettes souveraines des Etats.
Réponse de le 09/07/2011 à 15:36 :
@alan john : c'est bien investit sur du dollar .... tu nous en reparleras dans 6 mois .... Et les agences ont beau noter AAA la dette ricaine , plus personne n'en veut (a part certains qui font encore confiance aux agences ...) , même avec la baisse de note du portugal , l'Euro n'a pas baissé, pourtant j'attendais cela , j'ai des dollars a transférer en France et depuis 6 mois j'attend avec impatience cette chute de l'Euro par rapport au Dollar ... chute qui ne vient pas ... Alors Alan, ta confiance aveugle dans le système financier anglo-saxon me parait être aussi déconnectée de la réalité que les notes des agences de notation.
Réponse de le 09/07/2011 à 19:35 :
Je n'ai jamais dit , Tonio, que j'avais une confiance aveugle envers le $. Ce que je dis, c'est que depuis 1945, le $ est la monnaie de reserve mondiale. Les chinois qui detiennent une grande partie de la dette des USA ne veulent pas d'un effondrement du $ cat cela les ruineraient.Mais reondez, SVP, a ma question. Popurquoi les financiers ecoutent les agences et ignorent Barroso et ses amis ?
Réponse de le 09/07/2011 à 19:57 :
Pardon cela les ruinerait, car ,repondez et Pourquoi. J'ecris vite, sans me relire car mon texte saute si je reste trop longtemps en ligne.
Réponse de le 11/07/2011 à 8:40 :
C'est bien pour cela que je n'écris plus de commentaires sur la tribune.
Sans compter les commentaires jamais publiés...
L'ergonomie du site est aussi nul que les notes des agences...
Et après on se demande encore pourquoi le quotidien est en redressement judiciaire ou en rpocédure de sauvegarde... Vivement que cela se finisse.
Réponse de le 11/07/2011 à 12:50 :
@Alan John: Même la Chine ne veut plus de la dette américaine en dollar ... les Japonais ont d'autres chats a fouetter et vont plutôt essayer de récupérer leur mise ... bref ce n'est déjà plus une monnaie de réserve (les chinois et les autres diversifient) cela reste une monnaie d'échange mondial mais de plus en plus pour des contrats a court termes (signer un contrat a long terme en dollar est une hérésie) ... Quand aux financiers ils ne suivent pas les notes des agences de notations ... ils leur imposent (pour créer les bulles puis les vider une fois qu'ils ont parié à la baisse) ... C'est un peu cela le problème justement ....
Réponse de le 11/07/2011 à 18:08 :
Je vous accorde, Tonio que ca commence a se gater pour le $ et les USA et que la Chine n'achetera plus autant de bons de tresors Americains que par le passe d'ou la necessite pour Obama de reduire les depenses mais Pekin possederait pres de 1300 milliards de dollar rien qu'en bons du tresor, alors c'est un peu tard pour qu'ils attaquent le $ de front. Le $ est toujours la monnaie de reference( mais moins et ca ne durera pas eternellement) et les agences, avec raison, en tiennent compte. Les financiers et les agences travaillent en parrallele mais les financiers ignorent Barroso et ses amis, Pourquoi?








4 de front.
a écrit le 08/07/2011 à 17:14 :
Casser le thermomètre ne fait pas tomber la fièvre..... Même si le thermomètre est un peu déréglé..... Parce que d'inspiration US
a écrit le 08/07/2011 à 16:40 :
si la commission avait son travail nous n'en serions pas là.plus les politiques s'en méleront plus la pagaille sera grande .ILS NE SAVENT PAS CALCULER EN EUROS ?ILS NE CALCULENT QU'EN VOIX
Réponse de le 09/07/2011 à 5:21 :
Même pas. Les commissaires européens ne sont pas élus mais nommés comme le polit-bureau de l'ex URSS. Cela dit, ils sont aussi toxiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :