Les agences de notation sous le feu des critiques

 |   |  863  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sévères sur la dette grecque, sans concession pour le Portugal, les agences de notation comme Standard and Poor's ou Moody's sont fortement critiquées. La première a d'ailleurs été condamnée en Italie pour avoir attribué une note dans la catégorie "investissement" à Parmalat alors en difficulté financière. Paris souhaite que la régulation des agences de notation se poursuive.

Faut-il contrôler les agences de notation ? C'est en tous cas ce qu'a demandé José Manuel Barroso après la décision de Moody's de dégrader la note du Portugal. "Nous envisageons des mesures pour améliorer la méthodologie et la transparence des notes souveraines, réduire la dépendance excessive des institutions financières vis à vis des notes", a déclaré le président de la Commission européenne lors d'une conférence de presse à Strasbourg. José Manuel Barroso, qui a même estimé que cette décision pourrait aggraver la crise de la dette dans la zone euro.

Avant l'annonce de Moody's, le rôle des agences était déjà remis en cause. Les menaces de Standard and Poor's de prononcer un défaut de paiement au cas où les créanciers privés prolongeraient leur prêt à la Grèce, puis la décision de la BCE de reconnaître ce défaut de paiement au cas où il ferait l'objet d'un consensus de la part des agences de notation avaient déjà suscité des critiques.

"La France considère que l'effort de régulation des agences de notation, qui a démarré en 2008, doit se poursuivre", a déclaré ce jeudi la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, en affirmant qu'il ne fallait pas porter de "jugement hâtif" susceptible de porter atteinte au plan de redressement financier portugais.

Limiter l'influence des agences

La dernière décision de Moody's n'a fait que rajouter de l'huile sur le feu. Le ministre grec des finance a ainsi dénoncé la  "folie"de ces institutions chargées d'évaluer des entreprises ou des Etats. Pour Stavros Lambrinidis cette décision "n'est pas basée sur le fait que le Portugal ne fait pas son travail de réformes" mais sur la seule hypothèse que le pays aura à nouveau avoir besoin d'aide. "Voyez-vous la folie de cette prophétie auto-réalisatrice?", a-t-il lancé lors d'une conférence à Berlin.

Même combat chez le ministre allemand des Finances. Pour Wolfgang Schäuble, il faut "briser l'oligopole des agences de notation". Ce dernier disait ne pas comprendre ce qui avait présidé à la décision de dégrader la note du Portugal alors que le pays avait fait montre de volnotarisme en prenant des mesures d'austérité.

Concernant la Grèce, le nouveau ministre des Affaires européennes, Jean Leonnetti désapprouve lui aussi l'influence des agences de notation. "Ce n'est pas les agences de notation qui décident de la façon dont on aide la Grèce et l'euro", a-t-il ainsi affirmé.

La sévérité de les notations, en particulier, fait partie des sujets "d'incompréhension" sources des reproches adressés aux agences. Le membre du conseil de gouverneurs de la Banque centrale européenne, Ewald Nowotny avait ainsi déclaré lundi que "les agences de notation sont sur ce dossier européen beaucoup plus strictes et beaucoup plus agressives que par exemple dans des cas similaires en Amérique du Sud", sur une chaîne de télévision autrichienne.

Standard & Poor's se défend

Le patron de Standard & Poor's en Allemagne a tenté de défendre son travail. Pour Torsten Hinrichs, les propos d'Ewald Nowotny "n'ont aucun fondement et sont factuellement fausses. Elles reposent soit sur la méconnaissance des faits, soit sur des motivations politiques qui négligent ces faits".

Selon Torsten Hinrichs, les reports de remboursement proposés pour aider la Grèce ne sont "pas conformes à la promesse originelle paiement en temps et en heure des intérêts et du principal. En ce sens, ce plan constituerait donc un défaut ".

Moody's énonce une mise en garde similaire. Selon une note publiée lundi, une participation des créanciers privés suivant le plan français serait forcément coûteuse. En effet, selon des règles comptables internationales, rappelle l'agence, les prêteurs seraient contraints de constater la baisse de la valeur de leurs actifs et de passer des provisions lors de leur clôture en cas de "preuve objective que ces actifs ont perdu de leur valeur".

Or, cette preuve serait "liée aux difficultés financières de l'emprunteur", dans ce cas précis la Grèce, et " rares sont ceux qui contesteront que la Grèce est en difficulté financière significative".

Condamnation

Standard & Poor's n'est pas seulement critiquée, elle est aussi condamnée par la justice. Ce mercredi, le tribunal de Milan imposé à MCGraw-Hill Companies, qui appartient à S and P, le versement de 784.000 euros et de payer des frais de justice à Parmalat. Le groupe alimentaire avait été noté dans la catégorie "investissement" alors qu'elles connaissait de graves difficultés financières jusqu'en 200. Les sommes à verser représentent l'équivalent de ce qui avait été perçu par l'agence au moment de cette notation. Cette dernière avance que l'entreprise Italienne ne transmettaient que des comptes falsfiés, ce pourquoi son ancien patron, Calisto Tanzi a d'ailleurs été condamné en 2010. Une demande de dédommagement de 4 milliards d'euros formulée par Parmalat contre l'agence de notation a par ailleurs été rejetée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2011 à 10:48 :
« Les agences de notations sont des thermomètres ». Je suis complètement d?accord avec l?idée que cette comparaison n?est qu?un élément de langage stupide qui ne décrit absolument pas la réalité de ce que sont les agences de notations par rapport à la situation qu?elles mesurent. Le thermomètre est indépendant de la température qu?il mesure, lui. L?agence ne fait pas que mesurer. Elle prend part, elle annonce. Et ce fait d?annoncer qu?elle va « surveiller » telle ou telle situation à la capacité d?inquiéter, d?affoler, de faire perdre de la confiance. Ces conséquences d?angoisses parfois irrationnelles vont entraîner la dégradation d?une situation. C?est ce qu?on appelle une prédiction auto ? réalisatrice. Avec les agences qui déclarent ensuite qu?elles ont eu raison de s?inquiéter. Puis elles dégradent la note. Si vous trouvez le moindre thermomètre capable de faire ça, de transmettre le virus qui donne de la fièvre et de vous annoncer ensuite qu?il a bien fait de prendre votre température, je vous conseille juste une chose : d?en changer. Après, je suis d?accord qu?elles ne sont pas responsables de tout. Mais juste qu?elles sont l?huile qu?on rajoute sur le feu de l?incendie qui nous menace.
a écrit le 15/11/2011 à 6:46 :
Les agences de notation sont des thermomètres . Casser le thermomètre n'a jamais permis d'éradiquer la maladie !!!
Les politiques , inefficaces pour redresser les finances de leur pays simulent le peu d'autorité qu'il leur reste en critiquant les agences de notation afin de redorer leur côte auprès de l'opinion.

Les agences sont bien gentilles et conciliantes de ne pas déjà avoir dégradé la note de la France !!!


Réponse de le 15/11/2011 à 9:10 :
Non, un thermostat de chauffage je veux bien, mais elles ne sont pas un thermomètre. Un preuve ? Quand vous avez de la température et que vous la prenez avec un thermomètre, votre état s'aggrave-t-il ? Passez vous de 38.5°C à 41°C ? Arrêtez avec cette comparaison à la noix !
Réponse de le 15/11/2011 à 11:15 :
Elles sont encore moins un thermostat . Elles permettent d'effectuer des mesures comme un thermomètre le fait . Qu'elles soient au service des investisseurs qui ensuite decident d'augmenter leur taux est ensuite malheureusement une conséquence.
Réponse de le 15/11/2011 à 14:33 :
L'instrument de mesure (agence de notation) n'est donc pas neutre sur le système (marché financier, à prendre au sens large, investisseurs + emprunteurs + que sais-je encore). Hors, justement, un thermomètre est neutre sur le système dont il mesure la température. On n'a jamais vu la température d'une pièce faire un bond de +20°C parce qu'on en mesurait la température.
a écrit le 07/07/2011 à 10:52 :
A bon !!! vous les politiques vous êtes vraiment à coté de la société comment vous expliquez les notations pour les particuliers ??? moi je pense que la responsabilité incombe non pas aux agences de notations mais aux différents gouvernements qui ont " RUINE " ce pays ( la france) pour plusieurs gébérations ce sont eux que nous devons SANCTIONNES!!!!
a écrit le 07/07/2011 à 3:28 :
cette agence de notation annonce la couleur rien qu`avec son nom: la pauvreté comme standard... et effectivement si les pauvres peuvent se passer des riches, les riches ne peuvent se passer des pauvres. Et plus il y a de pauvres plus cela profitent aux riches. le desequilibre entre les pouvoir politique et financier est THE échec de la democratie moderne.
a écrit le 06/07/2011 à 23:50 :
Quand on parle du Portugal le gros Barroso se bouge un peu .... les lèvres tout au moins ... Celui là on se demande vraiment a quoi il sert ...
Réponse de le 07/07/2011 à 0:23 :
Tu es méchant avec lui ... d'ordinaire il est très efficace ... pour défendre les intérêts Américains ou Chinois. .... La preuve je me rappelle l'avoir entendu vilipendé les 3 milliards de prêts donnés aux constructeurs automobiles français (à 7% et remboursés depuis) ... par contre quand GM a été nationalisé (racheté) pour plus de 30 milliards puis revendu en bourse (tout le monde a applaudi c'était fantastique) pour 23 milliards ... résultat environs 10 milliards de volatilisés (des subventions !! pas des prêts mais un don de 10 milliard) ... rien .. Barroso il disait rien ... et quand le même GM a reçu via sa filiale OPEL 5 milliards du gouvernement Allemand (suite aux menaces de delocalisations) rien ... toujours rien Barroso ... c'est peut être parce qu'il n'y a pas de constructeurs automobiles portugais ?
a écrit le 06/07/2011 à 18:09 :
Bravo LA TRIBUNE pour cet article, vous osez dire la vérité ce que les autres ne font pas.
A bas ces Vautours qui menacent tout le monde pour mieux les dévorer.
Encore merci pour votre reportage.
Réponse de le 06/07/2011 à 19:13 :
Ces agences spéculent contre nos bourses ! elles sont aussi responsables de la Crise Financière ! que disent-elles du TROU AMERICAIN DES FINANCES ? peu de chose - alors qu'elles "s'acharnent sur l'Europe , causant la dégringolade de tout le secteur bancaire ....à quand une REGULATION REELLE ? Sarko a beaucoup parlé, mais n'a rien fait de ce côté là ?
Réponse de le 07/07/2011 à 9:14 :
Ah bon! Si c'est un poilitique qui le dit, ca doit etre vrai. Belle credulite messieurs. Il est clair que les investisseurs doivent faire leur propre boulot, mais les politiques n'ont jamais fait le leur. Augmenter la fiscalite, gerer les sondages, ca ils savent faire. Prevoir pour le futur, ca c'est pas possible: pourquoi se faire demolir dans les sondages et atomiser un parti politique alors qu'il suffit de promettre, s'asseoir sur ses acquis jusqu'a ce que la crise arrive? Alors interessez vous d'abord a la responsabilite des politiques, qu'ils soient Francais, Grecs ou Irlandais, avant de trouver des coupables tout designes simplement parce qu'ils annoncent la triste realite des choses. Le fait que les agences compliquent la solution n'est pas le fond du probleme. On aurait jamais du se trouver la pour commencer
a écrit le 06/07/2011 à 17:31 :
Les agences de notation US sont des armes de guerre économique.
Il faut descendre l'euro pour sauver le dollar (Je ne nie aucunement que l'euro fut très mal ficelé dès le départ et que des pays de l'ue ont fait n'importe quoi, mais ce qui compte c'est de comparer la dette et le déficit dans l'ue dans son ensemble aux usa )
Après je n'arrive pas à comprendre pourquoi l'ue ne peut pas faire front commun avec les pays asiatiques qui ont tout intérêt à ne pas laisser les usa faire n'importe quoi avec le dollar ;
ok on a des liens historiques avec l'amérique, mais ca ne veut pas dire qu'on doit les laisser faire n'importe quoi contre nos intérêts sans mot dire.
a écrit le 06/07/2011 à 16:53 :
Les Etats Européens se brûlent les ailes en critiquant les Agences de Notation : elles ont tous les financiers de la planète avec elles, alors que les dits Etats n'ont comme béquilles que leurs dettes publiques et leurs piètres politiques.
Réponse de le 06/07/2011 à 17:34 :
Si c'est cela on peut s'inquieter si ces agences de notation sont supprimees
Réponse de le 06/07/2011 à 18:15 :
ENERM vous seriez pas de leur coté par hasard ? L'Europe doit être indépendante et surtout ne pas tomber dans leur jeu et mettre fin a la spéculation.
Ça pourrait aussi s'appeler (du terrorisme économique) de la part de ces agences
lors que ce sont eux qui sont critiquables.
a écrit le 06/07/2011 à 16:24 :
Les EU sont au bord du défaut de paiement (certes pour des questions constitutionnelles avec un plafond de 100% max) et ils ont un triple AAA cherchez l'erreur à non il n'y en a pas car les agences de notations anglo saxones ne critiquent pas les financiers anglo saxons... Le véritable problème c'est plutôt qui détient la dette si se sont des épargnants nationaux ou des spéculateurs. Le Japon à 200% est tranquille car à 97% se sont des Japonais qui possèdent la dette, peut importe sa note, il est mettre des taux d'intérêts. Nous Français, 80 % de notre dette est détenue par des investisseurs étrangers. Pour le moment ils se satisfont de notre 3.5 % mais le jours où ils voudront gagner beaucoup plus et parieront sur notre défaut et bien vous verez les agences de notations dire que nous sommes en défaut (ou allons l'être) pour auto réaliser la prophétie de leurs commendataires... Il ne faut pas tirer sur le messager mais chercher à qui profite le message...
a écrit le 06/07/2011 à 16:22 :
Il faut distinguer entre ce que fait l'agence de notation sur les entreprises privées et les états. Dans le cas d'entreprise, si l'information est fausse, l'entreprise doit répondre de propagation de fausses nouvelles. Par contre, dans le cas des états, le devoir d'information est nécessaire, car les états ne diront jamais qu'ils sont acculés et ne peuvent plus rembourser leurs dettes comme le portugal, l'espagne, l'irlande, l'italie. Pour ce qui est de la France, l'heure de vérité arrive, avec un déficit budgétaire de 130 milliards par années, des comptes déficitaire, un commerce à moins de 40 milliards, un système basé sur la consommation, un tel système n'est pas viable, alors qu'une agence dégrade la note de la france serait normal, à moins que les impôts augmentent, c'est ce que l'on verra
a écrit le 06/07/2011 à 16:04 :
ENFIN VOUS COMMENEZ A OUVRIR LES YEUX
CELA FAIT DES MOIS ET DES MOIS QUE JE REPETE SANS CESSE QU'IL FAUT CHASSER VOIRE MEME SUPPRIMER CES AGENCES DE NOATION .
C'EST LA CAUSE DE NOS MALHEURS !! CROYEZ MOI !!
Réponse de le 06/07/2011 à 19:14 :
Certains attendent toujours que Sarko "fasse quelque chose" ? à quand une régulation ? Sarko a beaucoup "gesticulé" , pas de résultat!!
a écrit le 06/07/2011 à 15:48 :
Bravo Barosso, bravo la justice italienne meme si pas assez severe.
A la tribune: d`abord relisez avant de publier il y a toujours des fautes qui genent la comprehension. Ensuite pour un article de fond de ce type j`aimerais voir une analyse des causes: pourquoi les agences de notations degradent toutes sortes d`institutions capables de s`endetter a des taux toujours plus forts??? Une enquete sur les liens fraternelles entre banques et agences svp!
Réponse de le 06/07/2011 à 19:18 :
qu'attend Barroso pour créer une AGENCE EUROPEENNE ?
a écrit le 06/07/2011 à 15:07 :
Quand le message ne plaît pas, on descend le messager...
a écrit le 06/07/2011 à 14:55 :
La mise en lumiere des differente dettes Européen ( Irlande, Grèce, Portugal... ) sont des écrans de fumées. Les Etats-Unis veulent a tout prix détourner l'attention pour éviter que les regards se tournent vers leur economie, car il sont bel et bien LE pays le plus endetté au monde avec une dette proche des 98% du PIB. Si on prend en compte les promesses d'Obama sur la Sécurité Sociale et les retraites, la dette pourrait bien être de plus de 300% de leur PIB !!! Les agences de notations si elle étaient libres devraient descendre la note des USA a DDD...
Réponse de le 06/07/2011 à 15:22 :
Déjà, les USA ne sont pas le pays le plus endetté du monde vu que la dette du Japon atteint près de 200% leur PIB. Ensuite, c'est le pays le plus sur du monde étant donné qu'ils emprunte et remboursent dans une monnaie qu'ils impriment eux même et qui est aussi la base du commerce international. Enfin, grâce à ça, ils s'endettent à bas coût (moins de 1.5%) et achètent des actifs 7 fois plus rentables. On appel ça le déficit sans pleurs.
Réponse de le 08/07/2011 à 7:47 :
et ils ne tapent leurs reserves, (de petrole ect... ) qu'ils pourront exploiter des que le moments sera propice, et pour niq... l'europe, et pour renflouer leur economie en cas de crise . .. .
les patrons americains, etants patriotiques, soutiennent l'economie us, contrairement aux europeens, qui investissent en paradis fizscaux...
a écrit le 06/07/2011 à 14:54 :
Evidemment maintenant qu'elles font leur travail ça ne plait pas du tout. C'est clair que ces agences ont carrément fait le contraire de ce qu'elles devaient et surtout en protégeant de manière ridicule les USA. Maintenant la situation est très différente et tout le monde a compris que notre système ne tiens plus, je ne vois pas comment ils pourraient rembourser donc la situation est simple on a désormais la preuve que notre croissance n'est QUE spéculative et n'a absolument rien de concret.
Réponse de le 06/07/2011 à 19:22 :
à perso : bien vu ! notre croisance est spéculative ! en misant sur la bulle du crédit et de l'immobilier les occidentaux ont cru créer une "croissance momentanée" face à la Chine et les pays émergents- d'où la bulle financière - ouf on n'avait pas encore installé des subprimes à la française : on a donc "limité les dégâts" mais le pays ne sait plus "comment créer de la croissance" certainement pas en augmentant la csg et la tva comme le propose ce jour mr COPE ?...................
a écrit le 06/07/2011 à 14:42 :
Nos politiques n'aiment pas qu'on leur dise qu'ils gaspillent de l'argent. "Comment? Je suis le président de la République, personne n'a le droit de dire que je suis mauvais!"...
Réponse de le 06/07/2011 à 15:11 :
Je confirme !
Mais aussi et surtout que c'est la fin du clientelisme social !
Vote pour moi et je te donnerai une aide !
Aide que je finance via des dettes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :