Rencontre Merkel-Sarkozy à Paris : le tabou des euro-obligations

 |   |  566  mots
Copyright Reuters
L'idée des Euro-obligations fait timidement son chemin en Europe, y compris en Allemagne. Mais elle suppose une forte intégration fiscale et budgétaire. Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se limiteront aujourd'hui à des annonces touchant à la gouvernance de la zone euro au risque de décevoir une nouvelle fois les marchés.

Le gouvernement allemand a été clair : il ne faut pas s'attendre à des annonces fracassantes, et encore moins à des miracles, de la rencontre entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy. Selon le porte-parole allemand, il sera question « d'une gestion plus appropriée des crises dans la zone euro », notamment le partage de responsabilités entre les autorités européennes et le rôle de l'Eurogroupe (ministres des Finances de la zone euro). En clair, il s'agit de renforcer le pouvoir des États, au détriment de la Commission européenne, très en retrait il est vrai dans la gestion des crises depuis 2008. Outre la gouvernance économique, le sommet vise également à discuter des conditions pratiques de mise en oeuvre du plan de sauvetage de la zone euro élaboré par l'accord de Bruxelles du 21 juillet.

En revanche, la création d'euro-obligations, une idée qui fait son chemin surtout depuis l'accord de Bruxelles, ne devrait pas être évoquée lors de ce sommet franco-allemand. C'est le porte-parole d'Angela Merkel qui l'affirme et le ministère allemand des Finances est encore plus catégorique : « Les euro-obligations ne sont pas une option. » La position française n'est pas si éloignée. « C'est très prématuré car l'euro-obligation suppose une plus grande intégration politique, budgétaire et fiscale de l'Europe », souligne une source à l'Élysée. De nombreux responsables politiques, du commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn au ministre des Finances italien, Giulio Tremonti, en passant par Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe, se sont pourtant récemment déclarés en faveur de ce projet. Même le financier milliardaire américain George Soros estime que « les pays notés AAA doivent créer un système d'euro-obligation, sinon l'euro va s'écrouler ».

Le principe de l'euro-obligation est simple : il s'agit de gommer les divergences de taux d'intérêt entre les différentes obligations émises par les États de la zone euro, entre le « bund » allemand à 10 ans à 2,3 % et l'obligation grecque de même maturité à près de 15 %. Autrement dit, il s'agit de « mutualiser » la dette souveraine en euro pour relâcher la pression sur les pays les plus faibles en échange d'un surcoût pour les pays les mieux notés. Reste à créer un véhicule d'émission, une agence européenne de la dette, mais le FESF pourrait, dans un premier temps, remplir cet office. Pour beaucoup, l'élargissement de ses missions constitue déjà un embryon de ce que pourrait être cette agence européenne.

Toutefois, la décision est forcément politique car l'euro-obligation est un pas vers plus de fédéralisme économique, que peu de politiques sont prêts à endosser, surtout à la veille d'échéances électorales. Une émission européenne impose de facto un droit de regard des autorités européennes sur les budgets nationaux que ni Paris, ni Berlin ne sont prêts à concéder. Reste que le « tabou » de l'émission européenne commence à vaciller, y compris en Allemagne. Le parti d'opposition social-démocrate est clairement pour, avec, en contrepartie, un droit de regard européen accru sur les budgets nationaux, et les Verts font désormais campagne en faveur de l'euro-obligation. Quant aux investisseurs, ils ne verraient pas d'un mauvais oeil la création d'un produit complémentaire dans la gamme de rendement déjà proposée. Une diversification de l'offre, en quelque sorte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2011 à 18:05 :
Les pays bien gérés n'accèpteront jamais de garantir les dettes des pays mal gérés. Aux oubliettes les Eurobonds. Une seule issue : ramener les déficits à zéro, et rembourser les dettes (la France surendettée est encore très déficitaire).
a écrit le 16/08/2011 à 16:19 :
federalisation OU mutualisation des dettes est la stricte continuation du chacun pour soi qui caracterise l'edifice bancal qu'est l' union europeenne avec les pays latins (cigales)et les pays du nord (fourmis). Si nos dirigeants europeens étaient attaches a l'europe, ils auraient respecte les criteres des traites europeens auxquels ils ont adhere!
a écrit le 16/08/2011 à 15:15 :
En 2012, il y a des élections. Il ne vous reste qu'à voter pour le seul parti opposé aux E-bonds...
Réponse de le 20/08/2011 à 7:17 :
Dupont Aignan?....c'est le seul credible sur le sujet, même s'ls on reussi à le ridiculiser dans tous les sens
a écrit le 16/08/2011 à 13:50 :
on a encore le culot de parler d'obligation qui permettraient aux états de s'endetter un peu plus...en France, après être passé d'un endettement qui fait que nous travaillons 7 mois sur 12 pour l'état, et que la limite insupportable est atteinte (on en a décapité pour moins que cela en 1789), l'état sans interruption a pris des crédits, a continué, y compris à prendre des emprunts pour payer les retraites de ses inactifs...et continue à
augmenter la dette qui va donc se reporter sur les générations futures, mais où croit -on être dans les hommes politiques ? on savait qu'ils étaient décollés de la réalité, mais à ce niveau là, ils vont bientôt sortir de cette galaxie...
a écrit le 16/08/2011 à 13:05 :
Eurobond sans proconsul allemand à Bercy = catastrophe financière pour tout le monde. L'eurobond, c'est comme le renard politicien shooté aux dettes faciles lâché dans la riche basse-court germanique.
a écrit le 16/08/2011 à 12:37 :
Au finale l'Allemagne sera obligé de se joindre au projet des "Euros-obligations". L'euro à court terme est dure à supporter mais à long terme, l'Euro sera une des monnaies les plus puissantes du globe.
a écrit le 16/08/2011 à 11:55 :
Un petit boycott de produits allemands dans les autres pays de l'union monétaire ramènerait la dame de fer allemande à la raison.
Que font toutes ces grosses cylindrées immatriculées en France mais Made in Germany sur nos routes.
Il y a assez de chômeurs chez nous, mais ceux qui achètent ces voitures ne sont pas au chômage eux, une petite leçon ne leur ferait pas de mal.
Il comprendrait ainsi qu'il vaut mieux acheter français en France.
Réponse de le 16/08/2011 à 15:45 :
Vos idées fleurent bon un certain parti dont le nom m'échappe..... F..... quelque chose?
a écrit le 16/08/2011 à 10:54 :
Mesdames et Messieurs ;
cessons de suivre les caprices de ce fameux marché !! les spéculateurs veulent les eurobonds et hop on suit comme des moutons . la seule solution c'est de trouver une politique visant à réduire cette dette par tous les moyens et aussi à réduire le déficit à commencer par des mesures telles que supprimer certains avantages des élus qui en france restent Tabou !! diminuer voir supprimer le Sénat §§ diminuer le nombre de députés !! cesser les cumuls des mandats !! réduire fonctionnaire !!! vous verrez que si le marché constate des efforts tout redevient normal
Réponse de le 16/08/2011 à 11:47 :
Il faut absolument assainir les finances publiques. Et oui Sarkozy devra défaire ce qu'il a crée depuis 2007: les niches fiscales. 5 ans de perdus !!!!.
Réponse de le 16/08/2011 à 12:38 :
Il faut défaire avant toute chose les sources de déficits que nous ont légué les socialistes: la retraite se prenait à 65 ans avant Mitterand, la durée du travail était de 40heures et il n'y avait pas de RTT avant Jospin. Quant aux niches fiscales, on pourrait commencer par supprimer l'exonération des oeuvres d'art, chère à M. Fabius.
Réponse de le 16/08/2011 à 13:40 :
Je propose aussi qu'on dézingue l'héritage que nous a laissé le front populaire avant on n'avait pas de congé payé, on bossé plus de 8h par jour et au moins 6jours par semaines. Et puis aussi défringuer l'héritage de Jules Ferry qui a crée le corps des instituteurs, ces fonctionnaires fainéants et parasites car avant ça les gens savaient ni lire ni écrire et venait pas râler quand le patron les licenciés du jours au lendemain sans rien et pouvait dire aux gamins d'aller travailler à la mine dès 8 ans... Soyons sérieux "onze" vous êtes ridicule dans vos propositions si on revient sur les cadeaux fiscaux aux amis du Fouquet's c'est largement suffisant pour remplir les caisses. "rrr" met dans le mille...
Réponse de le 16/08/2011 à 13:53 :
Il faut d'abord admettre nous tous que tous nos petits avantages sociaux sont financés par la dette. Ainsi nous devront accepter des fermetures d'hopitaux, de perceptions, de tribunaux, d'écoles etc.. De meme accepter des pensions de retraites moindres et un age de départ plus tardif. Accepter aussi de regarder en face notre immigration qui, si elle apporte de la diversité culturelle, a aussi un cout financier, chomage, logement, CMU, AME...
Si nous ne voulons pas d'explosion fiscale synonyme de chomage, le serrage de ceinture "sociale" est la seule voie possible.
a écrit le 16/08/2011 à 10:51 :
Vous croyez que ces eurobonds vont résoudre le réel problème ??? ah !! ah §§ ah !! mdr !! on essait tout le temps de cacher et de boucher la fuite . crois moi avec cet eurobonds si il y a un des pays qui n'Arrivent pas à rembourser alors ce sera aux autres y compris français de le supporter et à force que çà répète les autres en ont marre et préfèrent quitter l'UE
a écrit le 16/08/2011 à 10:38 :
de grace Mr JUPPE &ROCARD il faut vous exprimer sur ce sujet loin des dérives politiciennes de notre président qui à totalement perdu le controle" des manettes "
pour un seul objectif ( pas la france) mais sa réelection? et nous allons bien voir le budget 2012 qui sera encore du PIPO!!!
a écrit le 16/08/2011 à 10:15 :
oui aux obligations européennes .
a écrit le 16/08/2011 à 10:09 :
Seule la création d' euros-obligations pourrait encore sauver l'euro et donc l'Europe. Mais on peut bien comprendre les réticences de l'Allemagne à ce sujet. Pas drôle de devoir payer pour la désinvolture des autres.
a écrit le 16/08/2011 à 10:01 :
La déresponsabilisation est provocatrice de chute.... dans tous les domaines.
Mon entreprise fait de la mutualisation......On voit ce que ça donne ! ( sont dans le rouge, niveau finance, et c'est le bazard..)
Pas bon, tout ça..Avant d'aider, il faut obliger les pays à se remettre au vert..! Surtout ceux qui ont triché, ou qui ne sont pas assez énergiques , ,cause élections !
a écrit le 16/08/2011 à 9:18 :
Ah qu'il est loin le temps de Mr Helmut Khol et Mr François Mitterrand! Ni Sarkozy, ni Merkel ne sont à la hauteur des enjeux. Alors qu'il faudrait à la zone euro un leadership clair, nous assistons à une passe d'armes entre deux "conservateurs" en mal de réélection. Soit la zone euro avance ensemble vers davantage de fédéralisme ( états certes "nation" mais liés les uns aux autres dans une union fédérale avec un paratge clair des responsabilités). ou bien il faut accepter ce que les anglais nous prédisent depuis des années, la fin de l'euro et de l'aventure européenne. Il faudra sûrement attendre 2012 avec l'élection d'un F Hollande ( tiens, un autre Françaois) pour que cela change mais j'ai de plus en plus de doute sur la capacité des européens d'avoir une vision claire de leur avenir commun.....
a écrit le 16/08/2011 à 8:07 :
Se calmer voila ce qu'on besoin les européens...Qu'on resserre d'abord les boulons des finances publiques au niveaux des états et ensuite que l'on crée les fameux eurobonds. Ces titres de dettes européennes devront cohabité avec les dette d'états actuel mais à la différence de ces derniers ils seront soumis à l'approbation de l'ensemble des chefs d'états européens(avec un système de majorité des 2/3 par ex..). Cela permettra à l'Europe de mener de vrai politique, et de faire autre chose que du vent!
Réponse de le 16/08/2011 à 9:15 :
resserrer les boulons des finances des etats europeens !?!?
En France ont aurait du le faire depuis 20ans ! or on n'a rien fait !!!!
Ce qu'il faut c'est un transfert de souveraineté budgetaire des pays vers l'europe !
Seul maniere de garantir une orthodoxie necessaire
Réponse de le 16/08/2011 à 10:10 :
pffftt, on voit ce que ça donne les dirigeants européen!! ils s'augmentent généreusement, condamnent les entreprises qui font en sorte de proposer des tarifs atttractifs, impose des chiffres à atteindre sans se soucier du comment.. ça donne la grèce.. Quand on impose qq chose d'irréalisable, les gens en vienne à truquer. Il faut mettre des objectifs réalisables, arreter de parler et parler sans propositions derrière. Les commentaires de me Lagarde, chaque français les a déjà fait. après le temps des questions des constats, faudrait des réponses. On ne sait faire que des rapports sans donner suite.
a écrit le 16/08/2011 à 7:47 :
Il faut un véritable droit de regard européen sur les budgets nationaux qui ne soit pas seulement une cour des comptes. Un budget comme la dissuasion coûte une vraie fortune à la France et devrait depuis longtemps être mutualisée avec les autres pays européens.
Réponse de le 16/08/2011 à 14:44 :
le retour à l'otan pour quoi faire ! la guerre en afghanistan nous coûte combien ?
il y a de l'argent pour ce qu'on veut ! a quand le retour des troupes françaises dans cette guerre US inutile ...
a écrit le 16/08/2011 à 7:31 :
cela sert à quoi sauf a faire des annonces qui en fait ne vont qu'aggraver la crise, la question est simple Le budget de la france est déficitaire de 91 Milliards d'euros (prévisions) je ne sais pas si le grand emprunt 45 ME était prévu, nous raconter des bétises que l'on va réduire de 10 ME ce déficit sans augmenter les impots avec une croissance en berne cela fait deux ans que l'on nous raconte les memes betises, 91 ME de déficit cela represente presque deux fois l'impot sur le revenu (52 ME) la moitie de la charge de la dette 42 ME sans le grand emprunt, il faut rembourser notre dettes qui represente 8 fois les recettes de l'état prévu en 2011 ??? arretons de faire des comparaisons avec le pIB ce pib n'appartient pas à l'état... l'état s'est endétté a la fois sur ses propres recettes futures mais sur notre production... aller vous endetter sur les revenus de votre voisin, je connais pas de banquier qui serait d'accord.... il est curieux personne ne le dit
Réponse de le 16/08/2011 à 9:17 :
Pas de hausse d'impot en France !
Nous sommes deja trop taxé !
Il faut la réforme de l'etat et des diminution des depenses!
Réponse de le 16/08/2011 à 13:46 :
Tout simplement parce que vous n'avez pas les moyens d?accaparer les revenus de votre voisin, l'Etat lui le peu donc il peut s'endetter sur les revenus de ses citoyens car l'Etat c'est pas une entité abstraite cette la réunion des citoyens qui composent le pays. Réduire le train de vie de l'Etat c'est normalement réduire tout ce qui s'est greffé à l'Etat mais qui n'est pas l'Etat : voitures, appartements de fonctions, conseillers pléthoriques, multiples assistants etc etc... Ce qui fait de la France un État bananier... où le chef de l'Etat est choisi par le vendeur de banane et ou les citoyens croient naïvement que c'est eux qui choisissent...
Réponse de le 16/08/2011 à 14:41 :
il ne fallait sûrement pas faire autant de niches fiscales, telle la niche Copé qui
a privé la France de recettes fiscales aggravant son déficit ( plus que doublé en 4 ans) il faut faire une autre politique pour le pays pour vraiment créer de la croissance ; celle de sarko est un échec...
a écrit le 16/08/2011 à 6:54 :
Les Eurobonds, ou comment rendre tous nos gouvernants irresponsables..Concept qui ne place pas les Pays et leurs peuples devant leurs responsabilités.
a écrit le 15/08/2011 à 22:40 :
oui les banques se régalent le cac chute les frileux vendent les banques rachètenr sachant que quelques jours après c'est la remonté cote atteinte elles vendent(prise de bénef)le cac rechute les frileux vendent la banque rachète et cela dure depuis Xannées qu'attent l'état pour les taxer un max car ce genre d'opération ne sert pas les entreprises
Réponse de le 16/08/2011 à 7:21 :
...Et pourquoi ne pas utiliser la ponctuation dans votre percutante analyse, de façon à construire des vraies phrases avec une majuscules au 1er mot!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :