En Allemagne, le "Mittelstand" est fidèle aux crédits de proximité

 |   |  288  mots
Copyright Reuters
Les PME allemandes font peu appel aux capitaux externes.

Pour financer leur croissance et leur activité, les PME allemandes, le fameux « Mittelstand », restent fidèles à la tradition du crédit bancaire de proximité. En 2009, selon les données de la Bundesbank, les crédits à long terme représentaient 21,8 % du bilan des entreprises allemandes qui réalisaient moins de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires, contre 5 % pour l'ensemble des entreprises.

Ces crédits sont souvent contractés auprès des banques de la région, caisses d'épargne ou banques mutualistes qui, en 2010, représentaient les deux tiers du marché des entreprises outre-Rhin. Cette configuration s'accompagne parallèlement d'une politique de renforcement des fonds propres dont la part dans le bilan des PME est ainsi passée de 22 à 26,4 % entre 2005 et 2009. De fait, le recours aux marchés financiers ou au capital extérieur est très peu répandu dans ces entreprises familiales qui sont avant tout soucieuses de leur indépendance.

Une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers, publiée deux semaines auparavant, confirme d'ailleurs cette tendance : 80 % des dirigeants de PME interrogés refusent d'ouvrir leur capital. Cette politique a l'avantage de pouvoir maintenir une ligne stratégique cohérente, même en période de crise.

Toutefois, elle a son revers : la dépendance vis-à-vis du secteur bancaire. Le « credit-crunch » compte parmi les plus sérieuses menaces pour l'économie allemande. Et elle n'a jamais vraiment disparu : outre la fragilité du secteur des Landesbanken, une des principales sources de financement des PME, les nouvelles mesures de régulation menacent la stabilité des banques locales allemandes. Voici une semaine, caisses d'épargne et instituts mutualistes se sont alliés pour mettre en garde contre les conséquences des règles de Bâle III sur le financement du Mittelstand.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2011 à 12:45 :
du bon sens, il en manque chez nous.. les banquiers en france que vous trouvez dans les agences ne sont responsables en rien des prises de decision concernant l'octroi de crédit.. si on en revenait à plus de proximité et de compétence, les pme d'ici souffriraient moins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :