Adhésion à l'UE : la Serbie recommandée, la Turquie épinglée

La Serbie mérite d'obtenir le statut officiel de candidat à l'Union européenne mais devra normaliser ses relations avec le Kosovo si elle veut que les négociations d'adhésion démarrent, prévient la Commission européenne. La Commission ouvre des négociations avec le Monténégro mais se dit préoccupée par les "récentes tensions entre la Turquie et Chypre".

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La Serbie mérite d'obtenir le statut officiel de candidat à l'UE mais devra normaliser ses relations avec le Kosovo si elle veut que les négociations d'adhésion démarrent, a indiqué mercredi la Commission européenne. Dans son rapport annuel sur l'élargissement du bloc communautaire, la Commission a en revanche souligné le manque de progrès de la Turquie au cours de l'année écoulée.

Accélération des réformes au Monténégro

Lors de la présentation du rapport, le commissaire chargé de l'Elargissement, Stefan Füle, a distingué les efforts réalisés par les pays des Balkans occidentaux. La Croatie a mis un point final aux négociations et ouvert le processus de ratification en juillet. Le Monténégro a accéléré les réformes auxquelles l'invitait l'UE et se voit récompensé avec l'ouverture des négociations d'adhésion. Quant à la Serbie, elle a arrêté les derniers criminels de guerre recherchés par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et engagé un dialogue avec le Kosovo.

"Une Europe plus stable et plus prospère"

Si elle est récompensée avec le statut de candidat, elle devra toutefois normaliser les relations avec son ancienne province pour poursuivre sa route vers l'UE.
Les deux pays devront aussi faire des efforts en matière de bonne gouvernance, d'Etat de droit, d'administration et de politique économique. "Les recommandations formulées aujourd'hui pour le Monténégro et la Serbie montrent que le processus d'élargissement stimule les réformes et aide à créer une Europe plus stable et plus prospère", s'est félicité Stefan Füle.

"Un message d'espoir fort en ces temps difficiles"
 

"Le pouvoir de transformation du processus d'élargissement envoie un message d'espoir fort en ces temps difficiles, à la fois pour les Etats membres de l'UE et pour les pays de l'élargissement", a-t-il ajouté. L'évaluation de l'exécutif communautaire est nettement moins positive pour la Turquie. "Le processus d'accession de la Turquie à l'UE reste le cadre le plus efficace pour promouvoir les réformes, développer le dialogue en matière de politique étrangère et de sécurité et renforcer l'économie. En même temps, la Commission est préoccupée par les "récentes tensions entre la Turquie et Chypre", peut-on lire dans le rapport.

La Turquie sommée de normaliser ses relations avec Chypre

Un nouvel agenda positif dans les relations UE-Turquie doit être développé pour permettre une relation plus constructive, basée sur des avancées concrètes dans des domaines d'intérêts mutuels", y est-il également indiqué. Bruxelles demande notamment à Ankara de faire des progrès importants en matière de respect des droits fondamentaux, notamment en matière de liberté d'expression, et vers la normalisation de ses relations avec Chypre. Le ministre turc chargé des relations avec l'UE, Egemen Bagis, a répété mercredi lors d'une conférence de presse que son pays n'était intéressé que par une adhésion pleine et entière et qu'aucune autre formule n'était acceptable aux yeux d' Ankara.

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 21/11/2011 à 8:48
Signaler
Peut-on faire confiance à la Turquie qui n'a pas hésité à se mêler de la politique intérieure de l'île de Chypre jusqu'à l'envahir en 1974 et l'occuper depuis lors ? La Turquie est une menace pour l'Europe et toute négociation d'adhésion doit être st...

à écrit le 20/11/2011 à 17:03
Signaler
STOP à toutes les nouvelles adhesions ; aujourdhui le sujet c'est l'exclusion eventuelle de certains: on s'est fait avoir par la Grece , le fonds de solidarité va deja avoir beaucoup de mal à éponger les dettes sans en rajouter! la Turquie n'est pas ...

à écrit le 13/10/2011 à 19:33
Signaler
En voyant le "foutoir" qu'est l'Union Européenne, les dirigeants serbes; s'ils aiment leur pays ont tout intérêt à ne pas joindre cette union dans son état actuel. Ce n'est pas aux nouveaux membres de s'adapter et de faire les concessions nécessaires...

à écrit le 13/10/2011 à 14:45
Signaler
La seule "vocation européenne" de la Turquie (pour paraphraser une boulette d'un homme politique français), c'est d'absorber (annihiler, en fait) l'Europe, ses territoires, ses populations, ses cultures, ses traditions, ses religions etc. C'est la gr...

à écrit le 13/10/2011 à 14:20
Signaler
Et l'Europe continue à s'enfoncer,la Serbie, le Montenegro..... et un vote à l'unanimité pour toute décision importante! on marche sur la tête ou veut on couler l'Europe?

à écrit le 13/10/2011 à 11:48
Signaler
Je ne comprends pas cette fuite en avant...a 6 bancale...27 catastrophique et a 50 ...la guerre assuree

à écrit le 13/10/2011 à 11:39
Signaler
La Turquie n'a rien à faire dans l'UE., ni culturellement, ni socialement, ni religieusement surtout, soyons pour une fois raisonnable, ce serait une catastrophe pour la chrétienté. Quant aux autres pays, comme la Serbie, attendons d'avoir gérer le ...

le 13/10/2011 à 12:17
Signaler
vous devriez voyager pour parler en connaissance de cause, et ne pas déblatérer l'idéologie Fhaine de "l'étranger" et réécoutez aussi le sketche de fernand raynaud sur le boulanger étranger cela pourrait vous aider à réfléchir.

à écrit le 13/10/2011 à 8:57
Signaler
La Turquie ne fait partie de l'Europe ni géographiquement, ni culturellement.Faire entrer la Turquie dans l'Europe serait une erreur majeure sur les plans politique et économique.

le 13/10/2011 à 11:50
Signaler
entièreùment d'accord

à écrit le 12/10/2011 à 23:25
Signaler
La Russie est le prolongement naturel de l'Europe. De Gaulle parlait en son temps de l'Atlantique à l'Oural. Mais cette option c'est du futur lointain. Quant à la Turquie, ce pays n'a aucune vocation européenne malgré sa croissance exceptionnelle. M...

à écrit le 12/10/2011 à 19:48
Signaler
Pourquoi me demanderait-on mon avis pour que la Serbie ou la Turquie rejoigne l'Union Européenne alors qu'en France on ne me demande même pas si je suis d'accord pour que Mayotte devienne un département français ?

le 13/10/2011 à 11:52
Signaler
c'est bien vrai!

à écrit le 12/10/2011 à 19:27
Signaler
L'Europe est en train de se décomposer et on veut y faire entrer de nouveaux membres (Serbie, Croatie). Avec cette nouvelle potion, le malade devrait ne pas résister plus longtemps. Les technocrates et politiciens professionnels n'ont toujours pas co...

le 13/10/2011 à 12:00
Signaler
stop plus d'entrée. Pour l'instant on réfléchit à ceux qui devraient sortir, sans oublier ceux qui y sont simplement pour essayer de toucher plus que cela ne coute. Dixit nos amis les anglais.

à écrit le 12/10/2011 à 17:44
Signaler
Je croyais que la construction européenne venait justement de montrer ses limites.... les citoyens que nous sommes en on marre de cette extension non contrôlée qui laisse des états au développement inégal entrer dans l'UE. Revenons à une EU plus rece...

à écrit le 12/10/2011 à 17:12
Signaler
Il faudrait deja mettre en place une cohesion europeenne sur la fiscalitee,l'economie,les projets d'avenir,le social etc etc. Apres je comprends l'interets,un nouveau marche sans taxe douaniere et un pays qui va pouvoir vivre a credit et ensuite se f...

à écrit le 12/10/2011 à 16:15
Signaler
la commission est autiste et / ou incapable.Il faut stopper l'adhésion de nouveaux états, surtout après ce que l'on a pu constater avec la Grèce. Avant toute adhésion, il faut revoir les traités en vigueur de façon à ne pas répéter les erreurs commis...

à écrit le 12/10/2011 à 14:30
Signaler
Pourquoi la Turquie doit faire des "efforts" et pas Chypre et l'UE, pour la normalisation des relations ? Pourquoi demander toujours la lune aux turcs ?

le 12/10/2011 à 15:46
Signaler
Parce que ce sont les turcs qui veulent rentrer en Europe, pas l'inverse.

le 12/10/2011 à 16:17
Signaler
le mieux serait de leur dire honnètement que l'on ne veut pas d'eux dans l' Europe. Mais qui aura le courage de le faire ?

le 12/10/2011 à 17:13
Signaler
Qu'ils se rassurent nous, peuple turc, ne voulons pas non plus entrer dans l'UE. Si c'était le cas la Turquie aurait fait les efforts demandés depuis un bon moment. On s'en sort très bien tout seul, la Turquie est un pays riche, fort militairement et...

le 13/10/2011 à 7:56
Signaler
EN EFFET MON AMIE...

le 13/10/2011 à 14:14
Signaler
hé bien Foulon et Leturc tout le monde est d'accord... alors pourquoi encore parler de l'adhésion de la Turquie puisque personne ne la veut :ni les Turcs et encore moins les européens !

le 13/10/2011 à 14:19
Signaler
Tu as bien raison Leturc. Le ministre turc qui dit qu'il ne veut qu'une adhesion complete ou rien s'y le mieux du monde pour qu'on ne la lui accorde pas. C'est de la com politique pure! Ne vous inquietez pas chers europeens...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.