L'hypothèse d'un nouveau soutien de la Réserve fédérale s'éloigne

 |   |  456  mots
Copyright Reuters
Les dirigeants de la banque centrale américaine continuent d'anticiper une croissance "modérée" pour 2012 mais n'entrevoient plus de nouvelles mesures de soutien à l'économie.

La perspective de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine (et plus particulièrement d'un QE3, une troisième phase d'assouplissement quantitatif) s'éloigne. Selon le compte-rendu de la réunion de mars de la Réserve fédérale, seuls deux membres du comité de politique monétaire estiment en effet que ces mesures pourraient être nécessaires si l'activité économique s'affaiblit ou si l'inflation reste à un niveau bas pendant une période prolongée. Lors de la réunion de janvier, ils étaient plus nombreux à avoir cette position.

"Les minutes de la Fed sont venues étouffer l'idée que le principe même d'un "QE3" était encore d'actualité", a déclaré Clark Yingst, analyste en chef chez Joseph Gunnar & Co. La Réserve fédérale a déjà lancé deux programmes d'assouplissement monétaire ("quantitative easing") pour sortir l'économie américaine de la récession dans laquelle elle était plongée entre la fin 2007 et la mi-2009.

Malgré les distances prises avec un éventuel troisième programme de ce type, les responsables de la Fed restent prudents au sujet des perspectives de l'économie américaine. Ils entrevoient "globalement" la poursuite d'une croissance "modérée" cette année pour la première économie mondiale. La Fed avait décidé lors de cette réunion de maintenir un statu quo. Son taux d'intérêt directeur est bloqué entre 0% et 0,25% depuis décembre 2008, et il a lancé depuis plusieurs injections de liquidités dans le système financier aux résultats mitigés.

A en croire les minutes , la majorité des dirigeants de la Fed a accueilli avec circonspection la baisse du chômage, tombé de 9,1% en août à 8,3% en février. "Presque tous les membres ont considéré le taux de chômage comme toujours élevé par rapport aux niveaux qu'ils considèrent comme compatible avec la mission du Comité à long terme", qui est de parvenir au niveau d'emploi le plus élevé, a souligné la Fed.

Mais sur les perspectives du chômage régnait une certaine discorde. "Un certain nombre de participants ont jugé que le marché du travail exhibait actuellement une sous-utilisation importante. Pour soutenir ce point de vue, divers indicateurs furent cités, y compris le temps de travail (...), le nombre élevé de personnes travaillant à temps partiel pour des raisons économiques, et le faible ratio d'offres d'emplois par rapport au chômage", a poursuivi la banque centrale.

"D'autres ont noté les sondages suggérant de nouveaux gains solides à venir pour l'emploi", tandis qu'une minorité pensait soit que l'économie américaine "pourrait être beaucoup plus proche de son potentiel qu'on le pensait", soit que cette économie avait moins de potentiel depuis la récession de 2007-2009. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2012 à 12:33 :
soit le qe3 s'est déja déroulé discretement soit ils comptent l'appliquer par petites touches discretes.mais dans tous les cas le système "imprimera" pour se préserver
a écrit le 03/04/2012 à 20:55 :
Dur pour les US de retrouver de la vraie croissance sans vendre de produits financiers pourris dont ils sont spécialistes, sans distribution de billets via QE, sans récupérer l'épargne et les excédents mondiaux pour investir maintenant que les Chinois , les Japonais n'achètent plus de bons du trésor US ... dur ... dur ... 2012 ... quoi qu'en disent les médias moutons ....
a écrit le 03/04/2012 à 19:35 :
Elle vient d'où cette croissance? C'est moins bien qu'avant chez les BRICS, c'est très faible en Europe, c'est de la croissance endogène pure alors.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :