La récession de retour en Grande-Bretagne

 |   |  236  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Outre-Manche, le produit intérieur brut se replie de 0,2% au premier trimestre après avoir déjà reculé fin 2011. Le pays se retrouve ainsi dans une situation de récession moins de trois ans après en être sorti.

La Grande-Bretagne est de nouveau touchée par la récession. Son produit intérieur brut (PIB) recule de 0,2% sur les trois premiers mois de l'année par rapport au dernier trimestre 2011. Il s'était déjà contracté de 0,3% à la fin de l'année dernière. Autrement dit, cela signifie que le pays connaît à nouveau une période de récession, après en être sorti fin 2009.

"La seule chose qui pourrait faire empirer les choses serait d'abandonner notre programme, d'ajouter des emprunts et de creuser encore plus la dette", a déclaré le ministre des Finances George Osborne dans un communiqué, signifiant qu'un plan de relance de la croissance n'était pas prévu.

Un déficit plus large que prévu

Au mois de mars, le déficit public britannique se révèle plus large que prévu. Les besoins de financement nets du secteur public pris en compte par le gouvernment (et ne tenant pas compte des interventions dans le secteur financier) s'est élevé à 18,174 milliards de livres en mars contre 17,951 milliards en mars 2011, selon l'office public des statistiques.Les économistes interrogés par Reuters anticipaient 16 milliards.

Toutefois, sur l'année, les besoins d'emprunt attendus se montent à 125,974 milliards de livres soit moins que l'objectif de 126 milliards fixé par Londres. En pourcentage du PIB, ce solde représente 8,3% sur l'exercice 2011/2012 contre 9,27% l'exercice précédent, ce qui est conforme là encore à l'objectif officiel.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2012 à 9:56 :
Il semble que l'euro n'est pas en cause au Royaume Uni ; la planche à billets fonctionne à Londres mais au bénéfice de qui ? Quand aux 1000 milliards prétés à moyen terme par la BCE , dans combien de temps vont ils arriver à l'économie réelle , en observant ce qui est publié sur les crédits accordés , s'ils ne servent pas à l'économie réelle à quoi servent ils ??
a écrit le 26/04/2012 à 2:29 :
Vive Jules césar ! Au moins il a réunit français et anglais ds le même bateau
Bon franchement tôt ce qui a été dit ici est gonflant. Chaque pays est bien arrêtez de vous prendre la tête. Les choix sont personnels Certains aiment vivre en uk ce ça correspond à leur tempérament er vice et versa pour les gens habitant en france.
Réponse de le 26/04/2012 à 22:19 :
@la gaule : d'accord avec vous.
a écrit le 25/04/2012 à 22:28 :
Anguela doit en ravaler son chapeau ... si même l'Angleterre qui a eu un programme austérien de première qualité finit en récession ... ou va t'on ??? Bon une fois que tout aura été bien rincé et que les pauvres auront bien absorbé les évaporations d'actifs (soit en crevant la dalle soit en se barrant dans les colonies) il sera possible de redémarrer plus vite une croissance qui permettra aux détenteurs de capital de se reprendre les 10 à 20% de marge .....
Réponse de le 10/05/2012 à 9:53 :
@ Arhhhh Il est clair que l'austeriete est mauvais pour la croissance a cours terme. Par contre a long terme cette "Cure d'austerite" n'est que benefique, on rappelera que les UK ont une meilleurs croissance durant les 15 dernieres annees que la France ou l'Italie.Moi je pense qu'on devrait continuer memes si la croissance baisse a court terme.On a les depenses les plus eleve d'Europe
a écrit le 25/04/2012 à 21:06 :
@Libre: MAIS n'importe quoi libre... Si tu interprètes l'économie et l'histoire comme tu interprètes mes propos, je comprends mieux comment t'en ai arrivé là. Je disai simplement que l'idee d'une société qui suit les principes de l'idéologie libérale se défend, comme celle du communisme d'ailleurs. ------ Et de çà tu fais une conclusion déconcertante que je valide que le communisme c'est le diable, que ce n'est pas le libéralisme qui est la cause de nos problème. ----- FAUX: Notre problème c'est qu'on est trop libérale ou pas assez, et en l'occurence, avec notre société (collectiviste si tu veux), c'est qu'en rendant les choses plus libérales, on s'enfonce tout les jours dans une recession qui va finir en beauté ! ----- Donc, à défaut de pouvoir appliquer un libéralisme utopique, il faut réguler ce système de néo-libéralisme sauvage ravageur! ----- Voila là seule et unique solution pour éviter que dans les nations, et entre les nations, les guerres n'explosent, tellement le système aura été épuisé jusqu'au bout, qu'il n'y aura plus rien à en tiré! A part si par notre consumérisme exacerbé, rappelons le, nécessaire à ce branlant, n'est épuisé nos ressources avant, ce qui nous plongera beaucoup plus vite vers la crise mondiale.
a écrit le 25/04/2012 à 19:41 :
Il faut relativiser. 0,2%, ce n'est pas énorme. La dernière fois que je suis allé en GB, il y a quelques mois, je n'ai pas vu une nation en perdition, mais des commerces plutôt dynamiques dans les petits villages du Sussex, des magasins improbables à Brighton, quelques petites industries (textile, vélo) dont les anglais sont fiers, ou en tout cas qui semblent rentables. Le tableau n'est pas rose, les plus pauvres moins protégés qu'en France, le logement horriblement cher à Londres, mais la situation me semble moins préoccupante qu'en France. Il paraît que nos jeunes diplômés vont en GB pour appprendre la langue. Bien sûr? car en France le chômage et l'hostilité des RH face aux inexpériementés n'y sont pour rien!
Réponse de le 25/04/2012 à 20:00 :
@toccata : je confirme, j'ai de la famille, j'y ai vécu un an, et j'y retourne chaque mois. J'ai la même impression que vous, je connais bien le sussex et le kent. En ce moment c'est le devon ou les cornwall. Il y a que des petits commerces, il y a des grands centres commerciaux, mais ça ne tue pas autant le petit commerce. Les gens sont toujours de bon humeur et ne se plaignent jamais. Comme vous dites, bien sûr il y a des gens pauvres j'imagine plutôt côté manchester ou londres, mais il y a des aides et beaucoup d'associations. J'ai un sentiment de liberté aussi. Les gens se débrouillent et me paraissent bien plus autonomes, c'est dans leur système et éducation. Le chômage dure moins longtemps et donc les gens se bougent. Bien sûr, offrez leur le système belge ou français, ils feraient pareil, on a vu que ça commençait du temps de Blair et c'est pour celà que je suis pour un système libéral, déjà ce que j'aime dans ce mot c'est "libre". Un pays se perfectionne s'il y a de la concurrence et de la motivation. Chez nous, je ne cesse d'entendre "pourquoi travailler, je gagne autant en restant chez moi". Je crois qu'un système social comme le nôtre mène à la perte d'un pays.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:12 :
Il y a liberalisme et liberalisme ... le libéralisme idéal qui consiste à permettre aux individus de pouvoir monter de petits commerces ou de petites entreprises rentables et c'est un idéal pour tout le monde (une utopie) ... Le libéralisme français consiste a faire pression sur les individus pour accepter des emplois sous payés dans de grosses entreprises qui ont elles la liberté d'exploiter a volonté les individus ... Les grosses entreprises détestent la concurrence (comme tous les acteurs du capitalisme) et font tout pour que ce libéralisme idéal n'existe pas ... Libre qui défend avec pugnacité un libéralisme privé ne comprend pas que dans ce cas ce sont toujours les plus gros qui ont la liberté ... Et il est incapable de donner des solutions pour que le "libéralisme des petits" puisse exister dans notre société qui ne favorise que le libéralisme des plus gros ...
Réponse de le 25/04/2012 à 22:41 :
Si mon patron qui le patron de carrefour, (ami de sarkosy) voulait arreter de faire des contrats a temps partiel, pour faire des gains fiscaux, à 15 heures par semaine pour 700 euros, si ils les embauchaient en CDI a plein temps au smic, peut être que les gens qui ont des aides, gagneraient moins que, oui effectivement. Mais non, 300 millions d'euro de Benefices par an, c'est pas assez pour carrefour. Il faudrait même pouvoir leur baisser le salaire, enlevont le droit du travail, faisont les bosser 45 heures par semaine tant qu'on y est.
Réponse de le 25/04/2012 à 23:25 :
45h payées 35h bien sûr car sinon il n'y a pas d'intérêt .... Bon et si on trouve de bons moutons 45h payées 15h serait l'idéal ... si la liberté du code du travail pouvait le permettre ...
Réponse de le 26/04/2012 à 11:21 :
@ Abhon : vous n'avez que trop raison. Hélas, des idéologues du genre de Libre préfèrent dire que vous êtes un feignant et que vous méritez votre situation. Si d'aventure vous prétendiez le contraire, c'est que vous n'êtes qu'un infâme collectiviste ;-)
a écrit le 25/04/2012 à 18:09 :
Tout cela parce que les politiques et leurs complices ont supprimer l'étalon Or à la monnaie papier en 73 sous la pression américaine.

Historiquement, la monnaie papier n'a jamais duré de longues périodes, alors que l'or a survécu à des milliers d'années d'attaques de la part des intérêts politiques et des grands gouvernements. Avec le temps, le monde restaurera à nouveau la confiance dans le système monétaire en liant une devise à l?or.

L?or, ou n'importe quelle monnaie à valeur intrinsèque acceptable par le marché, est nécessaire pour préserver la liberté. Le contrôle, par le gouvernement, du monopole d'un système qui crée de la monnaie fiduciaire à partir de rien garantit la perte de liberté. Quelles que soient les bonnes intentions que l'on prête à notre militarisme, ou la manière dont sont présentées les promesses de programmes merveilleux pour les pauvres, enfler la masse monétaire pour payer ces factures fait enfler le gouvernement. Les empires finissent toujours par s?écrouler, et les dépenses dépassent toujours les prévisions. Les conséquences involontaires néfastes sont la règle, et non l'exception. L'aide sociale pour les pauvres est un gaspillage inefficace. Les bénéficiaires en sont rarement les pauvres eux-mêmes, mais les hommes politiques, les bureaucrates ou les riches. Il en va de même pour toutes les aides aux pays étrangers : elles ne sont rien de plus qu'un programme qui vole aux pauvres d'un pays riche pour donner aux riches leaders d'un pays pauvre. Que ce soit la guerre ou l'aide sociale, cela signifie toujours une augmentation des impôts, de l'inflation et de la dette. Que l'on extraie les richesses d'une économie productive, que l'on dénature le marché en manipulant les taux d'intérêt ou que l'on dépense pour la guerre et les aides sociales, on porte toujours atteinte aux libertés individuelles.

Ici, la guerre contre la pauvreté, le terrorisme, la drogue ou les dirigeants étrangers fournit une opportunité d'accéder au pouvoir pour les partisans de l'autorité, ces individus qui ne pensent qu'à violer les droits à la vie privée et à la liberté d'expression. Ils pensent que leur rôle consiste à protéger le secret du gouvernement plutôt que de protéger la vie privée des citoyens. Malheureusement, ce sont les conditions dans lesquelles nous vivons aujourd'hui, avec au fond aucun respect pour la Déclaration des Droits.

Bien qu'un système de monnaie fiduciaire sous monopole du gouvernement soit très mauvais pour l'économie, la perte de liberté associée à ce système est également troublante. De la même manière que les empires s?autolimitent en termes de monnaie et de main-d'oeuvre, il en va de même pour les systèmes monétaires fondés sur l'illusion et l'escroquerie. Lorsque viendra la fin de ce système, nous pourrons choisir à nouveau entre d'un côté la monnaie honnête et la liberté, et de l'autre le chaos, la pauvreté et l'autoritarisme.

Les torts causés à l'économie par un système de monnaie fiduciaire sont omniprésents, dangereux et injustes. Bien qu'une inflation galopante soit nuisible à presque tout le monde, elle est plus insidieuse pour certains groupes. Une fois que l'on reconnaît que l'inflation est un impôt, il devient clair que cet impôt est régressif : il pénalise les pauvres et les classes moyennes plus que les riches et les politiquement privilégiés. L'inflation des prix, conséquence de l'inflation de la masse monétaire par la banque centrale, frappe d'abord et avant tout les pauvres et les travailleurs marginaux. Elle pénalise surtout les épargnants, les retraités, ceux qui vivent de revenus fixes, et tous ceux qui croient aux promesses du gouvernement. Les petites affaires et les entreprises individuelles en souffrent plus que l'élite financière, qui emprunte de grosses sommes d'argent avant qu'il ne perde de sa valeur. Ceux qui bénéficient des contrats du gouvernement, surtout les complexes industriels militaires en temps de guerre, touchent des bénéfices immérités.

Attribuer l'arnaque des prix aux prix élevés de l'essence et du pétrole est une erreur. Si nous imposons de nouveaux impôts ou fixons des prix, tout en ignorant l'inflation monétaire, les subventions aux entreprises et les réglementations excessives, il y aura pénurie. Le marché est le seul moyen de déterminer le meilleur prix pour n'importe quelle matière première. La loi de l'offre et de la demande ne saurait être ignorée. Les vrais problèmes surviennent lorsque les planificateurs du gouvernement donnent des subventions aux entreprises productrices d'énergie et favorisent un type d'énergie par rapport à un autre.

Les prix de l'énergie augmentent pour de nombreuses raisons : l'inflation, une demande accrue de la part de la Chine et de l'Inde, une diminution de l'approvisionnement due à notre invasion de l'Irak, une rupture anticipée d'approvisionnement due à nos pressions pour un changement de régime en Iran, des restrictions sur la production d'essence, l'intervention du gouvernement sur le développement du marché libre des carburants alternatifs, et les subventions aux grandes compagnies pétrolières telles que des baux gratuits et des subventions pour la recherche et le développement.

Il est intéressant de voir que le coût du pétrole et de l'essence est en réalité plus élevé que ce que nous payons au détail. Une grande partie du budget de la défense passe dans la protection de « nos » réserves de pétrole, et si ces dépenses sont prises en compte, l'essence nous coûte probablement plus de 5 dollars le gallon. La triste ironie de cela est que l'effort militaire réalisé afin de s'assurer des réserves de pétrole bon marché comporte inévitablement un effet inverse, diminue en réalité les réserves et fait augmenter les prix à la pompe. Le gaspillage et les escroqueries de la distribution de contrats à de grandes compagnies pour travailler en Irak ne font qu'ajouter à l'augmentation des prix.

Lorsque des problèmes surviennent dans les conditions d'aujourd'hui, c'est une grave erreur que de les attribuer au petit peu du marché libre qui fonctionne encore. L'été dernier, le marché a fonctionné efficacement après Katrina : l'essence a atteint 3$ le gallon, mais les réserves ont rapidement augmenté, la demande a baissé, et le prix est revenu à 2 $. Au cours des années 80, les forces du marché ont ramené le pétrole de 40 $ le baril à 10 $, et personne n'a pleuré pour les compagnies pétrolières qui ont fait faillite. Les augmentations d'aujourd'hui se produisent à cause des raisons que je viens de citer. Il est naturel que les ouvriers recherchent les revenus les plus hauts, et les entreprises les profits les plus importants. C'est ainsi que fonctionne le marché. Lorsque l'on permet au marché libre de fonctionner, c'est le consommateur qui détermine en dernier ressort le prix et la qualité, tandis que les ouvriers et les entreprises s'adaptent aux choix des consommateurs. Lorsque ce processus est altéré par le gouvernement, les prix augmentent de manière excessive, le coût du travail et les profits en sont affectés et les problèmes surgissent. Au lieu de résoudre les problèmes, les hommes politiques et les démagogues répondent en demandant des taxes exceptionnelles sur les profits et un contrôle des prix, sans jamais s?interroger sur la manière dont l'intervention du gouvernement précédent a provoqué cette situation. Ne dites jamais que l?augmentation des prix du pétrole et des profits provoque l'inflation, c'est l'inflation de la masse monétaire qui provoque une augmentation des prix !

Puisque maintenir les taux d'intérêt en dessous du niveau du marché est synonyme de création d?argent supplémentaire par la Fed, le cycle économique, l'augmentation du coût de la vie, ainsi que les pertes d'emplois peuvent être déposées devant la porte de la Fed. Ce fardeau frappe plus particulièrement les pauvres, faisant de la taxation de la Fed par le biais de l?inflation le pire de tous les impôts régressifs. Les statistiques concernant les revenus générés par l'impôt sur le revenu sont terriblement trompeuses : notre système social et guerrier, censé aider les pauvres et taxer les riches, cause en réalité beaucoup de torts. Seule une monnaie solide peut réparer l'injustice criante de ce système destructeur.

Les Pères Fondateurs avaient compris l'importance du danger, et votèrent massivement pour rejeter « l'émission de notes de crédit », terme qu'ils utilisaient alors pour le papier-monnaie ou la monnaie fiduciaire. Il est dommage que le savoir et les conseils de nos fondateurs, ainsi que leur mandat dans la Constitution, soient aujourd'hui ignorés, pour notre plus grand péril. L'augmentation actuelle du prix de l'or, qui reflète la dévaluation de notre dollar, est un avertissement pour que nous fassions plus attention à notre politique fiscale, monétaire, sociale et étrangère.

C'est pourquoi il est plus qu'urgent d'acheter de l'or physique pour sauvegarder au maximum le patrimoine de sa famille et éviter de faire faillite une fois l'euro fortement dévalué (ce qui est déjà le cas chaque année).

Réponse de le 25/04/2012 à 19:56 :
Le texte ci dessus est de Ron Paul, membre du Congrès Américain, ce n'est malheureusement pas un sénateur collectiviste français qui pourrait être capable d'une telle plume.
Réponse de le 25/04/2012 à 20:58 :
Je reconnais bien là ta facilité à copier coller des textes. Il existe aussi des textes qui disent l'inverse... beaucoup de texte. D'ailleurs ça sert à rien de les coller içi, mets plutôt un lien car personne ne le lira tellement l'interface est incommodante (désolé la tribune)
a écrit le 25/04/2012 à 13:56 :
Souriez, vous êtes filmés, on dirait que ça vous enchante, ah...quand il est question de racisme contre les britanniques, on s'en donne à coeur joie, je connais des expat et croyez-moi, qu'ils ont plus envie de revenir chez nous. On vit bien mieux au royaume-uni, pas de place pour les non actifs, chez eux , au moins, le travail est reconnu et la bonne conduite, pas de place pour les faux malades ou autres parasites. Tout est relatif, et je vais tous les mois faire mes courses, au moins avec eux, je peux manger tous les jours de la viande et des produits de luxe. Ils sont moins taxés et eux, sont libres. Vive l'angleterre et je me fou des jaloux.
Réponse de le 25/04/2012 à 14:21 :
Une pensée pour les individus de votre acabit, fustigeant, en apparence, le système de protection sociale français et étant venu profiter des largesses des Assedic au plus fort de la crise de 2008...
Réponse de le 25/04/2012 à 14:37 :
@DerRichter: pas de notre faute si le système d'assistanat français est ouvert aux 4 vents... évidemment, si on peut en profiter, profitons-en. Pourquoi se priver? Il y a un paquet de gens qui viennent en France que pour cela d'ailleurs. Donc faut-il garder le système tel qu'il est et tenter de raisonner les gens en leur disant: "bon, techniquement, vous pouvez bénéficier des assedics, mais moralement, comme vous ne les méritez pas, il faudrait vous abstenir"? Aaaah, elle est belle la logique de la gauche française. tout dans le non-sens.
Réponse de le 25/04/2012 à 14:45 :
Reste la bah Paddy, pas de problème, d'ailleurs je crois que tu colles bien avec les anglais.
Réponse de le 25/04/2012 à 14:49 :
"pas de place pour les non actifs, chez eux , au moins, le travail est reconnu et la bonne conduite, pas de place pour les faux malades ou autres parasites."
Hummm des propos qui fleurent bon le III Reich, je ne savais pas que l'Angleterre avait a ce point changé....Le travail forcé c'etait mieux avant non????
Réponse de le 25/04/2012 à 16:22 :
@ ttt : je suis en désaccord avec vos propos donc je suis gauchiste ? Je suis défait par votre argumentation de haut-vol.
Réponse de le 25/04/2012 à 16:55 :
@Paddy. Vous ferez comme tout bon français quand le vent tournera où lorsque la maladie vous rattrapera : Retour en France ! Délai d'attente chez un spécialiste en Angleterre, de quelques mois à un an ! Allez faire un tour sur les forums d'expat !
Réponse de le 25/04/2012 à 17:35 :
non, vous ne m'avez pas comprise...et la maladie je la connais bien, mon mari est décédé d'un cancer, donc il ne faut pas me la faire merci. Et rassurez-vous, je suis belge et pas française, je ne vivrai jamais en France, j'ai failli, ouf merci bien, ce sont des amis Français qui heureusement m'ont ouvert les yeux sur votre pays. Le mien ne vaut pas mieux, certe. Mon avis reste inchangé, je vivrai en Angleterre, et je vous dis que je connais beaucoup d'expatriés qui se foutent pas mal de la France, croyez-moi bien, pensez ce que vous voulez, je respecte votre avis, mais pour ma part, je gagnais mieux ma vie au royaume-uni, et la mentalité est bien meilleure. Je vous retourne la question, quand vous aurez à l'avenir un problème avec un ennemi en guerre, ne demandez plus l'aide aux anglais et américains s'il vous plaît.
Réponse de le 25/04/2012 à 18:12 :
@yurf : c'est vrai vous avez raison, je colle bien avec les Anglais. Ce sont des paroles haineuses de la sorte qui font que je resterai là-bas. Vous savez, je vais continuer à aller dans votre sens puisque c'est le bruit que vous faites propager : j'aime bien la pluie, j'aime bien les méchantes gens, j'aime bien manger mal, et le mauvais fromage,...ouh la la, je dois être maso. Mon conjoint est Français, lui-même est tombé des nues quand je l'ai emmené en uk, car il critiquait sans y avoir été le uk, maintenant, il veut y vivre aussi, et y préfère la nourriture haha !
Réponse de le 25/04/2012 à 22:07 :
En tout cas, ça a fait de vous une personne de très sage, dont les arguments élaborée sont difficiles à suivrent, mais j'essai.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:22 :
Moi aussi je connais des expat (surtout aux US), du moment qu'ils sont jeunes avec de jeunes enfants ils adorent les US .. quand il faut trouver une bonne école pour leur mômes qui grandissent (écoles payées par notre entreprise) déjà ça change , certains renvoient leur mômes dans la famille en France .. et quand au bout d'un certain nombre d'années on leur propose un contrat local (de droit US) et non un contrat français .. Là ... ils rentrent !! a de très très rares exceptions prêt ....
Réponse de le 26/04/2012 à 19:37 :
et bien voyons, l'éducation nationale la plus chére et la plus inefficace (et je ne parle pas de propagande bolchévique auxquels les enfants ont le droit dés le collége), qui plus les universités françaises sont les plus mal notée du monde développée) serait tellement bien que les parents de tous les expats voudraient les renvoyer en France ? Faux c'est un mensonge éhonté, et tous ceux qui connaissent la qualité des campus et des enseignements aussi bien aglo saxons mais aussi Asiatique, australien, Canadien ou autres, savent que vous mentez.
a écrit le 25/04/2012 à 13:47 :
Plusieurs commentateurs précédents n'ont pas remarqué que le libéralisme de Mme Thatcher a été profondément corrigé par les travaillistes qui ont pris la direction du pays par la suite. Leur analyse est donc totalement ERRONÉE, mais c'est normal car, comme le remarque très justement "Libre (12:46)", ils ignorent en réalité ce qu'est le LIBÉRALISME...
Réponse de le 25/04/2012 à 14:25 :
On sait ce que sait le libéralisme, et toi comme nous, on sait qu'il n'existe nul part, et que si il n'est pas appliquer partout à la fois, en même temps, ça n'arrivera jamais.... donc le libéralisme n'existera jamais, comme le communisme.... La seule chose qui existe c'est le pouvoir. Et plus on donne de pouvoir à certain, moins les autres en ont, et au final on a un capitalisme sauvage. C'est une utopie votre truc, donc arretez de nous bassiner avec
Réponse de le 25/04/2012 à 18:32 :
Bel aveu de Yurf qui accusait jusqu'à présent le libéralisme de tous les maux et de toutes les responsabilités des magouilles des conservato collectivistes qui sévissent un peu partout, et surtout en France. Il vient de reconnaitre que le libéralisme "n'existe nul part". Donc en aucun cas il ne peut être tenu responsable des échecs de vos amis qui s'échangent le pouvoir continuellement. Par contre le communisme lui a sévit, et il continue de sévir, contrairement au libéralisme celui ci a déjà volé le pouvoir à multiples reprises dans le monde, et nos amis cubain, Coréen du nord et Chinois (à la chinoise) eux en souffrent toujours.
L'idéal libéral n'est pas à chercher bien loin, il est inscrit dans la constitution francaise, mais aussi américaine, inspirée par Tocqueville justement. Si vous piétinez la constitution en prétendant qu'elle ne peut plus s'appliquer, c'est votre affaire, et votre trahison envers le peuple français, nous les libéraux, et les libertariens nous ne renoncerons jamais pour retrouver nos libertés et la protection contre l'étatisme.
Réponse de le 25/04/2012 à 19:08 :
@Yves : tout à fait, Il faut corriger les dégâts de Blair, quoique les travaillistes ne sont pas vraiment les socialistes de chez nous. Et ce n'est pas en 4 ou 5 ans, qu'on peut remonter la pente, des bêtises des autres.
Réponse de le 25/04/2012 à 19:22 :
Quelle horreur d'assimiler le libéralisme à une idéologie comme le communisme! Il faut bien rappeler que le principe du libéralisme est d'accorder le maximum de liberté aux individus. Le moins l'Etat intervient, le plus il y a de libéralisme. Je ne m'occupe même pas de savoir si c'est économiquement plus efficace qu'un autre système. Le libéralisme est une philosophie avant tout. Les économistes libéraux (i.e les "autrichiens") assimilent d'ailleurs parfaitement que les comportements ne sont pas uniquement intéressés par l'argent. Le communisme, à l'opposée, en imposant des règles collectives aux individus, ne peut s'imposer que par la force et la coercition.
Réponse de le 25/04/2012 à 21:13 :
Si vous y métiez un peu de bonne foi, vous liriez un peu plus sur le communisme (qui n'est pas mon idéale, ni le programme du front de gauche, rappelons le), et vous y trouveriez d'autre choses que de l'interdiction. Le principe du communisme, c'est que la richesse que tu créer, te reviens. Et si les 500 employées décident d'investirent, ils le font ensemble, et c'est pas interdit de devenir riche non plus. ---- Alors que le libéralisme c'est la loi de la jungle. Oui chacun fait ce qu'il veut. Enfin le grand patron surtout. Dans votre société ideal, il pourrait imposé aux employé de bosser 45 heures pou 400 euros par mois. Et les gens le feront pour pas crever. Et quel est exactement son pouvoir de décider à lui ? A part se la fermer ? ----- "Le comportement n'est pas uniquement dirigé par l'argent"... mouahaha. Effectivement le clodo, il est pas interessé par l'argent. Effectivement, certain vois leur bonheur ailleurs, surtout parce qu'il n'en ont de toute façon pas. Le problème c'est que les decideurs, les faiseurs de gros sous, qui décide de tout sur la planète, eux il y a que ça qui les intéresse.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:17 :
Les escrocs adorent le libéralisme ....
Réponse de le 25/04/2012 à 22:33 :
Le libéralisme idéal (celui qui serait bénéfique aux petits comme aux grands) est aussi utopique que le communisme démocratique ... Dés que les gros ont la liberté d'exploiter les petits ils ne se gênent pas pour en profiter. Le Bresil des années 70-80 est un excellent exemple .. libéraliste a fond a droite ou seuls les riches propriétaires terriens retiraient des richesses de l'exploitations des terres et des travailleurs (à la limite de l'esclavagisme) , et le Bresil vegetait ... Depuis que le gouvernement est passé a Gauche (gauche pragmatique) le Bresil décolle !!!
Réponse de le 27/04/2012 à 16:40 :
Faux le libéralisme n'est pas une idéologie mais la reconnaissance inaliénable des libertés des individus. Ces libertés ne sont en aucin cas négociables pour etre confisquées par les collectivistes. Contrairement au communisme et au bolchévisme, la liberté est naturelle et les peuples arrivent toujours, tot ou tard, à se libérrer des oppresseurs collectivistes qui s'accaparent le pouvoir en infantilisant les individus, et en leur faisant croire qu'ils sont indispensables à leur bonheur et à leur sécurité. C'est la véritable escroquerie qu'ils opérent sur le peuple.
Réponse de le 27/04/2012 à 16:43 :
à Voui. Et les conservato collectivistes qui ruinent les nations, les citoyens et l'économie de part leur étatisme et le remplacement de l'étalon or pour la monnaie, par de la fausse monnaie papier sans valeur, avec la complicité des banquiers, des politiques et des états. Pour se protéger des dangereux collectiviste comme vous, et comme Yurf, il est urgent d'acheter de l'or physique pour se protéger des prochaines dévaluation de l'euro. Ce sont ces étatistes qui sont au pouvoir, pas les libéraux, alors les escrocs ce sont bien vos amis dictateurs contre le peuple.
a écrit le 25/04/2012 à 12:51 :
je croyais que l'ultra libéralisme implanté par tatcher et sa suite était le modèle performant du système ? c'est du moins ce que prèchent Sarko et Merkel !
il faut changer de système ...de société pour un vrai progrès ......place aux hommes !
Réponse de le 25/04/2012 à 13:15 :
A mes yeux le seul échec du libéralisme est d'avoir laissé les banques prêter à des Etats dispendieux comme la France autant d'argent à des taux aussi bas. Les taux de la dette française auraient dû être beaucoup plus haut, beaucoup tôt. La politique fiscale de Paris n'est tout simplement pas crédible, comment les banques peuvent-elles y croire??
Réponse de le 25/04/2012 à 13:48 :
Décidément, il existe encore d'indécrottables néo-libéraux. Vous devriez peut-être faire un reset et installer de nouveaux logiciels
Réponse de le 25/04/2012 à 18:34 :
Sachez fredo que nous ne cesserons jamais de lutter pour retrouver nos libertés contre votre idéologie étatiste et collectiviste contre l'individu et le citoyen. Vos mafias devront rendre gorge un jour, la France a heureusement toujours su à terme se libérer de ses oppresseurs.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:36 :
Avec le libéralisme vive la liberté de vendre des créances immobilières d'américains insolvables ( des règles de bases voudraient que la finance ne prête qu'a des gens solvables .. c'est un peu la base du métier) sur l'ensemble des marchés financiers de la planète (=subprimes) .. tant qu'il y a des andouilles pour en acheter (voir mieux pour défendre ce système !!) pourquoi se priver ????
a écrit le 25/04/2012 à 12:40 :
C'est la bonne nouvelle du jour. La patrie du neoliberalisme en recession.
Et nos winners francais qui fuyaient la mere patrie par millions pour echapper au fisc spoliateur, ou sont ils ?
Quand aux anglais, qu'ils continuent à vener tatcher et leur traider et qu'ils crevent de leur connerie...c'est leur problème.
Réponse de le 25/04/2012 à 13:11 :
Boss, lire la réponse de libre à yurf ci-dessous, pour votre éducation. Moi je suis toujours à londres, toujours dans la finance, je gagne plus qu'en france et y paie moins d'impot, donc tout roule. pas de recession pour les expats.
Réponse de le 25/04/2012 à 13:47 :
@ttt , Ne dites surtout pas merci aux impots pour avoir payés votre école en France au cas où vous seriez diplômé d'une école publique française.
Réponse de le 25/04/2012 à 13:51 :
Je signale que l'anglophobie ça se soigne...vous feriez bien d'aller sur place vivre un peu au lieu de parler ce dont vous ne connaissez pas. Vous pensez bien, qu'il faut voir plus long que son nez cher monsieur, et pas toujours croire ce qu'on lit dans les journaux. Tout ce que je sais, c'est que ceux qui sont partis, ne reviendront plus chez les grenouilles vantardes. Qui est en passant pas le plus beau pays, ni celui où on mange le mieux, ni le meilleur vin, ça, il y a que les français qui le disent. Je méprise votre racisme anti anglais, gardez le votre stalinien d'hollande surtout.
Réponse de le 25/04/2012 à 14:19 :
@Martin: Gagné, je suis diplômé d'une école privée même si effectviement subventionnée par des autorités locales. Les universités française sont effectivement plutôt reconnues pour leur incapacité à préparer les jeunes au marché du travail (le vrai, pas simplement comment remplir des demandes de subventions publiques). Mais votre remarque pointe très justement au gachis de l'argent public envers ces universités que personne n'ose réformer pour les mettre à niveau.
Réponse de le 25/04/2012 à 14:27 :
@paddy: Et moi je m'assoie sur votre racisme contre les grenouilles (certaines espèces de batraciens sont très mignonnes et particulièrement intéressante à étudier). La francophobie se soigne aussi je présume. Il ne faut pas non plus croire tout ce que Smith a écrit, c'était un autre siècle le monde a changé depuis. Pour le vin vous devez vraiment faire erreur ou bien ce sont des cépages français, n'allez surtout pas me dire que le fromage est meilleur car là on s'apercevra vite que votre objectivité n'est pas de mise!
Pour info je connais plus de retraités britannique qui vont sous notre climat que l'inverse!

Donc n'hésitez pas, continuez à rester sous la pluie et surtout n'oubliez pas de manger un petit bout de cheddar avec une bonne petite guinness?.hummm délicieux!
Réponse de le 25/04/2012 à 14:41 :
@ttt : C'est vrai en France. Bizarrement, à l'étranger, les docteurs issus des ses universités sont appréciés. Mais avec vos préjugés de RH à la française, forcément...
Réponse de le 25/04/2012 à 17:21 :
@ttt, et pourtant cette argent gâché m'a donné une chance ainsi que bon nombre d'étudiants de ma promo à l'époque,la plupart ont du travail à ce jour. il me semble que la réforme des universités est en cours en ce moment, de plus en plus de cursus demande de faire un stage comme les écoles d'ingés..ça va dans le bon sens ,rien n'est parfait mais on sent que ça bouge, pour le bien ou pas on verra.
Réponse de le 25/04/2012 à 17:46 :
@jemegausse : détrompez-vous, je ne suis pas raciste du tout, pas envers les grenouilles non plus, ils m'ont simplement déçue, je trouve que le Français a un réel problème d'anglophobie, et c'est dommage, de plus, j'ai l'impression qu'il est gauchiste dans l'âme, trop changeant, instable, vantard. Pour le vin, des Français veulent acheter des vignes au royaume-Uni, ils ont eu le 1er prix du champagne "sparkling wine" qui a battu le champagne français, et ils ont de très bon vins rouges en cornwall, pour la pluie, il pleut dans certaines régions beaucoup moins qu'en Belgique ou dans le 59-62 ....le gulfstream, ça vous dis quelque chose ? Vous savez le Royaume-Uni ce n'est pas que Canterbury....Je trouve que les Anglais sont plus modestes que les Français, ils ne vantent pas assez leur pays. Sans rancune.
Réponse de le 25/04/2012 à 19:04 :
"Pour info je connais plus de retraités britannique qui vont sous notre climat que l'inverse! Donc n'hésitez pas, continuez à rester sous la pluie et surtout n'oubliez pas de manger un petit bout de cheddar avec une bonne petite guinness?.hummm délicieux! " Oui, sûrement des Anglais du Yorkshire ou qui ne connaissent pas leur sud ouest où il ne gèle pas en Hiver, il y a des palmiers, et l'eau est claire. Cela arrive, mais triste pour vous qu'ils aillent en France que pour le soleil, enfin le sud, quoique cette année, à St ives il faisait meilleur que Marseille en décembre....non , je ne débloque pas, par contre pour le fromage, c'est que je vous reproche et ça exaspère beaucoup de gens c'est que vous pensez que tout est meilleur en France, vous avez une centaine de fromage mais qui se ressemblent, ils ont le cheddar soit, mais ils peuvent faire aussi d'autres fromages, aller dans les fermes et voyagez un peu. Fini, le temps où on pensait qu'on mangeait mieux en France, le petit pays voisin, déjà pour commencer, on y mange très bien. Au uk, on mange très bien, la viande est exellente, de bons légumes, et le poisson est extra, mais il ne faut pas aller dans un mc donald bien sûr, comme partout. Vous n'êtes pas le centre du monde, la France, il faudrait le comprendre une bonne fois pour toute. Et je ne comprends pas avec votre climat, vous parlez du sud, mais en Bretagne, pas de calais ou Nord, vous trouvez que c'est un bon climat ?? Enfin, tout ça est bien sympathique.
Réponse de le 25/04/2012 à 20:46 :
Allé juste pour le fun elle est trop facile: "Au uk, on mange très bien, la viande est exellente"....;surtout depuis la maladie de la vache folle....ils ont progréssé j'en conviens!!!
Réponse de le 25/04/2012 à 23:45 :
On a perdu la "nouvelle France" parceque quand l'Angleterre envoyait 6000 citoyens dans les colonies la France en envoyait seulement 600 (dix fois moins) , certes c'était il y a quelques centaines d'années ... mais en ce moment cela n'a pas beaucoup changé ... Des Anglais nouvellement installés au Canada il y en a plein !!!
a écrit le 25/04/2012 à 12:10 :
eh oui,cachez la dette abyssale du secteur financier sous le tapis ,elle ressurgit ailleurs
a écrit le 25/04/2012 à 11:55 :
Tiens, c'est bizarre.... Le pays le plus libéral d'Europe ne s'en sort pas mieux que nous. Ca va donnez du fil à retordre à tout ces dogmes d'ultra neo libéraux pour nous expliquez que si quand même il faut détruire toutes les institutions françaises, supprimer tout les impôts et le code du travail et que ça ira mieux après.
Quand à ceux de l?extrême droite qui pense que ne pas être dans l?Europe c'est une solution miracle.... pfff que dire. Rien.
Réponse de le 25/04/2012 à 12:46 :
à Yurf et Jeff :
Un rappel. La crise des subprimes c'est la conséquence de l?interventionnisme étatique américain dans l'économie, de par la décision de Clinton et du directeur de la FED de l'époque pour relancer artificiellement l'économie aprés le 11 septembre. Fanny MAE et Freddy MAC sont des sociétés en situation de monopole pour faire des prêts hypothécaires. Et elles l'ont fait sachant que les emprunteurs ne pourraient pas rembourser. Le monde a donc subit les effets d'une politique anti libérale par excellence. Je rappelle que le libéralisme interdit des manipulations de ce genre, et toute intervention étatique dans l'économie, voila le résultat de cet anti libéralisme. Les français, n'ayant pas d'autre culture économique que les commentaires collectivistes des 90 % de journalistes déclarés officiellement de gauche (source INSEE), croient que c'est le résultat du libéralisme (je rappelle que le mot libéral est une insulte au pays de la soi disante liberté). Alors avec tout cela il est facile de comprendre les différentes manipulations journalistes et politiques de quelque chose qui n'a rien à voir avec le respect du marché, de la vie économique et de l'individu, alors que ce sont les différents politiciens, en France comme à l'étranger, les seuls responsables du non respect de l'économie libre et productrice de richesse pour les citoyens.

L'argument des bolchévique est donc faux et mensonger, ce n'est pas la liberté d'entreprendre, de créer des emplois et des richesses en produisant des produits ou des services qui responsable de cette gabegie, mais leur système étatique collectiviste et anti libérale qui sont responsables des dettes et des déficits. Et en France on a largement l'habitude que l'état se méle de tout, à tel point qu'on ne s'imagine même plus qu'il puisse en etre autrement, malgré les lourds échecs des conservateurs collectivistes français. Et ils accusent sans cesse les libéraux qui ne sont meme pas représenter dans ce pays, et donc jamais été au pouvoir. Le comble !!

La conclusion est que pour financer les différentes politiques anti libérale successives ils impriment à tour de bras du papier monnaie de plus en plus sans valeur, qui automatiquement perd de sa valeur, et donc fait monter l'or. L'Or est la seule monnaie internationale et historique permettant de mettre à l'abri les épargnants des dévaluations et de l'inflation à présentes et à venir.
Achetez donc de l'or vite !!!! D'ailleurs les banques centrales du monde entier achétent en ce moment de l'or en masse, alors dépéchez vous. Les bolchéviques se servent des travers des conservato collectivistes, leurs copains en fait, pour essayer de dire que c'est la faute des prinipes de la liberté individuelle et économique que leurs mannipulateurs et mafieux politique de leurs bords qui sont au pouvoir, ou qui l'ont été. Nous vous trompez pas les ultra collectivistes bolchéques comme Yurf feront tout pour imposer leur dictature du "peuple", et ils ne sont plus à un mauvais procés staliniens pour justifier leur propagande contre le citoyen et ses libertés. Je précise au passage que ces libertés sont inscrites dans la constitution française qu'ils voudraient tant dissoudre.

La confiscation de la monnaie par l'état en le remplaçant par du papier sans valeur et en confiant à leurs complices grands banquiers pour empocher les intérêts des dettes des états ayant abandonnés leurs souveraineté sont des actes profondément anti libéral, qui combat tout interventionnisme étatique pour justement empêcher cela, alors que les bolchéviques veulent que l'état controle tout, jusqu'à la confiscation de tout droits pour le citoyen.

Il est vrai que pour les français l?Angleterre est très libéral, mais c'est le point de vue d'ultra collectiviste incultes et fanatiques. LA vérité est plus relative, mais les causes de leurs problèmes résultent de toute façon de la même source : l'abandon du 'monnaie étalonnée à l'or depuis 1971, également avant la crise de 1929 qui n'en fut qu'une conséquence. Ce sont les déficits américains et ceux de l?Europe que nous payons, tous issus de pratiques profondément anti démocratique, donc anti libéraux, pour le compte de différentes mafias qui essaient de cacher leurs responsabilité par les médias complices.

Vive Bastiat, grand penseur français du 19 eme profondément libéral, et inconnu dans nos écoles, les collèges et les universités. Honte aux ultra collectiviste, qui n'ont rien de nouveau, car cela fait longtemps qu'ils briment l'humanité.

Ps : Je constate que dans tes comparaisons tu oublies de citer la Suisse, le Canada, l'Australie, et la Pologne par exemple. Ce sont tous des pays ou la croissance et les déficits se portent nettement mieux qu'en France, ou en Europe, et pourtant tous ont conservés leurs indépendance monétaire. Une raison ?
Réponse de le 25/04/2012 à 14:14 :
Faux....la crise a commencé il est vrai avec les subprimes, mais avec une politique libérale qui a conduit une banque à se déclarer en faillite, puisque le marché dans la doxa libérale ne se trompe jamais et que par conséquence il ne faut surtout pas lui donner de règle, par définition il s'auto-régule, on voit où cela nous a conduit. Il est d'ailleurs étrange que l'on entende pas plus de libéraux demander au marché de faire la besogne et de faire exactement ce qui c'est produit pour Lheman Brothers...sur d'autres banques.
En fait le marché ne supporte pas l'interventionnisme quand tout va bien (et que tout est sous le tapis), par contre il s'accommode bien de l'interventionnisme d'état quand tout se casse la binette! En effet si nous avions fait cela pour une grande banque française, je vous laisse imaginer ce qui se serait produit...je suis sur que vous auriez été un des premiers a retirer vos économies!!!!

Faites ce que je dis, ne faites surtout pas ce que je fais est une doctrine qui s'applique parfaitement au néo-libéralisme!
Réponse de le 25/04/2012 à 14:15 :
Pauvre Libre, cela ne semble pas s'arranger...
D'accord avec vous sur une partie du diagnostic. Mais ce que vous omettez (volontairement, vous êtes un propagandiste patenté) de préciser, c'est que les ultra-libéraux ne le sont que lorsque leur intérêt personnel n'est pas menacé. Dès lors qu'ils sentent le risque de passer à la caisse s'approcher, ils deviennent soudainement socialistes (afin de faire porter le poids de leur échec par l'ensemble de la collectivité).

Privatisation des profits, socialisation des pertes. Vous devriez le savoir, pourtant, vous qui semblez si éclairé...
Réponse de le 25/04/2012 à 14:21 :
Bravo, je suis en admiration d'une telle vérité. Vous connaissez bien le libéralisme. Je suis tout à fait d'accord avec vous.
Réponse de le 25/04/2012 à 17:56 :
à DeRichter.
Encore une fois il e s'agit que de votre version franchouillard de ce qu'est le libéralisme humaniste, pourtant inspiré par des français comme Bastiat et Tocqueville, mais absolument pas enseigner dans nos universités d'état collectiviste, c'est que le libéralisme impose un strict controle de l'état réduit aux fonctions régaliennes que le peuple lui consent. par ce fait les maguoilles que vous denoncez deviennent impossible, alors que les exemples du genre Crédit Lyonnais, les Charbonnages de France, EDF, etc..et les magouilles anglo saxonnes comme Fanny Mae et Freddy Mac deviennent impossible. Ce qui sevit en occident, et ailleurs en ce moment, ce n'est pas le respect des lois justes votées mais les conséquences des états anti libéraux, et ayant abandonné leur souveraineté aux banques et aux politiciens-fonctionnaires. Nous denonçons la meme chose, mais vous vous trompez de coupables.
Réponse de le 25/04/2012 à 17:58 :
Sachez aussi qu'ultra libéralisme ne veut rien dire, il n'existe que la liberté ou la dictature (du peuple ou des états). L'ultra liberté n existe pas, il n'existe que la possibilité pour un individu de jouir de toutes ses libertés, ou pas. Par contre l'ultra collectivisme luit agit à bien des degrés divers.
Réponse de le 25/04/2012 à 18:03 :
à Derichter, votre ignorance vous empéche de savoir que le libéralisme c'est certes jouir de toutes ses libertés sans se voir confisquer ses richesses et ses libertés par des fonctionnaires, des politiques et des états, mais c'est aussi assumer toutes les conséquences de celles ci. Ainsi pour les libéraux une banque qui fait faillite ne doit en aucun cas ête soutenue par la collectivité, c'est la responsabilité d'une entreprise vis à vis de ses clients, et le contribuable ne doit en aucun cas etre ponctionné pour des interets qui ne sont pas les siens. Ainsi nous ne réclamons en aucun cas une intervention étatiste pour un éventuel sauvetage d'une banque en difficulté.

Ce sont vos amis conservato collectivistes, qui font ça, les UMPS, comme pour Dexia en ce moment qui est un scandale et un gouffre financier pour les contribuables belges et francais, alors que cette banque est géré par l'état depuis le début, c'est encore pire, mais étrangement vous n'en parlez pas Monsieur le collectiviste...
Réponse de le 25/04/2012 à 18:34 :
@libre : merci pour ces textes intéressants.
Réponse de le 25/04/2012 à 19:14 :
à votre service Paddy.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:47 :
Pour Libre et Paddy :"il n'existe que la liberté ou la dictature (du peuple ou des états)" ... ET QUE PENSENT ILS DE LA DICTATURE DES MULTINATIONALES ???? ... Là j'ai peur que l'on ne tombe sur un grand ... trou .... Et ils n'ont toujours pas compris (pourtant on est nombreux a essayer de leur faire comprendre) QUE C'EST CELA QUE LES FRANCAIS APPELLENT NEOLIBERALISME !!!!!!!!!!!!
Réponse de le 26/04/2012 à 10:56 :
Comme d'habitude Libre, vous usez et abusez de la technique de l'homme de paille. Vous travestissez mon propos à l'extrême pour rendre ma position indéfendable. Tactique minable et non-productive par excellence. Et non, cher ami, je ne suis pas collectiviste. Au plaisir.
a écrit le 25/04/2012 à 11:46 :
Et pourtant ils n'ont pas l'euro...moi qui pensait que la monnaie unique était la cause de tous nos problèmes.
Réponse de le 25/04/2012 à 13:53 :
eh bien oui, c'est la cause de votre problème, c'est à cause de cette fichue euro, qu'ils ont eu du fil à retordre, la monnaie de singes.
Réponse de le 25/04/2012 à 14:44 :
@Paddy:Pourquoi le $ ou la Livres sont des monnaies sures, il n'y a qu'a voir le montant de dettes qui se cachent derrières! Monnaies de singes!
Réponse de le 25/04/2012 à 17:48 :
@jemegausse : Ils peuvent emprunter à un taux plus bas que nous. Vous pensez vraiment que l'Allemagne est aussi riche qu'elle le prétend ?? Déjà je défie les Français de travailler comme les Allemands, et on n'en reparlera, bonne chance.
Réponse de le 25/04/2012 à 19:17 :
à Jef, ce n'est pas le libellé de la monnaie papier d'un pays qui est en cause, mais la décorrélation de cette monnaie de l'étalon Or mis en place depuis 71 qui est responsable, disons plutot que la perte de la souveraineté monétaire de la France donnée aux fonctionnaires eurofédéralistes empire les choses.
Réponse de le 25/04/2012 à 21:10 :
@Paddy: Défi relevé puisque la France à une productivité horaire supérieure à l'Allemagne. Ce qui compte c'est le nombre d'heure que l'on travaille ou ce que l'on est capable de produire en une heure, je vous laisse y réfléchir!
Au fait vous pensez réellement qu'en France nous sommes au 35 heures combien d'heures supplémentaires sont travaillée sans pour autant être déclarée....certainement plus que ce que l'on ne pense!
Réponse de le 25/04/2012 à 22:09 :
@jemegausse : Oui, je sais qu'en France, beaucoup travaillent plus de 35heures et pas toujours payé, c'est vrai. Par contre, c'est un des seuls pays à travailler jusque 60 ans, maintenant 62. La plupart la retraite est à 65 ans. Mais c'est à réfléchir effectivement.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:27 :
@jemegausse : je ne sais pas si ma réponse a été envoyée, mille excuses s'il y a un doublon. Je disais qu'effectivement vous n'aviez pas tort pour les 35 heures, cependant en France la retraite était à 60 ans, maintenant 62. La plupart des pays c'est 65 ans. C'est aussi un calcul à tenir compte. A réfléchir oui.
Réponse de le 25/04/2012 à 22:50 :
Attendez ... bientôt ils auront la récession ..... ET l'inflation ... (enfin cela a déjà commencé car une récession à -0,2% et une inflation à 3% c'est déjà pas terrible ) Mais Libre et Paddy vont adorer ...
Réponse de le 26/04/2012 à 10:00 :
@paddy: Pas besoin d'excuses, les doublons m'arrivent également car la page à une fâcheuse tendance à se recharger de façon intempestive.
Par contre je voulais rebondir sur votre propos, on parle toujours de la retraite à 60 ou 62 ans mais prenons un cas concret! Pour un jeune qui entre sur le marché du travail à 23 (ce qui n'est plus rare de nos jours) avec 41,5 de cotisations, pour avoir un retraite à taux plein, il ne partira ni a 60 ni même à 62 ans, mais à 64 et 1/2! Donc nous pouvons constater que la retraite à 60 et même à 62 est un mythe... Les 60 ou 62 ans sont en place pour les baby-boomers qui entraient à 18 et parfois même 16 ans sur le marché du travail....ce qui n'est quasiment plus le cas de nos jours! Nous sommes donc dans la moyenne.

Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :