Compétitivité : la zone euro joue les seconds rôles

 |   |  498  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Dans le classement annuel IMD, les pays de la zone euro jouent encore clairement les seconds couteaux et beaucoup chutent lourdement. L'Allemagne est le seul pays de l'UEM à figurer dans les dix premiers. La France est classée 29ème.

La zone euro demeure une région de faible compétitivité. C'est l'enseignement principal qui ressort de l'étude annuelle de l'école de commerce suisse IMD basée à Lausanne. En tête de ce classement constitué à partir de 329 critères, on trouve Hong Kong, puis les Etats-Unis et enfin la Suisse qui gagne deux places par rapport à 2011, détrônant pour la troisième place Singapour.

La France, 29ème

Le premier pays de la zone euro à apparaître dans ce classement est l'Allemagne, en neuvième position. C'est du reste le seul pays de l'Union économique et monétaire à figurer dans les dix premiers et elle gagne une place par rapport à l'an passé. La France, elle, conserve sa 29ème place parmi les 59 pays classés, derrière le Chili, mais devant la Thaïlande, avec une compétitivité jugée par IMD inférieure de 30 % à celle de Hong-Kong et de 21 % à celle de l'Allemagne. Certes, six des quinze pays de la zone euro qui figurent dans ce classement (où ni Malte, ni Chypre ne figurent) ont amélioré leur position en une année. Les Pays-Bas, malgré leurs difficultés politiques et budgétaires, gagnent même trois places, passant de la 14ème à la 11ème. L'Irlande a fait de même et se classe 20ème. L'Italie, 40ème, gagne deux places, tout comme l'Estonie (31ème). L'Allemagne et la Slovaquie gagnent une place.

Recul de l'Espagne, de la Grèce, mais aussi de la Finlande et de l'Autriche

Le mouvement général est cependant à la dégradation ou à la stagnation. Comme la France, la Slovénie maintient sa place, la 51ème . Mais plusieurs pays touchés par la crise s'enfoncent dans le classement : l'Espagne chute de quatre places à la 39ème position, le Portugal d'une place à la 41ème et la Grèce recule de deux positions pour se retrouver 58ème, avant-dernière, devant la lanterne rouge, le Venezuela. Mais des pays mieux classés chutent également lourdement comme l'Autriche (21ème, -3 places), la Finlande (17ème, - 2 places) ou la Belgique (25ème, -2 places).

La France, championne du refus de la mondialisation et des réformes

L'euro semble donc loin d'être un gage de compétitivité. Mais, plus inquiétant, l'IMD met en avant le recul général, dans la foulée de la crise de la perception des réformes économiques et de la mondialisation. Selon ces deux critères, la France est, de loin, dernière de la classe. Les Français perçoivent plus négativement les réformes que les Vénézuéliens et craignent plus la mondialisation que les Hongrois. Si l'Irlande est en tête de ces deux critères, les pays de la zone euro se montrent en tête de peloton pour ces deux critères. Même les Allemands, champions de l'austérité, ne sont que trente-huitièmes pour la perception positive des réformes économiques. On comprend donc mieux pourquoi les politiques d'austérité ont du mal à passer.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2012 à 16:27 :
Il est vrai que M. Sarkozi n'a pas fait de miracle pendant ses 5 années mais si Mme Royal avait été élue en 2007 que serait devenue la France d'après crise ?
a écrit le 01/06/2012 à 15:07 :
Dire que certains croyaient à leur Dieu Sarko pour garder une France forte ? tristes résultats de sa politique depuis 10 ans ! l'UMP ou croire au père noel ? FALLAIT VRAIMENT UN CHANGEMENT POUR VOIR LA REALITE BIEN CACHEE PAR LA PROPAGANDE ....
a écrit le 01/06/2012 à 6:50 :
"les Allemands, champions de l'austérité?"
En Allemagne il y a le Hartz IV, il y a la Grundsicherung, il y a la Aufstockung et d'autres Soziale Leistungen pour les familles nécessiteuses.
Une austérité comme celle de l'Allemagne serait un rêve pour beaucoup de pays non seulement du Tiers Monde mais aussi pour des pays de l'Union économique et monétaire.
On pourrait croire, à lire les articles, que le salut est dans une course effrénée au dumping sociale.
En fait le problème est dans les déséquilibre des balances commerciales.
On en viens à se demander si la méthode que l'Argentine essaye de mettre en place (permis d'importer seulement contre exportations équivalentes) ne serait pas le meilleur moyen pour éviter justement ce dumping sociale!
Cette course à la compétitivité va dans certains pays jusqu'à une sorte d'esclavage.
A cause des moyens de production modernes tout le monde ne peut être gagnant, l'offre dépasse de loin les besoins. Un pays comme l'Allemagne serait en mesure à lui seul de couvrir les besoins de toute l'Union Monétaire. Il faut donc des règles dissuasives contre les excédents permanents (Ex. Allemagne 17 Milliards d'Euro PAR MOIS depuis une quinzaine d'années.
Qui dit excédent dit forcement déficit! Ce qui nous conduit tout droit au surendettement de certains pays.
a écrit le 31/05/2012 à 22:05 :
Ces études bidons sont toujours très amusantes. Quand on voit par exemple l'Irlande, citadelle conservatrice européenne, où l'avortement n'est pas encore légal, se targer d'être ouvert aux réformes, ça fait douvement rigoler. Ah, mais il s'agit seulement de réformes économiques. Bah, si c'est pour nous pondre des usines à gaz basées principalement sur le parasitage de ses voisins via le dumping fiscal et social, à l'irlandaise, quoi, non merci.
a écrit le 31/05/2012 à 19:15 :
La France n'est pas un pays libéral je le conçois, mais quand il s'agit de partir en vacances et qu'on a fait un an d'épargne et qu'on part pas parce que c'est la grève, le tout pour payer 30% de plus que les autres, vous me permettez d'appeler ça de la bétise. La sncf, c'est 12 milliards par an, pour des avantages que les autres n'ont pas.
Réponse de le 31/05/2012 à 22:12 :
te plains pas. t'as des vacances, au moins... Aux USA, pas d'obligations légales au niveau des congés payés ni même de la couverture sociale. Tout ça se négocie au cas par cas, employé par employé. La jungle, quoi.
a écrit le 31/05/2012 à 17:12 :
D accord avec Gabuzo. Déjà, on ne sait même pas à quoi correspond ce chiffre... quand il y a un flou... Ensuite ce classement est il pertinent à quelque chose ? ou est ce juste un espèce d'argument utiliser par des lobbyist ? Et puis comparer Honkong, aux états unis et la France... franchement... qu'est ce que ca veut dire? (en plus les USA sont 2eme... sachant le niveau de vie qui recul et l'économie également... ça reviens à dire: ils sont contents les chômeurs de savoir que leur pays est compétitifs !!
a écrit le 31/05/2012 à 15:52 :
Quand un libéral rencontre un libéral qu'est-ce qu'ils se racontent des histoires de libéraux.! la France n'est pas un pays libéral donc on est mal classé est-ce une surprise non c'est notre singularité. Continuons à être le poil à gratter du libéralisme!Qu'apporte ce classement par rapport à la qualité de vie dans les différents pays rien.
a écrit le 31/05/2012 à 15:31 :
C'est vrai, c'est étonnant que la mondialisation face peur... il n'y a que 6 millions de chercheurs d'emplois, 200 000 emplois industriels qui disparaissent, l'agriculture qui se suicide, service publique restreint au minimum... Il faut vraiment mettre un coup d?accélérateur pour que tout aille un peu plus vite!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :