Westerwelle : "Le libre échange est un moteur de croissance qui a fait ses preuves"

 |   |  175  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, défend la mise en place d'une zone de libre échange entre l'Union européenne et l'Amérique du Nord, dans une interview publiée au style indirect ce 27 octobre.

"J'insiste pour que l'Europe et l'Amérique du Nord entament aussi vite que possible des discussions sur une zone de libre échange transatlantique" : dans un entretien accordé au journal local allemand Neue Osnabrücker Zeitung, le chef de la diplomatie du pays affiche clairement ses ambitions en terme de coopération commerciale internationale.

"Le libre échange est un moteur de croissance qui a fait ses preuves à maintes reprises", a-t-il poursuivit. Une zone de libre échange entre les deux continents constituerait, selon lui, une réponse à la crise de la dette à laquelle les Etats-Unis comme l'Europe font face.

Une réalité dès 2014 ?

 La Commission européenne travaille depuis déjà plusieurs mois sur la création d'un marché transatlantique. Le projet porte le nom de code: "Accord de croissance économique transatlantique" (ACET) et a pour objectif de lever des mesures protectionnistes afin d'encourager davantage les échanges commerciaux entre les deux continents. Les négociations devrait être officiellement ouvertes dès 2013 et la zone de libre-échange pourrait devenir une réalité en 2014 selon Challenges.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2012 à 16:56 :
Le libre-échange tel qu'il est pratiqué aujourd'hui n'est pas libre car il est régi par des rapports de force géopolitiques et financiers. Nous ne sommes plus autorisés à gérer nos achats et nos dépenses, à contrôler les mouvements de capitaux, mêmes malsains comme les subprimes ou les monnaies en surémission. Aucune politique industrielle n'est possible. Dans ses modalités actuelles, le "libre"-échange transfère la main d'oeuvre dans des pays où elle est exploitée et les plus-values dans des paradis fiscaux, ruine nos finances publiques, fait fondre notre pouvoir d'achat et notre épargne, et nous dépossède de nos moyens de production. Hormis les commissions que les courtiers et les agences perçoivent sur les opérations, le bilan global est très négatif.
a écrit le 28/10/2012 à 9:38 :
Il veut que les Allemands puissent acceder eu marché américain sans contraintes et en contre partie il propose les marchés Européens de l'ouest (nous et du sud) aux américains, les autres achèteront Allemand quelque soit l'ouverture du marché (les Allemands sont de vrai patriotes économiques contrairement a nous) . Bref tout benef pour l'Allemagne , et un malheur pour notre industrie , mais les Allemands n'en ont rien a foutre. Au contraire à choisir ils préféraient les Américains à nous.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:11 :
Vous avez tout compris,c'est exactement ca rien a ajouter..
Réponse de le 28/10/2012 à 12:17 :
qui sont d'accord entre elles. Tout est normal, comme les socialistes au pouvoir.
a écrit le 28/10/2012 à 9:32 :
Ah bon ? L'Europe est celle qui respecte au mieux les sacro saintes regles du libéralisme et qui de surcroit ne bricole pas trop sa monnaie (contrairement aux chinois et américains) . Et l'Europe est la zone économique qui va le plus mal a cause d'une dette issue pour partie des subprimes et pour une autre grande partie pour payer des charges sociales pour compenser les delocalisations (chômage, exonerations de charges sur les bas salaires, , emplois publiques pour compenser le taux d'emplois privé de moins en moins grand, ...etc). C'est bizarre que la réalité montre le contraire de ce que cette b.rne écrit.
a écrit le 28/10/2012 à 2:13 :
Il n'y a personne pour arrèter ce nocif?
a écrit le 27/10/2012 à 22:58 :
doit on parler de troupe d'occupation quand le libre échange a lieu en Europe et de néo-colonialisme ailleurs ? Monsieur l'Allemand?
a écrit le 27/10/2012 à 19:45 :
le libre échange est facteur de croissance et de progrés techniques car il stimule la compétivité. Mais car oui MAIS l'Europe n'est pas un bon négociateur car chaque pays à son deal propore et les US fortes ferons manger le pain blanc à l'Union. Le pb de notre Europe être encore pour queqlues temps la puissance économique du monde mais le nain des négociations. Lorsque l'Union négocie la procédure est relativement simple chaque pays exprime ses exigences la commission compile et commence à négocier donc une usine à gaz et là commence des tractations entre pays etc etc bilan dans l'union il y toujours des cocus. Je fais confiance!!!! au US pour nous mener en bateau et prendre la part du lion.
a écrit le 27/10/2012 à 18:48 :
18 millions dé chomeurs en Europe: il est beau le libre échange. Vite une révolution pour sortir ces élites autistes!
Réponse de le 28/10/2012 à 14:33 :
Un libre-échange avec des pays esclavagistes et hyperpollueurs comme la Chine n'est pas un libre échange équilibré car les compétiteurs n'ont pas les mêmes contraintes sociales et environnementales. Ce libre-échange n'est pas pérenne et il n'y a personne de sensé pour croire cela.
a écrit le 27/10/2012 à 18:19 :
Eh oui, 30 ans que les frontières s'ouvrent de plus en plus dans la pseudo libre concurrence et 30 ans que le chômage augmente... En effet, ce libre échange a fait ses preuves...
Réponse de le 28/10/2012 à 12:19 :
Plusieurs décennies de socialisme en France : malgré ses effets destructeurs sous nos yeux, on persiste à s'aveugler en cherchant des coupables ailleurs. Pathétique perspective !
Réponse de le 13/07/2014 à 15:17 :
OUI !!!!!
a écrit le 27/10/2012 à 17:29 :
En 1812, après avoir vainement tenté d'annexer par la force les provinces du Canada restées fidèles à la couronne britannique, les jeunes Etats-Unis changèrent de politique et leur président, Andrew Jackson déclara: "Nous allons nous prévaloir de notre droit au libre-échange [?] afin d'égaler les exploits de Rome"

Tout est dit !

Vive le libre-échange : source ultime de l'impérialisme américain
Réponse de le 27/10/2012 à 17:37 :
Quand on sait ce qu'est devenu l'empire romain, çà fait froid dans le dos
a écrit le 27/10/2012 à 15:37 :
L'Europe, encore combien d'années avant son explosion, 4, 5 ?
Réponse de le 27/10/2012 à 23:13 :
4 au mieux
a écrit le 27/10/2012 à 15:20 :
Le libre échange n'est pas "un" des moteurs de la croissance. C'est l'unique moteur de la croissance. Il y a création de richesse si et seulement si l'échange est libre et volontaire. En effet, l'échange libre et volontaire ne se réalise qu'à la condition d'un gain mutuel pour les parties, le gain mutuel représentant la nouvelle richesse qui n'existait pas avant l'échange. C'est pourquoi le potentiel de création de richesse est proprement infini, du moins tant que les humains sont libres. A la condition de la liberté, le potentiel de croissance ne peut être naturellement limité, par exemple du fait de ressources physiques par essence limitées. A l'opposé de l'échange libre et volontaire, le travail de l'esclave ne crée aucune richesse. Ce qui revient au maître (création de richesse pour celui-ci) est négativement compensé par ce qui est pris à l'esclave (destruction de richesse pour celui-là). Ainsi en est-il de la redistribution collectiviste. La collectivisation fondée sur une spoliation préalable ne crée aucune richesse, aucune croissance. Plus la redistribution collectiviste est dominante dans un pays, plus sa croissance deviendra atone ou récessive et plus pauvres seront ses habitants. Inexorablement.
Réponse de le 27/10/2012 à 17:08 :
Notre société de liberté permet d'entendre tout et n'importe quoi quand un pseudo-philosophe nous fait part de ses reflexions de comptoirs. Allez voir si les chinois à 1 euro de l'heure ne créent pas de richesse. Et de deux, les sociétés occidentales n'ont pas besoin comme les chinois d'une croissance à 10 % ayant déjà plus que le nécessaire et sont très très loin de la pauvreté !
Réponse de le 27/10/2012 à 19:33 :
Moteur unique, non hélas
Quand on voit dans quel état se trouve l' Europe de l' Ouest.....( chômage, dette, misère)
Libre échange, oui mais avec les mêmes règles, des monnaies équivalantes, des contrôles anti corruptions
des balances commerciales équilibrées, des agences de notations neutres....etc .
Réponse de le 28/10/2012 à 12:26 :
C'est précisément par l'introduction d'une dose de liberté que les Chinois sont parvenus à sortir de la pauvreté extrême qui les tenaillait durement. A l'avenir, c'est en mettant fin au socialisme esclavagiste qu'ils pourront s'enrichir encore plus. Exactement comme en Europe : c'est en renonçant à la providence collectiviste que nous supprimerons le chômage, les dettes et la pauvreté, conséquences malheureuses des Etats providentiels obèses européens.
a écrit le 27/10/2012 à 15:13 :
westerwelle? il ne fait que des conneries en allemagne (IMPOTS RÉDUITS POUR SES POTES HOTELIERS, etc.) Son parti arrive depuis 2 ans en dessous des 5%: grace à cet ernergumène, Merkel ná plus de majorité au sénat et toutes les lois nationales doivent être négociées vigouresement avec le SPD et les VERTS. Donc, que cet homme dit quelquechose, ne devrait intéresser personne. De plus: libres échanges, casino sans retenu dans les banques etc.: on voit ce que cela a fait ces 20 dernières années.
a écrit le 27/10/2012 à 14:54 :
de comment la libre concurrence est entendue... pour l'instant, l'europe ouvre grand la porte en se faisant berner........
a écrit le 27/10/2012 à 14:11 :
Juste pour rappel : dans l'an zéro de Lehman, l'Asie , l'Amérique du Sud, et les Pays du Golfe ont mis en place des zones de libre-échange afin de se séparer du dollar. Et nous, nous allons nous rapprocher de ce dont tout le monde s'est éloigné. Cherchez l'erreur...
a écrit le 27/10/2012 à 14:08 :
Chris vous semblez ignorer qu' Airbus va s'installer aux Usa ....Quant à la libre concurrence les gens sérieux s'accordent à dire que le libre échange profite en premier lieu aux grandes économies ,il n'st qu'à voir ce qu'en font les Usa qui protègent leurs entreprises et leurs agriculteurs et qui demandent aux pays africains d'ouvrir leurs frontières .
Réponse de le 27/10/2012 à 19:55 :
Pour avoir aidé dans l'étude de délocalisation d'un autre concepteur-assembleur d'avions en France, ils en sont revenus vu les coûts cachés induits par la manoeuvre. Airbus ne restera pas longtemps aux US s'il prend cette décision aberrante. Même chose pour l'assemblage d'Airbus en Chine qui est un gouffre financier bien caché.
a écrit le 27/10/2012 à 13:42 :
quand est-ce que l'on va admettre que ce monde est mort et qu'il va être temps de prendre les bonnes décisions ?
un zone de libre échange avec une économie moribonde ne nous apportera rien. La seule zone de libre échange possible sera l'UE .. et encore à condition de coordonner nos politiques économiques et fiscales sinon ça sera le plantage final
a écrit le 27/10/2012 à 13:23 :
M. Westerwelle, il n'y a pas de crise de la dette en Amérique du Nord! Revoyez vos fiches!
a écrit le 27/10/2012 à 12:59 :
Ils vont l'avoir leur révolution ... Les US (comme l'Allemagne) importent plus de la Chine qu'ils n'exportent, ce qui signifie que nous allons ouvrir nos frontières aux produits chinois via les US. Comme si on ne subissait pas déjà assez de concurence déloyale de la part de l'Allemagne avec ses 135 Mia d'importations chinoises pour en faire des produits allemands, et sans compter tout ce qui est fait dans les pays de l'Est de l'UE. Ils vont l'avoir leur révolution, car les francais n'accepteront pas de se retrouver au niveau de pays africains sans rien dire ...
a écrit le 27/10/2012 à 12:53 :
bravo M.Guido Westerwelle ! Ca va accentuer la concurrence, créer des richesses.Tout ce qui peut fait chier les socialistes et synadicats archaique est bon à prendre.

Ca va obliger Airbus et Alstom à se bouger face à Boeing et Bombardier.
Réponse de le 27/10/2012 à 17:14 :
Arrétez de voir toujours la bouteille à moitié vide : Bombardier ? allez demander aux villes ayant un tram Bombardier ce qu'elles en pensent. Pannes répétitives, arrêt de la production etc....On n'en veut pas de votre société polluante et inégale. Les richesses pour un clan, la pollution et le stress pour tous ! Vous croyez qu'on étaient malheureux en 1980 avec moins de gadgets?
a écrit le 27/10/2012 à 12:40 :
Que va-t-il rester de la France socialiste ? Avec ses monopoles, son exception culturelle, ses syndicats du 19ème siècle, son code du travail et ainsi de suite, elle sera totalement laminée !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :