Etats-Unis : la peur du «fiscal cliff» en guise de cadeau de Noël

 |   |  373  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la Chambre John Boehmer n'a pas réussi à convaincre assez d'élus républicains sur son idée de compromis budgétaire avec les Démocrates. A dix jours du «mur budgétaire», la situation semble plus que jamais bloquée.

Ceux qui croyaient pouvoir passer la soirée de Noël sans se soucier de la menace du «fiscal cliff» américain devront se résoudre à l?angoisse au pied du sapin. Cette nuit, John Boehmer, le président de la chambre des représentants n?est pas parvenu à convaincre assez de députés républicains de soutenir son plan de relèvement des impôts pour les personnes ayant un revenu supérieur à un million de dollars. Avec ce projet de loi, John Boehmer voulait tenter de trouver un compromis avec les Démocrates et le président Obama qui souhaitent un relèvement des impôts pour ceux qui gagnent plus de 250.000 dollars par an.

Plus que dix jours?

«La chambre n?avait pas un soutien suffisant de nos membres pour adopter le projet de loi», a précisé John Boehmer. Ce sont les députés influencés par le mouvement du «tea party» qui ont fait échoué le «plan B» du leader de la chambre. Désormais, les positions entre républicains et démocrates semblent gelées, à dix jours du fameux «fiscal cliff», le «mur budgétaire».

500 milliards de dollars en jeu

Ce «mur», c?est la fin des cadeaux fiscaux accordés sous George Bush. Au 1er janvier, ces cadeaux disparaîtront et l?imposition des plus fortunés devrait mécaniquement augmenter. Ajouté à des coupes budgétaires projetées, le coût pour l?économie américaine pourrait s?élever à 500 milliards de dollars. Ce qui fait craindre un fort ralentissement de l?activité à nombre d?économistes.

Quel compromis ?

Il paraît difficile de trouver un compromis. Mais les deux camps n?ont guère intérêt à ce que ce mur devienne réalité. Le New York Times évoqué un compromis alliant 1.000 milliards de dollars de hausses d?impôts et 1.000 milliards de dollars de réduction de dépenses sociales. Mais une question reste ouverte : les Républicains pourront-ils d?ici la fin de l?année retrouver leur unité ou l?aile centriste acceptera-t-elle de s?allier sur un compromis avec les Démocrates ? En attendant, la période des fêtes risque d?être tendues au Capitole et sur els marchés?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2012 à 17:26 :
Il y aura accord, il faut anticiper les conséquences...baisse du billet vert, inflation, sous conssomation et chute
des exportations....bref récession .
a écrit le 21/12/2012 à 17:03 :
Obama est un boulet pour les USA. Il reculera mais comme il ne le fera pas totalement pour permettre une remise à plat, ses 4 années seront un cauchemar économique pour les pays.
La planche a billet et la baisse du dollar permet de masquer cette réalité. On entendra parler encore longtemps de la falaise fiscale ou sociale ou économique. Le nom changera la réalité restera têtue.
a écrit le 21/12/2012 à 15:13 :
Ha! une news de dernière minute : l'accord sera fait le 31/12 à 19 heures, histoire de passer un bon réveillon.
a écrit le 21/12/2012 à 14:08 :
ils n ont rien appris de aout 20011 ...les memes discutions stériles politiciennes et démagos les mêmes revendications débiles de la part du Tea Party Je serais Obama cette fois ci je passerais en force , la constitution l y autorise , en leur disant je suis élu je suis le président votre avis je vais m en passer ....
a écrit le 21/12/2012 à 13:44 :
Pas sérieux d'écrire un article sur le fiscal cliff en ne sachant pas comment s'écrit le nom du négociateur et porte-parole de la Chambre des Représentants! Pas sérieux non plus de la part de celui ou celle qui a relu l'article! Un peu de professionnalisme s'il vous plait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :