Le FMI lance une sévère mise en garde aux Etats-Unis

 |   |  444  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fonds monétaire international a revu à la baisse ses prévisions de croissance du PIB américain en 2014. Il juge que les coupes budgétaires automatiques ont des effets néfastes sur l'économie et encourage la Fed à sortir "en douceur" de sa politique monétaire accommodante.

Le Fonds monétaire international a abaissé sa prévision de croissance pour les Etats-Unis en 2014. Il estime que l'économie souffre de la mauvaise gestion du plafond de la dette par les autorités américaines. La prévision de croissance passe de 3% à 2,7% en 2014. Le FMI maintient sa prévision de croissance de 1,9% en 2013, confirmant néanmoins un ralentissement par rapport à 2012 où le PIB avait crû de 2,2%. "L'économie américaine a encore beaucoup à faire avant de retrouver son entière capacité", a estimé la patronne du FMI Christine Lagarde lors d'une conférence de presse.

Côté emploi, le taux de chômage devrait très peu baisser en passant de 7,5% de la population active cette année à 7,2% en 2014. "Un ralentissement du rythme de la reprise pourrait retarder la normalisation du marché du travail et réduire les perspectives de croissance à long terme dans l'hypothèse où de plus en plus de chômeurs perdraient leurs compétences et leur lien avec le marché du travail", explique le Fonds.

"Coupes budgétaires mal-conçues"

Depuis le début de l'année, les Etats-Unis vivent sous le régime de coupes budgétaires automatiques pour ne pas dépasser le plafond légal de la dette. Le président Barack Obama et le Congrès, dominé par l'opposition républicaine, ne sont jamais parvenus à un accord sur le relèvement de ce plafond. Du coup, le pays fait les frais de coupes "mal-conçues" qui devrait peser sur la consommation des "prochains trimestres". Le FMI pense également que les effets des hausses d'impôts décidées en mars pourraient se faire ressentir dans les prochains mois.

Le FMI a insisté sur l'urgence d'assainir les finances publiques. D'après l'organisme, la situation est "intenable" alors que le pays se prépare à une explosion des coûts de l'assurance maladie et de retraite. Le FMI suggère au gouvernement américain d'exploiter la piste de "nouvelles recettes fiscales" comme l'instauration d'une TVA, ou d'une "taxe carbone".

La Fed mise en garde

Par ailleurs, le FMI s'inquiète du prolongement de la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine. S'il salue son action pour lutter contre la crise, il met toutefois en exergue les risques d'une politique de taux d'intérêts proches de zéro. Cette politique pourrait à terme "poser les bases des prochaines vulnérabilités". Le FMI encourage la Fed dans sa démarche de "sortie en douceur" de sa politique monétaire accommodante.

Pour aller plus loin:

"La reprise américaine n'est pas si solide que cela", par Christine Rifflart, économiste spécialiste des Etats-Unis à l'OFCE

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2013 à 16:53 :
LE FMI C'EST PASSIONNANT,rigoler pas,c'est nous qui paye (comme disait Coluche)
La formule de calcul des quotes-parts (a) est une moyenne pondérée en fonction du PIB (à 50 %), du degré d?ouverture de l?économie (à 30 %), des variations économiques (à 15 %) et des réserves officielles de change (à 5 %). À cet effet, le PIB est constitué par des éléments composites basés sur les taux de change du marché (pondération de 60 %) et sur les taux de change en parité de pouvoir d?achat (pondération de 40 %). La formule de calcul comprend aussi un «facteur de compression» qui réduit la dispersion des quotes-parts calculées pour l?ensemble des États membres.Les quotes-parts sont libellées en droits de tirage spéciaux (DTS), l?unité de compte du FMI. La plus forte quote-part au FMI est celle des États-Unis, avec 42,1 milliards de DTS (environ 64 milliards de dollars), la moins élevée étant celle de Tuvalu, avec 1,8 millions de DTS (environ 2,7 millions de dollars).Germany 6,12%,France 4,51% USA 17,69 % du total.
a écrit le 15/06/2013 à 19:46 :
Le commerce est à l'Allemagne ce que la banque privée est à la Suisse : www.librepolitique.com
a écrit le 15/06/2013 à 12:37 :
Madame Lagarde doit se tromper, je pense. La crise est bien finie depuis longtemps, non..??
a écrit le 15/06/2013 à 12:34 :
Et si les usa n'avaient pas fait de coupe budgetaire, le fmi lui aurait demande de le faire....
Et pourquoi des institutions non elus démocratiquement,qui sont en conflit d'intérêts evident viennent dire aux états ce qu'il faut faire ou pas?!
a écrit le 15/06/2013 à 11:48 :
Est-ce le rôle du FMI de se mêler de tout ? Laissons les américains s'écrouler tranquillement et fermons définitivement ce type de structure hybride.
a écrit le 15/06/2013 à 11:31 :
du vent c est l admistration américaine qui dirige le fmi , elle c est de la parade pour les guignoles de l infos
a écrit le 15/06/2013 à 9:15 :
La précieuse ridicule.
a écrit le 15/06/2013 à 8:47 :
Ho! la tête! faudrait pas la retrouver, un soir, au détour d'un trottoir celle là! ouf!
a écrit le 15/06/2013 à 8:30 :
Le FMI ce trompe en pensant que l'économie dépend seulement de la finance;c'est son job.Mais il y a aussi l'énergie,l'énergie qui remplace le travail pour améliorer la productivité qui augmente la production de richesses.
a écrit le 15/06/2013 à 8:23 :
Si j'ai bien compris : austérité en Europe bien, austérité aux USA pas bien. C'est tout.
a écrit le 15/06/2013 à 8:01 :
Elle a mauvaise mine la Christine
Comment peut-on dire à un Etat d'assouplir ses restrictions budgétaires lorsqu'il est virtuellement en faillite et, en même temps, à la FED de mettre la pédale douce sur le quantitative easing....
a écrit le 15/06/2013 à 7:07 :
Quand guignol donne son avis!
a écrit le 14/06/2013 à 23:48 :
Y en a pas un pour racheter l'autre, entre le FMI qui veut augmenter les impôts et Obama qui veut augmenter les dépenses... Les deux sont aussi étatistes l'un que l'autre. La meilleure c'est quand même les coupes automatiques qui feraient "baisser" la croissance... Parce que évidemment, c'est bien connu, la dépense publique favorise la croissance... pourtant si c'était vraiment le cas, la France devrait être le pays le plus riche du monde et l'URSS aurait gagné la guerre froide ! Y a encore personne qui a pensé que des baisses drastiques de dépenses publiques sont la seule voie vers la croissance ? Ah si, c'est ce qu'avait fait Reagan il y a peine 30 ans... et ça avait donné 20 ans de croissance soutenue aux USA... c'est dingue comme on a la mémoire courte.
a écrit le 14/06/2013 à 23:24 :
Penser qu'elle va finir au gnouf en France commence a lui ouvrir les yeux pour s'occuper un peu des vrais problèmes d'escrocs planétaires ? C'est le terme d'association de malfaiteurs qui lui a rappelé que Bernanke était un faux monnayeur ?
a écrit le 14/06/2013 à 21:48 :
Elle critique la rigueur aux etats unis au nom de la croissance mais encourage l'austerité en europe alors que nous sommes en recession et pourtant moins endetté que les etats unis.
Réponse de le 15/06/2013 à 18:52 :
Attendez que les coupes budgétaires fassent leur effet sur la croissance...2.7% dont une bonne moitié due aux dépenses publiques... C'est vrai que les jeunes américains ont la peche, et il le faut avec une dette de 20000 dollars avant de commencer à bosser, il leur en faut !!!
Quant au taux de chomage, arrêtons de raconter des inepties... Il est bidouillé partout, et il faut être journaliste à France3 Lozère pour y croire encore...il n'y a pas un taux officiel qui ne soit vrai...
Dites, 48 millions d'américain qui vivent de bons alimentaires vous trouvez vraiment que c'est le paradis ? C'est le paradis pour une toute petite minorité. Mais ici aussi, pour une mlinorité, c'est le paradis...peut etre pas fiscal mais ca va bien quand même...
Quant au potentiel de remboursement de la dette, vous hallucinez. Jamais ce pays n'a remboursé quoi que ce soit, il ne fait que de rajouter de la dette à dette depuis 80ans et ce ne sont pas les magiciens-conteurs qui sont aux manettes qui feront quelque chose d'autre que d'en ajouter de nouvelles...Attendons de voir, on va rigoler dans pas longtemps...
En même temps, rassurons nous, il vous reste encore quelque mois avant que vous ne découvriez que le Père Noël n'existe pas.
a écrit le 14/06/2013 à 19:55 :
Non sans blague....? C'est maintenant que le FMI s'aperçoit que BERNANCKE va dans le mur ?
a écrit le 14/06/2013 à 19:44 :
Guignol a bien changé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :