Affaire Morales-Snowden : des pays du Mercosur demandent à la France de s'excuser publiquement

 |   |  713  mots
L'escale forcée du président bolivien d'Evo Morales continue de provoquer la colère en Amérique du sud Copyright Reuters
L'escale forcée du président bolivien d'Evo Morales continue de provoquer la colère en Amérique du sud Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un bloc de pays du Mercosur, constitué de l'Argentine, du Brésil, de l'Uruguay et du Venezuela, a décidé d'"exiger des excuses publiques des pays d'Europe qui ont agressé" le président de la Bolivie Evo Morales, interdit la semaine dernière d'espace aérien par la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal. Tous les présidents des pays du Mercosur ont également demandé vendredi le respect du droit d'asile et la sécurité face à l'espionnage informatique, et ont apporté leur soutien à leur homologue bolivien.

Les présidents des pays du Mercosur ont demandé vendredi le respect du droit d'asile et la sécurité face à l'espionnage informatique, soutenant également leur homologue bolivien, interdit d'espace aérien en Europe la semaine dernière. "Un communiqué a été ratifié pour garantir l'asile comme droit fondamental", a indiqué en séance plénière à Montevideo le président du Venezuela, Nicolas Maduro, au cours du sommet semestriel des chefs d'Etats du Mercosur, dominé par le cas d'Edward Snowden, l'ex-consultant du renseignement américain recherché pour espionnage par les Etats-Unis. Nicolas Maduro a également demandé que soit garantie la sécurité informatique, critiquant l'espionnage mené par des agences de renseignement américaines, récemment révélé par Edward Snowden, à qui le Venezuela et la Bolivie ont proposé l'asile politique.

Le bloc constitué de l'Argentine, du Brésil, de l'Uruguay et du Venezuela - le Paraguay est actuellement suspendu et la Bolivie en cours d'adhésion - a aussi décidé d'"exiger des excuses publiques des pays d'Europe qui ont agressé" le président Morales, a ajouté Nicolas Maduro. La semaine dernière, la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal ont refusé leur espace aérien à l'avion d'Evo Morales, de retour de Moscou, soupçonnant qu'il transportait à son bord Edward Snowden, qui a finalement demandé vendredi l'asile à la Russie. "Je soumettrai ma demande dans la journée et j'espère qu'elle sera acceptée favorablement", a indiqué l'informaticien américain aux organisations de défense des droits de l'homme lors d'une rencontre à Moscou, selon le site internet WikiLeaks qui l'aide dans ses démarches. Edward Snowden est à l'origine de révélations sur l'étendue du programme de surveillance exercé par les Etats-Unis à travers le monde. Le gouvernement russe a indiqué samedi ne pas être en contact avec l'ancien analyste de la NSA et ne pas avoir reçu de demande d'asile politique.

Le Brésil critique les Etats-Unis

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a elle critiqué l'espionnage américain, dont son pays a été victime selon des articles de presse basés sur des documents fournis par Edward Snowden, et estimé que ces événements sont "l'occasion pour le Mercosur de marquer une limite". "Nous devons adopter des mesures pertinentes pour éviter que ne se répètent des situation comme celles-ci", a déclaré la présidente du Brésil, dont le pays a refusé la semaine dernière d'étudier la demande d'asile formulée par le jeune informaticien.

Edward Snowden "veut aller en Amérique latine - il l'a dit très clairement. Mais la seule manière pour lui de garantir sa sécurité en Russie est de déposer une demande formelle d'asile", a expliqué Tania Lokchina, membre de Human Rights Watch, l'une des organisations invitées à la réunion. Les autorités russes ont montré des signes croissants d'impatience face au séjour prolongé d'Edward Snowden, mais il est difficile pour l'informaticien, pour des raisons de procédure, de rejoindre l'un des pays - Bolivie, Nicaragua, Venezuela - qui lui ont proposé l'asile politique.

Retour du Paraguay dans le Mercosur ?

Dernier sujet épineux de ce somment semestriel, le retour dans l'organisation du Paraguay, suspendu il y a un an, suite à la destitution par le Congrès paraguayen du président de l'époque, Fernando Lugo. Ce retour était programmé pour le 15 août, après l'investiture du nouveau président du Paraguay, élu en avril, Horacio Cartes, mais l'annonce que la présidence pro tempore du bloc reviendrait au Venezuela à l'issue de ce sommet, ce à quoi s'oppose farouchement le Paraguay, laisse planer une incertitude sur cette réintégration. Le Paraguay estime que l'adhésion officielle du Venezuela au Marché commun sud-américain est irrégulière car formalisée durant sa suspension. Les parlementaires paraguayens refusent depuis des années de ratifier l'entrée du Venezuela dans le bloc. Nicolas Maduro a assuré vendredi que la première tâche du Mercosur était la réincorporation du Paraguay comme "membre actif" dès l'investiture de Horacio Cartes.

Par ailleurs, des accords d'associations stratégiques ont été signés lors de ce sommet avec le Guyana et le Surinam, le Mercosur disposant désormais d'accord commerciaux avec tous les pays sud-américains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2013 à 16:09 :
La convention de Chicago, qui règle notamment les conditions de survols d'états souverains par des avions civils d'autres pays et dont la France et la Bolivie sont parties prenantes, ne permettait pas à la France de s'opposer au passage de l'avion bolivien, présidentiel ou pas. Il y a donc dans cette affaire, outre l'aspect politique, une violation du droit international par la France.
a écrit le 15/07/2013 à 12:51 :
et c'est finalement l'amérique latine qui nous donne avec cette affaire une leçon de courage!!!! viva America latina!!!
a écrit le 15/07/2013 à 10:23 :
La France et les autres pays Européens se sont comporter comme de vulgaires valets aux services des USA, ont bafoués les lois Internationales, une vraie honte pour notre pays,
a écrit le 15/07/2013 à 1:30 :
J'ai profondément honte et je demande à mon pays de s'excuser. Et d'accorder l'asile à M. Snowden.
Réponse de le 19/07/2013 à 13:28 :
TRES BIEN PARLE TOUT A FAIS DACCORT AVEC VOUS,,,???
a écrit le 14/07/2013 à 17:51 :
France terre d"asile et de liberté, quelle connerie, France ayant peur des USA qui sacrifie sur l'autel de l'impérialisme américain les droits qui sont le fondement de notre république, il est préférable d"accueillir des présidents déchus, des terroristes, des Farcs que de recevoir une personne dont les mains ne sont pas imprégnées de sang
Réponse de le 16/07/2013 à 11:56 :
Snowden a un gros défaut aux yeux du gouvernement français : il n'est pas assez à gauche.
Les ''Femen'' obtiennent très facilement l'asile politique en France !
a écrit le 14/07/2013 à 15:14 :
NON a ce fous d'accord commercial entre UE et USA . Boycottons les produits made in usa ....et notre sante ne pourra que s'ameliorer....... gardons nos fromages qui puent ...et notre Bordeau , et notre cognac ...etc
Réponse de le 16/07/2013 à 13:03 :
je suis d'accord avec vous, mais les ricains (je m'excuse devant mes potes américains, mais eux sont intelligents, ils me comprennent ) n'ont plus rien à vendre que du vents qui repait les blaireaux français.
a écrit le 14/07/2013 à 15:12 :
BRAVO , en tant que francais je vous presente nos excuses . J'ai HONTE de mon pays , qui en plus se pretend patrie des droits de l'homme . La france est maintenant un VASSAL des USA par le bias de l'UE qui est aux ordres des USA . De Gaulle au secours , repart a Londre , car tout le boulot est a recommencer .......viens nous expliquer pourquoi IL NE FAUT PAS QUE LA POLITIQUE DE LA FRANCE SE FASSE A LA CORBEILLE ....
a écrit le 14/07/2013 à 11:09 :
Quand on voit que les USA accusent Snowden d'espionnage, ça ferait (presque) rire !
Je croyais qu'un avion présidentiel était territoire national comme tout véhicule diplomatique ? quelle erreur monstrueuse d'avoir interdit l'espace aérien, la France comme les autres pays européens est à la botte des USA et on connait leur conception de la "vérité", de la "justice" et de l'espionnage...
On est tombés bien bas, on baisse notre culotte en toute connaissance de cause.
Pascal
a écrit le 14/07/2013 à 11:01 :
Il faut envoyer Barosso nous excuser publiquement au non de l UE. Ca aurait de la gueule non !!!
a écrit le 14/07/2013 à 10:06 :
ces pays ont tout à fait le droit de demander des excuses ...comme nous avons le droit de boycotter leurs produits ou le tourisme dans leur pays Tout cela est ridicule de la part de pays qui n'ont pas toujours été des modèles de respect des libertés
a écrit le 14/07/2013 à 2:03 :
Ce n'est pas le gouvernement qui décide d'un refus de survol. Par contre le gouvernement a très vite réagi en intervenant pour autoriser ce survol. Les pays concernés devraient donc comprendre que le gouvernement français n'a pas à s'excuser. Dans des affaires comme celles de Cassez ou de crimes de français commis en Amérique latine certains de ces gouvernements n'ont pas collaboré. Ils sont susceptibles et ont une trop haute image de leur président ces latinos ;o)
a écrit le 13/07/2013 à 23:56 :
L'espace aerien Francais est de la souverainete Nationale et je ne vois guere pour quelle raison fallacieuse il faudrait se resoudre a se mettre a genoux et demander pardon pour avoir oser en conserver le controle, et en refuser l'access a qui la France juge bon de le faire.
Meme si cette decision etait malheureuse, l'Etat Francais est dans son bon droit, et meme si cela ne plait pas aux castafiores du Mercosur; d'ailleurs a ce propos, qu'ils reglent leurs problemes actuels, Bresil en tete, au lieu de venir donner des lecons de democratie...
Réponse de le 16/07/2013 à 13:14 :
"où l'on peut même être désormais emprisonné ou contrôlé de manière autoritaire pour le port d'un simple tee-Shirt": tout à fait d'accord. Et l'on pourrait ajouter: mais si vous attaquez un RER et rançonnez ses passagers, la "justice" vous gratifie d'un simple rappel à la loi.
a écrit le 13/07/2013 à 20:46 :
Même si cette décision d'interdire le survol était vraiment nulle, inutile d'être ridicule deux fois en s'excusant.....
a écrit le 13/07/2013 à 19:31 :
Je ne suis un pro de ses pays je laisse cela à notre extrémiste M. Mélenchon un pro de la "démocratie" contrôlée mais je soutiens ses pays car il est inadmissible qu'un pays qui se dit souverain en l'occurrence la France soit à ce point au garde à vous de M. Obama qui en dehors de son charisme est, je vais être impoli, un faux cul de première. L'Europe encore une fois a montré, comme vis à vis de la Chine de la Russie et même de l'Iran et de la Corée du Nord qu'elle n'est que visqueuse et sans honneur vis à vis des 500 millions de cette Union dont les politiques et les institutions sont la honte.
a écrit le 13/07/2013 à 17:41 :
Marxistes de tous pays désunissez-vous!
a écrit le 13/07/2013 à 16:36 :
La raison, de la visite de Morales à Moscou ? ensuite une halte à Vienne...il n'y avait pas assez de carburant
à Moscou....Un simple test pour faire voir à Snowden là ou il peut allez .Pour les excuses Brésil,Argentine,Vénézuela,Colombie......ces pays ont leur lots de casseroles, le Mexique c'est abstenu ouf....
Malheureusement c'est triste pour l' Europe, inféodé aux Us. Maintenant quel pays vas être infiltré par Snowden
Russe et Chinois n'ont pas donné dans le panneau.....
a écrit le 13/07/2013 à 14:40 :
Qui a voulu une coopération avec les US ? Certainement pas moi, sans doute pas vous. Pourquoi Sarkozy nous a fait réentrer dans le commandement de l'Otan, cassant la volonté de de Gaulle, sans référendum ? C'est un nouvel acte d'allégeance aux US, pourquoi l'Europe se fait à notre détriment, pourquoi le marché euro atlantique va t'-il nous emmancher et notre agriculture, avec ? Pourquoi les US gouvernent Bruxelles avec Barroso aux ordres ? Alors oui nous devons des excuses à Moralès et plus encore, un président qui se comporte en homme libre si nous voulons nous mêmes rester des hommes libres. Bravo à ces hommes libres, ASSANGE SNOWDEN MANNING CARTWRIGHT et il y en aura d'autres... Les élites gouvernantes US sont dénoncés de l'intérieur.
a écrit le 13/07/2013 à 14:35 :
Belle union de façade... ce cas est interessant pour mieux connaître la geostrategie régionale. Inutile de dire que la Bolivie et le Venezuela sont des pays impossibles. Ceux qui y ont séjourne le savent.
a écrit le 13/07/2013 à 14:10 :
Des excuses??? Hollande devrait démissionner!
a écrit le 13/07/2013 à 13:04 :
Bravo le Brésil.
Le Brésil protège ,sans états d'âme un assassin de plusieurs personnes en Italie , condamné devant une cour d'assise à la réclusion à perpétuité.
L 'Italie a demandé son extradition et le Brésil a refusé.
Et c'est ce pays qui nous demande des excuses pour une broutille, certes maladroite, mais insignifiante au final !
Leur déontologie est à géométrie variable.
a écrit le 13/07/2013 à 13:03 :
Il ne s'agit pas d'une bourde, Morales a déclaré publiquement qu'il donnait asile à Morales, c'est une action hostile envers les USA, nous sommes alliés avec les USA qu'on aime ou pas, c'est aussi hostile envers les alliés, donc hostile à la France, il n'y a pas d'excuse à donner, la France se réserve le droit d'interdire son territoire aussi bien aux B52 américains lors de la guerre en irak de 2003 ou à Morales qui se déclare hostile par ses actions aux alliés. Il y a des accords entre la France et les USA concernant le cas Snowden et le domaine du renseignement.
a écrit le 13/07/2013 à 12:42 :
Edward Snowden, peut remercier les pays européens qui ont commis une bourde monumentale, lui offrant un juste asile dans plusieurs pays latino-américains.
Voilà ce qui se passe quand on est gouverné par des amateurs - touristes élus car on croyait qu'il fallait voter !...
a écrit le 13/07/2013 à 12:28 :
Le minimum, ce serait de présenter des excuses au président lui même. Après, pour des excuses publiques, si c'est nécessaire, allons y. Après tout, c'est ce que l'on apprend aux enfants bien élevés. Mais quand on grandit, doit on oublier ces principes de bonne conduite ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :