Japon : les Abenomics n'ont pas sauvé la croissance

Le Produit intérieur brut du Japon a augmenté de 0,6% au deuxième trimestre, après une hausse de 0,9% au trimestre précédent. Un niveau en deça des attentes qui ne semble pas ébranler le gouvernement de Shinzo Abe.
Le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe
Le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Voilà qui risque de faire quelque peu déchanter le gouvernement de Shinzo Abe. Au Japon, la croissance a ralenti au deuxième trimestre selon une première estimation publiée ce lundi. Le PIB a augmenté de 0,6% après une hausse de 0,9% au premier trimestre, après plusieurs mois de récession qui ont pris fin en 2012. 

Des chiffres en dessous des attentes

Si en rythme annuel, la croissance atteint 2,6%, ce niveau reste inférieur d'un point aux attentes d'une majorité d'analystes interrogés par les agences de presse. La croissance du premier trimestre a en outre été révisée à la baisse, à 3,8% en rythme annualisé contre 4,1% selon les chiffres initiaux.

Parmi les causes évoquées pour ce ralentissement au deuxième trimestre: une baisse de rythme dans les investissements, notamment celles des entreprises et dans l'immobilier résidentiel.

Le gouvernement croit toujours aux Abenomics

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, parie notamment sur une politique de relance pour faire repartir la consommation des ménages. Toutefois, son ministre de la Revitalisation économique, Akira Amari, s'est réjoui de ces chiffres, qualifiant le taux de croissance de "solide" et favorisé par la politique de Shinzo Abe surnommée "Abenomics".

 "Je souhaite me concentrer sur l'économie, y compris sur la mise en oeuvre à l'automne de stratégies supplémentaires pour la croissance", s'est de son côté, contenté de déclarer Shinzo Abe.

Ces chiffres de la croissance relancent en outre le débat sur une hausse de la taxe sur la consommation qui devrait passer de 5 à 8% en avril 2014. En effet, le niveau de la croissance pourrait avoir des conséquences sur le maintien ou non de cette hausse. Une nouvelle estimation de la croissance, qui doit être publiée début septembre, pourrait être l'occasion de clarifier sa position à ce sujet.

Pour aller plus loin:

>> Les prix montent, Abe sourit, mais les défis restent importants

>> Faut-il craindre une explosion de la dette japonaise?

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 13/08/2013 à 11:53
Signaler
je le craignais mais les faits risquent d'être réels , une monnaie faible est intéressante a court terme , mais dans le temps .. les effets négatifs se ressentent d'abord sur les entreprises qui achètent les matières premières ( vu que le japon n'en ...

le 13/08/2013 à 14:58
Signaler
@balzac, d'autant plus que la TVA va sévèrement monter pour donner des gages au marché qui s'inquiète du X2 sur la dette du Japon "grâce" aux "abénomics". Le consommateur japonais risque de vite déchanter.

à écrit le 13/08/2013 à 9:53
Signaler
et y a pas un sujet plus important au Japon: Fukushima qui radioactive l'ocean depuis 2 ans ? La croissance faible c'est pas grave à côté...

le 13/08/2013 à 11:19
Signaler
Un peuple de vieux et de cancéreux...

le 13/08/2013 à 15:00
Signaler
Se qui m'inquiète c'est que la France à choisi le même modèle (nucléaire+dette)... ça sera difficile de ne pas sombrer de la même façon.

à écrit le 12/08/2013 à 22:49
Signaler
"Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, parie notamment sur une politique de relance pour faire repartir la consommation des ménages." Ca fait plus de 20 ans qu'ils font des politiques de relance et de la planche à billet. Quels résultats? aucun ...

le 13/08/2013 à 7:25
Signaler
Une baisse des dépenses avec une population de vieillards : hé hé hé...

à écrit le 12/08/2013 à 20:58
Signaler
Plus je lis, plus je me rends compte que Olivier Delamarche a raison...le Japon, les USA, la dette qui gonfle (privee + public)....son analyse est tr?s negative, mais realiste...

à écrit le 12/08/2013 à 12:50
Signaler
Cela coupera l'herbe sous les pieds de ceux qui croient qu'en retournant à une monnaie indépendante en l'occurrence le Franc, et qu'en jouant avec la planche à billets cela résoudra automatiquement tous les problèmes.

le 12/08/2013 à 13:38
Signaler
Donnez-nous les autres solutions qu'on rigole ...

le 12/08/2013 à 13:53
Signaler
Rira bien qui rira le dernier. Entre temps, je vois que vous riez...... jaune

le 12/08/2013 à 13:54
Signaler
Il faut aussi avouer que même du coté des US, leur obsession de croissance leur coûte très cher. Jannine, la solution est exposée par un certain Lordon...

le 12/08/2013 à 15:17
Signaler
Un peu rapide mais ça madame votre épouse doit vous le dire ...

le 12/08/2013 à 16:06
Signaler
Désolé, mais là, Jeannot a COMPLETEMENT raison... Même si cela a été rapide pour que la dette du Japon devienne insupportable... Juste un Lehman... Ca tient à peu de chose, non..??

le 12/08/2013 à 16:30
Signaler
Et les solutions du rongeur ? Qu'on rigole un peu ...

le 12/08/2013 à 16:40
Signaler
Vous me faites rire avec les solutions à la Lordon : s'il faut attendre que l'ensemble du système financier implose pour nationaliser les banques...

le 12/08/2013 à 17:52
Signaler
'resoudra automatiquement tous les problemes' c un argument digne du lapin d' alice , ne repondrai donc pas. Pour en revenir au japon je crains que leur probleme ne soit plus grave, ils affrontent le prob de la decroissance demographique lie au vi...

à écrit le 12/08/2013 à 11:25
Signaler
La dette du Japon voilà se qui monte bien là bas. Elle est gérée comme la centrale de Fukushima, par dessus la jambe. Certes elle reste financée grâce à la planche à billets de la banque du Japon. Mais pour redémarrer le Japon devra faire défaut sur ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.