"Un défaut de paiement américain ? Absurde..." (Stiglitz)

 |   |  214  mots
(Crédits : Reuters)
Le prix Nobel d'Economie a posté sur sa page Facebook une citation tirée d'une interview datant de 2010.

L'erreur est humaine, dit-on. Et même les économistes les plus reconnus ne sont pas épargnés, comme le montre cette citation:

"Non, les Etats-Unis ne risquent pas un défaut de paiement. Le risque de défaut est vraiment minime, puisque nous imprimons de la monnaie"

En effet, la phrase peut prêter à sourire, alors que les Etats-Unis sont en "sursis budgétaire", après avoir subi un "shutdown" pendant près de trois semaines en octobre. Surtout quand on connaît l'identité de son auteur.

Celui-ci n'est autre que l'économiste américain Joseph E. Stiglitz, celui-là même qui fut nommé prix Nobel d'Economie en 2001. Allant ainsi à contre-courant, celui-ci vient de poster cette assertion sur sa page Facebook. Et l'économiste poursuit:

"La notion-même de défaut est d'ailleurs complètement absurde, elle reflète l'absurdité et l'irrationnalité des marchés financiers".

Stiglitz

Mais, comme on pouvait s'en douter, cette citation est en fait tirée d'une interview que l'économiste avait accordée en 2010. C'est donc avec un sens certain de l'autodérision que l'expert rappelle son (ancien) point de vue à notre bon souvenir.

Pour aller plus loin: Obama lève le shutdown, le spectre du défaut s'éloigne...pour le moment

Voir (en anglais) l'interview en vidéo:

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2013 à 18:09 :
C'est absurde comment ? A 1 chance sur 500.000 ou 1 chance sur 3 millions, comme les subprimes, M. Stiglitz ?
a écrit le 04/11/2013 à 11:59 :
On peut le regretter, mais le système financier mondialisé n'a pour l'instant aucun intérêt à voir la suprématie du dollar menacée. L'Europe ne s'y essaie pas vraiment et les BRICS vont certainement y regarder à deux fois. Une telle éventualité commencerait par entraîner dans une récession et une instabilité dangereuse un Monde qui ne demande qu'à basculer. Le Monde va donc continuer à financer les US du fait de cette peur du chaos. Cependant, viendra un jour où le pétrole ne sera plus stratégique parce qu'il n'y en aura plus et ce jour là sera celui de la fin du dollar.
Réponse de le 04/11/2013 à 13:38 :
Cela fait 150 ans que la fin du charbon a été annoncée... Et il est toujours là, bien présent...
Réponse de le 05/11/2013 à 6:34 :
C'est inépuisable, c'est bien connu : c'est comme les prix immobiliers, ça ne peut que monter, hein ?
a écrit le 04/11/2013 à 11:55 :
Imaginez un seul instant que vous mettez en location plusieurs appartements ; et à la fin du mois vous venez chez les locataires pour réclamer le loyer . certains pays ont dû bosser durement pour pouvoir le payer . mais arriver au prochain client les USA ( il vous dit d'attendre qlq minute ) ; ils impriment pas de dollar en toute discrétion et ils viendront vers vous pour payer le loyer . Tout semble normal , sauf qu'à partir du moment ou le monde entier se rend compte de cette manipulation et doute de la force du dollar comme valeur refuge (vu la montée en puissance de la monnaie chinoise ) alors là , les ricains vont être forcer de bosser dur et vont être forcés de s'adapter aux autres pays
Réponse de le 04/11/2013 à 13:09 :
Il est de la responsabilité du propriétaire de s'assurer que le locataire est solvable. Çà fait des années qu'on entend que la Chine ne vend pas de caméscopes aux Etats-Unis, elle les lui donne. Il y a des déficits parce qu'il y a des excédents ailleurs....
a écrit le 04/11/2013 à 11:33 :
Tant que les USA pourront menacer et faire la guerre à quiconque qui ne souhaite plus vendre son pétrole en dollars (comme l'Irak et la Lybie en son temps ou l'Iran et peut être bientôt l'Arabie Saoudite par exemple) alors oui la Fed pourra imprimer encore un peu de monnaie mais pendant peu de temps !
a écrit le 04/11/2013 à 9:53 :
Bonjour,
Je tiens à rappeler que l'économie n'étant pas considérée comme une science fondamentale il ne s'agit pas d'un prix Nobel d'économie mais du prix de la banque royale de Suède en sciences économiques en hommage à Nobel. C'est très différent ... . Un peu d'exactitude serait apprécié.
Pour ce qui est d'un défaut des USA il est tout à fait possible si les USA décident de tarir leur planche à billet et de se recentrer sur son marché intérieur comme le fait la Chine.
En faisant un défaut elle ruinerait le reste du monde qui du coup ralentirait la cadence pour permettre aux USA de rester encore un peu en tête de peloton.
Pour peu qu'ils réussissent à concrétiser leur transformation vers une troisième révolution industrielle horizontale, décentralisée et spatiale et le pari serait gagné pour eux. Abondance de ressource sur la Lune et au niveau astéroïde et plus aucune dette ... .
Réponse de le 04/11/2013 à 10:44 :
Il n'y a pas de rapport entre être une "science fondamentale" et faire l'objet d'un prix Nobel. Ou alors il faudra expliquer en quoi la littérature ou la paix sont des sciences fondamentales.
Réponse de le 04/11/2013 à 11:29 :
Pourtant l'économie prend une place prépondérante sur tout le reste alors elle doit bien être fondamentale pour quelqu'un !
a écrit le 04/11/2013 à 9:53 :
Bonjour,
Je tiens à rappeler que l'économie n'étant pas considérée comme une science fondamentale il ne s'agit pas d'un prix Nobel d'économie mais du prix de la banque royale de Suède en sciences économiques en hommage à Nobel. C'est très différent ... . Un peu d'exactitude serait apprécié.
Pour ce qui est d'un défaut des USA il est tout à fait possible si les USA décident de tarir leur planche à billet et de se recentrer sur son marché intérieur comme le fait la Chine.
En faisant un défaut elle ruinerait le reste du monde qui du coup ralentirait la cadence pour permettre aux USA de rester encore un peu en tête de peloton.
Pour peu qu'ils réussissent à concrétiser leur transformation vers une troisième révolution industrielle horizontale, décentralisée et spatiale et le pari serait gagné pour eux. Abondance de ressource sur la Lune et au niveau astéroïde et plus aucune dette ... .
a écrit le 04/11/2013 à 9:00 :
oui bien sur, mais une forte dévaluation oui ... et tant pis pour les 93% des gens qui ont un travail et du bien ...Leurs salaires vaudront moins et leurs économies aussi ;Le seul gagnant , l'Etat qui rembourserait ses treasury bills moins chers .
a écrit le 04/11/2013 à 7:36 :
Le défaut arrivera quand les gens voudrons récupère la valeur qu ils ont investit dans le papier américain. Ce qui est sur c est que ça finira mal car ils ne rembourserons jamais
Réponse de le 04/11/2013 à 14:14 :
Ne pas dire "jamais", même dans ce domaine ! Même les russes ont fini par rembourser leur emprunt !...
Réponse de le 04/11/2013 à 14:14 :
Ne pas dire "jamais", même dans ce domaine ! Même les russes ont fini par rembourser leur emprunt !...
a écrit le 03/11/2013 à 23:50 :
Tout est absurde.. la vie n' est qu' absurdité.. le budget militaire us, celui du Japon ( qui ne possède pas d' armée.. ) et des vassaux de l' oncle sam doivent certainement concourir à renforcer cette absurdité... m' enfin on en recausera le moment venu, quand il n' y aura plus de pigeons à empapaouter.
Réponse de le 04/11/2013 à 8:38 :
les japonnais ont une armée, désolé..
Réponse de le 04/11/2013 à 8:57 :
@toto... tout est effectivement dans l' absurdité.. le japon ne possède pas d' armée au sens constitutionnel et l' on se demande bien par quel sémantique ils parviennent à financer cette armée de l' ombre !
Réponse de le 04/11/2013 à 12:31 :
non toto il n' y a pas " officiellement " d' armée au Japon, cela est interdit par la constitution.
Réponse de le 04/11/2013 à 13:09 :
non toto il n' y a pas " officiellement " d' armée au Japon, cela est interdit par la constitution.
a écrit le 03/11/2013 à 23:50 :
Tout est absurde.. la vie n' est qu' absurdité.. le budget militaire us, celui du Japon ( qui ne possède pas d' armée.. ) et des vassaux de l' oncle sam doivent certainement concourir à renforcer cette absurdité... m' enfin on en recausera le moment venu, quand il n' y aura plus de pigeons à empapaouter.
a écrit le 03/11/2013 à 23:25 :
Il a tout à fait raison. "Le risque de défaut est vraiment minime, puisque nous imprimons de la monnaie". Les US ont mis en pension des dollars à parité, et grâce aux dévaluations (parce que l'impression de monnaie est une dépréciaition implicite), ils vont rembourser 5 cents du dollars. Cela permet de faire payer aux autres les déficits, mais les Chinois ne sont pas dupes parce qu'ils investissent leurs dollars partout dans le monde. Quand l'Occident se réveillera, on s'apercevra que les Chinois sont les nouveaux maîtres du monde :-)
a écrit le 03/11/2013 à 23:20 :
@ bili hari: il ne faut pas confondre les US qui ont le droit d'imprimer autant qu'ils veulent et la Grèce qui est un petit pays dépendant des grands, dont les US :-)
a écrit le 03/11/2013 à 21:29 :
Sur quoi est étalonnée la valeur du dollar??
Rien du tout!
Ils peuvent en imprimer autant qu'ils veulent, cela n'empêche pas une appréciation ou une dépréciation du dollar par rapport aux autres devises.
Les seuls risques sont de politique interne, suite aux connflits démocrates-républicains.
Tout le reste, c'est du vent! Aussi incompréhensible et inadmissible que cela soit!
a écrit le 03/11/2013 à 20:33 :
Un défaut de paiement américain, certainement pas, mais un krach du dollar, assurément...
Réponse de le 04/11/2013 à 2:53 :
ni l'un , ni l'autre, vous sous-estimez l'immense croissance de l'économie mondiale qui a besoin de dollars comme lubrifiant des échanges. En fait il faudrait encore plusieurs milliers des milliards des dollars, pour constater un effet "inflationniste" de la monnaie mondiale. On est très loin du compte. Et c'est ce que Stiglitz, qui a raison, dit froidement, et cyniquement.
Réponse de le 04/11/2013 à 2:53 :
ni l'un , ni l'autre, vous sous-estimez l'immense croissance de l'économie mondiale qui a besoin de dollars comme lubrifiant des échanges. En fait il faudrait encore plusieurs milliers des milliards des dollars, pour constater un effet "inflationniste" de la monnaie mondiale. On est très loin du compte. Et c'est ce que Stiglitz, qui a raison, dit froidement, et cyniquement.
Réponse de le 04/11/2013 à 8:39 :
Bien sûr ! la valeur d'une monnaie ne vaut que la confiance que l'on a en elle. Faîtes une expérience : arrêtez le QE et vous verrez qui achète des bons du trésor US...

Donc la création monétaire va se poursuivre pendant des mois ou des années (pas des décennies), avec une seule issue possible : l’effondrement total de cette monnaie. C'est mathématique, cela arrivera d'une manière ou d'une autre. Les gens qui pensent que c'est de la science fiction me font bien rire....
a écrit le 03/11/2013 à 18:35 :
les journalistes adorent sortir les phrases de leur contexte.... en economie une chose peut etre vraie a un moment et devenir fausse 5 ou 10 ans plus tard... je partage pas les opinions de ce gars, mais sortir des propos de leur contexte, c'est des coups bas deplaces ( et obliger qqun a faire son mea culpa sur ce qu'il a dit dans un contexte donne, c'est du meme tonneau)
a écrit le 03/11/2013 à 18:11 :
Il faut envoyer M. Stiglitz en Grèce, pour expliquer au bon peuple que la création de dettes n'a aucune conséquence..Ils vont lui faire manger son prix Nobel..
a écrit le 03/11/2013 à 17:26 :
Sur quoi est étalonnée la valeur du dollar??
Rien du tout!
Ils peuvent en imprimer autant qu'ils veulent, cela n'empêche pas une appréciation ou une dépréciation du dollar par rapport aux autres devises.
Les seuls risques sont de politique interne, suite aux connflits démocrates-républicains.
Tout le reste, c'est du vent! Aussi incompréhensible et inadmissible que cela soit!
a écrit le 03/11/2013 à 16:58 :
Le jour où le monde ne voudra plus de la monnaie de singe US, alors là on verra le défaut.
Réponse de le 04/11/2013 à 16:05 :
Sub ,vous avez raison !!! les dollars US sont imprimés comme des prospectus 85 milliards/mois ,mais les autres pays acceptent d'énchager leurs biens ,produits des valeurs ,les services avec , tout simplement parcequ'ils viennent des USA ou encore par ignorance .
a écrit le 03/11/2013 à 16:20 :
Sauf que ce cher Joseph ne voit pas que plus la Fed "imprime" de la monnaie, plus la dette des US augmente, plus le risque implicite augmente, plus le défaut se rapproche et plus le dollars creuse sa tombe... mais nous verrons qui voit clair et qui mange des médailles en chocolat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :