Activité record du marché de l'art en 2013 grâce aux émergents

 |   |  470  mots
Le triptyque de tableaux intitulé Trois études sur Lucian Freud du peintre Francis Bacon a été cédé à 127 millions de dollars, un record absolu pour une oeuvre d'art vendue aux enchères.
Le triptyque de tableaux intitulé "Trois études sur Lucian Freud" du peintre Francis Bacon a été cédé à 127 millions de dollars, un record absolu pour une oeuvre d'art vendue aux enchères. (Crédits : Reuters)
Les ventes aux enchères d’œuvres d'art ont bondi de +13% en valeur en 2013, pour atteindre plus de 12 milliards de dollars. L'Asie, le Moyen-Orient et la Russie jouent un rôle de plus en plus crucial sur le marché.

Les affaires ont enfin repris sur le marché de l'art en 2013. Le produit des ventes aux enchères d'œuvres d'art a bondi de plus de 13% à 12,05 milliards de dollars, selon la société française Artprice. Un record historique qui intervient après une année "noire" en 2012, où les ventes avaient chuté de 9% à 10,64 milliards de dollars.

Avec des ventes de 4,078 milliards de dollars (+21%), la Chine arrive en tête pour la quatrième année de suite, devant les États-Unis qui atteignent 4,016 milliards de dollars, détaille Artprice. Ces deux grandes puissances représentent à elles seules les deux tiers du marché de l'art.

Et l'Europe est encore bien représentée dans le classement, avec le Royaume-Uni (2,11 milliards de dollars) et la France (549 millions de dollars) en troisième et quatrième positions respectivement.

"Un féroce appétit" à l'est

Mais les vieux de la vieille peuvent tout de même s'inquiéter car le centre de gravité du marché de l'art se délocalise peu à peu vers l'est - Asie, Moyen-Orient et Russie - où les nouveaux riches fleurissent à foison. A la recherche de valeurs refuges pour leurs capitaux, ces derniers sont les nouveaux garants de la tendance haussière du marché.

"Les acheteurs (de ces trois régions) jouent un rôle crucial dans la bonne tenue du marché et affichent un féroce appétit pour les artistes phare du XXe siècle qu'ils s'arrachent record après record", analyse Thierry Ehrmann, fondateur et PDG d'Artprice.

Au Qatar, la sœur de l'émir, Cheika al-Mayassa, est désormais l'une des mécènes les plus courtisées du monde. L'Autorité des musées qu'elle dirige dépenserait plus d'un milliard d'euros par an en œuvres d'art. En Asie, les musées et foires se multiplient. La foire Art Basel Hong-Kong s'impose désormais comme troisième place forte du marché, après New-York et Londres. Et Singapour abrite désormais un port-franc (zone portuaire non soumise à la douane) de 30.000m2 destiné aux seules œuvres d'art pour permettre aux différents acteurs du marché de stocker leurs acquisitions en attendant de les revendre.

Vente record signée Francis Bacon

Néanmoins, la place de New-York reste toujours "l'épicentre du marché haut de gamme", avec 39 des 50 meilleures ventes de l'année, rappelle le cabinet leader de la cotation sur internet du marché de l'art.

Un record absolu - pour une œuvre d'art aux enchères - a été atteint le 12 novembre avec la vente par Christie's à New-York d'un triptyque de tableaux du peintre Francis Bacon consacré à Lucian Freud, pour la somme de 127 millions de dollars (142 millions frais compris). Le précédent record était une version du "Cri" d'Edvard Munch, vendue 119,9 millions de dollars en mai 2012 par la maison concurrente Sotheby's. A quand un peintre chinois ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :