L'Italie pourrait restreindre l'activité des banques suisses

 |   |  297  mots
Les banques suisses pourraient se voir interdire la vente de produits financiers à des clients particuliers en Italie.
Les banques suisses pourraient se voir interdire la vente de produits financiers à des clients particuliers en Italie. (Crédits : Reuters)
Le vote des Suisses contre «l'immigration de masse » déclenche la colère de Rome. Les banques helvètes pourraient bien en faire les frais.

Aux grands maux les grands moyens. Le secteur financier helvétique pourrait directement être affecté par le vote des électeurs suisses le 9 février en faveur d'un rétablissement des quotas annuels d'immigration, a déclaré Jacques de Watteville, le secrétaire d'Etat suisse aux questions financières internationales.

Interdire la vente de produits financiers

L'Italie ne décolère pas de cette remise en cause de l'accord de circulation. L'enjeu estt de taille car si la restriction de l'immigration issue de la votation était effectivement appliquée aux ressortissants de l'UE, la situation deviendrait extrêmement délicate pour les nombreux italiens travaillant côté helvète.

En réaction, des responsables italiens ont assuré que, tant que Berne ne garantirait pas la liberté de mouvement entre les deux pays, ils empêcheraient les banques suisses de vendre des produits financiers à des clients particuliers en Italie, a expliqué le secrétaire d'Etat. Un avertissement aurait dans un premier temps été adressé la semaine dernière à des représentants suisses en Italie.

"Nous devons trouver une solution pour surmonter cet obstacle", a martelé Jacques de Watteville lors d'une conférence de presse à Berne.

L'UE en colère

L'Italie n'est pas le seul pays a menacer la Suisse de représailles. Les ministres belges et luxembourgeois ont également averti Berne qu'ils pourraient mettre fin à l'accès libre des entreprises suisses au marché de l'Union Européenne. Tandis qu'à Rome, la ministre des Affaires étrangères Emma Bonino s'était déjà élevée contre la tentation de ravaler les frontaliers au rang de "clandestins".

De son côté, la Commission européenne a suspendu dimanche les discussions avec la Suisse sur sa participation à des programmes de coopération dans les domaines de la recherche et de l'éducation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2014 à 23:59 :
Discussions débiles.
La Suisse fait ce qu'elle veut. L'UE fait ce qu'elle veut.
L'essentiel des échanges Suisse-UE se font en fait avec les pays voisins. Et la situation est la suivante: Suisse-Allemagne et Suisse-autriche: ça va. Suisse-France: guerre larvée. Suisse-Italie: guerre ouverte.
La Suisse va bien, trouvera un accord avec les 2 pays qui vont bien: Allemagne et autriche.
Elle perdra un peu avec la France, la France perdra un peu avec la Suisse: Les français boycotterons nos montres...mais ce sont eux qui les fabriquent....moins de chiffre en suisse, plus d'allocation chômage en France. La suisse achetera des voitures asiatiques. C'est tout.
Quand à l'Italie......on bouclera les frontières des deux cotés....même situation qu'avec la France, mais plus d'ampleur.
Avec deux cent milles frontaliers, la Suisse peut perdre 200'000 emplois sans véritablement d'impact.
Ce n'est pas le PIB qui est essentiel, mais le PIB par tête.
et tout compte fait....si la Suisse arrête de faire venir des maçons pour construire des logements destinés à loger les maçon qui arrivent.......bof.
Les gens oublient souvent qu'en économie, le bien-être d'une population ne dépend pas du PIB seul, mais du PIB en rapport à la variation de la population. En l'état, pour la Suisse, une immigration 0 et une perte de 50% de croissance n'a aucun impact sur l'amélioraion du niveau de vie des résidents.
Pour erasmus...pas grave...2600 étudiants par an qui vont à l'étranger pour s'amuser...
La recherche, pas si grave: la perte financières de l'UE correspond à ce que la Suisse verse à la recherche européenne.
Boycottons....
a écrit le 18/02/2014 à 18:32 :
Contrairement à ce que les européens croient, ils perdront plus que la Suisse dans cette histoire… c’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont contre cette « votation ».

Mais si les européens contrôlaient mieux leur propre frontière, peut-être que les suisses n’auraient pas voté de la même façon ?
Réponse de le 18/02/2014 à 18:39 :
Alors ils perdront quoi les européens ?
Réponse de le 18/02/2014 à 19:02 :
Ce que va perdre l'UE:

- 40 milliards de francs suisses/an (=surplus de la balance commerciale de l'UE dans les échanges avec la Suisse)

- les participations de la Suisse dans tous les accords signés (exemple la Suisse paye plus que ne reçoit de l'UE dans les programmes Erasmus, Horizon, Média (aide au cinéma où la Suisse paye 2 fois plus que ce qu'elle reçoit)

- le milliard de francs suisses que l'UE espérait recevoir de la Suisse (après avoir déjà reçu 1,5 milliard) pur financer l'entrée des pays de l'Est dans l'UE

Dans l'ensemble des accords UE-Suisse, c'est l'UE qui est gagnante....

C'est justement pour cela que l'UE n'a pas annulé l'ensemble des accords mais uniquement gelés des discussions en cours
Réponse de le 18/02/2014 à 19:51 :
On s'en fout des surplus avec la Suisse, on va boycotter, d'ailleurs c'est ce que je fais, car c'est mon droit de citoyen, et je vous .
Toutes façons, l'UE vous le fera payer cher, et si c'est pas l'UE ça sera les pays et si pas les pays, les gens !
Réponse de le 19/02/2014 à 1:43 :
interessant cette haine...
Les suisses font ce qu'ils veulent chez eux (que cette decision soit bonne ou mauvaise), qui etes vous pour les forcer ?
Réponse de le 19/02/2014 à 11:56 :
"On s'en fout des surplus avec la Suisse, on va boycotter, d'ailleurs c'est ce que je fais, car c'est mon droit de citoyen, et je vous .
Toutes façons, l'UE vous le fera payer cher, et si c'est pas l'UE ça sera les pays et si pas les pays, les gens !"

Exemple franchouillard typique, style "café du commerce". C'est vrai que l'UE n'est pas à 40 milliard près!

Hier a d'ailleurs était très intéressant: le Président de la Suisse a rendu visite à l'Allemagne et à la France:

- En Allemagne, il a été reçu par Mme Merkel, elle-même, qui a dit respecter le vote suisse et vouloir trouver une solution pour ne pas diminuer les échanges avec la Suisse

- En France, il a été reçu par le simple Fabius qui lui a dit qu'il n'y avait pas de négociation envisageable.

Tout est dit: D'un côté le pragmatisme allemand et son succès économique, de l'autre un pays à la dérive... La France!
Réponse de le 19/02/2014 à 15:23 :
Ne vous inquiétez pas pour la France, elle peut très bien se passer de la Suisse. Vous n'etes pas le centre du monde, on fera sans vous, on vous boycottera.
Vous avez le droit de voter ce que vous voulez, mais ya des conséquences et on est pas du genre à tendre l'autre joue, ok ?
Un jour, faudra assumer vos votes : si vous ne savez pas voter intelligemment, vous en subissez les conséquences. Et c'est pas la faute des autres mais de vous uniquement.
A bon entendeur, salut !
a écrit le 18/02/2014 à 17:26 :
" ..En plus les suisses se demande(NT) si ils doivent acheter de nouveaux avions de combats . "

Il me semble que les Français n'ont toujours pas trouvé preneurs pour l'avion Rafale et le Char Leclerc, on se demande pourquoi ? Vous avez peut-être une réponse ? Quant à vos impôts, demandez à Bercy de les affecter à "l'education nationale" pour apprendre aux enfants à lire, à écrire et à compter !
a écrit le 18/02/2014 à 16:21 :
économiquement, une mesure équivalente à celle de la Suisse "uniquement pour réguler" permettrait enfin de controler un phénomène que plus personne ne controle aujourd'hui.
Et ceci sans aucun à priori, il s'agit uniquement d'un aspect économique. On ne pet pas jouer aux riches quand on n'est pas riche et accueillr des gens qui n'accepetent pas de s'intégrer dans le pays
a écrit le 18/02/2014 à 13:15 :
une pénalité de plus pour les italiens ,ils devront allez jusqu'en Suisse pour ouvrir un compte en banque...!
a écrit le 18/02/2014 à 12:39 :
Mouai!!,
Coté finances,qui est du bon coté du manche du marteau (ne serait ce que pour parler des frontaliers)? L'Italie ou la Suisse ? Hahaha!
a écrit le 18/02/2014 à 12:35 :
Le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière... voilà ce que veulent les suisses.
et nos eurosceptiques applaudissent.
a écrit le 18/02/2014 à 11:57 :
BRAVO la SUISSE ! Le peuple s'est prononcé et voilà tout. Il faudra faire cela en France et dans les autres pays européens aussi. Les flux migratoires, de capitaux, de produits etc doivent restés sous le contrôle des deux émetteurs et des receveurs. Les intérêts de la collectivité doivent primer sur ceux des intérêts privés (groupes financiers, politiciens, etc).
Réponse de le 18/02/2014 à 14:14 :
Quand on ne sait pas, on n'émet pas d'opinion. Je suis frontalier, et ce sont les cantons les moins touchés par l'immigration qui ont massivement voté pour ce texte. Une exception, le Tessin, touché par le dumping salarial venu d'Italie.
Les cantons romands, Zurich, Berne, et Bâle, tous ont rejeté ce texte. Oskar Feysinger a bien réussi son coup, en jouant sur la peur des gens, pour faire passer ce texte, comme le font tous les partis nationalistes. Mais il n'en a pas mesuré les conséquences pour son pays. Notamment les conséquences économiques, qui peuvent même faire entre la Suisse en récession, si le texte était finalement intégralement et littéralement appliqué:Au final, cela risque bien de lui être facturé bien cher. Alors Krok, abstenez vous de vos commentaires déplacés, qui ne sont que le reflet d'une personne ignorante et aux idées étroites.
Réponse de le 18/02/2014 à 16:15 :
attention: "krok" a le droit de s´exprimer. Comme les suisses. Personne n´a la vérité. Critiquer massivement entrave la créativité des échanges et introduit une monopensée qui entrave l´évolution des sociétés. De la retenue svp.
Réponse de le 18/02/2014 à 16:19 :
En jouant sur la peur des gens!!; Ne quittez pas l'euro sinon vous allez être ruiné, Ne quittez pas l'Europe sinon vous allez être isolé, ne remettez pas de frontières sinon vous ne pourrez pas vous déplacer...etc! Il n'y a pas que le nationalisme qui joue avec les peurs!
Réponse de le 18/02/2014 à 17:50 :
La Suisse est une Démocratie directe, où les hommes politiques qui trainent des
casseroles n'attendent pas qu'ils soient virer, ils démissionnent bien avant pour des
broutilles, La sanction de l' U E est déjà le programme Erasmus. Barroso (ex Maoiste dans sa jeunesse) Menace, car il sait que des pays comme les Pays Bas
voire même l'Allemagne s'il y avait un referendum il y aurait des surprises. J'avais lu dans la presse allemande en 2010, le jour d'une élection, que des Neu Marcks
étaient imprimés ?? La Suisse c'est 9O OOO immigrés par an ce qui fait un % de
combien par rapport à nous ? Oskar Feysinger de pére Aurtichien de mère Valaisane souhaite garder les us et coutumes de chez eux , comme j'ai pu entendre ce n'est pas à nous d'accepter les coutumes des étrangers ! et dans ce
sesn il a raison
Réponse de le 18/02/2014 à 18:11 :
En tous cas, à ce jeu on verra qui est gagnant, la suisse contre le reste du monde.
Moi je parie que d'ici peu les suisses vont devenir raisonnables ;)
Car tous les pays du monde vont faire pareil ;)
Réponse de le 18/02/2014 à 18:40 :
En effet, les Suisses vont réfléchir un peu, et après il y aura un nouveau référendum.
Réponse de le 18/02/2014 à 19:10 :
L'UE aura disparu de la carte bien avant la Suisse.

En moins de 40 ans, l'UE a réussi à se mettre dans une situation ingérable. Il n'y a que les peuples des pays demandeurs d'aide qui veulent de l'UE, les pays "payeurs" en ont plus qu'assez...

Idem en France, il n'y a que les politicards et les fonctionnaires pour vouloir PLUS D'EUROPE... Ceux qui payent, le peuple normal, n'en veut plus!
Réponse de le 18/02/2014 à 19:42 :
Ce qui les pays demandeurs d'aide ? La France peut-être, gavé de subventions de la PAC depuis quarante ans ? Encore un qui croit depuis des années que l'UE disparaîtra demain. Ça ne commence pas à être un peu long ?
Réponse de le 18/02/2014 à 19:54 :
Qui a parlé de l'UE ? On s'en fout de l'UE, maintenant ça se joue d'hommes à hommes. La Suisse va perdre.
Réponse de le 19/02/2014 à 12:00 :
"maintenant ça se joue d'hommes à hommes"????

Comme le disait Einstein: "2 choses sont infinies: l'Univers et la bêtise humaine. J'en suis sût à 100% que pour la 2ème"

Parce que la France pense pouvoir régater sur le même plan que la Suisse? Il suffit que la Suisse exige le remboursement de emprunts que la France a contracter pour que la France parte en faillite
a écrit le 18/02/2014 à 11:33 :
Voilà qu'une démocratie se prononce et les lobbies attaquent!
Réponse de le 18/02/2014 à 13:30 :
Ce ne sont pas les lobbies, mais l'Italie, Etat démocratique et souverain, qui attaque.
Réponse de le 18/02/2014 à 16:24 :
Des lobbies vous dis-je, des lobbies! Pas un parlement, pas un référendum, pas un vote, États souverain?? Des lobbies vous dis-je!
a écrit le 18/02/2014 à 11:08 :
Il est bluffant de voir la sur-réaction de certains pays européens à la décision du peuple suisse.

Que ce soit tant l’activité des banques ou le programme Erasmus, ceux-ci étaient déjà en activité AVANT la mise en place des accords bilatéraux entre la Suisse et les pays européens. En quoi la mise en place de quota (dont le niveau n’a pas été décidé, donc potentiellement très élevés) serait incompatible avec le programme Erasmus? Les USA en font par exemple partie et sauf erreur de ma part on n’entre pas aux USA comme dans une boulangerie…

Je crois surtout que la Suisse sert d’épouvantail idéal à l’Europe: voyez comme la fureur des dieux s’abat sur les mécréants! Les dirigeants européens savent qu’en effet une majorité de leurs citoyens risquerait de voter de la même manière…. si on leur posait la question.

La Suisse mériterait le prochain prix Nobel. Elle est en effet tellement utile à l’Europe! Immigration? Evasion fiscale? Inutile de régler les problèmes en interne, inutile de s’attaquer aux plus de 10Mds de fraude aux charges sociales et à la TVA qui ont lieu *chaque année* en France, mieux vaut-il hurler sur les dizaines de porteurs de comptes historiques de la HSBC. On en tirera rien, mais ça occupe le peuple.

Vive le nombrilisme, vive le status-quo, vive la France!
Réponse de le 18/02/2014 à 11:32 :
neutralité suisse et indépendance suisse .Laisser moi rire .L,espace aériens suisse est protégé le jour par les suisses et la nuit par la France .Putain! Je paye des impôts pour protéger la suisse ..En plus les suisses se demande si ils doivent acheter de nouveaux avions de combats .
Réponse de le 18/02/2014 à 13:19 :
En fait, non, justement, vous payez MOINS d'impôts car La Suisse paie une partie de la facture de l'armée française. Tout comme le milliard de "cohésion" payé par la Suisse à l'Europe. Comme le fait que la BNS fait le job de la BCE en achetant la plus grosse partie de la dette européenne (par centaine de milliards!)

Et oui, finalement, la Suisse a raison de se demander s'ils doivent acheter de nouveaux avions de combats... puisqu'ils semblent incapable d'utiliser ceux qu'ils ont maintenant, c'est à dire en dehors des heures d'ouverture de leurs banques. De surcroît, ils ne se sentent pas obliger de faire plaisir à M. Dassault en lui achetant ses jouets. Peut-être la France devrait-elle acheter des Grippen :)
Réponse de le 18/02/2014 à 19:17 :
Petite précision: Erasmus est un programme européen réservés aux pays de l'UE, financé par celle-ci, et accessible par accord avec l'UE à certains pays européens non membres de l'Union. Les USA n'ont (heureusement !) pas accès à Erasmus.
a écrit le 18/02/2014 à 10:58 :
Bien fait ! et quand les français auront les c de faire ça ? LOL
Réponse de le 18/02/2014 à 11:17 :
Quand leur ministre de l'économie aura déclaré plus de 200 000€ de patrimoine?
Combien de membres du gouvernement ont un compte en Suisse? c'est la raison pour laquelle les choses n'avancent pas.
Réponse de le 18/02/2014 à 11:21 :
Peut-être parce que près de 8% des exportations européennes vont en Suisse? Peut-être parce que les banques italiennes, françaises, etc. ne seraient pas très en forme si elles ne pouvaient pas non plus opérer en Suisse? Peut-être que parce qu’être “vexé” dans son amour propre ne signifie pas que l’on devrait avoir des réactions irrationnelles, notamment lorsqu’on est élu?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :