Satoshi Nakamoto, le mystérieux père du Bitcoin, a été retrouvé

 |   |  499  mots
L'homme vit désormais dans la maison familiale et ne veut plus rien avoir affaire avec le bitcoin. (Photo : Reuters)
L'homme vit désormais dans la maison familiale et ne veut plus rien avoir affaire avec le bitcoin. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
L'inventeur de la plus célèbre crypto-monnaie, créée en 2009, est un nippo-américain de 64 ans, révèle Newsweek. L'homme ne veut rien reconnaître, et sa vie reste toujours un mystère, y compris pour ses proches.

Coup de théâtre sans précédent sur la planète Bitcoin : le magazine américain Newsweek affirme jeudi avoir retrouvé l'énigmatique inventeur de la sulfureuse crypto-monnaie.

Jusqu'alors, nul n'avait jamais été capable d'identifier le père du Bitcoin, qui semblait s'être évaporé dans la nature alors que son invention connaissait sur la toile un essor fulgurant. La seule information crédible en circulation attribuait la paternité de la crypto-monnaie à un informaticien anonyme officiant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto.

Dans son reportage intitulé "Le visage qui se cache derrière le Bitcoin", la journaliste Leah McGrath Goodman rapporte que le mystérieux informaticien en question est un nippo-américain de 64 ans, père de famille deux fois divorcé, amoureux des trains miniatures, dont le véritable nom est tout simplement... Satoshi Nakamoto.

Après une enquête de deux mois, et en recoupant le peu connu du fondateur du Bitcoin avec les détails de la vie de ce père de cinq enfants, l'enquêtrice affirme que les deux hommes sont bien une seule et même personne.

"Je ne suis plus impliqué dans cela"

Son reportage relate ses échanges électroniques avec Satoshi Nakamoto, leur rencontre en face-à-face, et les témoignages qu'elles a obtenus de membres de sa famille.

Voici l'un des extraits les plus parlants, qui relate leur brève rencontre sur le pallier de l'informaticien :

"J'étais venue ici pour essayer d'en savoir plus sur Nakamoto et l'humble vie qu'il menait. Il paraissait complètement ridicule que l'homme censé avoir inventé le Bitcoin - la monnaie digitale la plus célèbre au monde, avec des transactions allant jusqu'à près de 500 millions de dollars par jour à son apogée - se soit retiré au pied de la montagne San Bernardino à Los Angeles, caché dans sa maison familiale, et qu'il ait laissé derrière lui, sans vouloir le toucher, un magot de près de 400 millions de dollars de Bitcoin. Il paraissait également invraisemblable que la première réponse de Nakamoto, lorsque je frappai à sa porte, fût d'appeler les flics. Une fois face-à-face, avec deux policiers témoins de la scène, les réponses de Nakamoto à mes questions sur le Bitcoin sont restées très prudentes, mais on ne peut plus révélatrices.

Reconnaissance tacite de son rôle dans le projet Bitcoin, l'homme regarde vers le bas, en fixant le trottoir, et refuse catégoriquement de répondre aux questions :

"Je ne suis plus impliqué dans cela et je ne peux pas en parler", lâche-t-il, balayant d'un geste de la main tout autre requête potentielle."

Plus loin dans le récit, le plus jeune frère de Satoshi Nakamoto, Arthur Nakamoto, témoigne :

"Ce que vous ne savez pas, c'est que mon frère a travaillé sur des affaires secrètes (...) Il n'admettra jamais qu'il est à l'origine du Bitcoin."

La traque est peut-être finie mais le mystère, lui, reste entier. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2014 à 10:51 :
Père des jetons de caddie....
Ça ne vaut rien comme tout le reste...
a écrit le 06/03/2014 à 23:00 :
Voilà pour la légende, et pour l'information?
Réponse de le 06/03/2014 à 23:23 :
Rien bien évidemment. Pour l'instant ce type de monnaie gêne, donc on l'évacue en minant ses fondamentaux: réserve de valeur (on fait se volatiliser des BC) efficacité (on bloque les transactions) et on créé un climat de suspicion des deux côtés concernés, ceux qui recherchent l'anonymat (en fuitant que peut-être ce seraient les services de l'un ou l'autre à l'origine du projet) comme ceux qui ont peur des risques systémiques du système classique en fuitant que les banques pourraient chapeauter le tout.
Bref, on fait ce qu'il faut pour que ça disparaisse. Seul problème, une grosse partie de ceux qui ont des BC les ont acquis soit très peu cher et donc se moquent du risque, soit très cher et sont prêts à prendre des risques pour préserver leur investissement.
Réponse de le 07/03/2014 à 1:22 :
Rien bien évidemment. Pour l'instant ce type de monnaie gêne, donc on l'évacue en minant ses fondamentaux: réserve de valeur (on fait se volatiliser des BC) efficacité (on bloque les transactions) et on créé un climat de suspicion des deux côtés concernés, ceux qui recherchent l'anonymat (en fuitant que peut-être ce seraient les services de l'un ou l'autre à l'origine du projet) comme ceux qui ont peur des risques systémiques du système classique en fuitant que les banques pourraient chapeauter le tout.
Bref, on fait ce qu'il faut pour que ça disparaisse. Seul problème, une grosse partie de ceux qui ont des BC les ont acquis soit très peu cher et donc se moquent du risque, soit très cher et sont prêts à prendre des risques pour préserver leur investissement.
Réponse de le 07/03/2014 à 7:55 :
voilà les spéculateurs en bitcoin qui versent dans la théorie du complot maintenant XD
C'est vrai qu'une monnaie virtuelle, personne n'a sûrement l'idée de la hacker. Surtout qu'il faut se dépêcher avant que ce pur schéma de Ponzi s'effondre. Il est d'ailleurs amusant de voir les adeptes du bitcoin critiquer la monnaie officielle en temps que schéma de Ponzi en oubliant que la monnaie officielle n'est pas achetée pour elle même dans le monde réel ( je ne parle pas du forex, l'ancêtre des crypto monnaies) et que cela ne les dérange pas que la seule valeur du bitcoin dépendent de la demande de purs spéculateurs. Ce qui est amusant c'est que cette monnaie virtuelle n'a même pas les caractéristiques de la monnaie : hors la bulle des spéculateurs, personne ne l'accepte ( sauf quelques entreprises qui croient faire des coups de pub un peu comme celles qui patient sur le défunt SecondLife). Et même ces fameux spéculateurs ne s'intéressent qu'à une chose : la valeur de leur spéculation en monnaies officielles. C'est à ceci que l'on voit que nous vivons la fin d'une époque : la spéculation est encore plus reine qu'avant la crise. La première chose à faire et de revenir sur une aberration qui a permis tout ce cirque et réintégrer les paris spéculatifs dans le droit commun du code civil : refaire dépendre la spéculation des articles 1965 à 1967 du code civil. Dans un premier temps.
a écrit le 06/03/2014 à 17:12 :
ça se passera pas comme ça , mon coco , va falloir que tu rendes des comptes !!! Tu peux déjà flipper !!!
Ah oui , et en plus il est japonais !!!
Flipper grave de chez grave tu peux !!!
Réponse de le 06/03/2014 à 21:37 :
@Shangai: et si en plus, on arrive à faire un lien entre lui et le massacre de Nankin, tu t'en charges personnellement :-)
Réponse de le 06/03/2014 à 23:17 :
Hahahahahaha!!! Excellent Patrickb. Je sais pour le lire que SK a de l'humour à revendre donc bonne pioche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :