Réseau ferroviaire espagnol : faut-il tout remettre à plat ?

Il y a neuf mois, l'accident d'un train à Saint-Jacques de Compostelle faisait 79 morts en Espagne. Les experts mandatés par l'Etat après cette catastrophe rendent à présent leur constat : tout le réseau ferré est à revoir d'urgence.
(Crédits : Reuters)

Le transport ferroviaire français - avec le possible rachat d'Alstom - n'est pas le seul à faire parler de lui. La commission espagnole, constituée par le ministère du Développement au lendemain de l'accident en Galice le 24 juillet 2013, finalise son rapport. Ces experts scientifiques et techniques dressent un bilan alarmant du système ferroviaire et appellent à sa modernisation. Parmi les 30 recommandations figurent la révision "urgente" de la signalisation, des normes et des systèmes de sécurité sur toutes les lignes.

"Réviser en profondeur et rapidement les règlements"

Selon le quotidien El Pais, les experts ne font pas référence directement à l'accident dans le virage d'Angrois, où le système de sécurité n'a pas pallié l'erreur humaine - le conducteur du train Alvia (l'équivalent espagnol du TGV) n'ayant pas freiné à temps. Mais la majorité de leurs propositions correspondent aux éléments-clés du sinistre.

La commission indique : 

"Il s'agirait de réviser en profondeur et rapidement les règlements de tous les systèmes de sécurité à la lumière des connaissances actuelles". 

Les deux enquêtes préliminaires transmises au juge dans le cadre de l'enquête sur l'accident mettraient en évidence le "déclin de la sécurité" qui a "provoqué la déconnexion du système de contrôle constant de la vitesse" (ERTMS), rapporte El Pais. Il faudrait ainsi rendre plus précis et plus clairs les documents à destination des conducteurs sur le respect de ce système. 

Revoir les limitations de vitesse et insister sur la formation du personnel

Les experts pointent également la question "urgente" et le "caractère prioritaire" de la limitation et de la signalisation de la vitesse sur toutes les lignes. Lors de l'accident, le juge a relevé le manque de signaux à balise qui agissent automatiquement sur le train, en cas de défaillance du système ERTMS. Depuis, une centaine de ces signaux ont été installés provisoirement partout en Espagne et pourraient devenir permanents. 

Le rapport insiste par ailleurs sur le besoin de formation des conducteurs, puisqu'il faut "tenir compte du facteur humain". Il demande une préparation spécifique "situations dangereuses ou des incidents" et une restriction "l'utilisation des moyens de communication" par les conducteurs. De fait, lors du déraillement du train en juillet dernier, le conducteur était au téléphone avec un contrôleur de la compagnie...

Pas de téléphone au volant... sauf urgence

 En mars 2014, des mesures annoncées dans une circulaire en Espagne et visant à restreindre l'utilisation des portables pour les conducteurs sont entrées en vigueur. Le texte admet cependant qu'ils peuvent être amenés à répondre s'il s'agit d'une urgence. 

Enfin, les experts demandent que toutes les installations d'une ligne soient "terminées et testées" avant leur ouverture : sur la ligne Ourense-Saint Jacques de Compostelle, il y avait eu des incidents avant et après son inauguration.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 28/04/2014 à 22:53
Signaler
Quelle humour décapant (cf. titre et illustration) sur La Tribune! :-)

à écrit le 28/04/2014 à 18:41
Signaler
J'imagine que le téléphone qu'a utilisé le conducteur qui a freiné trop tard était main libre ? Afin de ne pas être 'entravé' par un appareil à coller à l'oreille (GSM ou combiné). Le train est guidé par les rails mais il faut garder un œil sur les v...

le 28/04/2014 à 22:38
Signaler
Main libre ou pas, au volant, votre attention est détournée par la conversation... ce détail n'a aucun impact et donc aucun intérêt pour la sécurité !!!

le 28/04/2014 à 22:59
Signaler
L'erreur est humaine et devra tôt ou tard être remplacée par une machine non gréviste à temps complet... Si Google est capable déplacer une automobile sans pilote ou certaines métropoles des métros urbains, il n'est pas impossible d'imaginer la suppr...

à écrit le 28/04/2014 à 14:42
Signaler
Selon quelques échos de presse, les Espagnols veulent refaire leur réseau ferroviaire sur les bases soit du système chinois soit du japonais car, paraît-il, ceux-ci sont actuellement les plus fiables.

le 28/04/2014 à 14:57
Signaler
Hermano, personne, sauf les autorités du pays, n'a été au courant du nombre de morts chinois faits par le déraillement de leur tgv... Mince. Les Japonais, là, j'ignore le niveau de "qualité"...

le 28/04/2014 à 16:59
Signaler
Puisqu'on est sur un journal français, alors le cocorico est de rigueur. Sans problème mais il faut se renseigner un peu mieux et dans d'autres sources. Si le TGV français était vraiment fiable il s'exporterait facilement et ce n'est pas le cas...

le 28/04/2014 à 23:26
Signaler
@Hermano, J'oubliais, quand l'Espagne jouera le jeu Européen faites mois signe, donc pas étonnant qu'ils regardent du côté de la Chine.

le 29/04/2014 à 9:33
Signaler
Il est arrivé qu'un TGV déraille à pleine vitesse, mais on en a peu parlé car il n'y a pas eu de victimes, grâce à la structure rigide des rames. Au contraire des trains allemands ou espagnols qui se plient en accordéon. Mais ce surcroit de sécurité...

le 29/04/2014 à 9:55
Signaler
La France n'a aucune leçon à donner dans ce domaine. Alors vos remarques désobligeantes vous pouvez les garder les pour vous.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.