Les calculs de Piketty remis en cause par le Financial Times

 |   |  629  mots
Publié en France en septembre, le dernier livre de l'économiste français a suscité aux Etats-Unis et au Royaume-Uni une véritable Piketty-mania.
Publié en France en septembre, le dernier livre de l'économiste français a suscité aux Etats-Unis et au Royaume-Uni une véritable "Piketty-mania". (Crédits : Reuters)
L'ouvrage monumental de l'économiste français, qui est devenu un véritable phénomène d'édition, notamment au-dela de l'Atlantique et de la Manche, contiendrait des erreurs faussant ses conclusions, affirme le Financial Times.

Le Financial Times à la charge de Thomas Piketty. Dans son édition de samedi, le quotidien britannique pointe des erreurs de calcul commises, selon lui, par l'économiste français dans son dernier ouvrage Le Capital au XXIe siècle.

"Les données sous-tendant les 577 pages de la somme du professeur Piketty, qui a dominé la liste des meilleures ventes au cours des dernières semaines, contiennent une série d'erreurs qui ont faussé ses conclusions", affirme le journal.

"Piketty-mania"

Publié en France aux éditions du Seuil en septembre, le livre a suscité aux Etats-Unis et au Royaume-Uni une véritable "Piketty-mania", selon l'expression utilisée par la presse. Dans les deux pays, et alors même que l'ouvrage n'était pas encore sorti dans les librairies en Grande-Bretagne, il s'était déjà vendu fin avril à plus de 200.000 exemplaires.

Selon Paul Krugman, Prix Nobel d'économie et influent chroniqueur du New York Times, l'ouvrage changerait "la manière de réfléchir sur la société et de faire de l'économie".

"Nouveau marxisme"

La thèse centrale du livre consiste à dire que les inégalités économiques n'ont jamais été aussi fortes depuis les années menant au premier conflit mondial en 1914.

Thomas Piketty, dont lés théories ont ainsi pu être qualifiées de "nouveau marxisme", a écumé colloques et conférences aux Etats-Unis et en Europe, afin de dénoncer l'extrême concentration des richesses et plaider pour une plus forte taxation du capital, via notamment un impôt mondial. Il a aussi été reçu mi-avril à la Maison Blanche et au ministère américain des Finances.

Erreurs de transcription?

Mais ses conclusions resposeraient sur des calculs erronés, selon le FT.

"Dans ses feuilles de calcul, (...), il y a des erreurs de transcription à partir des sources originales et des formules incorrectes", assure le journal économique, pour qui "il apparaît également que certaines données sont sélectionnées ou construites sans source originale".

Le FT rappelle que deux économistes de Harvard, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, avaient été contraints l'année dernière de publier un rectificatif de leur étude controversée sur l'impact de la dette publique sur la croissance, après la mise au jour d'erreurs "similaires".

Piketty maintient ses conclusions

Sollicité par le FT, Thomas Piketty a répondu avoir utilisé "un ensemble de sources de données très diversifié et hétérogène", demandant "un certain nombre d'ajustements".
 
"Je ne doute pas que mes séries de données historiques peuvent être améliorées, et le seront, dans l'avenir. Mais je serais très surpris si mes conclusions substantielles sur l'évolution à long terme de la distribution de la richesse étaient significativement affectées par ces améliorations", a-t-il répliqué.

"Les données qu'on a sur les patrimoines sont imparfaites mais d'autres comme les déclarations de succession sont plus fiables. Je fais cela en toute transparence, je mets tout en ligne", a déclaré à l'AFP Thomas Piketty après la publication de l'article du FT.

Le Financial Times "se ridiculise", selon Piketty

Selon l'économiste, les classements des plus grandes fortunes publiés au cours des trente dernières années montreraient d'ailleurs que celles-ci ont progressé trois fois plus vite que le patrimoine moyen.

"Là où le Financial Times est malhonnête, c'est qu'il laisse entendre que cela change des choses aux conclusions alors que cela ne change rien. Des études plus récentes ne font que conforter mes conclusions, en utilisant des sources différentes", a-t-il ajouté.

"Le FT se ridiculise car tous ses confrères reconnaissent que les hauts patrimoines ont augmenté plus rapidement", a conclu Thomas Piketty, invitant le quotidien britannique à publier ses propres séries de données.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2014 à 9:49 :
Le FT est d'ailleurs connu pour ne jamais faire d'erreurs et publier ses sources... Les sources de données de TP sont disponibles et accessibles depuis des années. De nombreuses études ont été publiées avec les données en question et ont été revues et ajustées par de nombreux économistes. Le livre n'est que "l'état de l'art" dans le domaine, c'est à dire la photo des résultats connus aujourd'hui. Pourquoi ne pas les avoir étudiées et mises à jour à l'époque, mais faire une critique aujourd'hui lorsque le livre est publié : mauvaise foi!
a écrit le 26/05/2014 à 7:21 :
De toutes façons, l'économie n'a jamais été une science exacte. Et si les riches sont toujours plus riches, c'est parce qu'ils dépensent moins qu'ils ne gagnent. Entre autres parce que, dans nos grands pays libéraux qui donnent des leçons de démocratie au monde entier, ils paient proportionnellement moins d'impôt que les pauvres. Donc, tout va bien : l'injustice et l'hypocrisie ont toujours été les meilleurs ciments de la société.
a écrit le 25/05/2014 à 11:00 :
Je viens de lire le FT sur le sujet. Je suis quand même étonné car au delà du titre - ronflant, comme d'habitude dans les Médias- le contenu de la critique est marginal !!! Les courbes du FT et de Piketty se recoupent très largement et l'un des points soulevés par le FT est une transcription en 1920 d'une stat. de 1908 concernant....la Suède !!! Fondamental, n'est-ce pas ? Il faudrait vous documenter davantage avant de lancer des titres, non?
a écrit le 25/05/2014 à 10:28 :
par l'Etat.
Réponse de le 26/05/2014 à 7:42 :
La conclusion était déjà écrite avant que les données ne soient créées pour illustrer la thèse de l'auteur...
a écrit le 25/05/2014 à 9:11 :
ENCORE UN FT QUI NOUS PREND POUR DES C
ON ATTEND IMPATIEMMENT LES RESULTATS DE LEUR EXPERTISE
DU PUDDING MESSIEURS
a écrit le 25/05/2014 à 6:54 :
Il y a le travail, il y a le capital, c'est très bien, mais il y a aussi l'énergie qui est à la base de tous nos ennuis. Il faut en tenir compte en adaptant notre fiscalité en basculant la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 25/05/2014 à 0:27 :
Vous le savez très bien: la crise est une crise financière, les états ont augmenté les impôts pour ...... payer les dettes des banques ,qui n'ont remboursé à ce jour que 5% à peine ..... Les impôts sont la ... conséquence des dérives de la finance. Mais la route est finie, les états ne pourront pas emprunter encore pour renflouer les banques véreuses, c'est fini . la Suisse a bien compris et elle sort de la délinquance financière elle quitte les "paradis" et les autre tombent un à un. Le 1er Juillet, FACTA s'appliquera à toutes les banques et un compte non déclaré coûtera ..... 20 000 euro au fraudeur américain . c'est fini ,fini la fraude néolibérale. Et tous les états feront de même très bientôt . Il reste à faire ensuite une belle loi anti trust et ce sera le retour à l'économie "réelle "comme ils disent si bien. 60 000 milliards dans les "paradis" ce n'est pas une paille ....
Réponse de le 25/05/2014 à 14:03 :
Et moi qui croyais qu'avec un socialiste à la tete du pays, tout irait mieux.
Je pensais qu'en taxant les riches à 75% les choses se règleraient.
Tout comme le rapatriement des fraudeurs fiscaux...
Mais ça n'a pas l'air de marcher mieux que le Gosplan...
a écrit le 24/05/2014 à 22:48 :
Cet économiste français a toute l'arrogance du Français, comme les précieuses ridicules, il se croit un économiste de renom alors que l'on sait que le pays est infesté de néo-communistes et de socialisme.
Réponse de le 25/05/2014 à 19:26 :
commentaire peu intéressant
a écrit le 24/05/2014 à 21:14 :
Que disait le financial Times des Subprimes ?
a écrit le 24/05/2014 à 21:12 :
Oui ,l'agonie de l'idéologie néolibérale est un peu trop longue comme toutes les agonies. Et comme ils n'ont pas encore compris que c'était la fin ses derniers défenseurs au pouvoir tentent de nous imposer un pacte Europe USA délirant qui permettrait aux multinationales de faire condamner des états pour « entrave à leurs intérêts commerciaux » , avec des tribunaux spéciaux . C'est sans doute la goutte qui fera déborder le vase de nuit du néolibéralisme : 2008 et les aberrations des produits dérivés des CDS , et du high frequency trading qui n'ont plus rien à voir avec l'économie tout court n'ont pas suffit , ils en rajoutent une couche, sans voir la marée de contestation qui monte . Ils croient encore que leur discrétion leur permettra de nous imposer leur idéologie désuète tirée des délires de Mises et Hayek avec leur croyance aveugle en une catallaxie que personne n'a jamais vue : l'économie est une activité humaine, trop humaine, pas une science pure où les chiffres parleraient aux chiffres.... c'est une négociation permanente .Ecoutez les bons, écoutez Delamarche, Sapir , Jorion ou …. Piketty …..
Réponse de le 25/05/2014 à 14:08 :
Allez voir les perfs du fonds de Delamarche et vous allez voir comme il est "bon"...
Le problème avec les théories fumeuses de cette clique, c'est qu'elles ne sont pas rattachées au réel...en gros, les types ne comprennent rien, mais pontifient à tout va.
a écrit le 24/05/2014 à 20:57 :
Si les calculs sont remis en question par le Financial Times, c'est qu'ils sont justes !!!
a écrit le 24/05/2014 à 16:01 :
Le beurre et l'argent du beurre....Les financiers voudraient avoir en plus de l'argent facile ,le beau rôle , comme hier les bourgeois voulaient en plus de l'argent ,une image de vertu (très hypocrite comme l'on sait) Non la vérité et les chiffres sont terribles : les inégalités n'enrichissent qu'une infime minorité de rentiers (les investisseurs...) Aucun de ces s financiers n'a gagné sa fortune avec ses petits bras pour un Niel (free) un Chroas (archaos), un Klaba (OVH) vous avez 1000 fils à papa qui héritent sans rien faire...Mais le balancier arrive au bout de sa course et les peuples ne vont plus tolérer longtemps de se faire tondre par des rentiers fainéants . Les néolibéraux ont perdu,eux qui croyaient que l'argent facile pouvait enrichir la société, il l'a appauvrie dangereusement . Un écart de revenus maxi sera bientôt exigé par les peuples, la question est de savoir combien ils demanderont ? de 1 à ,50, ou à 20, à 10. La vie d'un homme peut-elle valoir 500 fois celle d'un autre ,le croyez vous vraiment. Pour moi c'est non! pas d'égalitarisme mais une fourchette raisonnable de 1 à 20 me siérait bien, pas vous ?
Réponse de le 24/05/2014 à 16:16 :
Les ultra libéraux sont loin d'avoir perdu, ils sont plus puissant et arrogants que jamais. Les citoyens, les classes moyennes eux au contraire sont devenus faibles et désorganisés et on ne les voit pas s'organiser sérieusement.
Réponse de le 24/05/2014 à 17:34 :
Les pauvres sont vachement plus méritant que les fils a papa, c'est certain, arf !

Enfin bref, les inégalités n'ont pas la moindre importance. Baisser les impôts/cotisations, oui. Le socialisme a échoué, faites vous une raison..
a écrit le 24/05/2014 à 15:38 :
C'est excitant de voir le FT réagir a un livre qui ne parle que d'une évidence aux yeux de tout le monde. Si on joue a la guerre des fautes ou des escroquerie dans le FT, dans Fox News ou dans le Washighton Post, dans le Fig ou Metro....ou encore dans les comptes des banksters et des multinationales...ca risque de devenir comique.
a écrit le 24/05/2014 à 15:06 :
Le classement des plus grandes fortunes est peu pertinent comme base de travail car il s'établit sur des données boursières qui sont si particulières aux USA. Les valorisations peuvent s'écrouler. J'ai exposé sur ce fil que ces dirigeants sont des GI'S c'est à dire des combattants pour leur gouvernement dont ils sont prisonniers. C'est ce qui les incite à des oeuvres "humanitaires" qui correspondent non plus à une vision religieuse du passé confronté à un monde en construction mais au rétablissement de leur propre individualité. Bien entendu leur vie est très agréable mais significativement peu en rapport de leur fortune. Ce qu'il convient de pointer alors c'est la concentration des entreprises comme je le fais régulièrement. Sont-ce des véhicules collectifs ? Il en est ainsi un peu plus qu'ailleurs aux USA : au travers des systèmes de fonds de pension un certain retour se fait. Mais en France, ce n'est pas le cas. Il convient donc de trancher cette question afin d'établir le plus simplement le système privé de la France-Action qui est un processus de LBO national pouvant servir de caution individuelle et visant par augmentation de capital à disposer de 40% du capital social des entreprises importantes. Restons simple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :