Edward Snowden : après la Russie, cap sur le Brésil ?

 |   |  351  mots
Le ministère brésilien des Affaires étrangères n'a pas considéré la précédente demande d'asile de Snowden comme faite en bonne et due forme. (Photo : Reuters)
Le ministère brésilien des Affaires étrangères n'a pas considéré la précédente demande d'asile de Snowden comme faite en bonne et due forme. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Recherché pour espionnage et vol de documents appartenant à l'État dans son pays, Edward Snowden "adorerait vivre au Brésil". Son droit d'asile en Russie se termine début août.

Trop tard pour la coupe du monde de football. L'ancien consultant de l'agence de sécurité nationale NSA, Edward Snowden, actuellement réfugié en Russie, affirme avoir transmis une demande formelle d'asile au Brésil, dans une interview à la chaîne de télévision brésilienne Globo diffusée dimanche soir.

"Mon droit d'asile ici (en Russie) prend fin au début du mois d'août. Si le Brésil m'offre (l'asile), je serais heureux de l'accepter (...), j'adorerais vivre au Brésil", a notamment déclaré Edward Snowden, qui avait déjà exprimé son intention de se réfugier au Brésil, dans une lettre ouverte aux Brésiliens.

Une demande formelle déjà exprimée

L'homme à l'origine des révélations sur l'étendue de la surveillance électronique américaine précise avoir adressé une "demande d'asile à différents pays, parmi lesquels figurait le Brésil" lorsqu'il était bloqué à l'aéroport de Moscou, après la révocation de son passeport américain.  

Selon Snowden, le ministère brésilien des Affaires étrangères n'a pas considéré que cette demande, pourtant "formelle" d'après ses dires, avait été faite en bonne et due forme. "Pour moi, il s'agit de quelque chose de nouveau, comme si je n'avais pas respecté la procédure", a encore affirmé l'ancien consultant de la NSA.

Une campagne lancée sur l'Internet pour que le Brésil accorde l'asile à Snowden a recueilli plus d'un million d'adhésions, mais Brasilia a fait savoir qu'il ne répondrait pas à la demande car elle était informelle.

La Russie, tout sauf un choix

L'ancien consultant américain a ajouté que lorsque son passeport américain avait été révoqué, il se dirigeait vers l'Equateur.

"Je n'ai jamais choisi d'aller en Russie, j'étais en route pour l'Amérique latine, vers l'Equateur, mais mon passeport a été supprimé et ne je n'ai pas pu continuer à voyager."

Il a par ailleurs réaffirmé ne pas avoir "offert de documents à quelque pays que ce soit en échange de son asile, étant donné que celui-ci doit être accordé pour des raisons humanitaires".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2014 à 11:50 :
Comme quoi !... c'et du miroir aux alouettes, je peux parier que Snowden va demander asile à la France, la patrie des exilés de tous bords. Après le Quai d'Orsay va trouver un accord auprès de la justice américaine concernant les amendes des banques etensuite on va le renfiler aux US. Qui vivra....
a écrit le 02/06/2014 à 11:26 :
Oncle Sam nous espionne et qui le dit risque de la prison à vie au minimum...Vive la démocratie.. L'axe du bien est très mal au point et cela à l'air un peu fort pour un pays dite démocratique...Les Etats Soviatiques d'Amérique au lieux des USA habituelle.
a écrit le 02/06/2014 à 11:14 :
Pour tourner l'acte 3 des plus grands mise en scène cinématographique américaine !!!

Les médias faisant foi !!!
a écrit le 02/06/2014 à 11:08 :
Tout ça pour voir la coupe du monde !
a écrit le 02/06/2014 à 11:08 :
Tout ça pour voir le brésil !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :