"Nous allons affaiblir, et finalement détruire, l'État islamique" (Barack Obama)

Barack Obama a présenté son plan contre l'EI, auquel il fait référence par son ancien nom d'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), dans un discours solennel prononcé de la Maison blanche.
'C'est un principe central de ma présidence : si vous menacez l'Amérique, vous ne trouverez aucun sanctuaire, a déclaré le 44e président des États-Unis d'Amérique.
"'C'est un principe central de ma présidence : si vous menacez l'Amérique, vous ne trouverez aucun sanctuaire", a déclaré le 44e président des États-Unis d'Amérique. (Crédits : reuters.com)

À la veille de l'anniversaire du 11 septembre, Barack Obama a annoncé aux Américains sa volonté d'intensifier sa lutte contre les djihadistes de l'État islamique. Le 44e président des États-Unis a décidé d'autoriser pour la première fois des frappes aériennes en Syrie et une intervention accrue en Irak.

"Notre objectif est clair : nous allons affaiblir, et finalement détruire, l'EIIL via une stratégie anti-terroriste globale et soutenue."

Barack Obama a présenté son plan contre l'EI, auquel il fait référence par son ancien nom d'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), dans un discours solennel prononcé de la Maison blanche.

Des conseillers militaires mais pas de troupes de combat

Le chef d'État a dit vouloir pourchasser les djihadistes ultra-radicaux de l'EI "où qu'ils soient" via une "campagne systématique de frappes aériennes".

"Cela signifie que je n'hésiterai pas à agir contre l'EIIL en Syrie, ainsi qu'en Irak. C'est un principe central de ma présidence : si vous menacez l'Amérique, vous ne trouverez aucun sanctuaire."

Tout en réaffirmant que l'envoi de troupes américaines de combat au sol était exclu, Barack Obama a annoncé l'envoi de 475 conseillers militaires supplémentaires en Irak, qui rejoindront le millier d'hommes déjà sur place. Mais elles ne s'engageront pas dans les combats. "Nous ne nous laisserons pas entraîner dans une autre guerre au sol en Irak", a dit le chef de la Maison blanche.

Entraîner les rebelles syriens en Arabie saoudite

L'Arabie saoudite, pays allié clé des Etats-Unis, accueillera sur son territoire une mission américaine d'entraînement des rebelles syriens, indiquent des responsables américains. Cette décision importante pourrait aider les États arabes du Golfe à rallier la coalition internationale voulue par les États-Unis.

L'effort est conditionné à l'approbation par le Congrès américain de 500 millions de dollars (près de 390 millions d'euros) pour entraîner et armer les rebelles.

Lors d'une conversation téléphonique quelques heures avant cette allocution, Barack Obama et le roi Abdallah d'Arabie saoudite avaient souligné qu'une opposition syrienne modérée plus forte était "essentielle" pour faire face aux jihadistes ainsi qu'au régime Assad "qui a perdu toute légitimité".

Éventuelle participation de la France

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a fait savoir mercredi que la France était prête à agir en Irak, via une action militaire aérienne "si nécessaire", et dans des modalités différentes en Syrie pour répondre à la menace des combattants de l'Etat islamique.

Le président français François Hollande doit quant à lui se rendre en Irak vendredi avant la tenue, lundi à Paris, d'une conférence internationale sur la sécurité en Irak et la lutte contre l'Etat islamique.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 11/09/2014 à 20:48
Signaler
Quand la France n'a pas les moyens de ses ambitions, elle devrait céder la place à ceux qui en ont. Qui va payer tout cela ?

à écrit le 11/09/2014 à 13:40
Signaler
Il y a tout de même un problème quelque part. Déjà, je ne suis pas assez connaisseur en Islamisme, mais il serait judicieux que quelqu'un connaissant les courants puissent nous dire si cette radicalisation ne serait pas née, par hasard, d'une action ...

le 11/09/2014 à 15:04
Signaler
Rapportez-vous au dicton: "qui veut noyer son chien l'accuse de la rage". Les américains ont noyé un chenil entier depuis quelques décennies. Aujourd'hui, ils manques d'imagination à propos de leur stratégie guerrière. Je dirais même qu'il ne joue pl...

le 11/09/2014 à 15:04
Signaler
Bonjour, Yvan. Un article qui résume de façon très didactique l'histoire des armées islamistes se trouve à cette adresse ici, bonne lecture : www.voltairenet.org/article185073.html

le 11/09/2014 à 17:57
Signaler
Dans une guerre il y a deux camps. dire que d'un côté y a les gentils et de l'autre les méchants est trop restrictif. Pour qu'une guerre éclate, c'est qu'il y a forcément des torts des deux côtés. Maintenant de ce cas là, les islamiques ne sont pas...

à écrit le 11/09/2014 à 11:23
Signaler
ça part d'un bon sentiment...mais, ce sera très, très dur!

à écrit le 11/09/2014 à 11:06
Signaler
Oui Tony, par contre Steve... Il serait temps, à moins que tu ne fasses partie du trolling en bande organisé qui sévit sur ce forum, que tu diversifies tes sources !!!!! Et que tu recouvres un minimum de bon sens et d’honnêteté. Concernant l'avion, o...

à écrit le 11/09/2014 à 11:05
Signaler
Il me tarde de connaitre la position russe sur l'idée d'Obama d'aller bombarder en Syrie ! A moins de vouloir la guerre avec Poutine, je pense que le prix nobel de la paix va encore reculer ! mdr

à écrit le 11/09/2014 à 10:55
Signaler
Ce qui me gène, est qu'à chaque fois que les US mettent les pieds quelque part, tout de suite ça devient un bor.. monstre. Voir l'Ukraine, dernièrement, où ils veulent poser leurs missiles de l'otan.

à écrit le 11/09/2014 à 10:39
Signaler
Les vieux démons U.S. ressurgissent. Obama devait bien marquer le coup de l'anniversaire du 11 septembre et faire une démonstration de force. Voilà, on a tous peur désormais. et ils les US sont contents.

à écrit le 11/09/2014 à 9:59
Signaler
Encore un discours fallacieux bien à sa façon. Comment peuvent-ils les zétazunis détruire une création de John McCain et qui sera très utile pour défendre (indirectement) leurs intérêts géopolitiques et ceux d'Israël dans la région, expliquez-moi ??

à écrit le 11/09/2014 à 9:24
Signaler
L'an dernier Obama voulait bombarder les troupes d'Assad, maintenant il découvre que certains opposants au Président syrien représentent aussi un danger pour les intérêts américains. En toute logique il propose de... les bombarder. En Ukraine, il ...

le 11/09/2014 à 10:06
Signaler
"Ce qui n'etait au debut qu'une revendication autonomiste ?" Un avion abatu par un missile sol/air est une simple revendication ? L'occupation du territoire Ukrainien par un commando dirigé par Poutine est une invitation au dialogue ? La violation...

le 11/09/2014 à 10:52
Signaler
Oui Tony, par contre Steve... Il serait temps, à moins que tu ne fasses partie du trolling en bande organisé qui sévit sur ce forum, que tu diversifies tes sources !!!!! Et que tu recouvres un minimum de bon sens et d’honnêteté. Concernant l'avion, o...

le 11/09/2014 à 10:53
Signaler
Steve, go home.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.