Changement climatique : le Texas veut nier l'impact humain dans ses programmes scolaires

 |   |  267  mots
L'étude du NCSE qui sert de référence pour que le Texas change son programme scolaire sur le changement climatique défend quand même l'intervention humaine sur ce sujet.
L'étude du NCSE qui sert de référence pour que le Texas change son programme scolaire sur le changement climatique défend quand même l'intervention humaine sur ce sujet. (Crédits : Reuters)
L'État du Texas compte enlever des livres scolaires toute référence aux recherches scientifiques établissant une intervention humaine dans le changement climatique.

Au royaume du pétrole, les climato-sceptiques sont rois. Le Texas propose de revoir les textes scolaires sur l'environnement à la rentrée 2015. D'après le quotidien britannique The Guardian, il s'agirait d'ajouter des passages niant l'existence du changement climatique, en se faisant le promoteur de Hearltand Institute, un think tank ultra-conservateur.

Désaccord sur les causes du changement climatique

À l'origine de la proposition de l'État sudiste, un rapport, qui a été publié début septembre par le Centre national d'enseignement des sciences (National centre for science education, NCSE). Dans ce texte, il s'agit notamment d'une comparaison des études du Hearland Institute face au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), un organisme fondé par l'ONU en 1988.

Même s'il y a consensus sur le réchauffement climatique, des oppositions demeurent sur les causes. Le GIEC considère, par-delà de multiples recherches scientifiques, que la montée des gaz à effet de serre observée depuis le XXe siècle est issue de l'activité humaine, à travers l'exploitation du pétrole par exemple, le Heartland Institute critique ce positionnement, se référant auprès de plusieurs scientifiques qui estiment pour leur part que l'évolution du climat est essentiellement naturelle.

Crédibilité des climato-sceptiques

Néanmoins, le NCSE indique que le Heartland Institute "n'a pas une analyse" profonde et multiple sur le sujet, contrairement au GIEC. Même, il mentionne le fait suivant: "La grande majorité des publications sur le climat (97%) et des climatologues (97% également) reconnait que l'activité humaine est responsable" du changement climatique. Une donnée qui ne rend guère crédible les climato-sceptiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2014 à 13:04 :
Bref : çà fait des contenus orientés de moins dans les manuels.
Si on faisait çà en France : si on nettoyait les livres d'écoles de tous les contenus orientés, il ne resterait plus grand chose, j'en ai bien peur...
Réponse de le 18/09/2014 à 13:20 :
penser que l'homme n'a pas d'impact sur le climat je ne pense pas que ça soit une simple théorie
a écrit le 18/09/2014 à 11:24 :
D'un côté les pro-pétroles, de l'autre les pro-nucléaires ! Faites vos choix...
a écrit le 18/09/2014 à 9:33 :
Jonathan Baudoin, je vois qu´on vous a bien bourre le crane et que vous ne supportez pas que des cow-boys spoient plus malins et ne se la laissent pas conter cette histoire du rechauffement du a l´activite humaine!
Réponse de le 18/09/2014 à 9:50 :
Shell & Chevron vous ont bien bourré le mou, c'est bien ils sont efficaces.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :