Climat : le réchauffement climatique, une vue de l’esprit ?

 |   |  1071  mots
(Crédits : Reuters)
Inverser le réchauffement climatique, un défi impossible ? Pas si sûr... Par Vincent Champain, économiste et coprésident de l'Observatoire du Long Terme.

Les risques liés au réchauffement climatiques sont à la fois importants, et très probablement liés à l'activité humaine. La majorité des experts s'accorde ainsi sur une hausse des températures de deux à six degrés de plus d'ici 2100 avec des conséquences environnementales graves et irréversibles. D'ores et déjà, la température moyenne de la terre a augmenté de 0,67 °C entre 1920 et 2010 - elle est actuellement plus chaude qu'elle ne l'a jamais été depuis 500 ans. Le niveau des mers a augmenté de plus de 10 cm depuis 60 ans, dont plus d'un quart depuis le début de ce siècle.

Pour la majorité des scientifiques du GIEC, la fonte des calottes glaciaires polaires entrainerait une élévation de 18 à 58 centimètres du niveau des mers durant ce siècle. Et si l'on n'a pas constaté de hausse de température supplémentaire depuis 2000, la majorité des scientifiques l'attribuent au « bruit » inhérent à la climatologie, c'est-à-dire le fait que des tendances de fond (comme le réchauffement), puissent être momentanément masquées par des évolutions de court terme.

Température moyenne globale

Le statu quo n'étant pas soutenable, il y a un impératif moral à agir de façon rapide et significative. Or les efforts peuvent sembler un défi impossible à relever - comment en effet imaginer réduire sa consommation d'énergie ou son impact sur le climat sans une perte de confort massive. Et si l'ensemble des émissions de CO2 mondiales cessaient aujourd'hui, il faudrait, selon les modèles, des centaines d'années pour inverser le réchauffement.

 

Trois exemples d'innovation qui peuvent changer la donne climatique

Mais cette difficulté à imagine le « monde d'après » la transition tient aussi à la difficulté qu'il y a à imaginer la mesure dans laquelle l'innovation technologique nous permettra demain d'avoir autant de confort, avec nettement moins d'impact sur le climat.

Prenons trois exemples. Le premier tiré de la vie de tous les jours, celui des réfrigérateurs et climatiseurs. Depuis des décennies, la réfrigération et la climatisation reposent sur un principe thermodynamique simple : la compression d'un fluide dégage de la chaleur et sa détente en absorbe. On fait donc cheminer un fluide à l'extérieur de l'endroit à refroidir, où il est compressé, puis l'intérieur, où il est détendu. Jusqu'il y a peu, on utilisait des fluides réfrigérants qui ont un impact massif sur le climat : un kg de CFC R-12 a le même impact que près de 11 tonnes de co2, soit presque autant que ce qu'émettra une petite voiture sur toute sa vie. Les produits qui l'ont remplacé ont un impact dix fois plus faible, mais qui reste non négligeable. Or estime que jusqu'à 10 % du réchauffement climatique dû à l'homme et 5 % de la consommation d'énergie sont liés à la réfrigération. Difficile d'imagine faire du froid autrement, tant le processus est ancien et n'a pas connu d'amélioration substantielle ? Et pourtant, des chercheurs viennent de mettre au point une technique basée sur l'effet magnétocalorique qui ne nécessite qu'un fluide à base d'eau, et consomme jusqu'à 30% d'énergie en moins (voir ici).


Le second exemple concerne la mobilité. Un scooter à essence de milieu de gamme neuf coûte 5800 euros [2], et sur la base de 5000 kilomètre annuels (100 jours à 50 km), il émettra  5 tonnes de co2 et coutera 3750 euros d'essence sur une vie de dix ans. Une moto électrique coûte aujourd'hui 8000 euros [3], et peut faire 50 km sur un « plein » de 2,8 kWh qui coûtera 29 centimes d'euros au tarif « heures creuse ». Sur sa vie, elle coûtera moins de 300 euros d'électricité et émettra entre 14 et 200 kg de co2 sur l'ensemble de sa vie si l'électricité est nucléaire, et 400 kg sur le base du « mix électrique » moyen [4] français. Autrement dit, sur une vie de dix ans, le scooter à essence coutera plus de 9500 euros et émettra 5 tonnes de co2, alors que l'équivalent électrique coûtera moins de 8300 euros et émettra entre 10 et 300 fois moins. Cerise sur le gâteau, l'électrique n'a rien à envier en termes de performance : les derniers modèles de moto électriques sur le marché vont de 0 à 100 km/h en 3,3 secondes, soit autant qu'une moto sportive haut de gamme et une seconde de moins qu'une Porsche 911.

Le troisième exemple est celui de la capture de co2 : après tout si l'utilisation d'énergies fossiles tirées du sous-sol génère du co2, pourquoi ne pas remettre ce co2 d'où il vient - sous terre ? Dans l'état actuel des technologies elle augmente encore le coût de l'énergie jusqu'à 90 %. Mais il existe deux raisons d'être optimiste : d'abord, nous n'en sommes qu'au début des recherches. Il est donc probable que l'on arrive à des surcoûts plus raisonnables avec le temps. Ensuite, les industriels sont encore très peu incités à chercher des solutions - en Europe, seule région où existe un « prix du co2 », ce prix est à 4 euros la tonne, alors qu'il devrait être un peu moins de dix fois plus élevé. Si ce prix était au prix « juste [5] » de 30 euros la tonne - qui devrait s'imposer le jour où les gouvernements prendront la mesure d'une situation que la majorité des scientifiques ont établi - les recherches aboutiraient encore plus rapidement.

 

La capture de carbone
(Source : co2solutions)

 capture de carbone

Au total, la réalité du réchauffement, et la nature humaine de sa cause sont avérés pour l'écrasante majorité des scientifiques. Dès lors, il est impératif que les gouvernements, à commencer par les grands émetteurs mondiaux que sont la Chine (29 % des émissions mondiales), les Etats-Unis (16 %) et l'Europe (11 %) s'accordent rapidement pour engager des efforts communs afin de « décarboner » l'économie mondiale. La bonne nouvelle, c'est que si ces efforts se traduisent en recherche et l'innovation, il n'est pas certain que la « transition climatique » se fasse dans la douleur. Bref, le réchauffement est loin d'être une vue de l'esprit, mais c'est probablement en grande partie dans notre imagination que nous devrons chercher les solutions à ce défi.

 

 

 

________________________________

[1] « What we know about climate change », E Kerry, MIT Press, 2012.

[2] Modèle retenu : Suzuki Burgman 400 cm3

[3] Modèle retenu : Zero Motocycles Zero XU modèle 2013.

[4] Source : PriceWaterHouseCoopers, 2008.

[5] Plusieurs rapports, dont en France le rapport Quinet, ont montré que ce prix de 30 euros était celui auquel les émetteurs de co2 payaient un coût proportionnel aux dommages qu'ils causent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2014 à 9:32 :
Les végétaux consomment du CO2 et rejettent de l'oxygène. Ils apprécient la chaleur. Voir la luxuriante végétation tropicale. Le réchauffement climatique réel est modéré (0,67° en un siècle) et il est stabilisé depuis 15 ans. La végétation absorbe le CO2 émis en surplus et s'en trouve très bien : voir les 6 millions d'hectares d'augmentation de la forêt française en un siècle. Plus le CO2 et la chaleur augmenteront, plus nous allons voir se développer une superbe végétation autour de nous, comme sous les tropiques, comme au "Carbonifère", époque de surabondance de forêts, qui ont donné les veines de charbon actuelles. Et plus le CO2 sera capté naturellement,sans que nous ayons d'efforts à faire : la vie réagit.
Les prévisions du GIEC sont uniquement basées sur des modèles informatiques, qui sont théoriquement très discutables (effet papillon), et qui n'intègrent pas tous les paramètres, surtout les réactions de la biosphère qu je viens de signaler.
a écrit le 29/04/2014 à 11:56 :
ce charmant monsieur, économiste, est co-président du Think Tank "l'observatoire du long terme" (je vous laisse vous renseigner sur leur rôle....), directeur des opérations chez General Electrics (mais il ne le dis pas dans son article), et le second signataire pour l'American Chamber of Commerce, mais il est également membre du Think Tank écolo Novo Ideo (ce qui lui donne une certiane notoriété en terme d'analyse environnementale..........).
a écrit le 21/03/2014 à 9:19 :
LA terre s est toujour rechaufe? LEGROS PROBLEME C EST QUE CES DERNIERES ANNES CELA VA TROP VITE ? NOUS PERDONS 10% DU P I B MONDIAL EN CASTATROPHES NATUREL???
a écrit le 11/03/2014 à 12:01 :
Tout ça, c'est du bla-bla. Il n'y a qu'un seul problème: c'est la démographie galopante sur cette terre. je pense que 5 milliards d'humains, c'est bien, plus, n'est plus gérable ( du moins, avec le niveau technologique actuel).
Réponse de le 02/04/2014 à 2:56 :
vous êtes donc naturellement volontaire pour vous sacrifier!?
a écrit le 10/03/2014 à 22:33 :
Température globale élevée, vagues de chaleur sans précédent en Australie, niveau de la mer "record" : 2013 a de nouveau été une année marquée par des phénomènes climatiques extrêmes. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié ses statistiques. Elles confirment la tendance au réchauffement climatique.
La sixième année la plus chaude depuis 1850 Au niveau mondial, l'année 2013 se classe au sixième rang des plus chaudes, ex aequo avec 2007. La température moyenne à la surface des terres et des océans a dépassé de 0,5 °C la normale calculée pour la période 1961-1990. Pis, treize des quatorze années les plus chaudes enregistrées depuis 1850 l'ont été au XXIe siècle, avec 2010 et 2005 détenant le record. Dans leur dernier état des lieux de la planète, les climatologues du Giec ont rappelé que la Terre s'est réchauffée de 0,8 °C environ depuis l'époque préindustrielle. Un réchauffement dont les activités humaines sont principalement responsables. En fonction de nos émissions futures, le thermomètre devrait encore grimper de 0,3°C à 4,8°C d'ici à 2100, alors que l'objectif que se sont fixés les 195 pays négociant sous l'égide de l'ONU est de limiter le réchauffement à 2°C par rapport à l'époque préindustrielle pour éviter les pires conséquences. Un niveau de la mer "record" en mars Le niveau de la mer continue de s'élever sous l'effet de la dilatation thermique et de la contribution des glaciers terrestres et des calottes de l'Antarctique et du Groenland. Il a atteint un "record" en mars, a souligné en novembre l'OMM. Le niveau de la mer s'est élevé à "un rythme moyen de 3,2 millimètres par an". Ce chiffre, "proche du rythme d'environ 3 mm/an observé pendant la décennie 2001-2010", "correspond au double de celui enregistré au XXe siècle", selon l'OMM. En septembre, le Giec avait revu à la hausse ses projections concernant le niveau de la mer, en évoquant une hausse probable de 26 à 82 cm d'ici la fin du siècle. Une menace bien réelle pour les petits Etats insulaires du Pacifique, mais aussi pour de très nombreuses mégalopoles côtières d'Asie ou de la côte est des Etats-Unis.
Des événements extrêmes marquants Le principal événement météorologique marquant a été, en 2013, le typhon Haiyan, qui a dévasté le 8 novembre des îles du centre des Philippines, faisant près de 8 000 morts et disparus. Les climatologues n'attribuent pas directement ce type de cyclones tropicaux au changement climatique, mais soulignent que certains événements extrêmes, comme les vagues de chaleur ou les fortes pluies, devraient être plus fréquents et plus intenses dans les décennies à venir. Selon l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA), plusieurs régions de la planète ont vécu des années chaudes record, comme l'Australie, des régions d'Asie centrale, l'ouest de l'Ethiopie ou l'est de la Tanzanie. Une fonte accrue de la banquise En 2013, la banquise arctique a de nouveau enregistré l'une de ses étendues les plus faibles jamais observées, même si elle n'a pas atteint le minimum absolu de 2012. Son étendue a tout de même été la 6e plus faible depuis le début des mesures par satellite, en 1979.
Réponse de le 13/03/2014 à 23:52 :
J'ai remarqué que les commentaires de ce type avaient tendance à s'allonger ou se résumer à des incantations. Une modélisation astucieuse me dirait certainement qu'une corrélation forte existe entre ce phénomène de prose extrême et la perte de crédibilité du discours. Les dernières prédictions me donnent une quasi extinction de cette religion dans les 10 ans. Qu'en pensez-vous?
a écrit le 04/03/2014 à 18:32 :
Une seule solution en finir avec le capitalisme qui detruit tout sur son passage
Réponse de le 09/03/2014 à 22:24 :
vous l'avez-vu où le capitalisme? Ce que vous voyez, ce sont les métastases du dirigisme et de l'étatisme qui engendrent socialisme et capitalisme de connivence, avec leur cortège de nomenklaturas et clientèles.
Réponse de le 10/03/2014 à 14:15 :
vous l'avez-vu où le capitalisme? Ce que vous voyez, ce sont les métastases du dirigisme et de l'étatisme qui engendrent socialisme et capitalisme de connivence, avec leur cortège de nomenklaturas et clientèles.
a écrit le 26/02/2014 à 23:07 :
le problème c est que parler de la température moyenne mondiale avant les années 60 est juste une aberration! On sait très bien qu il n'y a des mesures scientifiques partout que depuis peu de temps, donc en 1850 le calcul de la température globale est absurde. On ne peut que comparer la temp en europe depuis 1850 ou en amérique du nord. Il y a d'autres points problématiques pour le calcul de cette température: la température des points situés dans les océans, la prise en compte de l'urbanisation accélérée qui fait que beaucoup de points de mesure se retrouvent dans des zones urbaines donc plus chaudes. Le giec fait des corrections mais leur méthode est très discutable et orientée. Difficile dans ces conditions de valider des conclusions basées sur des manipulations de chiffres...
a écrit le 26/02/2014 à 22:56 :
le problème c est que parler de la température moyenne mondiale avant les années 60 est juste une aberration! On sait très bien qu il n'y a des mesures scientifiques partout que depuis peu de temps, donc en 1850 le calcul de la température globale est absurde. On ne peut que comparer la temp en europe depuis 1850 ou en amérique du nord. Il y a d'autres points problématiques pour le calcul de cette température: la température des points situés dans les océans, la prise en compte de l'urbanisation accélérée qui fait que beaucoup de points de mesure se retrouvent dans des zones urbaines donc plus chaudes. Le giec fait des corrections mais leur méthode est très discutable et orientée. Difficile dans ces conditions de valider des conclusions basées sur des manipulations de chiffres...
Réponse de le 01/03/2014 à 1:34 :
Vous ne tenez pas compte du fait qu'il y a bien d'autres méthodes pour analyser les températures a bien plus longues échéances puisque telles ou telles molécules et tels ou tels organismes et composants se forment, résistent, changent ou pas etc. Par ailleurs ce n'est pas le Giec qui fait les corrections, le Giec n'est qu'une petite équipe administrative qui sert de relai entre scientifiques et politiques. Les travaux sont fait depuis plus de 40 ans par désormais des dizaines de milliers de scientifiques qui se sont succédés dans de nombreuses disciplines qui recoupent continuellement et la masse des données abouti à un constat de plus en plus fiable et précis. C'est méconnaître le fonctionnement scientfique et le travail des scientifiques que de toujours parler de Giec et de croire que les scientifiques sont tous des idiots manipulés ou intéressés. C'est très majoritairement le contraire.
a écrit le 26/02/2014 à 19:58 :
Ne pas oublier les risques de fuite du CO2 enfoui, très possibles étant donné les durées de stockage visées (infinies...). Un pb similaire au stockage des déchets nucléaires en fait;
Et à CT, la pollution (cf villes en Chine notamment), me parait être un pb plus urgent (qui n'empêche pas que l'on se préoccupe du réchauffement, certes).
a écrit le 26/02/2014 à 18:46 :
Il est bien pratique, le CO2 : il ne sent rien, il est transparent, bref c'est le coupable idéal et le truc parfait pour s'angoisser à peu de frais.
Réponse de le 01/03/2014 à 1:35 :
ah voilà encore un prix Nobel qui s'ignore !
Réponse de le 01/03/2014 à 1:57 :
@ Asimon : et sur Wasp-12b pourquoi fait-il si chaud alors que le soleil est bien plus loin qu'avec la terre ??? Et pourquoi sur Mars il fait si froid ???
a écrit le 26/02/2014 à 18:37 :
Le Giec se fonde sur les résultats de ses modèles pour nous prédire un réchauffement climatique carabiné, nous terroriser avec çà, et se faire passer pour le sauveur de l'humanité, or :
- pour construire un modèle, il faut savoir comment le système étudié fonctionne dans la réalité. Or, personne ne sait exactement comment fonctionne le climat globalement.
- le climat terrestre est un système chaotique, or on ne peut pas modéliser le chaos sur des ordinateurs, puisque ce sont des machines logiques.
- depuis que le monde existe, on dit qu'il n'y a plus de saisons : il n'y a donc pas de moyennes saisonnières (sauf dans les journaux, pour faire de la copie), et donc pas de vraies statistiques pour alimenter les modèles climatiques.
- il y a dans le climat terrestre un facteur totalement imprévisible : le volcanisme, qui rend de toute façons tout modèle climatique de long terme totalement vain.
Réponse de le 01/03/2014 à 1:38 :
Le climat est plus logique que ne l'est votre raisonnement qui procure 5 seconde de fou rire, vous méritez le bêtisier de l'année !
a écrit le 26/02/2014 à 13:33 :
Une chose en tout cas est claire, notre hôte ne ménage ni sa peine ni son crédit. Et chose de plus en plus rare ne pratique pas de censure. C'est très appréciable pour nous tous. Merci.
Réponse de le 26/02/2014 à 14:42 :
"notre hôte ne ménage ni sa peine ni son crédit. Et chose de plus en plus rare ne pratique pas de censure." => Qu'est ce que vous en savez ? Ce n'est pas parce tous vos cemmentaires ont été publiés que tous les posts l'ont été ! Perso, je trouve que les pro-GIEC ont une une belle tribune !
a écrit le 26/02/2014 à 10:35 :
Selon Rajendra Kumar Pachauri, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : « Il n’y a pas de réchauffement depuis 17 ans. » (Publié le 26 février 2013 dans Environnement, Sciences et technologies) Mais quand le thermomètre n'indique pas ce qu'on attend de lui, on le casse ! Pour cette raison, le GIEC ne publiera pas ce constat dans son rapport 2014 ! En lieu et place, le GIEC a trouvé un autre thermomètre qui vient contredire les déclarations pour le moins gênantes de son président Ainsi l'honneur est sauf ! Sauf que ce nouvel indicateur-sauveteur vient... des métérologues, ceux-là mêmes qui jusqu'à lors n'avaient pas le droit de jouer dans la cour des climatologues. Ah, ce qu'on ferait pas pour sauver la façade...
Réponse de le 26/02/2014 à 12:42 :
Une hirondelle ne fait pas le printemps!
a écrit le 26/02/2014 à 10:34 :
Le GIEC reconnait 17 ans sans réchauffement
Selon Rajendra Kumar Pachauri, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : « Il n’y a pas de réchauffement depuis 17 ans. » (Publié le 26 février 2013 dans Environnement, Sciences et technologies)
Mais quand le thermomètre n'indique pas ce qu'on attend de lui, on le casse !
Pour cette raison, le GIEC ne publiera pas ce constat dans son rapport 2014 !
En lieu et place, le GIEC a trouvé un autre thermomètre qui vient contredire les déclarations pour le moins gênantes de son président
Ainsi l'honneur est sauf !
Sauf que ce nouvel indicateur-sauveteur vient... des métérologues, ceux-là mêmes qui jusqu'à lors n'avaient pas le droit de jouer dans la cour des climatologues. Ah, ce qu'on ferait pas pour sauver la façade...
a écrit le 26/02/2014 à 9:14 :
J'attire votre attention sur trois points:
1/ la fièvre n'est pas la maladie, juste un symptome... Le réchauffement indéniable de la planète n'est en soi porteur que de risques limités.
2/ la désertification accélérée est le problème majeur.
3/ taxer les émissions de CO2 n'a actuellement aucun sens, si ce n'est d'alimenter une nouvelle bulle spéculative alors qu'il serait vital d'organiser des transferts massifs d'eau douce du Nord vers le Sud.
Réponse de le 26/02/2014 à 10:24 :
"organiser des transferts massifs d'eau douce du Nord vers le Sud. " => Il existe des moyens efficaces pour transformer de l'eau de mer en en douce et potable, mais cela coûte encore cher ! On pourrait cependant comparer ces coûts - sans doute réductibles par effet d'expérience - à ceux des tranferts massifs d'eau nord-sud...
Réponse de le 01/03/2014 à 2:04 :
Quant il fait plus de 50° à l'ombre comme en Australie récemment ou d'autres pays d'Afrique etc l'eau ne sert plus à rien vu son taux d'évaporation et les quantités du Nord n'y suffiraient pas. D'autant que les océans montent et le sel aussi.
a écrit le 26/02/2014 à 2:51 :
Température globale élevée, vagues de chaleur sans précédent en Australie, niveau de la mer "record" : 2013 a de nouveau été une année marquée par des phénomènes climatiques extrêmes. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié ses statistiques. Elles confirment la tendance au réchauffement climatique.
La sixième année la plus chaude depuis 1850 Au niveau mondial, l'année 2013 se classe au sixième rang des plus chaudes, ex aequo avec 2007. La température moyenne à la surface des terres et des océans a dépassé de 0,5 °C la normale calculée pour la période 1961-1990. Pis, treize des quatorze années les plus chaudes enregistrées depuis 1850 l'ont été au XXIe siècle, avec 2010 et 2005 détenant le record. Dans leur dernier état des lieux de la planète, les climatologues du Giec ont rappelé que la Terre s'est réchauffée de 0,8 °C environ depuis l'époque préindustrielle. Un réchauffement dont les activités humaines sont principalement responsables. En fonction de nos émissions futures, le thermomètre devrait encore grimper de 0,3°C à 4,8°C d'ici à 2100, alors que l'objectif que se sont fixés les 195 pays négociant sous l'égide de l'ONU est de limiter le réchauffement à 2°C par rapport à l'époque préindustrielle pour éviter les pires conséquences. Un niveau de la mer "record" en mars Le niveau de la mer continue de s'élever sous l'effet de la dilatation thermique et de la contribution des glaciers terrestres et des calottes de l'Antarctique et du Groenland. Il a atteint un "record" en mars, a souligné en novembre l'OMM. Le niveau de la mer s'est élevé à "un rythme moyen de 3,2 millimètres par an". Ce chiffre, "proche du rythme d'environ 3 mm/an observé pendant la décennie 2001-2010", "correspond au double de celui enregistré au XXe siècle", selon l'OMM. En septembre, le Giec avait revu à la hausse ses projections concernant le niveau de la mer, en évoquant une hausse probable de 26 à 82 cm d'ici la fin du siècle. Une menace bien réelle pour les petits Etats insulaires du Pacifique, mais aussi pour de très nombreuses mégalopoles côtières d'Asie ou de la côte est des Etats-Unis.
Des événements extrêmes marquants Le principal événement météorologique marquant a été, en 2013, le typhon Haiyan, qui a dévasté le 8 novembre des îles du centre des Philippines, faisant près de 8 000 morts et disparus. Les climatologues n'attribuent pas directement ce type de cyclones tropicaux au changement climatique, mais soulignent que certains événements extrêmes, comme les vagues de chaleur ou les fortes pluies, devraient être plus fréquents et plus intenses dans les décennies à venir. Selon l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA), plusieurs régions de la planète ont vécu des années chaudes record, comme l'Australie, des régions d'Asie centrale, l'ouest de l'Ethiopie ou l'est de la Tanzanie. Une fonte accrue de la banquise En 2013, la banquise arctique a de nouveau enregistré l'une de ses étendues les plus faibles jamais observées, même si elle n'a pas atteint le minimum absolu de 2012. Son étendue a tout de même été la 6e plus faible depuis le début des mesures par satellite, en 1979.
Réponse de le 26/02/2014 à 3:19 :
Bien vu et entièrement exact. Et en plus on voit citée dans les commentaires en dessous par le pseudo "NeXt" la tristement célèbre "Pétition Oregon" des lobbies carbonés qui est une vaste supercherie des climatosceptiques : Seulement 0,1% des personnes inscrites sur la liste des 30 000 signatures (LOL !!!) ont une formation scientifique en climatologie !!! La pétition elle-même est complètement erronée, ce qui n'est pas surprenant étant donné ses origines plus que douteuses: apparue en Avril 1998 et promue par Art Robinson de l'auto-proclamé "Institut Oregon des sciences et de médecine" (OISM) soutenue par le George C. Marshall Institute du pétrolier Exxon !!! La pétition et les documents inclus sont tous fabriqués pour ressembler à des documents officiels de la prestigieuse Académie Nationale des Sciences, ils ne manquent pas d'air !!! et cette tentative d'induire en erreur a été très bien démontrée. Avec la pétition il y avait une lettre de motivation du Dr Fred Seitz (décédé depuis), un pseudo-climatosceptique notoire (et grand soutien de l’industrie du tabac !!!). Etaient joints à la pétition de faux documents intitulés « Effets environnementaux de l'augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique» imitant grossièrement le papier de la revue National Academy. Les auteurs de l'étude étaient Robinson, Sallie Baliunas, Willie Bientot (deux scientifiques financés par le secteur pétrolier !!!) et le fils de Robinson Zachary. La pétition était une vaste tromperie et la National Academy a publié un communiqué indiquant: "Le projet de pétition était une tentative délibérée de tromper les scientifiques et pour les rallier à une tentative de saper le soutien au Protocole de Kyoto La pétition n'a pas été fondée sur un examen de la science du changement climatique mondial et ses interprètes n'étaient pas experts dans le domaine de la science du climat ". En plus la liste intègre de faux scientifiques ou non concernés. Par exemple rien que pour la lettre A : "Munawwar M. Akhtar" - pas d'info à part le fait qu'il est signataire de la pétition. Idem pour "Fred A. Allehoff" L. Andberg" - "Joseph J.Arx" - Adolph L. Amundson" - seul un papier par Amundson sur le "London Tunnel (système de drainage minier)." !!! "Henry W. Apfelbach" - un chirurgien orthopédiste !!! "Joe R. Arechavaleta" - gère une société d'architecture et d'ingénierie !!! Les climatosceptiques ont du plomb dans l'aile !!!
Réponse de le 26/02/2014 à 8:35 :
en matière de records, ce sont bien les affirmations péremptoires et les divagations grotesques dont vous semblez coutumiers qui sont loin devant. A vue de modèle trituré pour l'occasion, je dirais que vous allez toucher le fond dans pas longtemps... ;-)
Réponse de le 26/02/2014 à 10:33 :
Déverser des tonnes de d'infos désuètes autres vieilleries contredites ne vous rendront pas plus convaincant. Attendez donc le prochain rapport 2014 du GIEC pour renouveler votre thèse millénariste. Si fin du monde, il doit y avoir, ce ne sera pas à cause de votre réchauffement !
Réponse de le 26/02/2014 à 14:41 :
S'il est un argument qui démontre l'imbécilité de la thèse réchauffiste c'est bien celui du genre "La sixième année la plus chaude depuis 1850 Au niveau mondial, l'année 2013 se classe au sixième rang des plus chaudes, ex aequo avec 2007."
La Terre se réchauffe lentement (0,5°C par siècle) depuis la moitié du XIXème siècle. C'est un fait. Personne ne le nie. En revanche, on voit sur les courbes publiées par le GIEC que la montée s'accélère légèrement puis ralentit à un rythme de 60 ans. Ainsi la pente de la montée est la même entre 1920/1940 qu'entre 1980/2000, plus forte que la moyenne, et quasiment nulle les 20 ans suivant ces deux périodes.
Imaginons qu'on monte un très long escalier, où se succèdent 20 marches pas très raides, 20 marches plus raides puis a un palier sur 20 marches et ainsi de suite. C'est exactement ce qu'on observe pour la température (c'est le GIEC qui le montre dans ses courbes).
Et bien de manière évidente lorsqu'on est sur un palier, on est plus haut que n'importe quelle marche précédente ! C'est juste un truisme.
Donc l'argument ressassé dans la litanie réchauffiste "La sixième année la plus chaude depuis 1850 Au niveau mondial, l'année 2013 se classe au sixième rang des plus chaudes, ex aequo avec 2007" ne démontre qu'une chose l'innanité, et même l'imbécilité de cette thèse.
D'ailleurs le GIEC en est bien conscient et fait tout pour dissimuler cette idiotie. D'abord ils ont osé (rapport 4) comparer la pente sur la période récente (1978-2000) à la pente sur toute la période 1850 2000. C'est juste une escroquerie ! On ne peut comparer des pentes que sur la même période. Or si on fait ça on voit immédiatement que la pente est la même vers 1930 que maintenant. Donc le GIEC ment effrontément.
Autre mensonge : la stagnation de la température mondiale depuis 1998 (15 ans déjà) apparaît du bout des lèvres (sous forme d'un graphique incompréhensible) dans le rapport 5 complet, mais est passé sous silence dans le résumé pour les politiques. S'ils étaient capables de l'expliquer avec les simulation numériques dont AUCUNE ne rend compte de la réalité des mesures expérimentales, ils n'auraient pas besoin de mentir !!!
La seule question restant est : comment vont-ils sortir de cette farce sinistre sans se ridiculiser. L'absence de réponse à cette question est la seule réponse à la pertinence de la farce.
Réponse de le 26/02/2014 à 18:40 :
@Réchauffement et montée des océans confirmés : à chaque fois que je lis que le niveau de la mer monte de 3,2mm par an, j'éclate de rire. Désolé, c'est plus fort que moi.
a écrit le 25/02/2014 à 23:47 :
Il fait plus chaud, la couche d'ozone se barre, on va avoir de jolis cancers de la peau, le CO2, finalement on s'en fout puisque de toutes façons on ne peut pas le jeter... et si on devait le stocker! J'imagine qu'on dépenserait beaucoup d'énergie qui inévitablement produirait au mieux du CO2... ou des déchets nucléaires...Donc, on ne fait rien , on arrête de nous bassiner et de nous rendre plus pessimiste que nous sommes déjà. La majorité de l'humanité (humanité, tu parles!) est condamnée à disparaître au cours des prochains siècles, pas la Terre ni le CO2 qui eux, continueront leur petit bonhomme de chemin pour les quelques milliards d'années à venir.
Réponse de le 26/02/2014 à 0:34 :
Y faut arrêter le J&B, ça monte à la tête !
Réponse de le 26/02/2014 à 0:44 :
Bravo ! Nietzsche n'aurait pas dit mieux !
a écrit le 25/02/2014 à 19:34 :
Connaissez vous un certain René Descartes . Il a "pondu" en 1637 un "bouquin" dont je ne saurais trop recommander la lecture . Il conseille d'éviter de "gober" des thèses dont on n'est pas convaicu de la logique . Dans cette optique , je voudrais qu'on m'explique comment un gaz plus lourd que l'air peut créer ou participer à un "effet de serre" .
Réponse de le 25/02/2014 à 20:31 :
Et avez vous lu Pascal et notamment son fameux pari - face à un risque fort, et un large consensus sur ce point, il faut mieux faire et n'avoir à regretter qu'un excès de prudence, et ne pas faire, et risquer le pire. Or ici on est plutot sur un risque très fort de catastrophe climatique (citez moi un scientifique sérieux climatosceptique)...
Réponse de le 25/02/2014 à 21:03 :
Cartésien : "citez moi un scientifique sérieux climatosceptique" => il y a en a plus de 30.000 dont des nobels qui ont signé l' "Oregon Petition" pour dénoncer les abus du GIEC
Réponse de le 25/02/2014 à 21:10 :
L'approche Pascalienne très limitée et limitante de la théorie des jeux a elle aussi fait l'objet de critiques... Mais de toutes façons, on en joue pas lorsque les dés sont pipés !
a écrit le 25/02/2014 à 19:21 :
Bienvenue dans la cour des miracles sponsorisés par les laboratoires de recherches en quête de subventions publiques car en réalité tout ceci n'est que politique! Aucune référence à la démographie mondiale qui ne cesse de produire du CO2...
a écrit le 25/02/2014 à 15:04 :
Selon le physicien François Gervais, spécialisé en thermodynamique, en thermographie infrarouge, et relecteur du GIEC:
- la part de CO2 anthropique mesurée dans l‘atmosphère est faible : environ 5% de 400 ppm, soit 20 ppm.
-sa fraction d’origine européenne est de 11% de ces 5%, soit 2,2 ppm ou encore 0,55% - si on la réduit de 20%, elle passera de 0,55% à 0,44% en 2020, ce qui est parfaitement négligeable. Cela conduirait à un impact (selon le GIEC) de 20%*11%*5%=0,1%, donc une limitation du réchauffement de 0,001 à 0,006°C, parfaitement négligeable.
- donc nos politiques de réduction des émissions européennes ne servent à rien, mais les dommages collatéraux sur le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises sont considérables
- 95% du CO2 atmosphérique est d’origine naturelle, et son augmentation est la conséquence principale des variations de température (Ole Humlum et al, Murry Salby). Le CO2 évolue en fonction des évolutions de température, avec un retard de l’ordre de 6 à 10 mois. Dans le passé plus lointain, lors des cycles de Milankovitch, les variations du taux de CO2 ont toujours suivi les évolutions de température, avec un retard moyen de 800 ans (analyse des carottes de glace).
- le changement climatique est cyclique, avec une période longue de 60 ans, fonction des mouvements du soleil et des planètes autour du barycentre du système solaire.

Un économiste, faisant partie d’une profession qui n’a pas jamais vu venir les crises, qui tente de faire des prévisions sur le long terme, qui seront tout aussi fausses que celles du club de Rome, et qui nous dit ce qu’il faut faire pour traiter un RC qui n’existe plus, a un niveau de crédibilité nul…
Réponse de le 25/02/2014 à 18:01 :
CQFD ! On a bien compris que le GIEC était avant un instrument politique ! Le pb, c'est que pendant qu'ils nous bassinent avec leur discours infantilisant, ils donnent dans le même temps feu vert à la géo-ingénierie et aux larguages de chemtrails... Et ça, c'est un pb autrement plus grâve !
Réponse de le 25/02/2014 à 20:37 :
Comme dans tous débats scientifiques on a des opinions diverses. Mais celle de Mr Gervais ne fais pas consensus, au contraire. Une hirondelle ne fait pas le printemps, et c'est précisément pour essayer d'avoir les idées claires sur un sujets complexe ou tout n'est pas connu avec certitude que le GIEC a été créé. Or son jugement est très clair et net. Ce qui ne doit evidemment pas empêcher des recherches sur les points posant question - mais à ce stade les recherches n'ont pas contredit la these du réchauffement lié à l'activité humaine...
Réponse de le 25/02/2014 à 21:22 :
"c'est précisément pour essayer d'avoir les idées claires sur un sujets complexe ou tout n'est pas connu avec certitude que le GIEC a été créé. Or son jugement est très clair et net." => Désolé, mais ce n'est pas en réunissant des afficionados que l'on se forge une idée claire d'une situation, et des décisions à prendre. !Une telle coalition s'appelle une dictature et on sait ce qu'il ne ressort !
Réponse de le 25/02/2014 à 22:11 :
Très bien. Où sont les scientifiques sérieux portant la these inverse ?
Réponse de le 25/02/2014 à 22:34 :
@Paul : la thèse ? connais pas ! Marie-thérèse, peut-être ? Je l'entends rire parce qu'on la b... Non, ce doit pas être ça. Ben, les scientifiques qui disent que la thérèse du GIEC est bancale, il y en a plusieurs dizaines de milliers, et on peut en retrouver les plus célèbres dans un article intitulé "Oregon Petition" de Wiki... Mais ils y a beaucoup d'autres sources, rassurez-vous ! Un peit effort, sortez du "path dependance" et de l' "escalade de l'engagement". Vous le méritez bien !
Réponse de le 26/02/2014 à 3:31 :
L'Oregon petition est totalement bidon c'est amplement démontré en particulier par l'Académie américaine des Sciences et les calculs de Gervais ou rapportés par Delirium sont erronés car par exemple la part de carbone exportée par l'Europe n'est pas incluse du tout de même que les mesures prises pour freiner le carbone importé, entre autres, tout comme les retombées des technologies développées et diffusées dans le monde ou l'impact des politiques carbone exportées. Bref encore une vision biaisée et fausse.
a écrit le 25/02/2014 à 14:51 :
Le taux de CO2 atmosphérique continue à augmenter, quasiment linéairement, depuis les années 1950. Mais depuis 1997, malgré la poursuite de cette augmentation, Tglobale reste stable, ce qui prouve que les modèles numériques, construits sur l'hypothèse non prouvée d'un rôle majeur du CO2, quelle qu’en soit l’orgine, sur l'hypothèse non prouvée que l'augmentation du taux de CO2 serait due essentiellement à nos émissions, et qui utilisent mal les lois du corps noir, sont erronés.

Parler de bruit qui masque une tendance de fond au RC est une affirmation infondée, qui ne repose que sur une idéologie, donc sur rien de sérieux, Continuer à dépenser des sommes folles (environ 1Md€/an au total) pour un résultat nul, n'est pas sérieux. La meilleure chose à faire est d'attendre 2020 pour voir comment va évoluer Tglobale, d’autant que, selon plus de 40 publications, la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est de 5 à 10 ans, et jamais de 100 ans, comme seul le GIEC le prétend.

Si Tglobale reste stable ou si elle diminue, alors toutes les thèses du GIEC, et les politiques qui en découlent, seront à mettre à la poubelle, pour le plus grand bien des citoyens et des entreprises....
Réponse de le 25/02/2014 à 18:06 :
De toutes façons, un discours rénovateur est déjà prêt pour palier le discrédit possible des assertions du GIEC : C'est celui des géo-ingénieurs qui vous diront dans une dizaine d'années que c'est grâce à tout ce qu'ils auront bazardé dans le ciel (chemtrails) que la planète a pu être ménagée, et qu'il faudra désormais compter avec eux - c'est le même discours que pour les hormones, les OGM, etc.
Réponse de le 25/02/2014 à 20:41 :
... si la these, qu'un écrasant consensus scientifique (avec certes vous avez raison qqes vois discordantes, et qques faits posant question) valide, est vraie il faut agir aussi tot que possible - de ttes facon d'ici 2020 les pays n'auront pas encore accordé leurs violons. Il sera tjs temps de tout bazarder si on s'apercevait qu'il ne se passe rien....
Réponse de le 25/02/2014 à 21:18 :
"si la these, qu'un écrasant consensus scientifique {...] valide, est vraie" => une théorie est valide non seulement quand on a prouvé qu'elle répondait à une question précise mais aussi, comme a dit Popper, tant qu'on n'a pas prouvé le contraire ! Ainsi tous les cygnes sont blancs jusqu'à ce qu'on rencontre un cygne noir. Mais pour revenir à notre propos, le problème c'est le problème : quelle échelle utilisons-nous pour dire qu'il y a réchauffement (définitif) du climat, quelle mesure utisons-nous pour se determiner défnitivement sur la responsabilité de l'homme dans le dérèglement actuel ? Et là, non seulement il y a controverse, mais aussi suspicion de supercherie !
Réponse de le 25/02/2014 à 22:27 :
Suspicion de supercherie ? Des preuves, des sources !
Réponse de le 25/02/2014 à 23:48 :
A deupso : Il y a une émssion qui a été diffusée sur channel 4 il y a un petit moment et qui pourrait peut-être vous renseigner à défaut de vous intéresser : voiir "La grande arnaque du réchauffement climatique" (durée 1h16). Il y a d'autres supports dispo que vous devriez facilement trouver
Réponse de le 26/02/2014 à 3:35 :
Où est l'arnaque alors que le réchauffement est bien mesurable et monte en particulier celui des océans qui est régulier et reconnu par les vrais climatosceptiques, que l'océan monte bel et bien et que la tendance vers l'acidification de ces derniers se confirme ? Faut être aveugle pour ne pas voir ces réalités et alors que l'on commence à bien connaître les méthodes des lobbies climatosceptiques.
a écrit le 25/02/2014 à 10:16 :
le climat loin de se réchauffer se refroidit étant entré depuis peu dans une mni ère glaciaire (cela s'est déjà produit au 18 è siècle vers 1700-1720); à cela rien d'exceptionnel donc; l'activité solaire est au ralenti (moins de taches d'éruptions solaires observées); et cela va durer pour une durée indeterminée ! alors réchauffement ? argument avancé par des lobbies, par les écologistes comme dab ! écolos de mes deux !
Réponse de le 25/02/2014 à 14:09 :
La très grande majorité des scientifiques compétents sur le domaine ont une conclusion différente de la votre. Le réchauffement climatique est une réalité scientifique - certes la majorité des scientifique peuvent ser tromper, maisx c'est suffisamment rare et imporbable de nos jours pour prendre au sérieux la menace et agir de façon préventive....
Réponse de le 25/02/2014 à 15:09 :
Le RC est une réalité GIECquienne, le GIEC étant un organisme politique. Mais dans le monde réel, il n'y a plus de RC depuis 1997, et, depuis la fin du Petit Age Glaciaire, Tglobale est monté de 0,7°C environ (avec des incertitudes sur les mesures anciennes, peu précises et de faible couverture géographique), ce qui est vraisemblablement un rééquilibrage naturel.
a écrit le 25/02/2014 à 9:39 :
A-t-on oublié que plus le taux de CO2 augmente, plus les plantes poussent vite et bien ! C'est d'ailleurs ce phénomène qui explique qu'à l'époque des dinosaures où l'atmosphère était autrement plus riche en CO2 que maintenant, la nature proliférait de manière exubérante.... et ces bestioles en avaient bien besoin, étant donné leur gigantesque appétit ! Alors, je ne vois pas où est le problème...
Réponse de le 25/02/2014 à 14:11 :
Les modèles climatiques intégrent ce genre de chose - malheureusement elle ne suffisent pas à inverser la tendance. Par ailleurs les plantes absorbent du co2 en poussant mais en rejettent en pourrissant : sauf si la surface plantée augmente de façon continue, l'impact sur le co2 libéré est donc pas forcément positif.
Réponse de le 25/02/2014 à 16:30 :
Les modèles dont vous parlez ont fait à 95% des prédictions totalement erronées sur 30 ans. Je ne vous ferai pas l'injure de mettre le lien, je suis sûr que vous connaissez ces travaux de suivi. Quant à votre dernière réflexion, elle me fait penser au Sahara. Vous vous souvenez de la chanson "le désert avance...". Eh bien il semblerait que ce ne soit plus le cas.
Réponse de le 25/02/2014 à 20:43 :
Toute modélisation est imparfaite - les prévisions de croissance économique on par exemple un écart type de 50% d'erreur - et en matiere de climat c'est vous avez raison également vrai. Mais ils valent mieux que rien. Et ce qui vaut pour le désert ne se généralise pas forcément à la forêt amazonienne.
Réponse de le 25/02/2014 à 21:37 :
@Vincent ! "un écart type de 50% d'erreur " => Un écart type correspond à un intervalle de confiance de 68%, mais c'est pas bien méchant vu les autres énormités des pro-GIEC
Réponse de le 25/02/2014 à 22:14 :
C'est au programme de terminale scientique : "L'écart type (standard deviation en anglais), aussi orthographié écart-type, est une notion mathématique définie en probabilités et appliquée à la statistique. En probabilités, l'écart type est une mesure de la dispersion d'une variable aléatoire réelle ; en statistique, il est une mesure de dispersion de données. Il est défini comme la racine carrée de la variance. "
Réponse de le 25/02/2014 à 22:42 :
@Next : Excellente réponse mais pas à la question sur laquelle portait mon commentaire ! L'apprentissage de la lecture commence dès le premier âge à condition de ne pas faire d'écart...
a écrit le 25/02/2014 à 3:03 :
"S'il n'est pas régulé à temps, le capitalisme et la société de consommation qui en découle signeront l'arrêt de mort de la planète (....) Tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre l'humanité sera confrontée au problème global de sa survie" Dixit "les corps indécents" étonnant ouvrage politico-sentimental.
Réponse de le 25/02/2014 à 9:12 :
@Juliette Bergeron
Capitalisme ou pas, l'humanité sera confrontée à sa survie. La surpopulation est un danger, la crise alimentaire se profile, tout comme celle de l'énergie et des matières premières. Tout cela est désolant mais inexorable. Le retour de la barbarie (jamais éradiquée, en sommeil) est au programme.
Réponse de le 25/02/2014 à 18:39 :
@JB38 - Effectivement la surpopulation (9 à 12 milliards d'individus attendus d'ici 2050) mettra en péril la vie sur notre Terre. Ce bouquin étonnant "les corps indécents" le dit sans aucun détour. Il faut être aveugle pour ne pas s'en apercevoir. On y échappera pas.
Réponse de le 26/02/2014 à 15:46 :
c'est curieux, Malthus disait exactement la même chos en voire plus catastrophique encore en 1800, et autrement mieux argumenté. Et il s'est planté phénoménalement. Les malthusiens ne comprennent pas ce qui fait l'essence même de l'humanité : son génie ...
a écrit le 25/02/2014 à 1:26 :
Je comprends pas, y sont pourtant bien mes scooters électriques !?
a écrit le 25/02/2014 à 1:22 :
Chaud ! Chaud devant ! Vive le Réchauffement climatique, le GIEC et les observatoire du tout-venant ! Vive la géo-ingénierie et les chemtrails ! Vive les scootolib électriques !
a écrit le 25/02/2014 à 0:34 :
La seule solution pour éviter que le réchauffement climatique s'aggrave, c'est: on ne bouge plus, on ne consomme plus. C'est pas possible? Ben alors on va avoir chaud, de plus en plus.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:49 :
C'est quand même dingue de susciter de telles craintes pour vendre ou louer des scooters électriques !
a écrit le 25/02/2014 à 0:22 :
J'aimerai bien que l'on me dise comment on va faire voler les dizaines de milliers d'avions qui sillonnent le ciel quand tout le pétrole conventionnel et la dernière goutte de pétrole de schiste bitumeux aura été consommée. A l'horizon 40/50 ans. Alors?
Réponse de le 25/02/2014 à 0:34 :
La planète regorge de pétrole qu'il va être de plus en plus coûteux d'extraire... Entre temps, les avions vont probablement et comme pour les véhicules terrestres bénéficier d'innovations pour réduire leur conso, et de toutes façons ne vous inquiétez pas parce qu'au sol, on sera tous en scooter électrique ;-)))
Réponse de le 25/02/2014 à 9:04 :
@GLOPGLOP
Donc le transport en avion va coûter de plus en plus cher. Réduire la consommation, pas facile quand il s'agit d'envoyer en l'air des dizaines de tonnes d'alu, de bagages et de passagers...Je ne suppute pas du futur du scooter électrique, mais un bon vélo électrique, vous devriez essayer et vous serez agréablement surpris.
Réponse de le 25/02/2014 à 14:13 :
Oui c'est un sujet pour certains usages pour lesquels actuellement la substitution semble plus difficile. Mais s'il ne reste que le transport aérien en émission positive, on sait gérer le sujet en capturant le co2...
Réponse de le 25/02/2014 à 20:31 :
JB38 a écrit : ""mais un bon vélo électrique, vous devriez essayer et vous serez agréablement surpris."" Ben moi, j'aime pas lé pédales mais j'aime bien les explosions ! (c pour ça que j'aime bien le 14 juillet)
Réponse de le 25/02/2014 à 23:27 :
#popaul
Je ne vois pas le rapport entre "lé"pédales et les explosions..."lé" explosions peut-être. Certains n'ont pas inventé la poudre, d'autres sont passés à côté du français .
Réponse de le 25/02/2014 à 23:55 :
@JB38 => "Beati pauperes spiritu sancti" )> Il ne faut pas tout prendre au premier degré => Et si jémé pa lé pédal et si jémé mieu les explosions, c mon droi môssieur le zérudit -))) Et vive les 14 jiullet !
a écrit le 25/02/2014 à 0:02 :
Enfumage et prospective de buraliste ! Un peu de courage que diable, allez donc dans les lieux où l'on parle sérieusement de celà ! N'utilisez pas des termes et des statistiques que vous ne maîtrisez pas ! Et qui êtes-vous d'abord, un "observatoire" neutre ? Un "institut de l'entreprise", un "think tank" (expression creuse mais à la mode), un "club vert", un "club de vigileants", un marchand de deux-roues, un camarade du cousin de Beigbeder ou le beau-frère de Proglio ? Quelle impoosture !
Réponse de le 25/02/2014 à 14:14 :
De quels lieux parlez-vous ? Je parle du GIEC, de l'OCDE, de l'Agence Internationale de l'Energie, de la réunion des chefs d'Etats (Kyoto, Cancun et Paris en 2015). Et vous ?
Réponse de le 25/02/2014 à 16:34 :
Je ne sais pas de quoi vous discutez, mais la liste que donne Vincent est un ensemble de lieux non soumis aux règles de marché qui prévalent pour le reste du monde et où l'on rencontre une très forte proportion de gens dont l'existence, le travail et le revenu provient d'un accaparement unilatéral de ressources qu'ils ne renouvellent jamais eux-mêmes.
J'espère vous avoir aidé tous les deux à vous faire une opinion plus claire du sujet que j'ignore toujours... cdlt
Réponse de le 25/02/2014 à 19:09 :
Parlez-nous donc un peu des 30.000 scientifiques, dont des nobels, qui ont signé l' "Oregon Petition" au lieu de vous réfugier derrière cette "majorité" de scientifiques qui nous veulent que du "bien" dans une société du "bonheur". Votre article n'en perdra pas son intérêt, mais vous aurez fait montre d'un peu d'objectivité, et votre stratégie de réduction des gaz à effet de serre en sera peut être plus digeste. Au moins, son caratère stratégique sera-t-il plus logique !
Réponse de le 26/02/2014 à 3:43 :
L'Oregon petition est erronée et les scientifiques sans rapport avec le climat et la plupart faux. C'est une émanation des lobbies pollueurs. Il faut se documenter avant de diffuser des faux. Voir les communiqués de l'Académie des Sciences américaine à ce sujet.
Réponse de le 26/02/2014 à 8:39 :
à vue de nez, ça sent la contrepèterie votre histoire...
a écrit le 25/02/2014 à 0:02 :
Enfumage et prospective de buraliste ! Un peu de courage que diable, allez donc dans les lieux où l'on parle sérieusement de celà ! N'utilisez pas des termes et des statistiques que vous ne maîtrisez pas ! Et qui êtes-vous d'abord, un "observatoire" neutre ? Un "institut de l'entreprise", un "think tank" (expression creuse mais à la mode), un "club vert", un "club de vigileants", un marchand de deux-roues, un camarade du cousin de Beigbeder ou le beau-frère de Proglio ? Quelle impoosture !
Réponse de le 25/02/2014 à 12:13 :
J'ignorais que les théories scientifiques se définissaient à la majorité !
Réponse de le 25/02/2014 à 16:22 :
Quelle élégante manière, toute en finesse de nous faire comprendre que le GIEC est tout sauf une entreprise scientifique. Simplement génial comme procédé. Bravo!
Réponse de le 25/02/2014 à 18:22 :
"J'ignorais que les théories scientifiques se définissaient à la majorité ! " => Ce qui se définit à la majorité, c'est un ensemble de théories qui viennent forger un paradigme ! C'est comme cela que le plus grand nombre de scientifiques ont longtemps cru et enseigné que notre système était géocentré. Partant de là, tout ce qui sortait de ce paradigme était infondé. On en est là ! Maintenant, pour la suite, on peut lire la structure des révolutions scientifiques de Kuhn, etc.
a écrit le 24/02/2014 à 23:29 :
Très bon point de vue et très bons exemples qui sont multiples pour diminuer nos émissions de gaz à effet de serre et en plus notre dépendance énergétique et coûts. Il faut aller de l'avant et on ne peut qu'être pleinement d'accord avec des gens comme Vincent Champain.
a écrit le 24/02/2014 à 23:19 :
J'ai lu l'article, j'ai vu les commentaires, j'ai bien rigolé ! Merci
a écrit le 24/02/2014 à 22:42 :
Grotesque de sophismes et fausse logique. Dites plutôt que vous défendez une position idéologique (le pourquoi on s'en moque après tout) et les solutions que vous préconisez ce sera bien assez. Ah si, un dernier détail qui ne laisse d'interpeler quiconque vous sait ingénieur de formation: comment pouvez-vous tenir de tels (faux) raisonnements sans vergogne?
Réponse de le 24/02/2014 à 23:35 :
Vous n'avez pas d'arguments en dehors du dénigrement. C'est pauvre.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:16 :
Vous n'avez pas d'autre argument que de dire quil faudrait des arguments pour dénoncer le néant et l'absurde. C'est misérable. On ne peut pas ouvrir une porte ouverte et on ne pas fermer une porte fermée !
Réponse de le 25/02/2014 à 12:44 :
La question n'est pas de savoir si c'est pauvre, mais si c'est pertinent. Un raisonnement faux reste faux et ses conclusions nécessairement erronées sauf hasard. Si cela est insuffisant pour vous, c'est que vous êtes ou dogmatique ou croyant ou les deux. Auquel cas, on en revient à ce qui est dit: vous faites preuve de courage et dites que vous tenez une tribune de la foi et n'essayez pas de prétendre argumenter scientifiquement vos positions.
Réponse de le 25/02/2014 à 14:21 :
Soyez plus précis : quels sont vos points, quelles sont vos sources ? Du blabla général et du dénigrement, en effet...
Réponse de le 25/02/2014 à 16:25 :
Hahahaha le troll de compétition! MDR. J'espère que la paye est bonne parce que question qualité et renouvellement de vos arguments ça pêche un peu. Mais bon, courage, on vous sent super motivé! ;-)
Réponse de le 26/02/2014 à 3:46 :
Les arguments de Vincent Champain sont exacts. On attend les vôtres au lieu de dénigrements.
Réponse de le 26/02/2014 à 8:48 :
Non, ils sont faux évidemment, et le fait de les écrire ne les rend pas plus légitimes. Si vous avez le moindre doute, consultez quelques sophismes connus et répétez les. Vous verrez, ils seront toujours aussi faux. Je vous en donne un exemple (merci Wikipedia):
Dans l'emmental, il y a des trous.
Plus il y a d'emmental, plus il y a de trous.
Plus il y a de trous, moins il y a d'emmental.
Donc plus il y a d'emmental, moins il y a d'emmental

A propos, je lis de plus en plus souvent d'articles décrivant ces techniques de disruption du discours construit sur internet et destinés à réguler, contraindre ou bloquer tout discours adverse. Vous en avez entendu parler je suppose, non? Faites le moi savoir, je vous posterai des liens très bien documentés.
Réponse de le 26/02/2014 à 10:43 :
Excellent !
a écrit le 24/02/2014 à 21:40 :
A-t-on oublié qu'à l'époque de dinosaures, le taux de CO2 était bien supérieur à celui que nous connaissons actuellement ! Et pourtant, la nature proliférait de manière exubérante... Alors, je ne vois pas où est le problème...
Réponse de le 24/02/2014 à 22:15 :
"A-t-on oublié qu'à l'époque de dinosaures" J'chais pas, j'y étais pas, et toi ?
Réponse de le 24/02/2014 à 22:43 :
On sent le Troll de compétition...
Réponse de le 24/02/2014 à 23:21 :
Le troll de compet, oui, mais électrique ;-))
Réponse de le 24/02/2014 à 23:21 :
et le futur , tu le vois déjà toi ?
Réponse de le 24/02/2014 à 23:34 :
Le problème c'est qu'à l'époque des dinosaures le gaz à effet de serre a mis énormément de temps à se mettre en place et qu'il n'y avait pas 7,5 et bientôt 10 milliards de gens sur terre dont 75% vivant au bord des océans qui montent et tendent vers l'acidification. Les changements trop rapides sont néfastes à la vie. Quand on veut comparer des périodes, encore faut-il intégrer tous les paramètres sinon la conclusion est faussée et sans intérêt.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:19 :
A qui a signé @ZoreGlube : Tu me dis "et le futur , tu le vois déjà toi ? " Oui, et comme mon pôte Pierre Dac, chaque fois que je me retourne je l'ai dans le dos ;-))
Réponse de le 25/02/2014 à 0:19 :
A qui a signé @ZoreGlube : Tu me dis "et le futur , tu le vois déjà toi ? " Oui, et comme mon pôte Pierre Dac, chaque fois que je me retourne je l'ai dans le dos ;-))
Réponse de le 25/02/2014 à 1:40 :
A l'époque des dinausores... C'est peut -être pour cette raison qu'ils ont disparu ! Et puis le raisonnement qui consiste à dire avant c'etait pire alors "on s'en fiche, ne changeons rien" est un peu creux. Perso je fais attention et j'y pense, chagt de chaudières, je roule maintenant à l'essence en économisant le plus possible, j'ai isolé encore plus mes combles, quand j'achète un nouvel appareil je fais attention à sa consommation même si c'est plus cher et j'ai fait installer des panneaux solaires.
Réponse de le 25/02/2014 à 20:59 :
bzep a écrit : ""A l'époque des dinausores... "" Moi, j'émé bien cet période parce que yavé beucoup d'explosions des volcans et des gros prouts de dino et avec tous les gase sa nous tourné la tete, on été heureu
a écrit le 24/02/2014 à 20:37 :
Cet article est trés orienté et on se demande quels sont les interets que ce Monsieur défent .Si le rechauffement climatique est bel et bien mesurable mettre tout sur le compte de l'activité humaine est mensonger .D'ailleurs l'article le dit lui meme !Il n'a jamais fait aussi chaud depuis 500 ans !ET AVANT CES 500 ANS LES CAUSES DU RECHAUFFEMENT ETAIENT DUES A QUOI !Surrement pas a l'activité humaine !En 1514 les hommes polluaient comment !Tous les climatologues serrieux et non vérolés par l'écologie l'ont dit !NOUS AVONS QUITE UNE MINIE GLACIATION ET NOUS RENTRONS DANS UN MINI RECHAUFFEMENT ! C'est trés clair ,entre les grandes occillations climatiques qui se jouent sur des dizaines de milliers d'années il y a des oscillations plus petites et nous en somme en plein dedans .Bien sur dans ce rechauffement constaté global l'homme y est pour quelque chose, mais tout mettre sur son dos est mensonger.La théorie des variations solaires est mise sous l'éteignoir et enterrée ,elle doit faire de l'ombre à la pseudo théorie du 100 % responsabilité humaine ..........
Réponse de le 25/02/2014 à 14:39 :
Comme signalé ailleur on n'a jamais eu de hausse aussi rapide, et dont l'origine puisse être aussi fortement être attribuée à l'homme. Aucune théorie n'est mise sous l'éteignoir - ce que dit le GIEC c'est que la partie humaine est source d'inquiétude (car non cyclique contrairement aux autres) et probablement majoritaire dans la hausse récente. Et nécessite très probablement une action...
a écrit le 24/02/2014 à 18:35 :
Ou avez vous vu que les USA étaient les champions mondiaux de l écologie politique ? C'est l inverse... Du reste les scientifiques français font partie du Giec et n'ont pas du tout l 'opposition que vous évoquez...
a écrit le 24/02/2014 à 18:00 :
Pour la moto électrique, votre calcul est faussé par le coût des batteries, non-pris en compte. Il est vrai que ces frais sont partie récupérés par le moindre coût de l'entretient chez un professionnel.
Réponse de le 24/02/2014 à 18:14 :
La diagnostic électronique sur un véhicule (2 ou 4 roues) est la partie la plus coûteuse de l'entretien... C'est du temps de spécialiste et l'appareillage est propriétaire (l'usage du banc est assujetti à formation et habilitation)
Réponse de le 24/02/2014 à 18:17 :
La filiale israëlienne de Renault qui s'est occupé du développement de son concept d'appros (station d'échanges de batteries chargées) a déposé le bilan il y a déjà plusieurs mois => Cherchez l'erreur !
Réponse de le 24/02/2014 à 20:33 :
Les prix donnés sont des prix batteries comprises. Leur autonomie sur les modèles cités est de 400.000 km. Les technologies ont fortement évolué... Allez voir sur www.zeromotorcycles.com
Réponse de le 24/02/2014 à 22:18 :
"Les technologies ont fortement évolué" => Et elles évolueront encore, mon zami :-) Dans 20 ou 30 ans, on vous reparlera de la voiture et du scooter tout électrique, un nouveau modèle, de nouveau accus, de nouvelles promois, et de ,ouveaux pigeons ;-)))
Réponse de le 25/02/2014 à 14:40 :
Ou voulez-vous en venir ?
Réponse de le 25/02/2014 à 18:30 :
Ben, de chez moi au boulot... Pourquoi ?
Réponse de le 25/02/2014 à 19:12 :
à Z qui dit : Ou voulez-vous en venir ? Bin, à la même chose que vous gros dégoutant (:-)
a écrit le 24/02/2014 à 17:53 :
Le début sur les enjeux est déjà connu de ceux qui suivent le sujet, mais c'est toujours utile. En revanche c'est la première fois que je lis des choses concrètes qui ' marchent ' et qu'on peut mettre en place des a présent...sans plomber le pouvoir d'achat !
Réponse de le 24/02/2014 à 18:10 :
Vous avez raison, c'est mieux de faire le plein avec du nucléaire qu'avec de l'énergie fossile ;-) Quant à votre scooter à quatre sous, j'attends sereinement :-)))
Réponse de le 24/02/2014 à 20:07 :
Ouais ! Vive le segway !
Réponse de le 24/02/2014 à 21:11 :
Même avec de l'electricité au gaz, on divise encore les émissions par 10. Que voulez-vous dire j'attends ? Ils sont déjà sur le marché, et on progressé de façon très significative depuis 3 ans...
Réponse de le 24/02/2014 à 22:13 :
"Même avec de l'electricité au gaz, on divise encore les émissions par 10" => Ben alors, pourquoi on roule pas au gaz tout simplement :-)
Réponse de le 25/02/2014 à 14:42 :
C'est en effet une option - les USA sont en train de convertir des locomotives au gaz, et des camions. A court terme le réseau de distribution de l'électricité est plus dense que celui du gaz, néanmoins. Par ailleurs en termes de performance le gaz -> electrique est meilleur (couple moteur, pilotage, freinage régénérant).
Réponse de le 25/02/2014 à 18:53 :
Bon, alors on se met tous au gaz et on en parle plus ! Merci Tatruffe !
Réponse de le 25/02/2014 à 18:54 :
Du gaz, du gaz... Oui, mais du gaz de pschit !
Réponse de le 25/02/2014 à 20:46 :
On peut en effet se demander s'il était sage d'arrêter le bonus pour les véhicules GPL (une Dacia GPL coute 400 euros de plus qu'un modele de base) pour donner 8000 euros aux voitures électriques. Notez que les deux roues cités dans l'article n'ont aucune aide, et sont actuellement proche du seuil de rentabilité pour les usagers...
Réponse de le 25/02/2014 à 21:55 :
Le GPL n'était pas une mauvaise idée mais le thermostat de notre Société est réglé sur "écarlate" (terrorisme). Savez-vous pourquoi les véhicules GPL ont, pratiquement dès leur sortie, été interdits dans les parkings souterrains ?
a écrit le 24/02/2014 à 17:40 :
J'ai déjà un scoot éléctrique mais on m'a coupé le jus chez moi, vous savez pas si ya une prise de libre chez vous ?
Réponse de le 24/02/2014 à 21:13 :
Pour 20 euros par an vous avez une carte de recharge "2 roues" pour stations autolib. La recharge est ensuite gratuite.
Réponse de le 24/02/2014 à 22:20 :
Bé oui, c'est le contribuable qui paie le reste ! C'est pour ça que la TF et la TH ont autant augmenté et qu'elles vont encore exploser après lles municipales ! ça doit être ça, la transition énergyétique !
Réponse de le 24/02/2014 à 23:16 :
"V" : vous avez dit : Pour 20 euros par an vous avez une carte de recharge "2 roues" pour stations autolib. La recharge est ensuite gratuite. ON NE PAS ETRE SUR LA MEME PLANETE PARCE QUE JE N'AI RIEN VU D'OPERATIONNEL... Vous parlez peut-être de Grenoble, parce que à Paris, jusquà preuve du contraire, pour la voiture c'est 120 euros par an + 5,5 euros de la demi-heure (pleine ou partielle)
Réponse de le 24/02/2014 à 23:43 :
La hausse de la facture est essentiellmeent dûe aux coûts du nucléaire en hausse avec les conséquences du viellissement des centrales. La transition énergétique est en retard en France.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:29 :
Ben comment je vais moi pour remplir mon scooter avec des vieilles centrales ? Il va y en avoir des nouvelles, j'espère !?
Réponse de le 25/02/2014 à 14:45 :
A Paris j'utilise depuis deux ans la recharge pour tiers deux roues, en effet bien moins chere que pour les voitures...
@V : non pas forcément. Le contribuable a déjà payé autolib, donc ca ne "coute" pas très cher de donner acces à des utilisateurs supplémentaires (a la limite on pourrait se limiter à faire payer le cout de l'électricité).
a écrit le 24/02/2014 à 17:28 :
Cher Monsieur Champain, co-président de l'Observatoire du Long Terme, vous êtes dépassé, je viens de créer l'Observatoire du Plus Long Terme ; j'ai d'autre part des scooters au Thalium (atome vert) à vendre pas cher ;-))
Réponse de le 25/02/2014 à 8:26 :
Pour l'OPLT - bravo, sur ces sujets milles fleurs peuvent éclore. Sur les scooters au thalium, je demande à voir...
Réponse de le 25/02/2014 à 18:49 :
@V : C'est comme au poker, il faut payer pour voir ;-))
a écrit le 24/02/2014 à 17:23 :
autre solution arrêter de respirer... ça nous permettrait de ne plus lire cette propagande "réchauffiste " autre solution équiper les vaches pour récupérer leurs émanations
Réponse de le 24/02/2014 à 23:46 :
pires sont les climatosceptiques de surpermarché comme konebien.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:52 :
@Konebien : "autre solution équiper les vaches pour récupérer leurs émanations" => C'est pas idiot, il y a même des fermes modèles qui récupèrent depuis des années le lisier pour capturer le méthane et s'alimenter en gaz
a écrit le 24/02/2014 à 17:17 :
[...] la réalité du réchauffement, et la nature humaine de sa cause sont avérés pour l'écrasante majorité des scientifiques |...] Ce discours est entretenu par le GIEC, une instance de l'ONU à la solde des USA ! La réalité est que ces derniers s'en foutent, et que les patrons des instituts scientiques se font lapider pour rapporter de tellles imepties ! Non, les communautés scientiques américaines, allemandes, françaises, etc. ne sont pas majoritairement en faveur de cette intox de masse !
Réponse de le 24/02/2014 à 23:51 :
Je suis scientifique et avec mon entourage et équipes ce n'est pas ce que nous constatons. Il y a effectivement un majorité des scientfiques en accord avec les thèses résumées par le GIEC. Le nombre de vrais climatosceptiques et en baisse constante avec les avancées des travaux mais par contre la propagande des lobbies climatosceptique demeure, surtout à chaque conférence sur le climat. Elle a été bien démontrée par différentes universités comme celle de San Diego, Stanford etc entre autres.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:41 :
Autant d'assertions floues et fallacieuses au service de la décroissance et de la géo-ingénierie !
Réponse de le 25/02/2014 à 0:47 :
Lorsque la science se défait du scepticisme, ce n'est déjà plus de la science !
Réponse de le 25/02/2014 à 1:03 :
Moi aussi je suis scientifique, et apparemment vous êtes un privilégié parce qu'il semble difficile de rebondir sur votre commentaire... Je réitère donc une énième fois mon message en espérant que cela passe au moins une fois : "Lorsque la science se défait du scepticisme, ce n'est déjà plus de la science !"
Réponse de le 25/02/2014 à 12:31 :
Je réitère mon commentaire : depuis quand les théories scientifiques se font à la majorité ? Evidemment quand on est climato-sceptique on fait de la propagande !
Réponse de le 25/02/2014 à 14:46 :
Ah oui scientifique ? Avec quels diplomes, quelles publications dans quelles revues sur les sujets évoqués ici ?
Réponse de le 25/02/2014 à 20:16 :
@intox : "Ah oui scientifique ? Avec quels diplomes, quelles publications dans quelles revues sur les sujets évoqués ici ? " Qu'est ce que cela vous apporterait puisque vous vous assoyez déjà sur les dizaines de milliers de scientifiques (parmi eux des nobels) qui défont chaque jour, dans les meilleures revues, les décalarations du GIEC & consorts !
a écrit le 24/02/2014 à 17:11 :
ça ressemble à un article rédigé à la hâte pour promouvoir les scooters électriques !
Réponse de le 24/02/2014 à 21:19 :
Même pas. Mais les deux roues électriques (plus "mûrs" que les voitures) sont un bon exemple car depuis 2 ans on a des modèles moins chers (sur le cycle de vie) et performants.
Réponse de le 24/02/2014 à 22:32 :
@V : Vous écrivez "Même pas. " Pourquoi une réponse aussi assurée ? Vous êtes l'auteur de l'article ? Auquel cas, ne vous contentez pas de signer V... assumez que vous êtes un fendu de deux roues et que ne voyez que par l'électricité !
Réponse de le 25/02/2014 à 14:49 :
Pas fendu du tout, j'ai longtemps préféré le thermique. Mais c'est un exemple qui fonctionne depuis 2/3 ans (il y a dix ans j'avais eu en prêt un modele à batterie au plomb qui était insuffisant). Mais ce n'était qu'un exemple pour montrer qu'on peut avoir mieux en émissions de CO2, en performance et en prix - et que donc les enjeux climatiques ne sont pas nécessairement "du sang, de la sueur et des larmes". Que vaut ce procès d'intention ?
Réponse de le 25/02/2014 à 23:01 :
V: ne voyez aucun procès d'intention sur le fait que vous ayez décidé d'utiliser un véhicule électrique, bien au contraire, mais aviez-vous besoin de mobiliser des théories alarmistes pour vanter les mérites de ce type de locomotion ? C'est ça mon problème, mais rassurez-vous je m'en remettrai
a écrit le 24/02/2014 à 17:09 :
"Jusqu'il y a peu, on utilisait des fluides réfrigérants qui ont un impact massif sur le climat : un kg de CFC R-12 a le même impact que près de 11 tonnes de co2" => MAIS IL DATE DE QUAND VOTRE ARTICLE, LES CFC (R12) SONT INTERDITS DEPUIS 1998 SOIT PLUS DE QUINZE ANS !
Réponse de le 24/02/2014 à 20:36 :
Soyez indulgent. A l'Institut du long terme on regarde vraiment loin.

Ainsi "il y a peu" signifie "moins de deux décennies" et "c'est pour demain" est une métaphore pour dire "d'ici 20 ans".

wareika
Réponse de le 24/02/2014 à 22:22 :
"Soyez indulgent. A l'Institut du long terme on regarde vraiment loin" Ben reagardez pas trop loin, parce que vous risquez d'attrapez des varices !.
a écrit le 24/02/2014 à 16:53 :
Vous écrivez "Au total, la réalité du réchauffement, et la nature humaine de sa cause sont avérés pour l'écrasante majorité des scientifiques." Cela vous autorise sans doute de copier/coller leur conclusions... Vous devriez peut-être aussi vous renseigner sur ce qu'il est advenu du poste de conseiller "climat" auprès d'Obama... Et rappeler que la majorité de la population croit encore au créationisme.... Et la dernière en date vient d'une autre quotidien (qui n'a pas ma faveur mais qui fait de temps en temps son boulot) : "Un quart des Américains (26 %) ignorent que la Terre tourne autour du Soleil et plus de la moitié (52 %) ne savent pas que l'homme a évolué à partir d'espèces précédentes d'animaux. C'est ce que révèle une enquête aux résultats édifiants, menée auprès de 2 200 personnes par la Fondation nationale des sciences américaine et publiée vendredi 14 février."
Réponse de le 24/02/2014 à 21:17 :
-Il y a effectivement un consensus parmis ceux qui font leur métier d'analyser les faits et d'en tirer des conclusions en tirant une méthode scientifique.
-Le poste du conseiller que vous citez a été victime du shutdown et d'un combat politique.Quel rapport avec l'article ?
-Pour le 3e point oui. Le consensus scientifique sert précisément à aller au-delà des rumeurs et/ou des idées fausses !
Réponse de le 24/02/2014 à 22:24 :
"Le poste du conseiller que vous citez a été victime du shutdown et d'un combat politique.Quel rapport avec l'article ?" Quand vous jouez au échecs, vous commencez par supprimer les pièces maîtresses ou les pions ?
Réponse de le 24/02/2014 à 22:27 :
@V : si j'ai bien compris, tout ceux qui ne raisonnent pas comme vous ne sont pas des scientifiques et devraient être relégués au rang des faiseurs de bruit ! Décidément, grâve, grâve !
Réponse de le 25/02/2014 à 17:24 :
Je ne dis pas celà. Mais la methode scientifique, la revue par les pairs et le débat (respectueux) sont jusqu'à ce jour les methodes les plus sures pour examiner ce genre de sujets. Vous me citez des sondages, et le résultat d'un combat politique sur des sujets sans lien avec le climat...
Réponse de le 25/02/2014 à 22:25 :
V : " Vous me citez des sondages, et le résultat d'un combat politique sur des sujets sans lien avec le climat.." Science et croyance, vous connaissez ? Quand les USA, premier pollueur de la planète, retire son conseiller "climat" au motif fallacieux d'un shutdown désormais cyclique, c'est aussi un signe fort pour dire qu'on s'en fout ! Quand le GIEC, instance de l'ONU lequel est sous la gouverne des USA qui ne ratifie rien après coup, j'estime que ce n'est qu'une nouvelle nstrumentalisation des croyances sur le climat. Et il en va de même d'à peuprès tout ce qu'on tente d'interpréter en provenance des USA ! C'est une relation de dupes ! Maintenant, si vous croyez que la science est neutre, c'est votre droit...
a écrit le 24/02/2014 à 16:40 :
Parler de dérèglement climatique permettrait de sortir du "frame", et d'envisager d'autres facteurs de dérèglement comme, par exemple, le rayonnement solaire et l'activité cosmique en général, ou encore de manière plus terre-à-terre, le déplacement du pôle magnétique :-)
Réponse de le 24/02/2014 à 23:54 :
Mais ils ont été pleinement abordés si vous preniez la peine de vous informer sur le réchauffement climatique.
Réponse de le 25/02/2014 à 0:56 :
Si vous avez un corpus mettant en lien (ouu invalidant le lien) entre le déplacement du pôle magnétique et le dérèglement climatique, je suis preneur ! Merci par avance
a écrit le 24/02/2014 à 16:35 :
Si vous voulez faire progresser le débat, peut-être devriez-vous suivre le bandwagon et utiliser désormais celui de "dérèglement climatique". Là-dessus, il y a au moins consensus entre les afficionados du GIEC et les dissdents !
a écrit le 24/02/2014 à 16:10 :
Dans les villes, scooter, moto et voiture électrique ont également l'avantage de préserver la santé en polluant pas, ni en terme d'hydrocarbures et de particules cancérigènes, ni en terme de nuisance sonore. A quand enfin une règlementation qui favorise techniquement et fiscalement cette avancée technique et environnementale majeure ?
Réponse de le 24/02/2014 à 17:51 :
"en polluant pas, ni en terme d'hydrocarbures et de particules cancérigènes, ni en terme de nuisance sonore" Moi, j'suis fait renverser sur mon trottoir par un vélo que j'avais pas entendu venir. Depuis, je suis strssé dès que je sors de chez moi ! J'exige que les vélos soient équipés d'un dispositif sonore sans délais, et au besoin un moteur avec de grosses explosions !
Réponse de le 24/02/2014 à 20:39 :
Ouais, super!

blablabal "J'exige que les vélos soient équipés d'un dispositif sonore sans délais, et au besoin un moteur avec de grosses explosions !"... et beaucoup de fumée. Faut que ça se sente de loin.

wareika
Réponse de le 24/02/2014 à 21:17 :
Autre idée : *regarder* avant de descendre du trottoir, plutôt que de se fier au bruit...
Réponse de le 24/02/2014 à 21:21 :
Je pensais comme vous mais après deux ans de conduite en deux roues électrique dans Paris, aucun accident ni même d'occasion ou j'aurais pu avoir un accident. En revanche c'est vrai qu'un conducteur de deux roues est en général plus attentif qu'un conducteur de voiture...
Réponse de le 24/02/2014 à 22:08 :
J'ai moi-même été surpris par plusieurs reprise pas des véhicule électrique qui ne fessais pas de bruit... Et j'ai failli me faire écrasé pars une voiture parce que je ne fessais pas assé attention. C'est pas pour autant que je vais demander que ses voitures face du bruit sa fait du bien malgré tout que les véhicule face moins de bruit c'est également à nous de faire attention à ce que nous fesont sa nous fait une occasion de plus être perdu dans nos pensée et faire enfin attention à ce qui se passe autour de nous et je pense que sa dura qu'un moment le temps de s’habitué mais ne vous inquiété pas les voiture à explosion sont pas prète de partir pour le moment vue qui à de la mauvaise volonté au niveau écologie malgré les apparences... Et quand quelqu'un essaye de sortir un truque intéressant il se "suicide" d'un immeuble de + de 20 étages "pense très fort au concepteur qui voulais sortir sur le marché une voiture à air"
Réponse de le 25/02/2014 à 0:58 :
Moi j'aime bien les explosions ! Et c'est pour ça que j'aime le 14 juillet et que je garderai le plus longtemps possible mon moteur à explosion que j'aime !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :