Brésil : Dilma Rousseff réélue présidente

 |   |  180  mots
Lors de son monologue, elle a également salué son mentor politique, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva.
Lors de son monologue, elle a également salué son mentor politique, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva. (Crédits : Reuters)
Réélue pour 4 ans dimanche, elle a annoncé "une réforme politique" et s'est engagée à "combattre la corruption".

"Mes premiers mots sont un appel à la paix et à l'union."  Dilma Rousseff (Parti des travailleurs) a ainsi démarré son premier discours à Brasilia après avoir été déclarée vainqueur face au social-démocrate Aecio Neves avec 51,6% des voix après dépouillement de 99% des bulletins, dimanche 26 octobre au soir.

"Actions localisées dans l'économie"

Se présentant comme une présidente "disposée au dialogue" , elle s'est engagée également à promouvoir une "réforme politique" et à "combattre la corruption" avec des peines plus dures. La présidente du Brésil a en outre déclaré qu'elle comptait promouvoir "des actions localisées dans l'économie pour reprendre notre rythme de croissance en garantissant notre niveau élevé d'emploi et la valorisation des salaires" et qu'elle continuerait "à combattre avec rigueur l'inflation".

Lors de son monologue, elle a également salué son mentor politique, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva (président de 2003 à 2010), "militant numéro un des causes du peuple et du Brésil", selon elle, puis "tous les Brésiliens et toutes les Brésiliennes sans exception".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2014 à 14:51 :
RIP Brasil - la crise financière est proche au Brésil
a écrit le 27/10/2014 à 12:44 :
La gauche qui veut lutter contre la corruption qu'elle a mise en place ...
Réponse de le 27/10/2014 à 14:23 :
C'est certains, le capitalisme actuel proscrit la corruption, et agit pour le bien commun.
a écrit le 27/10/2014 à 11:24 :
courage françois ! cette réélection montre que même quand on est nul tout est possible, comme cela l'a été pour ton ami jacques.
Réponse de le 27/10/2014 à 14:22 :
Sauf que le Brésil s'est affranchit avec Dilma, et avant Lula, de la main mise Américaine, rien a voir avec notre bon François.
C'est démontré, les Brésiliens ne peuvent être réduits à un peuple de footballeurs décidés à faire payer à leur présidente la défaite de leur équipe... Alors qu'en France nous avions réélu Jacques ;-)
a écrit le 27/10/2014 à 10:22 :
mais courage surtout, car la tâche sera rude : combat contre la corruption, maintien de l'indépendance vis à vis des USA qui ne lui feront pas de cadeau, suite des réformes? etc .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :