Évasion fiscale : Sapin appelle à "une lutte mondiale"

 |   |  258  mots
Le ministre français a également relevé que le Luxembourg n'était pas le seul paradis fiscal au monde, évoquant aussi des îles avec des palmiers.
Le ministre français a également relevé que le Luxembourg n'était pas le seul paradis fiscal au monde, évoquant aussi "des îles avec des palmiers". (Crédits : REUTERS/Hannibal)
Le ministre français des Finance a estimé que l'Europe "peut avancer encore un peu plus vite" contre l'évasion fiscale, après les révélations par 40 médias internationaux d'un système de fraude mis en place au Luxembourg.

Un "reflet du passé" qui n'est "n'est plus acceptable pour personne". Le ministre français des Finances Michel Sapin a déclaré jeudi 6 novembre que la "lutte doit être mondiale" contre l'évasion fiscale, alors qu'une enquête réalisée par 40 médias internationaux a révélé un système d'évasion fiscale mis en place au Luxembourg.

"L'Europe peut avancer encore un peu plus vite", contre ce phénomène, a-t-il ajouté à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Finances de la zone euro. Il par ailleurs exprimé son "souhait de regarder l'avenir". "On est en train de travailler à grande vitesse" sur la question, a-t-il affirmé.

Un "chemin gigantesque" parcouru

Le ministre français a également rappelé que le Luxembourg n'était pas le seul paradis fiscal au monde, évoquant aussi "des îles avec des palmiers". Il s'est toutefois prévalu que, depuis 2012, les grandes puissances économiques ont parcouru "un chemin gigantesque pour lutter contre la fraude fiscale".

     | Lire 80 pays s'engagent contre la fraude fiscale

Même son de cloche outre-Rhin, où ces pratiques sont également dans le viseur. Devant les députés allemands, auxquels il présentait un accord pour mettre en place un échange automatique d'informations financières d'ici 2017-2018, le ministre des Finances Wolfgang Schaüble a estimé que le Luxembourg avait encore "beaucoup à faire" pour améliorer ses pratiques fiscales. Il a par ailleurs assuré que "l'exploitation de dispositifs légaux [pour échapper à l'impôt] est la prochaine étape" de la lutte contre l'évasion fiscale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2014 à 15:08 :
"des îles avec des palmiers"

Enfin un discours de vérité sur les départements d'Outre-mer ou les Delaware français.
a écrit le 07/11/2014 à 21:31 :
Et que faire quand les fraudeurs sont au sein même du gouvernement ?
a écrit le 07/11/2014 à 8:35 :
Et le racket des politiques et des copains en france...on recule?
a écrit le 07/11/2014 à 7:58 :
IL ne faut pas tout confondre l'évasion fiscale ne consiste certainement à demander à une administration si le schéma de taxation est accepté ou refusé. Ce Monsieur, d'abord fort sympathique confond tout, l'évasion fiscale, l'optimisation fiscale et la fraude fiscale qui en terme juridique ne veut rien dire du tout, la fraude c'est soit l'escroquerie ou le faux dans les titres, c'est très restrictif, en France avoir 100'000 euros c'est déjà de l'évasion fiscale, autrement dit cela ne va pas le gouvernement vorace tue le citoyen. EN plus, la société peut se domicilier où elle veut elle ira plus en Europe mais à AbouDhabi là les entreprises ne paient rien ni les particuliers, et je ne vois pas de problème à rapatrier les bénéfices là où l'entreprise le souhaite je ne vois pas le problème, bien au contraire c'est exactement ce que je ferais n'en déplaise au socialiste Sapin.
a écrit le 06/11/2014 à 23:14 :
Monsieur SAPIN vous devriez plutot vous occuper de gere notre pays. C'est pour cela que des français ont voté pour vous. Pas pour emmerder le monde mais pour gérer correctement le budget français (dépenses = recettes), résorber la dette abyssale de plus de 2.000 milliards d'euros que vous laissez augmenter et pour laisser aux futurs générations un pays sain économiquement, socialement et politiquement ou le but n'est pas de diviser pour mieux régner en re développant la lutte des classes et des races.
a écrit le 06/11/2014 à 22:55 :
Les paradis fiscaux ne sont pas facteurs de chômage mais d'appauvrissement des système publics. Où est le problème? On verra le résultat ! Quant à Sapin, il ne représente rien. C'est un hypocrite politicard bien français. Les multinationales verront leurs investissements réduits ou leur cours de bourse baisser. Et alors? On embauchera davantage? Ceux qui veulent des dividendes n'ont qu'à acheter des actions mais ils préfèrent planquer leurs sous dans un
Livret A. C'est moins risqué ! Comme quoi tout cela n'est que jalousie et envie assaisonné à la sauce marxiste mal digérée.
a écrit le 06/11/2014 à 21:23 :
N ayant pas énarque ou science po. Il me semble que la solution est assez facile 1 et point supprimer au niveau européen la triangulation fiscale. 2 eme point taxe par pays les entreprises sur le chiffre d affaire réalisé dans le pays. 3 eme supprime ou vire tous les paradis fiscaux au seins de l Europe ( ceux qui ne veulent pas plié outs il serait temps que l intérêt général des 28 ne passent pas après l intérêt de deux ou trois pays Et voilà problème réglé
a écrit le 06/11/2014 à 19:05 :
Les hommes publics français ont toujours aimé les "grandes phrases", les "grands discours", essentiellement vides de contenu et sans grande portée morale. Peu importe, des grands rusés, ils savent que ces tartines seront colportées par les médias et feront les gros titres des journaux. Des rusés.
a écrit le 06/11/2014 à 18:56 :
Et aussi des Martiens.
a écrit le 06/11/2014 à 18:52 :
Les fourberies de Sapin
a écrit le 06/11/2014 à 18:48 :
Il serait temps, des milliards qui partent on ne sais où pour au final servir à quoi ?
que quelques bonhommes aillent faire un plongeon dans l'espace pour le plaisir ou achète une 10ème villa au bord de l'eau..
a écrit le 06/11/2014 à 18:29 :
il veut lutter contre cahuzac et thevenoud, ou quoi?
a écrit le 06/11/2014 à 18:21 :
Je dirais meme interplanétaire lol
a écrit le 06/11/2014 à 18:20 :
le bailli de NOTTINGHAM ,planquez vos sous !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :