Nucléaire iranien : nouveau délai et allègement des sanctions

 |   |  321  mots
John Kerry (secrétaire d'Etat américain), Catherine Ashton (UE) et Mohammad Javad Zarif (ministre iranien des Affaires Etrangères), à Vienne lors du lancement des négociations.
John Kerry (secrétaire d'Etat américain), Catherine Ashton (UE) et Mohammad Javad Zarif (ministre iranien des Affaires Etrangères), à Vienne lors du lancement des négociations. (Crédits : reuters.com)
Les négociations pour un accord sur le nucléaire iranien n'ont pas abouti. Toutefois, les protagonistes sont d'accord pour poursuivre les pourparlers jusqu'en juin 2015. Signe que les discussions ont été constructives...

Il ne seront pas parvenus à un accord avant les délais... Mais l'Iran et le groupe P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont prévu de se revoir à partir de décembre pour poursuivre les discussions dans l'optique d'un accord sur le nucléaire iranien. Un nouveau délai est donné jusqu'en juin 2015.

C'est le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, qui a annoncé ce lundi 24 novembre qu'il n'avait "pas été possible d'obtenir un accord à la date-limite" sur le dossier nucléaire à Vienne, et que ce délai était repoussé au 30 juin 2015.

Lâcher du lest sur les sanctions

M. Hammond a précisé que la négociation entre la République islamique et les grandes puissances se poursuivrait selon les termes de l'accord intérimaire conclu à Genève en novembre 2013. Il a également annoncé que l'Iran allait bénéficier d'un dégel de ses avoirs à hauteur de 700 millions de dollars par mois (564,2 M EUR) pendant la poursuite des négociations.

Sur ce nouveau délai, les négociateurs veulent changer de méthode et parvenir à un accord politique avant le 1er mars. Il s'agira ensuite d'affiner les détails pour aboutir à un accord plus complet.

Une pression accrue de part et d'autres

Pour les protagonistes, la pression va s'accentuer. De part et d'autres, les opposants à un accord vont faire entendre leur voix. Aux Etats-Unis, la donne va changer à partir de janvier puisque la nouvelle majorité du Congrès entrera en fonction. Il s'agira d'une majorité républicaine, hostile à Barack Obama et partisane d'une ligne dure vis-à-vis de l'Iran.

De son côté, le président iranien, Hassan Rohani, se sait surveiller par les "durs" du régime à savoir le chef des Gardiens de la Révolution, et le chef de la milice islamique Bassidji. Ce dernier a déclaré à l'agence de presse Isna : "Au diable, s'ils n'acceptent pas. Au diable s'ils imposent des sanctions".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2014 à 23:05 :
«Même si on arrive à un accord politique, les annexes techniques ne seront pas prêtes. Or dans notre esprit, rien ne sera agréé tant que tout ne sera pas agréé y compris les annexes» dixit un diplomate européen. On sentait bien la volonté de ne pas d'aboutir, « le diable est dans les détails ». Ces annexes techniques auront coûté sa crédibilité Hassan Rohani qui à Téhéran passera sous les fourches caudines des durs du régime. Reste que les iraniens le savent, passé janvier plus aucun accord honorable ne sera possible et dans 2 ans si les républicains et le Tea-parti accèdent au pouvoir les risques de guerre seront plus que probables. Ils leur restent un répit de 2 ans, période pendant laquelle il est peu probable que B.Obama accepte de les bombarder. Le guide Ali Khamenei qui pour des raison religieuse à certainement limité la fabrication de la bombe chiite (Fatwa en 2005) risque de se retrouver sous la pression des militaires pour l'acquisition de la bombe. Dans le pire des cas son successeur (il a été très malade en octobre ou par destitution) pourrait être un dur l'ayatollah Shahroudi, avec de toute façon le Corps des Gardiens de la révolution islamique qui aura son mot à dire. En ne faisant rien pour aider le président Rohani, les occidentaux ont commis une grosse erreur, et ceux des deux cotés qui ne voulaient pas d'accord plutôt qu'un mauvais accord ont gagné. Accord qui allait être signé il y a 1 an sans l'intervention de L.Fabius.
a écrit le 24/11/2014 à 17:17 :
les iraniens ne sont pas les inventeurs des échecs pour rien. Ils ont l'art et la manière de "promener" les occidentaux. D'échéances en échéances repoussées, ils arriveront à leur rythme à mettre au point une bombe atomique, but ultime de leur démarche et ils pourront dire "échec et mat" à nos diplomates.
a écrit le 24/11/2014 à 16:29 :
Une photo signée AP d'aujourd'hui illustre de façon didactique l'ambiance de ces pourparlers à Vienne : on y voit presques tous les ministres AE des "5+1" en arborant le sourire, en montrant les dents aux photographes, tous. Pourtant il n'y a que deux d'entre eux qui tirent la geuele, vous devinez qui ? John Kerry et Laurent Fabius !! allez savoir pourquoi…. :-))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :