Les investissements chinois à l'étranger dépassent les 100 milliards de dollars

En 2014 les investissements chinois à l'étranger ont bondi de 14,1%. La Chine pourrait bientôt devenir un investisseur net. Un tournant historique.

3 mn

Ces investissements à l'étranger avaient déjà grimpé de presque 17% (à 90,17 milliards USD) en 2013, sous l'effet des encouragements vigoureux de Pékin, soucieux de s'assurer des approvisionnements de matières premières et des débouchés commerciaux pour la deuxième économie mondiale.
Ces investissements à l'étranger avaient déjà grimpé de presque 17% (à 90,17 milliards USD) en 2013, sous l'effet des encouragements vigoureux de Pékin, soucieux de s'assurer des approvisionnements de matières premières et des débouchés commerciaux pour la deuxième économie mondiale. (Crédits : © Alex Lee / Reuters)

Un cap est désormais franchi. Les investissements chinois à l'étranger ont bondi de 14,1% en 2014, dépassant pour la première fois la barre des 100 milliards de dollars (86 milliards d'euros, d'après le cours actuel), selon des chiffres officiels publiés vendredi 16 janvier.

Bientôt un investisseur net ?

Contrairement aux attentes initiales du gouvernement, le total des investissements chinois à l'étranger n'a pas dépassé le volume des IDE (investissements directs étrangers) en Chine en 2014, mais de l'avis de Zhong Shan, vice-ministre du Commerce, ce n'est désormais qu'une question de temps. Il a ainsi souligné à l'occasion d'un point-presse:

"Sur leur dynamique actuelle, les investissements hors de Chine vont continuer à croître bien plus rapidement que le recours aux IDE dans le pays, ce qui fera de la Chine en peu de temps un investisseur net, un tournant historique."

Dans le détail, hors secteur financier, les investissements chinois à l'étranger ont atteint l'an dernier 102,9 milliards de dollars, alors que les entreprises renforçaient leurs acquisitions, notamment dans les secteurs de l'énergie, des exploitations minières ou agricoles, mais aussi des services et du tourisme.

90 milliards en 2013

Ces investissements à l'étranger avaient déjà grimpé de presque 17% (à 90,17 milliards USD) en 2013, sous l'effet des encouragements vigoureux de Pékin, soucieux de s'assurer des approvisionnements de matières premières et des débouchés commerciaux pour la deuxième économie mondiale.

Sans fournir de détails sur les destinations des investissements chinois, le vice-ministre a cependant précisé que les sommes investies vers les deux premiers partenaires commerciaux du pays avaient bondi. Ceux à destination de l'Union européenne (UE) ont ainsi "pratiquement triplé" en 2014, tandis que ceux vers les Etats-Unis ont gonflé de 23,9%.

Les IDE sous les 120 milliards

Dans le même temps, les investissements directs étrangers (IDE) en Chine, également calculés hors secteur financier, ont progressé l'an dernier de seulement 1,7%, totalisant 119,6 milliards de dollars, a précisé le ministère du Commerce dans un communiqué. C'est un fort ralentissement par rapport à la hausse de 5,3% enregistrée l'année précédente, qui faisait suite cependant à un repli en 2012.

Ce tassement des IDE résulte du fort ralentissement de la croissance économique chinoise, sur fond de morosité du secteur manufacturier, de marasme du marché immobilier et de faiblesse de la demande intérieure.

Chute des investissements américains en Chine

Sur l'année, les investissements américains en Chine ont chuté de 20,6% (à 2,66 milliards de dollars), et ceux en provenance de l'Union européenne ont trébuché de 5,3% (à 6,85 milliards). Pour leur part, les investissements nippons en Chine ont plongé de presque 39% (à 4,33 milliards de dollars), plombées par l'aggravation des tensions géopolitiques entre les deux puissances asiatiques.

A contre-courant, les investissements de la Corée du sud ont bondi de 29,8% l'an dernier (à 3,97 milliards de dollars), et ceux du Royaume-Uni de 28% (à 1,35 milliard de dollars) - à la faveur d'un vif réchauffement des relations diplomatiques entre Pékin et ces deux pays.
Pour le moment, aucun chiffre n'était en revanche disponible sur les investissements en provenance de Hong Kong et de Taiwan, qui figurent parmi les plus gros investisseurs dans le pays.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 16/01/2015 à 17:29
Signaler
Personne sain d'esprit ne pensait que les Chinois allaient rester assis sur leur montagne de dollars sans l'investir !!! C'est tous les continents qu'ils "envahissent" et le système occidental a du mouron à se faire pour son influence géo-économico-p...

à écrit le 16/01/2015 à 16:07
Signaler
La Chine commence donc à normaliser sa présence économique dans le monde. Elle suit la route qu'à suivi le Japon à son époque : d'usine du monde à bas coûts il st devenu un acteur normal. Mais le chemin est encore très long pour la Chine. Son revenu ...

à écrit le 16/01/2015 à 14:29
Signaler
Heureusement que la France va mal....... Acquisitions, investissement ou rachats des entreprises françaises à l'étranger en 2014, liste non exhaustive: Xavier Niel rachète Orange Suisse pour 2,3 milliards. Xavier Niel rachète Monaco Telecom pour 3...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.