La Jordanie répond à Daech et exécute deux djihadistes condamnés à mort

 |   |  313  mots
La télévision japonaise a suivi cette affaire qui a vu l'exécution de deux de ses ressortissants la semaine dernière, avant que Daech ne procède à celle du pilote jordanien.
La télévision japonaise a suivi cette affaire qui a vu l'exécution de deux de ses ressortissants la semaine dernière, avant que Daech ne procède à celle du pilote jordanien. (Crédits : Reuters)
Après le terrible assassinat du pilote jordanien pris en otage par Daech, la Jordanie a fait pendre la prisonnière condamnée à mort dont le groupe djihadiste réclamait la libération.

La Jordanie n'a pas tardé à répondre à l'atroce exécution de Maaz al-Kassasbeh, le pilote de l'armée de l'air capturé par Daech et brûlé vif hier, d'après une vidéo du groupe djihadiste publiée mardi 3 février. Amman a ainsi annoncé avoir pendu Sajida al-Rishawi, dont Daech réclamait la libération, et Ziad Karbouli, un responsable d'Al-Qaïda. Ils ont été exécutés tôt ce matin, à 4 heures heure locale (2h GMT), a annoncé le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammad Momani.

"Celui qui doutait de la barbarie de l'organisation EI, en voici la preuve (...) et celui qui doutait de l'unité des Jordaniens, on lui prouvera le contraire", a ajouté Mohammad Momani, également ministre de l'Information.

"Le pilote n'appartenait pas à une tribu spécifique ou à un gouvernorat spécifique, il était le fils de tous les Jordaniens qui sont unis comme ils l'ont toujours été dans leur Histoire", a-t-il poursuivi.

Condamnés à mort

Amman demandait des preuves de vie du pilote retenu en otage par Daech avant d'envisager la libération dans le cadre d'un échange. Daech n'a pas été capable de fournir cette preuve et n'avait promis que de garder en vie le jeune soldat de 26 ans, sans le libérer. Certains experts estiment qu'en réalité le pilote avait été tué il y a un mois.

Les deux prisonniers avaient été condamnés à mort par la justice jordanienne. Ziad Karbouli avait assassiné un Jordanien en 2008. Agée de 44 ans, Sajida al-Rishawi, surnommée la "sœur emprisonnée" par Daech, avait participé à une série d'attentat meurtriers en Jordanie en 2005. A l'époque, elle n'était pas parvenue à activer sa ceinture d'explosifs, au contraire de son mari. Condamnée à mort en 2007, elle ne devait sa survie jusqu'à aujourd'hui qu'à un moratoire en 2007 de la Jordanie sur la peine capitale qui a pris fin le mois dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2015 à 16:31 :
Le gouvernement FRANÇAIS va laisser ces montres revenir en FRANCE sans rien FAIRE
MERCI !
il est vraiment temps de déchoir ces montres de leurs nationalité ou de leurs présenter M GUILLOTIN !
HOLLANDE démission !!
Réponse de le 04/02/2015 à 21:16 :
tout a fait d accord
a écrit le 04/02/2015 à 14:53 :
Le prix Nobel de la paix devrait ouvrir un dictionnaire pour voir ce dont il s'agit afin de tenter une mise en pratique. Obama est en train partout, aussi bien en Ukraine, d'organiser la troisième guerre mondiale. Assez !
Réponse de le 04/02/2015 à 18:40 :
N'importe quoi.
a écrit le 04/02/2015 à 12:21 :
Efficace la justice jordanienne. Au moins eux ils agissent, très simplement et très efficacement. A quand les cours à l'école de la magistrature donnée par des professionnels jordaniens ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :