La France veut du concret

 |   |  344  mots
Paris souhaite que le G20 soit l'occasion de vraies mesures sur le mode de rémunération des traders.

À deux jours du sommet de Londres, rien n?est encore inscrit dans le marbre, affirmet- on à Paris. Les grands pays sont désormais d?accord sur le principe d?un second plan de relance si cela s?avère nécessaire. Le débat est en revanche « plus compliqué » sur le thème de la régulation. Le risque, estimet- on à Paris, est de « multiplier les déclarations sans concret ». Au-delà du message d?unité, Paris souhaite donc que le G20 s?accorde sur quelques mesures concrètes sur « des sujets bien identifiés sur lesquels il n?y a pas de débat théologique », tel que les normes comptables ? jugées procycliques ? ou le mode de rémunération des traders.

Encadrement

La France souhaite défendre à Londres l?idée d?un meilleur encadrement des rémunérations des traders. En avril 2008, les ministres des Finances des sept pays les plus industrialisés avaient invité, à la veille d?un important G7 finance, plusieurs patrons de grandes banques à partager leur table. Certains banquiers avaient engagé un début de mea culpa en reconnaissant que le mode de rémunération des traders ? notamment les bonus ? avait entraîné des prises de risques excessives. « L?idée n?est évidemment pas de définir une grille de salaires pour tous les traders de la planète », explique-t-on à Paris, mais de définir un mode de rémunération qui tienne mieux compte du « couple risque-revenu ». Les traders qui gagnent le plus d?argent sont ceux qui prennent le plus de risques, des risques qui sont parfois sans commune mesure avec ce que leurs banques peuvent supporter. « Chaque banque doit être attentive à ce sujet, notamment son conseil d?administration qui ne doit pas déléguer cette tâche au patron ou au directeur général de la banque. » Paris n?écarte pas l?idée de sanctions si l?autorité de supervision jugeait que la « politique de rémunération » maison faisait peser des « risques importants » sur la santé de la banque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :