Européennes : l'association ProEuropa 2009 incite les partis à désigner des candidats "jeunes et compétents"

 |   |  476  mots
L'association ProEuropa 2009, qui regroupe des jeunes actifs ayant une connaissance approfondie des politiques européennes, a lancé le 28 janvier son action en vue des élections européennes de juin.

Permettre à des jeunes compétents et prêts à s'engager dans la durée au parlement européen de se retrouver en position éligible sur les listes proposées par les partis politiques. C'est le souhait de l'association ProEuropa 2009, qui a lancé son action le 28 janvier.

L'association, qui se définit elle-même comme "un groupe de jeunes actifs qui ont en commun une véritable expérience européenne et une connaissance approfondie des politiques et des institutions européennes", souligne l'importance de la prise de conscience de l'enjeu européen par les partis français.

Invité de la réunion, l'ancien député européen Jean-Louis Bourlanges a salué l'initiative, et a confirmé qu'une faible influence française à Bruxelles participait à la dépréciation de la fonction de député européen par les partis politiques français.

Selon lui, les députés européens peuvent aujourd'hui être classés en quatre catégories: les "pré-retraités", qui ont une réelle influence mais terminent leur carrière au PE, comme Michel Rocard; les "catéchumènes", qui se servent des élections européennes pour obtenir l'onction du suffrage universel et occuper d'autres postes par la suite, comme Philippe Douste-Blazy; les "apparatchiks", que l'on envoie à Strasbourg pour qu'ils s'occupent davantage du parti; et les députés qui font leur travail.

Ces derniers étant en minorité, indique Jean-Louis Bourlanges. "Leur rôle est difficile et ingrat, analyse-t-il. A chaque élection, on met devant eux une autre tête de liste pour des raisons obscures." Revenant sur la présence de ministres en tête des listes UMP (EurActiv.fr, 26/01/2009), l'ancien député a estimé que Nicolas Sarkozy avait "des progrès cognitifs à faire sur le rôle du PE et sur celui de député européen".

Si ProEuropa dit avoir "frappé à la porte" de l'UMP, l'association n'a pour l'instant reçu aucun soutien concret du parti majoritaire. De nombreuses personnalités telles que le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, l'ancienne maire de Strasbourg, Fabienne Keller, l'eurodéputé Jean-Paul Gauzès et le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, sont cependant favorables à l'initiative.

Mais aucune place sur les listes ne leur a pour le moment été offerte. Seul François Decoster a été proposé par le Nouveau Centre pour figurer sur la liste UMP du Nord Ouest.

"Nous n'écartons pas l'hypothèse d'une liste autonome", a précisé le président du groupe, Jacques Beltran. Une possibilité théoriquement ouverte, puisque les conditions pour présenter des candidats aux européennes sont assez souples. Mais en pratique, l'initiative peut vite s'avérer ruineuse. En 2004 par exemple, les royalistes de l'Alliance royale n'avaient pu procéder à l'impression de leurs bulletins de vote, faute de moyens suffisants. Le seuil de remboursement des frais de campagne est fixé à 3% des suffrages exprimés.

 

 

Site d'EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :