La France pourrait prêter jusqu'à 6,3 milliards d'euros à la Grèce

 |   |  414  mots
Christine Lagarde a révélé le plan français d'aide à la Grèce. Un rectificatif du projet loi de finance 2010 devrait être examiné par l'Assemblée nationale et le Sénat avant le 15 mai.

6,3 milliards d'euros. C'est la somme maximum susceptible d'être débloquée par la France pour aider la Grèce. 3,9 milliards d'euros seront mobilisables pour 2010, a annoncé la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, lors du Conseil des ministres, mercredi 21 avril 2010.

Ce montant de 6,3 milliards d'euros s'inscrit dans le cadre du plan de soutien européen. Il correspond à la quote-part de la France sur les 30 milliards d'euros de prêts auxquels les Etats-membres de la zone euro se sont engagés le 11 avril 2010. La quote-part de chaque Etat est calculée en fonction de sa participation dans le capital de la Banque centrale européenne, celle-ci tenant compte du PIB et de la population des Etats.

Les sommes qui pourront être engagées par les autres Etats membres de l'Eurogroupe sont par conséquent assez prévisibles. L'aide potentielle de l'Allemagne devrait s'élever à 8 milliards d'euros, l'Italie à 5 milliards, l'Espagne à 3,7 milliards, les Pays-Bas à 1,8 milliard etc.

Mais pour l'instant, cette aide n'est que potentielle.La Grèce n'a pas encore sollicité l'activation du plan de soutien. La France a donc anticipé. "On n'a pas peur mais on veut être prêt", a insisté Christine Lagarde à la sortie du Conseil des ministres.

Le texte, qui "permet à la France d'activer le dispositif permettant si nécessaire de soutenir la Grèce, et donc de maintenir la stabilité de l'euro", sera présenté les 3 et 4 mai à l'Assemblée nationale et les 6 et 7 mai au Sénat, a-t-elle ajouté. "Ce prêt, s'il est nécessaire, ne sera mobilisé par le gouvernement français que conjointement avec les pays partenaires de la zone euro", explique par ailleurs le communiqué du Conseil des ministres.

Afin d'intégrer cette dépense éventuelle, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a présenté une version rectificative du projet de loi de finances pour 2010. "Cette opération financière n'a pas d'impact sur le déficit des administrations publiques au sens de la comptabilité nationale", a indiqué Bercy.

"Le déficit budgétaire 2010 augmentera de 3 milliards d'euros pour atteindre 152 milliards, et non de 3,9 milliards car la France attend 900 millions de recettes supplémentaires de TVA", a précisé Christine Lagarde. Le déficit public prévisionnel pour 2010 restera à 8,0% du produit intérieur brut et le programme 2010 d'émission de dette moyen et long terme (188 milliards d'euros) ne sera pas modifié.

Lire la suite de l'article : La France pourrait prêter jusqu'à 6,3 milliards d'euros à la Grèce

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv .fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2010 à 5:58 :
Quand le clochard France aide le clochard Grèce , on parle de solidarité dans la clochardise , pas d'intelligence ( si cela était , cela se saurait !!!
a écrit le 25/04/2010 à 3:28 :
j'aime mon pays je suis pas née en france mais en algérie française je suis comme la plupart des gens quand il faud aidais oui mais nous n'avons pas pour nous nous sommes des clocard,et la france veu donner a la gréce alors qu'il y a des gens sans un toit en difficultées occupons nous de nos affares d'abort il faut faire bouillir la marmite et apres ont verra
a écrit le 23/04/2010 à 15:00 :
J'aime bien la France prête à la Grèce. En fait c'est comme si ene clocharde prêtait à une autre clocharde !
a écrit le 23/04/2010 à 14:35 :
L'aide des membres de l´Eurogroupe à la Grèce est incompatible avec le traité de Lisbonne. L´article 125 (la clause de non-renflouement "No bailout") interdit notamment l'hypothèse de la prise en charge de la dette d'un autre État membre. Notre referendum comme celui des Néerlandais fut ignoré maintenant ce sont les règles "forcées" qui ne sont plus tenues. La souveraineté des états est baffouée (comme l´interdiction de l'espace aérien s´avère aujourd´hui qu´il n'était pas nécessaire). Arrêtons le massacre de Bruxelles!
a écrit le 23/04/2010 à 14:19 :
La grèce sort de l'Euro et on la laisse se débrouiller. Ca fera réfléchir les prochains membres a qui viendra l'idée de faire n'importe quoi.
a écrit le 22/04/2010 à 13:30 :
je pensais que l'on en avait besoin justement !!!
on m'aurait mentiiiii !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :