La convergence franco-allemande à l'épreuve des discours

Sur de nombreux points clés, comme le rôle de la BCE ou le contrôle des budgets, le fossé se creuse entre l'Allemagne et la France.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Les discours de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel ont permis, jeudi et vendredi dernier, de constater l'ampleur du fossé qui sépare encore les deux dirigeants qui, ce lundi à Paris, vont pourtant devoir trouver un terrain d'entente et présenter, avant le sommet européen des 8 et 9 décembre prochain. Comparaison des deux discours.

Le style. La mise en scène et le style volontairement dramatisant du texte, tout contribuait à donner au discours de Nicolas Sarkozy un aspect solennel. En s'adressant directement aux Français, le président de la République a donné à cette intervention une forte dimension de politique intérieure. À la fois pédagogue et chef politique, Nicolas Sarkozy a récrit à sa façon l'histoire économique des trente dernières années, insistant sur des sujets sensibles en politique intérieure. Une sorte d'enseignement préparatoire à une nécessaire réforme de la zone euro, sans fournir plus de détails.

Angela Merkel, elle, s'adressait aux députés allemands. Une obligation avant tout sommet européen pour « informer » la représentation nationale. Le propos a été logiquement plus technique, plus court et plus précis. Ainsi, omises par Nicolas Sarkozy, la place de la Cour de justice de l'Union européenne ou la recapitalisation des banques ont été abordées en détail.

Les euro-obligations. Absente du discours français, l'idée des emprunts communs des pays de la zone euro a été clairement repoussée par la chancelière qui n'y voit pas une solution durable à la crise. Il n'est pas pensable pour Angela Merkel d'accepter une responsabilité pour les dettes contractées par les autres pays.

Le rôle de la BCE. Le président de la République a évité la confrontation avec l'Allemagne sur le rôle de la banque centrale, en particulier sur la notion de « prêteur en dernier ressort ». Angela Merkel a donc eu la voie libre pour défendre une BCE « ancrée dans sa tâche de stabilité monétaire ». Et la dirigeante chrétienne-démocrate de rejeter toute comparaison avec les banques centrales américaines ou britanniques « dont les tâches ne sont pas les mêmes ».

L'union budgétaire. Le terme a été prononcé par Angela Merkel. Pour elle, l'Europe n'a « jamais été aussi près d'une telle union », désormais « nécessaire ». La chancelière a cependant assuré que dans ce cas le droit du Bundestag serait préservé, notamment celui de définir le budget fédéral. Mais l'Union devra reposer sur des « règles strictes communes, au moins dans la zone euro ».

Nicolas Sarkozy, lui, s'est bien gardé d'être aussi clair. Ne prononçant pas le mot d'union budgétaire, il a appelé à « examiner » et à « discuter ensemble » les budgets. Quant au contenu de cette union, Angela Merkel a très clairement défendu l'automatisation des sanctions pour les pays à déficit excessif, tandis que Nicolas Sarkozy a seulement défendu l'étrange idée de « sanctions plus automatiques ». En revanche, les deux dirigeants s'accordent sur la nécessité de règles d'or s'appliquant à tous les pays membres et sur la nécessité de réformer les traités.

Les contrôles. C'est encore le grand point de divergence entre Paris et Berlin. À Toulon, Nicolas Sarkozy a défendu une Europe des gouvernements pour dépasser le débat entre « partisans de l'Europe des nations et partisans de l'Europe fédérale ». « C'est par l'intergouvernemental que passera l'intégration européenne », a-t-il martelé. Ce n'est pas l'avis de la chancelière qui a réclamé la possibilité d'une plainte devant la cour de justice européenne contre les mauvais élèves. Une idée que Paris rejette et qui n'a même pas été évoquée à Toulon.

L'axe franco-allemand. Le président de la République a insisté sur la nécessité de la convergence franco-allemande. Mais, en fait, il s'agit plutôt d'un chemin français. Angela Merkel n'a pas évoqué un travail en commun spécifique avec Paris. Elle a indiqué que le projet sera présenté par Herman Van Rompuy, et affirmé que si la République fédérale voulait développer la « culture de la stabilité » en Europe, elle ne voulait pas « dominer ».

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 05/12/2011 à 12:40
Signaler
L'Allemagne a sans doute fait de conneries en ne contrôlant pas suffisamment ses banques, qui sous des apparences de rigueur et de procédures se font baiser régulièrement par les offreurs de produits miracles, mais dans ce compartiment les français o...

le 05/12/2011 à 15:42
Signaler
La dernière fois que la France a été dans les clous européens c'était sous JOSPIN et vous pouvez vérifier je vous y engage vivement! c'était une période bénie où le président dépensier était marqué à la culotte (Chirac). Las dans notre bêtise insonda...

à écrit le 05/12/2011 à 11:02
Signaler
l idee de sanction aux dirigeants qui ne tiennent pas la route est intéressante parce que quand il s'agit de sanctions contre le pays il s'en foutent (ex respect Maastricht et de 3% du PIB... )

le 05/12/2011 à 12:57
Signaler
Angela Merkel en a marre des gens qui mentent comme ils respirent, en a marre des démagos, et des irresponsables qui pratiquent la fuite en avant, dans ce chapitre et hormis Chirac à droite, les socialos français sont les champions du monde, Delors e...

à écrit le 05/12/2011 à 10:25
Signaler
Imaginons que les rôles soient inversés (on peut rêver quelques instants): est-ce que les Français accepteraient de garantir les dettes des Grecs, Italiens, Espagnols, Portugais ? La position de Mme Merkel est compréhensible. L'Europe, c'est bien, ma...

à écrit le 05/12/2011 à 8:57
Signaler
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la position de Sarkozy n'est pas clair. Il semble approuver la ligne technique définie par Merkel et essaye de convaincre les Français, en dramatisant les enjeux, mais sans expliquer ce qu'il va faire. Comme ...

à écrit le 05/12/2011 à 8:16
Signaler
forcement, la rigueur, ca derange les menfoutistes aux entournures...

à écrit le 05/12/2011 à 8:13
Signaler
A méditer depuis que nous avons privatisé l'argent en 1973 et confirmé cet état de fait avec l'article 123 du traté de Lisbonne. "Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvern...

le 05/12/2011 à 9:39
Signaler
C'est pourquoi il est nécessaire de supprimer cette disposition et abandonner l'Euro. Sa gestion, basée sur le dogme de la maîtrise de l'inflation, a montré ses limites en seulement 10 ans. Mieux vaut un électrochoc salvateur qu'une érosion continue ...

le 05/12/2011 à 10:34
Signaler
Un bon élecrochoc salvateur ? Avec 1600 miliards de dettes libellées en euros ,avec une nouvelle monnaie dévaluée de 50 % ,il va l'etre !

à écrit le 05/12/2011 à 7:25
Signaler
Votre article ne parle pas du renforcement du FESF et de la banque MES pour la banque MES j'ai une joli video sur youtube http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU

à écrit le 05/12/2011 à 7:22
Signaler
il y en a marre de leurs discours qui nous coute une fortume pour rien? ceux qui font la politique ce sont les marchés les banques spéculatives , comme il non pas le courage de dire a c gens la ce qui n'est plus acceptable et bien rien NE PEUT BOUGE...

à écrit le 05/12/2011 à 7:07
Signaler
Mme Merkel arrive comment en France avec un avion gouvernemental allemand où comme Mr Sarkosy avec son air bus où par ligne régulière...Commençons par réduire les dépenses de prestige de la France et tous les abus en frais de déplacements payés par l...

le 05/12/2011 à 8:39
Signaler
a tauto bien dit il va falloir ce bouger pour les éléction en allant leurs dire lorsqu'ils font faire leurs campagne en 2012

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.