L'Europe des faillites coupée en deux

 |  | 345 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Selon l'institut allemand Creditreform, les faillites d'entreprises ont reculé dans le nord de l'Europe et ont fortement progressé au sud et à l'est.

La crise de la dette, on le sait, coupe l'Europe en deux. Une étude publiée ce mardi par l'institut allemande Creditreform, spécialisé dans le suivi des PME, vient confirmer que cette dichotomie est également valable en ce qui concerne les faillites d'entreprises. Dans l'ensemble des quinze pays de l'Union européenne qui en était déjà membres avant 2004, ainsi qu'en Suisse et en Norvège, l'ensemble des faillites affiche une hausse de 0,3 % à 174.917, soit moins de 500 de plus qu'en 2010. Une stabilité remarquable compte tenu du ralentissement général des économies enregistré dans la seconde partie de l'année, mais avec des disparités importantes. En 2011, le nombre de faillites a ainsi progressé de 27,3 % en Grèce, de 18,7 % en Espagne, de 17,1 % au Portugal et de 16,9 % en Italie. A l'inverse, les défaillances d'entreprises sont en recul de 2,9 % aux Pays-Bas, de 3 % en France et de 5,8 % en Allemagne et de 7 % en Autriche. Des divergences qui reflètent d'abord les différences de croissance entre Etats du « Sud » et Etats du « Nord ».

La France en tête
Pour autant, en valeur absolue, la France reste le pays d'Europe où les faillites d'entreprises sont les plus nombreuses, avec 49.506 défaillances, soit 28 % de l'ensemble des faillites des 17 pays étudiés. L'Allemagne arrive en deuxième position avec 30.200 faillites, soit 17 % du total. On voit donc que l'Hexagone est un pays où les entreprises demeurent beaucoup plus susceptibles que ses voisins au risque de faillite.

L'Europe de l'est fortement touchée
Creditreform souligne également la mauvaise performance des entreprises d'Europe centrale et orientale. Dans les onze pays de cette région, le nombre de faillites d'entreprises a progressé de 6,1 %. La Bulgarie (+114,3 %), la Slovénie (+32,4 %), la République tchèque (+16,2 %) et la Hongrie (+16,2 %) sont les plus touchées par ce phénomène. Le pays des Magyars, fortement frappé par la crise de la dette, est du reste, celui où les faillites sont les plus fréquentes avec 20.322 défaillances en 2011. A l'inverse, l'Estonie et la Lettonie, où la croissance est repartie vigoureusement l'an passé, voient une forte décrue des faillites.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :