Les économistes allemands confiants pour leur pays, inquiets pour la zone euro

 |   |  557  mots
AFP
AFP (Crédits : AFP)
La croissance allemande devrait être plus élevée que prévue, selon cinq instituts d'étude économiques du pays qui publient leur rapport de printemps ce jeudi. Mais le spectre de la crise de la dette dans la zone euro plane toujours. Et la réponse à lui donner ne fait pas consensus.

Le spectre de la crise plane toujours. Si la première économie d'Europe devrait voir son produit intérieur brut croître de 0,9% cette année et 2% en 2013, selon les prévisions des cinq instituts allemands, elle reste menacée par une nouvelle crise européenne. Une mise en garde similaire a été formulée par le FMI cette semaine.

Dans leur rapport servant de base aux estimations du gouvernement et remis ce jeudi, ces instituts tablent ainsi sur une croissance de 0,1 point plus élevé que lors de leur précédente estimation. Mais ils préviennent : "le plus grand risque de retournement pour le développement économique de l'Allemagne reste la dette et la crise de confiance dans la zone euro".

Selon ces économistes, avec sa politique consistant à ouvrir le robinet des liquidités, la Banque centrale européenne (BCE) a seulement réussi "à gagner du temps". Ils en appellent donc aux Etats afin qu'ils mettent en place les mesures du Pacte budgétaire visant à rétablir l'équiliber des comptes publics. Or, la ratification de cet accord européen est toujours en cours, suspendu en France aux résultats de l'élection présidentielle et en Irlande à celui d'un référendum.

Le rôle de la BCE divise les économistes allemands

"Les Etats doivent absolument se conformer au pacte fiscal afin de contribuer à la viabilité de leurs finances publiques", pressent les instituts allemands. Le moindre doute sur la question pourrait, d'après eux, faire flancher les marchés et entraîner de nouveau l'Europe dans la spirale de la crise. En outre, ils s'opposent à une politique monétaire "orientée par le membre le plus faible" autrement dit la Grèce hier, l'Espagne ou l'Italie demain. Ces instituts visent notamment les prêts sur trois ans aux banques privées accordés par la BCE qui la détourneraient de son travail principal : la lutte contre l'inflation. Sur ces points, ces organismes affichent leur consensus.

Toutefois, le rôle à attribuer à la BCE les divise. L'institut de recherche économique de Halle (IWH) et celui d'Essen (RWI) estiment que la Banque centrale européenne pourrait servir de garant "en dernier ressort" pour la dette des pays les plus en difficultés. Face à eux, deux autres instituts, IfW et Ifo, considèrent au contraire que ce mécanisme, dont les détails ne sont pas précisés, ne serait pas efficace. Il exposerait l'Allemagne, premier contributeur de la BCE en volume. Pire, il donnerait un mauvais signal aux pays ainsi aidés, en les décourageants de faire davantage d'efforts pour redresser leurs comptes publics.

L'exemple allemand ?

Sur cette question de la réduction de la dette, l'Allemagne a, elle aussi, des efforts à fournir, pointent les Instituts. Celle-ci représente 80% de son PIB, loin de l'objectif des 60% du Pacte budgétaire. Son déficit budgétaire, quant à lui, approche de l'équilibre visé. Il décroît passant à 0,6% du PIB en 2012 et 0,2% l'année suivante contre 1% en 2011.

A l'inverse de ses partenaires, l'Allemagne ne souffre pas d'une montée du chômage, au contraire. Le taux d'actifs en recherche d'emploi devrait passer de 7,1% l'an dernier à 6,6% en 2012 et 6,2% l'année suivante, selon ces prévisions. Cette bonne santé du marché du travail en Allemagne, résulterait des effets des réformes passées d'après les Instituts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2012 à 23:27 :
Jusqu'où irons-nous dans la faillite? Une zone euro dévastée n'est-ce pas suffisant pour remettre en cause un système qui refuse aux jeunes l'accès à la vie active parce que certaines corporations refusent de faire fonctionner notre économie. Voyez le PIB par tête et le nombre d'actifs du secteur productif, c'est édifiant.
a écrit le 20/04/2012 à 1:19 :
C'est vrai que durant la présidence de Sarko 1er, il n'a pas regardé à la dépense et maintenant nous les Français serions accusés d'être dépensiers, elle est bien bonne celle-là. Les Français ne se laisseront plus faire, ça n'a que trop duré. Les Allemands, seuls, auront à résoudre d'autres problèmes que la dette, leur démographie entre autres. Un peu grandes gueules quand même la deuchland.
a écrit le 19/04/2012 à 23:01 :
Sûr que leurs intérêts sont contradictoires au notre ! l'euro trop fort les sert et nous nuit la France baisse les salaires et casse la consommation du pays ! Danger pour la France et les autres états ! mais un jour l'allemagne le paiera aussi !
a écrit le 19/04/2012 à 21:39 :
Je rajouterai juste à l'intention de de lest (qui est à l'ouest) que l'Allemagne où je vis depuis maintenant 10 ans, n'a que faire de l'Europe autrement que pour écouler leurs productions. Ils toisent les français depuis longtemps, qu'ils méprisent bien souvent. Ce qui les fait le plus sourire c'est de voir les gaullois porter leur industrie automobile aux nues. Quelle naïveté. De telles erreurs de jugement sont piérilles. Ouvrez les yeux !
Réponse de le 20/04/2012 à 0:49 :
j'y travaille aussi depuis de nombreuses années et je pense pareil que vous...
Beaucoup de mépris à notre égard et les allemands sont très nationalistes, Deutschland über alles!!
a écrit le 19/04/2012 à 17:42 :
CQFD. L'Europe a été construite (contre notre gré d'ailleurs) selon des critères allemands, autrement dit, pour les autres pays, l'Europe a échoué lamentablement. Comme nous savons que cela ne peut pas durer, la majorité des pays voudra changer les règles et je vois alors l'obligation de l'Allemagne de quitter l'Europe. Mme MERKEL devra recomposer avec ses appétits de conquête.
Réponse de le 19/04/2012 à 20:28 :
appétit de conquêtes ?
les vieux fantasmes français refont donc surface ?
Expliquez un peu cette histoire de critères allemands, j'ai du mal à suivre votre raisonnement (s'il y en a un)
Réponse de le 19/04/2012 à 20:47 :
"Expliquez un peu cette histoire de critères allemands"...bah c'est simple, l'euro c'est le mark. Cette monnaie fonctionne exactement sur les critères définis par l'Allemagne (statuts de la banque centrale...). Il lui convient tout à fait (avec les autres pays de l'axe rhénan). Aucun autre pays ne fonctionne comme eux, même pas les Etats-unis ou le Japon. L'Europe a été construit par des technocrates français obsédé par leur voisin allemand. Ils ont voulu appliquer au reste de l'Europe le système allemand... (après Vichy, l'Europe!)
Réponse de le 20/04/2012 à 1:28 :
Nicolasetses amis ont bien expliqué l'histoire des critères allemands. Delest, les vieux fantasmes français ne ressurgissent pas n'importe comment, il y a une cause que vous ne voulez pas voir ou ne pas accepter. Mme MERKEL défend son Pays pas la France. A nous de ne pas payer la note trop chère. Nous n'avons pas les mêmes valeurs, ni la même histoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :