Geert Wilders fait chuter le gouvernement aux Pays Bas

 |   |  486  mots
Geert Wilders, le dirigeant populiste du Parti de la liberté (PVV)/Copyright Reuters
Geert Wilders, le dirigeant populiste du Parti de la liberté (PVV)/Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le leader du parti populiste, qui soutient le gouvernement des Pays-Bas sans y participer, a rejeté la proposition du plan d'austérité élaboré par la coalition du Premier ministre libéral Mark Rutte pour réduire les déficits publics. Ce désaccord va entraîner de probables élections législatives anticipées que Geert Wilders réclame, et des tensions au niveau européen dans le contexte de la crise.

Des élections législatives anticipées aux Pays-Bas semblent "évidentes" après l'échec des négociations sur la réduction du déficit public néerlandais, a annoncé samedi le Premier ministre libéral Mark Rutte, lors d'une conférence de presse. Si une telle hypothèse se confirmait, cela ajouterait des incertitudes à la crise européenne, les Pays-Bas étant classé dans le clan des faucons de la zone euro, partisans d'une application stricte des traités en matière de réduction des déficits publics, à côté de l'Allemagne.

Impact sur le pouvoir d'achat des Hollandais

La coalition gouvernementale de centre droit minoritaire et son allié au parlement, le parti d'extrême droite de Geert Wilders n'ont en effet pas réussi à se mettre d'accord sur les mesures à appliquer pour réduire les déficits afin d'atteindre l'objectif des 3% du PIB en 2013. Selon des informations rapportées par la télévision néerlandaise, ce sont les conséquences négatives sur le pouvoir d'achat qui ont été le principal motif de division, que le Parti de la Liberté de Geert Wilders refuse.

L'agence de notation Fitch a averti la semaine dernière que la notation souveraine était menacée d'une dégradation en raison du niveau élevé de la dette, qui devrait atteindre près de 68% du PIB cette année. Surtout, Fitch pourrait remettre en cause en juin la note AAA dont bénéficie La Haye, ce qui aurait pour implication de faire monter les taux auxquels emprunte le royaume. Les Pays-Bas comptent parmi les quatre pays de la zone euro qui ont la meilleure note : Allemagne, Finlande et Luxembourg.

16 milliards d'euros d'économies

Ce dernier a d'ailleurs appelé à organiser "au plus vite" des élections anticipées. "Le plus tôt sera le mieux", a-t-il déclaré à des journalistes au siège du parlement néerlandais. Entamées le 5 mars et initialement prévues pour durer trois semaines, les négociations devaient permettre d'aboutir à un accord pour économiser 16 milliards d'euros afin de réduire le déficit public des Pays-Bas.
En 2011, il a atteint 28 milliards d'euros en 2011, soit 4,7% du PIB, contre 5,1% en en 2010, mais il reste supérieur à la norme européenne des 3%.

Un gouvernement entré en fonction en octobre 2010

Le Bureau central du plan (CPB), dont les estimations sont utilisées par La Haye pour boucler le budget, avait estimé le 1er mars que le gouvernement néerlandais devait économiser environ ces 16 milliards d'euros en 2013 pour ne pas dépasser la limite européenne en matière de déficit public. Entré en fonction en octobre 2010, le gouvernement minoritaire de Mark Rutte avait été formé à l'issue d'élections anticipées organisées après la chute en février 2010 du gouvernement de l'ancien Premier ministre Jan Peter Balkenende en raison de désaccords au sein de la coalition sur la prolongation de la mission militaire néerlandaise en Afghanistan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2012 à 15:22 :
Quand je vois certains qui en sont encore à brandir le Spectre d'H.it.ler .... je me dis que ceux la ont bien été formaté et qu'ils n'ont finalement AUCUN arguments pour contrer les peuples qui en ont marre de l'asservissement par l'euro et les zélites de leurs pays pret à vendre celui ci pour une poignée d'immigrés. !
Autres moeurs, autres époques ! Lui était cinglé, à ne pas confondre avec certaines personnes qui vote extreme droite car ils en ont marre de l'euro ou encore d'être traité de féneants puisqu'ils refusent de bosser pour des clous.
a écrit le 22/04/2012 à 15:16 :
Nos ancêtres ont fait 1789 pour abolir les privilèges, nos parents et grands-parents se sont sacrifiés pour nous libérer de la tyranie allemande, et les fédéralistes voudraient jeter tout cela dans les mains de Bruxelles ... Vous trahissez votre pays, et vous n'en êtes pas dignes ... Pensez-y ...
Réponse de le 22/04/2012 à 22:47 :
non ! il faut que l'europe retrouve une démarche démocratique, mais il ne faut pas pour autant faire du chacun pour soi...
1989, c'est beau, mais ça a été suivi par la Terreur de 1993 ! les sacrifices face à la tyrannie allemande : je crois qu'il y a eu plus de collabos français que de résistant allemand, et personne n'a été exemplaire dans l'histoire !!
on peut aussi revenir à jeanne d'Arc, mais ça , c'est occupé (sans jeu de mot) par le Fn !!!
a écrit le 22/04/2012 à 8:14 :
Les peuples ne veulent pas de cette dérive libérale européenne et le rappellent une nouvelle fois.
Je refuse de voir l' identité de mon pays diluée pour un seul bénéfice commercial.
Réponse de le 22/04/2012 à 11:57 :
@ixal : politique libérale et europe unie sont 2 choses différentes l'europe pourrait choisir une autre voie...
l'identité de votre pays sera dilué dans le monde humain qu'on appelle la Terre !
Par contre je vous approuve quand vous faites remarquer un déficit de démocratie en europe. Pour cela, il faudra bien une constitution qui met en place des pouvoirs, mais surtout des contre-pouvoirs.
Réponse de le 22/04/2012 à 12:08 :
@lyon69. Non, l'UE ne peut pas choisir une autre voie. UE et politiques libérales vont de pair. Cessez les unes et vous arrêtez l'autre. Vous idéalisez - ce qui n'a rien de grave - une construction dont les ferments et les motifs sont très concrets. L'Union des Etats Européens est un objectif. L'Union Européenne a trahi cet objectif pour servir des intérêts tout autres. Les Français sont de loin les plus naïfs sur le sujet, avec peut-être les Espagnols.
Réponse de le 22/04/2012 à 12:26 :
@Truk : toutes les fédérations ne sont pas libérales : fédération de russie, fédération yougoslave, etc.. est-ce une meilleure recette ?? Mais le fédéralisme n'empêche pas de choisir sa politique... à condition de développer la démocratie !
a écrit le 21/04/2012 à 22:29 :
Il y à une seule solution pour les problèmes de tous les pays de l'Europe: la naissance d'un état fédéral surnational: Etats-Unis d'Europe
Réponse de le 22/04/2012 à 4:55 :
Tout à fait, avec une Europe fédérale on en aura fini des extrêmismes locaux (ils seront dilués dans la masse et perdront tout pouvoir), ainsi débarassés des idées fantaisistes démagogiques (qu'elles soient communistes ou nationalistes) et du risque politique qu'elles font planner on pourra enfin travailler aux vrais problèmes structurels.
Réponse de le 22/04/2012 à 10:26 :
Organisons alors une grande consultation européenne, faisons voter le peuples. Je connais le résultat d'avance. La démocratie ayant été confisquée en Europe, l'organisation d'un telle consultation est impossible.
Réponse de le 22/04/2012 à 10:34 :
Les Etats-Unis d'Europe, encore faut-il que les peuples les veuillent. Or, les fédéralistes ne veulent surtout pas demander leurs opinions aux peuples ! Les référendums sur le TCE en France, en Irlande et aux Pays-Bas, seuls pays que les dirigeants osèrent consulter, se sont tous terminés par un "Non", massif ! Par ailleurs, rien ne démontre que le Fédéralisme soit la solution, bien au contraire : c'est un rêve ringard, un rêve des années 50. Remarquez, cette volonté d'unir l'Europe est ancienne : ce sont toujours les élites qui l'ont voulue, et ça a toujours conduit à la même chose, c'est à dire aux désastres, aux régimes autoritaires, à la gabegie économique si ce n'est à la guerre. La chance de l'Europe, ce sont ces nations. Sa peste, l'uniformisation qui nous ferait perdre ce que nous sommes. Mais les Fédéralistes s'en fichent : ils détestent l'Europe. C'est pour ça qu'ils veulent la tuer et la remplacer par un gloubiboulga fédéral. Et c'est pour ça qu'ils n'ont pas le courage de demander leur avis aux populations.
Réponse de le 22/04/2012 à 11:07 :
Truk parlent d'or, les autres sont les ennemis de la démocratie.
Réponse de le 22/04/2012 à 11:33 :
0@truk et @bastien : les Etats-Unis d'europe et le fédéralisme n'ont rien à voir avec l'uniformisation (cf les USA: rien à voir entre NYC, la californie, ...) mais simlement le poids dans le monde est décuplé, le poids militaire aussi, le poids économique, etc
L'europe dans son ensemble est la 1e zone économique mondiale, mais elle est divisée et se fait bouffer : Unie, elle pourrait peser dans les décisions internationales !
Réponse de le 22/04/2012 à 11:45 :
Suisse, Canada, Allemagne, Inde, Brésil, Etats-Unis, ...ils sont tous états féderals et dans ces pays tous leurs identités n'ont pas été diluée. Le fédéraliste européen aime le localisme et aime l'Europe; il sait que seule une Europe unie peut affronter la concurrence mondiale.
Réponse de le 22/04/2012 à 11:55 :
La France et le Royaume-Uni étaient plus puissants, seuls. "Unie" est l'inverse d'"uniformisée". L'Union est un objectif louable. L'uniformisation une erreur condamnable. Le modèle européen a été rêvé à l'heure de la guerre froide, quand les monstres US et URSS écrasaient tout. Aujourd'hui, le monde est fait pour la souplesse, l'agilité, la rapidité. Suède, Suisse, Corée, Singapour, Argentine s'en tirent très bien. Les grands blocs dont on nous rebat les oreilles sont obligés d'agiter des leviers inouïs pour maintenir leurs intérêts. Or, l'Union n'a pas ses leviers, et n'en veut pas. Personne en Europe ne veut être uni sous le parapluie militaro-nucléaire français (le Britannique est contrôlé par les US, pour rappel), ne veut non plus payer pour avoir le sien propre. La protection de l'OTAN leur va très bien. Quant au Fédéralisme états-unien, excellent exemple : les USA acceptent que Détroit devienne une friche tandis que Los Angeles explose. Acceptez-vous que Madrid, les régions françaises, le Portugal, l'Italie, deviennent des déserts peuplés de quelques maisons d'hôte pour que la Ruhr se développe ? Ce n'est rien d'autre le fédéralisme : des flux fiscaux, législatifs, de capitaux et de populations.
Réponse de le 22/04/2012 à 12:21 :
@Truk : alors poussont votre logique jusqu'au bout : quel rapport entre corses et bretons, entre PACA et parisiens, entre savoyards et nordistes, ... on pourrait aussi recréer les régions indépendantes d'antan... !!? Vive Rhône-Alpes libre !
Réponse de le 22/04/2012 à 12:33 :
(suite) et QUID du financement des équipements parisiens par les impôts de tous les Français (je paie pour la RATP, mais les parisiens ne paient pas pour les TCL -- je paie pour les Musées Nationaux comme le Louvre, mais les parisiens ne paient pas pour le Musée des beaux arts de Lyon, ....)
Sans parler de l'organisation jacobine de la France qui fait que toute la France paie pour que tous les trains passent par Paris ! (pas de Lyon -Bordeaux ou Lyon-nantes directs, par exemple)...
Finalement, les régions, c'est pas mal pour le local, ... et l'Europe, c'est un bon niveau pour le Global : c'est peut-être le niveau National qui est en trop !!!?!
a écrit le 21/04/2012 à 20:12 :
Merci à la tribune de me laisser m'exprimer librement, facilement sans devoir saisir un mot de passe ou une adresse comme sur les autres médias. Et merci de ne m'avoir presque jamais censuré .
Réponse de le 21/04/2012 à 22:02 :
Je vous approuve ! Et j'ajoute que ce n'est pas pour autant que les interventions des internautes sur latribune.fr soient plus agressives et stupides qu'ailleurs, tout au contraire ! Ce malgré les divergences de vues. Bravo la Tribune.
Réponse de le 22/04/2012 à 0:53 :
je confirme, c'est vrai, une bulle de liberté dans un univers de pensée étalonnée., merci la tribune
Réponse de le 22/04/2012 à 6:53 :
Oui, merci à la Tribune d'agir ainsi. Nous apprécions. La Tribune est bien le meilleur journal économique de l'hexagone. Merci.
Réponse de le 22/04/2012 à 7:01 :
a travers que tout ce qui ce dit qui vat jusqu'a l'extreme il y a une liberté de pensée et quelquefois un rejet du systeme ,il y a de cooherence de la realité dans certain propos,jamais de partis pris dans la redaction des articles,bon on a besoin quelquefois de faire sauter la soupape qui est en nous,tres bien la tribune
a écrit le 21/04/2012 à 19:13 :
Parfait, le pouvoir au peuple, pas comme en France !
Réponse de le 21/04/2012 à 19:57 :
Oui. Bien d'accord avec vous. Pas comme en France où le pouvoir n'a que faire de la volonté du peuple (ex : précédent référendum).
Réponse de le 21/04/2012 à 20:37 :
Ayons donc une pensée pour un leader d'extrême-droite qui s'est fait élire en Allemagne en 1936... Par contre, je me demande si les Allemands ne supportent pas encore ce fardeau...
Réponse de le 22/04/2012 à 1:09 :
1936? A qui pensez-vous? Mais au delà de cette erreur de date, votre intervention me semble surtout entachée par son conformisme. Si ce personnage n'est pas non plus ma tasse de thé, ce n'est pas pour autant que je me sens obligé d'en appeler au reductio ad hitlerum.
Réponse de le 22/04/2012 à 11:08 :
Ah, Yvan vient de gagner un point Godwin.
Réponse de le 06/05/2012 à 19:32 :
Pour répondre à Yvan, Hitler était de gauche si je ne m'abuse..., d'ailleurs, dans national-socialisme, il y a bien le mot socialisme, alors je me demande un peu comment on en est venu à inverser ces deux notions....
a écrit le 21/04/2012 à 19:02 :
@Truk : lorsqu'i manque une roue à une voiture, faut-il sauter en marche, ou faut-il rajouter la roue manquante pour continuer d'avancer ?
L'Europe, c'est pareil : on a fait un grand marché libéral, mais on a oublié de donner un vrai pouvoir fédéral à l'Europe comme en dispose Washington aux US, on a oublié de rapprocher les politiques fiscales et sociales, ...
Réponse de le 21/04/2012 à 19:14 :
Si vous faites une voiture avec des roues en bois, une carrosserie en carton et un moteur en acier, je ne monterais jamais dedans car vous allez à la mort. L'union européenne, c'est encore pire.
Réponse de le 21/04/2012 à 19:29 :
chacun pour soi face aux géants US, chine, russie, brésil, etc c'est la mort assurée : l'europe doit être démocratisée, et avancer sur ses 2 jambes, mais elle ne peut pas se disloquer sans qu'on en paye un prix démesuré !!
Que vaudrait le Wyoming, l'alaska ou le tennessee s'ils n'étaient pas fédérés par les US ...?!
Réponse de le 21/04/2012 à 20:00 :
A post 19:29 : On est en France pas aux USA. Vous n'allez pas à chaque fois prendre le pays qui correspond à votre façon de pensée.
Réponse de le 21/04/2012 à 20:59 :
j'aurais pu prendre la Corée du nord comme exemple, ... mais ça ne correspondait pas à ma façon de penser !!! ;-)
Réponse de le 21/04/2012 à 22:00 :
@lyon69. Cette histoire on nous la sert depuis vingt ans, et n'est pas démontrée. Il ne manque aucune roue à la voiture Europe : elle est juste engagée dans la mauvaise direction depuis l'entrée en scène de J. Delors. Le problème étant que ceux qui tiennent le volant refusent de voir qu'ils se sont trompés, et ce en partie parce qu'ils ne paient pas l'essence du bolide fonçant vers le mur des réalités. La réalité ? L'Europe avait une force : sa protéiformité. Et des idéologues ont décidé que les Nations étaient le mal, l'uniformisation le bien. Double erreur tragique, vérifiée pour le coup, et dont les promoteurs ne paient pas le prix.
Réponse de le 22/04/2012 à 11:52 :
@Truk et @erod : autre exemples : que serait le canton de vaud sans la conf.helvétique ? que serait le Thüringen (connaissez-vous seulement?) sans la rép.fédérale Allemande ? que serait le Parana ou le Mato Grosso do sul sans le brésil ? etc...
contre-exemple: la fédération de Yougoslavie a suivi des conseils avisés qui disait que séparés, les croates, serbes, macédomiens, etc se débrouilleraient mieux...on a vu le résultat !
Par contre union ne veut pas dire uniformité: et la politique tout libéral n'est pas la seule possible.. mais tant que chacun fera ce qu'il veut de son côté, les grecs qui ne lèvent pas l'impôt, les irlandais qui bradent l'IS, les pays qui n'ont pas de salaire mini ni même de protection sociale, effectivement ça ne marche pas ! il faut donc aussi une politique sociale commune, des règles fiscales communes, etc.
L'europe a aussi un déficit de démocratie, mais on ne règlera pas ça avec du chacun-pour-soi.
Réponse de le 22/04/2012 à 12:16 :
@lyon69. Il ne suffit pas de citer la Thuringe (en Français, on ne dit pas "Thuringen") pour connaître l'Europe. Quant à la Yougoslavie, vous citez-là un excellent exemple : voila ce qui arrive quand on veut forcer des peuples qui ne le veulent pas à vivre sous le même toit. URSS, Autriche-Hongrie, Yougoslavie, Empire Français, Empires coloniaux... toujours la même erreur. Que les Fédéralistes veulent reproduire...
Réponse de le 22/04/2012 à 12:34 :
@Truk : sauf que c'est quand ils se séparent que ça clash !!
Et mise à part la francisation du nom, l'exemple reste vrai !
Réponse de le 22/04/2012 à 13:08 :
@lyon. vous confondez les causes et les conséquences. Ce n'est pas parce qu'ils se séparent que ça "clashe". C'est parce que ça "clashe" qu'ils se séparent. Et ça clashe parce que de bons idéologues - en l'occurrence, les communistes titistes, et leurs prédecesseurs - ont décidé d'unir des populations sans leur demander leur avis. L'Europe de force, ou par la ruse, ça finira par nous faire clasher. Regardez les Grecs et les Allemands, le niveau de haine qu'ils se vouent réciproquement... C'est ça l'Europe ? Non. C'est l'inverse. Et pourtant, c'est ce à quoi est parvenue notre construction européenne. Nullement surprenant... pour qui a ouvert des livres d'Histoire.
Réponse de le 22/04/2012 à 13:48 :
donc chacun chez soi ... et c'est reparti comme en 14 !
Réponse de le 22/04/2012 à 22:48 :
(suite) 1914 : un souvenir ???
a écrit le 21/04/2012 à 17:59 :
L'Union Européenne va envoyer un banquier de Goldman Sachs remplacer ces dirigeants insolents, honteusement élus démocratiquement ! Si l'Union Européenne échoue partout, si elle essaie de sauver son Euro, boulet de l'industrie, c'est parce qu'il n'y a pas assez d'Union Européenne bien sûr ! Plus il y a d'Europe, moins ça marche ; c'est donc qu'il en faut plus.
Réponse de le 22/04/2012 à 12:37 :
alors sortons de l'europe, et comme le franc vaudra pas grands chose, recréons les assignats, et comme la ruine générale amènera la révolte, déclarons la guerre à tous nos voisins pour occuper le bon peuple !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :